Apprendre d’Alma et Amulek
    Notes de bas de page

    Apprendre d’Alma et Amulek

    « J’ai espoir que ceux qui se sont écartés du chemin des disciples puissent voir avec le cœur et apprendre d’Alma et d’Amulek. »

    Alma le jeune

    L’un des personnages les plus marquants des Écritures est Alma le jeune. Bien que fils d’un grand prophète, il s’est égaré pendant un temps et est devenu « un homme très méchant et idolâtre ». Pour des raisons que nous ne pouvons qu’imaginer, il s’est opposé activement à son père et a cherché à détruire l’Église. Son éloquence et sa capacité de persuasion l’ont amené à rencontrer un grand succès1.

    Mais la vie d’Alma a changé lorsqu’un ange du Seigneur lui est apparu et lui a parlé d’une voix de tonnerre. Pendant trois jours et trois nuits, Alma a été « torturé d’un tourment éternel, […] par les souffrances d’une âme damnée ». C’est alors qu’un souvenir presque effacé a éclairé les ténèbres de son esprit ; une vérité éternelle enseignée par son père : que Jésus-Christ viendrait « pour expier les péchés du monde ». Alma avait rejeté ce concept longtemps auparavant, mais, à ce moment, son « esprit s’[est emparé] de cette pensée », et il a, humblement et avidement, placé sa confiance dans le pouvoir expiatoire du Christ2.

    Quand Alma s’est remis de cette expérience, il était devenu un autre homme. À partir de ce moment, il a consacré sa vie à réparer les torts qu’il avait causés. Alma est un puissant exemple de repentir, de pardon et de fidélité indéfectibles.

    Il a plus tard été choisi pour succéder à son père à la tête de l’Église de Dieu.

    Chaque membre de la nation Néphite devait connaitre l’histoire d’Alma. Les Twitters, Instagrams et Facebooks de son époque auraient été remplis d’images et d’anecdotes le concernant. Il devait régulièrement faire la couverture du magazine hebdomadaire de Zarahemla et était le sujet de nombreux éditoriaux et d’éditions spéciales. En bref, il était peut-être la plus grande célébrité de son époque.

    Mais, quand Alma a vu que son peuple oubliait Dieu et qu’il s’élevait dans l’orgueil et dans la querelle, il a choisi de renoncer à son poste public et de se consacrer « entièrement à la haute prêtrise du saint ordre de Dieu3 », en prêchant le repentir parmi les Néphites.

    Au début, Alma a eu beaucoup de succès et ce, jusqu’à ce qu’il se rende à Ammonihah. Les habitants de cette ville savaient pertinemment qu’Alma n’était plus leur dirigeant politique, et ils avaient peu de respect pour son autorité dans la prêtrise. Ils l’ont insulté, se sont moqués de lui et l’ont chassé de leur ville.

    Le cœur brisé, Alma s’est éloigné d’Ammonihah4.

    Mais un ange lui a dit d’y retourner.

    Essayez d’imaginer cela : il devait retourner auprès de gens qui le détestaient et qui étaient hostiles à l’Église. C’était là une tâche périlleuse, au cours de laquelle il risquait peut-être de perdre la vie. Mais Alma n’a pas hésité. Il y est « retourn[é] rapidement5 »

    Il jeûnait depuis de nombreux jours quand il est entré dans la ville. Il a demandé à un parfait inconnu s’il voulait « donner quelque chose à manger à un humble serviteur de Dieu6 ».

    Amulek

    Cet homme s’appelait Amulek.

    Amulek était un habitant aisé et respecté de la ville d’Ammonihah. Bien qu’issu d’une longue lignée de croyants, il avait laissé sa foi s’éteindre. Il a plus tard confessé : « J’ai été appelé de nombreuses fois mais je ne voulais pas entendre ; c’est pourquoi je savais tout cela, et cependant je ne voulais pas [croire] ; c’est pourquoi j’ai continué à me rebeller contre Dieu7. »

    Mais Dieu préparait Amulek, et, lorsqu’Amulek a rencontré Alma, il a accueilli le serviteur du Seigneur dans sa maison, où Alma est resté de nombreux jours8. Pendant cette période, Amulek a ouvert son cœur au message d’Alma et un changement merveilleux s’est opéré en lui. À partir de ce moment, Amulek n’a plus seulement cru, mais il est aussi devenu un champion de la vérité.

    Quand Alma s’est à nouveau rendu parmi les habitants d’Ammonihah pour les instruire, il avait à ses côtés un deuxième témoin : Amulek, l’un des leurs.

    Le récit des événements qui ont suivi constitue l’un des passages les plus doux-amers de toutes les Écritures. Vous pouvez le lire dans Alma chapitres 8-16.

    Aujourd’hui, je vais vous demander de réfléchir à deux questions :

    Premièrement : « Que puis-je apprendre d’Alma ? »

    Deuxièmement : « En quoi suis-je comme Amulek ? »

    Que puis-je apprendre d’Alma ?

    Je vais commencer en demandant à tous les dirigeants passés, présents et futurs de l’Église de Jésus-Christ : « Que pouvez-vous apprendre d’Alma ? »

    Alma était un homme exceptionnellement doué et capable. On pourrait facilement penser qu’il n’avait besoin de l’aide de personne. Néanmoins, qu’a-t-il fait lorsqu’il est retourné à Ammonihah ?

    Alma a trouvé Amulek et lui a demandé son aide.

    Et il l’a reçue.

    Pour diverses raisons, nous les dirigeants, sommes parfois réticents à l’idée de trouver nos Amulek et de leur demander leur aide. Peut-être pensons-nous pouvoir mieux accomplir le travail par nous-mêmes, ou sommes-nous réticents à l’idée de déranger les autres, ou encore croyons-nous que les autres ne voudront pas participer. Trop souvent, nous hésitons à inviter les gens à utiliser les dons que Dieu leur a accordés et à s’engager dans la grande œuvre du salut.

    Pensez au Sauveur : a-t-il commencé à établir son Église tout seul ?

    Non.

    Son message n’était pas : « Reste à l’écart. Je vais m’occuper de ça tout seul. » Non, c’était : « Viens, et suis moi9. » Il a inspiré, invité et instruit ses disciples puis leur a manifesté sa confiance, leur disant : « faites ce que vous m’avez vu faire10. » De cette façon, Jésus-Christ a édifié non seulement son Église mais également ses serviteurs.

    Quel que soit votre appel, que vous soyez président d’un collège de diacres, président de pieu ou président d’interrégion, pour réussir, vous devez trouver vos Amulek.

    Cela peut-être quelqu’un de discret, voire d’invisible dans votre unité. Cela peut-être quelqu’un qui semble dénué d’envie ou de capacité de servir. Vos Amulek peuvent être jeunes ou âgés, hommes ou femmes, inexpérimentés, fatigués ou non pratiquants dans l’Église. Mais ce qui ne se voit pas forcément à première vue, c’est qu’ils espèrent vous entendre leur dire : « Le Seigneur a besoin de vous ! J’ai besoin de vous ! »

    Dans le fond, beaucoup veulent servir leur Dieu. Ils veulent être un instrument entre ses mains. Ils veulent lancer leur faucille et œuvrer de toutes leurs forces à préparer la terre pour le retour de notre Sauveur. Ils veulent édifier son Église. Mais ils hésitent à commencer. Ils attendent souvent qu’on le leur demande.

    Je vous invite à penser à ceux qui, dans votre paroisse ou votre branche, dans votre mission ou votre pieu, ont besoin de recevoir un appel à agir. Le Seigneur travaille en eux, les prépare et adoucit leur cœur. Trouvez-les en regardant avec le cœur

    Tendez-leur la main. Instruisez-les. Inspirez-les. Demandez-leur.

    Rappelez-leur les paroles de l’ange à Amulek : que la bénédiction du Seigneur reposera sur eux et sur leur maison11. Vous pourriez être surpris de découvrir un vaillant serviteur du Seigneur, qui, autrement, serait resté dans l’ombre.

    En quoi suis-je comme Amulek ?

    Certains de nous doivent chercher un Amulek, mais d’autres devraient se poser la question : « En quoi suis-je comme Amulek ? »

    Peut-être êtes-vous devenu, au fil des années, un disciple moins engagé. La flamme de votre témoignage s’est peut-être affaiblie. Vous vous-êtes peut-être éloigné du corps du Christ. Vous êtes peut-être déçu voire en colère. Comme certains des saints de l’Église d’Éphèse autrefois, peut-être avez-vous abandonné votre premier amour12 : les vérités sublimes et éternelles de l’Évangile de Jésus-Christ.

    Ou, comme Amulek, vous savez dans votre cœur que le Seigneur vous a « appelé de nombreuses fois » mais vous « ne voul[iez] pas entendre ».

    Néanmoins, le Seigneur voit en vous ce qu’il a vu en Amulek, le potentiel d’un vaillant serviteur avec une œuvre importante à accomplir et un témoignage à transmettre. Il est un service que personne d’autre ne pourrait faire de la même manière que vous. Le Seigneur vous a confié sa sainte prêtrise, qui détient le potentiel divin de bénir et d’édifier les autres. Écoutez avec le cœur et suivez les murmures de l’Esprit.

    Le parcours d’un membre

    J’ai été touché par le parcours d’un frère qui s’est posé la question : « Lorsque le Seigneur appellera, voudrai-je entendre ? » Je vais appeler ce frère, David.

    David est entré dans l’Église il y a une trentaine d’années. Il a fait une mission puis des études de droit. Alors qu’il étudiait et travaillait pour subvenir aux besoins de sa jeune famille, il est tombé sur de la documentation concernant l’Église qui l’a troublé. Plus il lisait ces choses négatives, plus il perdait pied. Il a finalement demandé que son nom soit retiré des registres de l’Église.

    Dès lors, comme Alma aux jours de sa rébellion, David a passé beaucoup de temps à débattre avec des membres de l’Église, s’impliquant dans des conversations sur l’Internet avec l’intention d’attaquer leurs croyances.

    Il était doué pour cela.

    J’appellerai Jacob l’un des membres avec lesquels il débattait. Jacob était toujours gentil et respectueux envers David, mais il défendait aussi fermement l’Église.

    Au fil des ans, David et Jacob ont tissé des liens de respect et d’amitié. Ce que David ne savait pas c’est que Jacob avait commencé à prier pour lui et qu’il a fidèlement continué à le faire pendant plus de dix ans. Il a même envoyé le nom de David dans les temples du Seigneur afin que l’on prie pour lui, en espérant que son cœur serait adouci.

    Au fil du temps, David a lentement changé. Il a commencé à se remémorer avec tendresse les expériences spirituelles qu’il avait eues, et le bonheur qu’il avait connu quand il était membre de l’Église.

    Comme Alma, il n’avait pas complètement oublié les vérités de l’Évangile qu’il avait acceptées autrefois. Et, comme Amulek, David a senti le Seigneur lui tendre la main. Mais il était maintenant associé dans un cabinet d’avocat, un travail prestigieux. Il s’était construit une réputation de personne critique envers l’Église et il était trop fier pour demander à y être réadmis.

    Néanmoins, il continuait de sentir l’appel du Berger.

    Il a pris à cœur l’Écriture : « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée13. » Il a fait cette prière : « Dieu, je veux être un saint des derniers jours, mais j’ai besoin de réponses à mes questions. »

    Il a commencé à écouter les murmures de l’Esprit et les réponses inspirées de ses amis, comme il ne l’avait encore jamais fait. L’un après l’autre, ses doutes ont fait place à la foi, jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il avait à nouveau un témoignage de Jésus-Christ et de son Église rétablie.

    À ce stade, il a su qu’il serait capable de surmonter son orgueil et qu’il ferait tout ce qui était nécessaire pour être réintégré dans l’Église.

    Finalement, il s’est fait baptiser et s’est mis à compter les jours jusqu’à ce qu’il puisse retrouver toutes ses bénédictions.

    Je suis heureux de vous annoncer que, l’été dernier, David a retrouvé tous ses droits de membre de l’Église. Il est de nouveau pleinement pratiquant dans l’Église et a été appelé instructeur des principes de l’Évangile dans sa paroisse. Il se saisit de toutes les occasions qu’il a de raconter son changement, afin de réparer les torts qu’il a causés et de témoigner de l’Évangile et de l’Église de Jésus-Christ.

    Conclusion

    Mes chers frères, mes chers amis, cherchons et trouvons les Amulek dans notre pieu et notre paroisse. Inspirons-les et faisons-leur confiance. Il y a beaucoup d’Amulek dans l’Église aujourd’hui.

    Vous en connaissez peut-être un. Vous êtes peut-être l’un d’eux.

    Peut-être que le Seigneur vous a murmuré de retourner à votre premier amour, de faire don de vos talents, d’exercer la prêtrise dignement et de servir aux côtés des membres de votre unité pour vous rapprocher de Jésus-Christ et édifier le royaume de Dieu ici bas.

    Notre Sauveur bien-aimé sait où vous êtes. Il connaît votre cœur. Il veut vous aider. Il va vous tendre la main. Ouvrez-lui tout simplement votre cœur. J’ai espoir que ceux qui se sont écartés du chemin des disciples, même de quelques degrés, méditeront sur la bonté et la grâce de Dieu, verront avec le cœur, apprendront d’Alma et d’Amulek et entendront ces paroles du Seigneur qui changent la vie : « Viens, et suis moi ».

    Je vous exhorte à répondre à son appel car, lorsque vous le ferez, vous récolterez la moisson des cieux. Et les bénédictions du Seigneur reposeront sur vous et sur votre maison14.

    J’en témoigne, et je vous donne ma bénédiction d’apôtre du Seigneur. Au nom de Jésus-Christ. Amen.