Accroissez votre force, sœurs de Sion
    Notes de bas de page

    Accroissez votre force, sœurs de Sion

    Pour être des filles et des femmes converties et fidèles à leurs alliances, nous devons étudier les points fondamentaux de la doctrine de l’Évangile et avoir un témoignage inébranlable de leur véracité.

    Quelle joie d’être réunies au centre de conférence avec les fillettes, les jeunes filles et les femmes de l’Église ! Nous sommes parfaitement conscientes qu’il y a des milliers d’autres groupes de sœurs réunies partout dans le monde pour suivre cette session et je suis reconnaissante de l’occasion et des moyens qui nous permettent de nous rassembler dans l’unité et avec un même objectif ce soir.

    En octobre 2006, Gordon B. Hinckley a fait un discours intitulé « Élevez-vous, ô hommes de Dieu ! » inspiré d’un cantique écrit en 19111. C’était un appel à l’action lancé aux hommes de l’Église à s’élever et à s’améliorer Pendant que je priais pour savoir quel message vous adresser, ce discours m’est revenu à l’esprit.

    Sœurs, nous vivons dans des « temps périlleux2 ». La situation de notre époque ne devrait pas nous surprendre. Elle est prédite depuis des millénaires pour nous exhorter et nous avertir afin que nous puissions être préparées. Le huitième chapitre de Mormon donne une description d’une exactitude déconcertante de la situation de notre époque. Dans ce chapitre, Moroni dit qu’il a vu notre époque et qu’elle se caractérise par des guerres et des bruits de guerres, de grandes pollutions, des meurtres, des vols, et des gens qui nous disent qu’il n’y a ni bien ni mal aux yeux de Dieu. Il décrit des personnes qui sont remplies d’orgueil, absorbées par l’envie de porter des vêtements coûteux et qui se moquent de la religion. Il voit des gens obsédés par les choses du monde au point de laisser « les nécessiteux, les nus, les malades et les affligés passer à côté d’eux3sans les remarquer.

    À nous qui vivons à cette époque, Moroni pose une question qui pousse à l’introspection. Il dit : « Pourquoi avez-vous honte de prendre sur vous le nom du Christ4 ? » Cette accusation décrit avec exactitude la situation de plus en plus profane de notre monde.

    Joseph Smith, Matthieu indique que, dans les derniers jours, même « les élus selon l’alliance5 » seront séduits. Ces personnes selon l’alliance sont, entre autres, les fillettes, les jeunes filles et les sœurs de l’Église qui ont été baptisées et ont fait alliance avec notre Père céleste. Nous courons ,nous aussi, le risque d’être séduites par des enseignements trompeurs.

    Sœurs, je ne crois pas que la situation ira en s’améliorant. Si les tendances actuelles ont une valeur indicative, nous devons être préparées pour les tempêtes qui nous attendent. Il serait facile de baisser les bras de désespoir mais, en tant que peuple d’alliance, nous ne devons jamais désespérer. Comme l’a dit Gary E. Stevenson, « notre Père céleste nous accorde une compensation généreuse au fait que nous vivons en des temps périlleux en ce que nous vivons aussi dans la plénitude des temps6. » J’aime le réconfort qu’apporte cette déclaration.

    L’année dernière, Russell M. Nelson nous a dit : « Les attaques contre l’Église, sa doctrine et notre façon de vivre vont augmenter. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin de femmes qui possèdent une profonde compréhension de la doctrine du Christ et qui s’en serviront pour instruire et éduquer une génération qui résiste au péché. Nous avons besoin de femmes qui peuvent détecter la tromperie sous toutes ses formes. Nous avons besoin de femmes qui savent accéder au pouvoir que Dieu accorde aux personnes qui respectent leurs alliances et qui expriment leurs croyances avec confiance et charité. Nous avons besoin de femmes qui ont le courage et la vision de notre mère Ève7. »

    Ce message me donne l’assurance qu’en dépit de la situation de notre époque, nous avons beaucoup de raisons de nous réjouir et d’être optimistes. Je crois de tout mon cœur que nous, les sœurs, avons la force innée et la foi qui nous permettront d’affronter les difficultés des derniers jours. Sheri Dew a écrit : « Je crois que, dès que nous apprendrons à libérer la pleine influence des femmes converties et fidèles à leurs alliances, le royaume de Dieu changera du jour au lendemain8. »

    Il faudra des efforts concertés pour être converties et respecter nos alliances. Pour ce faire, nous devons être des filles et des femmes qui étudient les points fondamentaux de la doctrine de l’Évangile et qui aient un témoignage inébranlable de leur véracité. Voici trois domaines que je crois être à la base d’un témoignage fort et que je considère comme essentiels à notre compréhension.

    Premièrement, nous devons reconnaître que Dieu, notre Père éternel, et son Fils, Jésus-Christ, sont au centre de notre foi et de notre salut. Jésus-Christ est notre Sauveur et notre Rédempteur. Nous devons étudier et comprendre son expiation et comment la mettre en pratique quotidiennement ; le repentir est l’une des plus grandes bénédictions que chacune de nous possède pour rester sur la bonne voie. Nous devons voir en Jésus-Christ notre principal modèle et l’exemple de ce que nous devons devenir. Nous devons continuellement enseigner à notre famille et dans nos classes le grand plan du salut de notre Père, qui comprend la doctrine du Christ.

    Deuxièmement, nous devons comprendre la nécessité du rétablissement de la doctrine, de l’organisation et des clés de l’autorité dans ces derniers jours. Nous devons avoir le témoignage que Joseph Smith, le prophète, a été divinement choisi et désigné par le Seigneur pour accomplir ce rétablissement, et reconnaître qu’il a organisé les femmes de l’Église selon l’organisation qui existait anciennement dans l’Église du Christ9.

    Et, troisièmement, nous devons étudier et comprendre les ordonnances et les alliances du temple. Le temple est au cœur-même de nos croyances les plus sacrées et le Seigneur demande que nous y allions, que nous méditions, étudions et trouvions individuellement une signification et une application personnelle. Nous en viendrons à comprendre qu’à travers les ordonnances du temple, le pouvoir de la divinité se manifeste dans notre vie10, et que, grâce à elles, nous pouvons être armées du pouvoir de Dieu et que son nom sera sur nous, sa gloire nous entourera et ses anges nous garderont11. Je me demande si nous tirons pleinement parti du pouvoir qui est promis ici.

    Sœurs, même les plus jeunes de cette assemblée peuvent croître en foi et jouer un rôle important dans l’édification du royaume de Dieu. Les enfants commencent à obtenir leur propre témoignage en lisant et en écoutant les Écritures, en priant quotidiennement et en prenant la Sainte-Cène consciencieusement. Tous les enfants et toutes les jeunes filles peuvent encourager la tenue des soirées familiales et y participer pleinement. Vous pouvez être la première à vous mettre à genoux quand la famille se rassemble pour la prière familiale. Même si votre foyer n’est pas le foyer idéal, votre exemple personnel de fidélité à l’Évangile peut influencer les membres de votre famille et vos amis.

    Les jeunes filles de l’Église doivent se considérer comme des participantes essentielles à l’œuvre du salut dirigée par la prêtrise et pas simplement comme des spectatrices et supportrices. Vous avez des appels et vous êtes mises à part par des détenteurs des clés de la prêtrise pour agir en qualité de dirigeantes dotées de pouvoir et d’autorité dans cette œuvre. Si vous magnifiez votre appel au sein des présidences de classe et si vous vous préparez spirituellement, si vous tenez conseil, si vous allez au devant des membres de votre classe pour les servir, et si vous vous enseignez mutuellement l’Évangile, vous prendrez votre place dans cette œuvre et vous serez bénies avec vos camarades.

    Toutes les femmes doivent se considérer comme des participantes essentielles à l’œuvre de la prêtrise. Dans l’Église, les femmes sont présidentes, conseillères, instructrices, membres de conseils, sœurs et mères, et le royaume de Dieu ne peut fonctionner que si nous nous élevons et accomplissons notre devoir fidèlement. Parfois, il nous faut juste avoir une vision plus large de ce qui est possible.

    Sœur Maldonado avec sœur Oscarson

    J’ai rencontré récemment une sœur au Mexique qui comprend ce que signifie magnifier son appel avec foi. Il y a trois ans, Marffissa Maldonado a été chargée de faire le cours de l’École du Dimanche des jeunes. Sept jeunes assistaient à son cours quand elle a été appelée. Aujourd’hui, vingt y assistent régulièrement. Stupéfaite, je lui ai demandé ce qu’elle avait fait pour que le nombre augmente autant. Elle a dit avec modestie : « Ce n’est pas moi seulement. Tous les membres de la classe m’ont aidée. » Ensemble, ils ont relevé sur la liste le nom des non-pratiquants et sont allés les inviter à revenir à l’Église. Grâce à leurs efforts, ils ont eu aussi un baptême.

    Classe de l’École du Dimanche au Mexique

    Sur un réseau social, sœur Maldonado a créé une page réservée aux membres de sa classe qu’elle a appelée « Je suis enfant de Dieu », sur laquelle elle publie plusieurs fois par semaine des pensées inspirantes et des passages d’Écriture. Elle envoie régulièrement des messages textes à ses élèves pour leur rappeler les tâches et les encourager. Elle trouve qu’il est important de communiquer de la façon qui les touche le mieux, et ça marche. Elle m’a dit simplement : « J’aime mes élèves. » J’ai ressenti cet amour quand elle m’a décrit ses efforts, et son exemple m’a rappelé ce qu’une personne de foi et d’action peut accomplir dans cette œuvre avec l’aide du Seigneur.

    Nos jeunes sont exposés quotidiennement à des questions difficiles et nous sommes nombreux à avoir des êtres chers qui ont du mal à trouver des réponses. La bonne nouvelle c’est qu’il existe des réponses aux questions qui sont soulevées. Écoutez les messages récents de nos dirigeants. Ils nous exhortent à étudier et à comprendre le plan du bonheur de notre Père céleste. Ils nous rappellent les principes énoncés dans la déclaration sur la famille12. Ils nous encouragent à enseigner ces principes et à nous en servir comme critères pour que nous nous maintenions sur le chemin étroit et resserré.

    Il y a environ un an, j’ai rendu visite à une femme, mère de jeunes enfants, qui a décidé d’agir de façon préventive afin de protéger ses enfants contre les nombreuses influences négatives auxquelles ils sont exposés sur Internet et à l’école. Chaque semaine, elle choisit un sujet, souvent un qui fait l’objet de beaucoup d’échanges sur Internet, et, tout au long de la semaine, elle lance des discussions approfondies au cours desquelles les enfants peuvent poser des questions et elle, s’assurer qu’ils retirent une perspective équilibrée et juste de ces sujets souvent difficiles. Elle fait de son foyer un lieu sûr où l’on pose des questions et où un enseignement fondamental de l’Évangile est dispensé.

    Je m’inquiète de voir que nous vivons dans un contexte où il faut à ce point éviter d’offenser que parfois nous évitons tout simplement d’enseigner des principes corrects. Nous n’enseignons pas à nos jeunes filles qu’il est de la plus haute importance de se préparer à être mère parce que nous ne voulons pas offenser les personnes qui ne sont pas mariées ou qui ne peuvent pas avoir d’enfants, ou parce que cela peut être considéré comme un choix futur contraignant. D’un autre côté, il nous arrive de ne pas souligner assez l’importance de faire des études parce que nous ne voulons pas donner l’impression que c’est plus important que le mariage. Nous ne déclarons pas que notre Père céleste a défini que le mariage doit être entre un homme et une femme parce que nous ne voulons pas offenser les personnes qui sont attirées par les personnes du même sexe. Et nous pouvons être mal à l’aise lorsqu’il s’agit d’évoquer les questions relatives à l’identité sexuelle ou à la sexualité saine.

    Sœurs, nous devons évidemment être sensibles mais utilisons aussi notre bon sens et notre compréhension du plan du salut pour être courageuses et directes quand il s’agit d’enseigner à nos enfants et à nos jeunes les principes fondamentaux de l’Évangile qu’ils doivent comprendre pour pouvoir naviguer dans le monde où ils vivent. Si nous n’enseignons pas à nos enfants et à nos jeunes la véritable doctrine, avec clarté, le monde leur enseignera les mensonges de Satan.

    J’aime l’Évangile de Jésus-Christ et je serai à jamais reconnaissante des directives, du pouvoir et de l’aide quotidienne que je reçois en tant que fille de l’alliance de Dieu. Je témoigne que le Seigneur nous a bénies, nous les femmes qui vivons à cette époque périlleuse, en nous donnant tous les pouvoirs, dons et forces dont nous avons besoin pour préparer le monde à la seconde venue du Seigneur Jésus-Christ. Je prie pour que nous puissions toutes voir notre vrai potentiel et nous élever pour devenir les femmes de foi et de courage que notre Père céleste veut que nous soyons. Au nom de Jésus-Christ. Amen.