Connaître la volonté du Seigneur pour vous
    Notes de bas de page
    Theme

    Connaître la volonté du Seigneur pour vous

    Que le Seigneur vous bénisse toutes dans votre quête personnelle pour connaître sa volonté à votre égard et pour soumettre votre volonté à la sienne.

    Devenir un instrument entre les mains de Dieu est un grand privilège et une responsabilité sacrée. Quel que soit l’endroit où nous vivons, quels que soient notre situation, notre âge ou notre situation de famille, le Seigneur a besoin que chacune de nous remplisse son rôle unique dans l’édification de son royaume dans cette dernière dispensation. Je témoigne que nous pouvons savoir ce que le Seigneur veut que nous fassions et recevoir « la bénédiction qui nous a été conférée : nous sommes devenus des instruments entre les mains de Dieu pour réaliser cette grande œuvre1 ». Ce soir, je désire raconter une partie de mon parcours très personnel qui m’a menée à comprendre comment nous devenons ces instruments.

    Je commence par la fin de mon parcours, par cette vérité sublime enseignée par Neal A. Maxwell : « La soumission de notre volonté est en fait la seule chose personnelle que nous ayons à déposer sur l’autel de Dieu. Les nombreuses autres choses dont nous faisons ‘don’… sont en fait des choses qu’il nous a déjà données ou prêtées. Cependant quand vous et moi nous nous soumettons en permettant que notre volonté individuelle soit absorbée dans celle de Dieu, alors nous lui donnons réellement quelque chose ! C’est en fait le seul bien qui nous appartienne que nous puissions lui donner2 ! »

    Mes sœurs bien-aimées, je rends témoignage que, pour être vraiment un instrument entre les mains de Dieu, pour recevoir pleinement cette bénédiction au « jour de cette vie » où nous « [accomplissons nos] œuvres3 », nous devons, comme le dit frère Maxwell, « nous soumettre enfin4 » au Seigneur.

    Le processus d’affinement dans ma vie, qui a mené à mon témoignage de ce principe, a commencé de manière inattendue lorsque, la trentaine passée, j’ai reçu ma bénédiction patriarcale. En me préparant, j’avais jeûné et prié, me demandant dans mon cœur : « Qu’est-ce que le Seigneur veut que je fasse ? » Remplis d’une attente heureuse et amenant nos quatre jeunes enfants avec nous, mon mari et moi sommes allés chez le patriarche âgé. La bénédiction qu’il m’a donnée insistait, à plusieurs reprises, sur l’œuvre missionnaire.

    Je n’aime pas l’admettre, mais j’étais déçue et troublée. À ce moment-là de ma vie, j’avais à peine lu le Livre de Mormon d’un bout à l’autre. Il n’y avait pas de doute, je n’étais pas prête à faire une mission. J’ai donc mis ma bénédiction patriarcale dans un tiroir. Mais j’ai commencé un régime sérieux d’étude quotidienne des Écritures, en me concentrant sur l’éducation de mes enfants et de ceux que j’aurais.

    Les années ont passé, et mon mari et moi nous nous concentrions sur la préparation de nos enfants à la mission. En envoyant nos fils dans beaucoup de pays, je croyais honnêtement avoir accompli mon devoir missionnaire.

    C’est alors que mon mari a été appelé président de mission dans un pays instable en voie de développement, à 16 000 km de chez nous et à des années-lumière de la culture et la communication que je connaissais. Mais, au moment de mon appel de missionnaire à plein temps, je sentais un peu comme Alma et les fils de Mosiah, que j’étais appelée à être un « instrument entre les mains de Dieu pour réaliser cette grande œuvre5 ». Je ressentais aussi quelque chose qu’ils ne ressentaient peut-être pas, une peur accablante !

    Pendant les jours suivants j’ai sorti ma bénédiction patriarcale et l’ai relue à maintes reprises, cherchant à mieux la comprendre. Même le fait de savoir que j’allais vivre une promesse que j’avais reçue d’un patriarche des décennies auparavant n’apaisait pas mes craintes. Pouvais-je quitter mes enfants mariés et célibataires et mon père et ma belle-mère vieillissants ? Saurais-je faire et dire les choses justes ? Que mangerions-nous, mon mari et moi ? Serais-je en sécurité dans un pays qui était politiquement instable et dangereux ? Je me sentais incompétente à tous égards.

    Dans ma recherche de la paix, j’ai redoublé d’efforts pour aller au temple. Je méditais sur la signification de mes alliances comme je ne l’avais jamais fait auparavant. À ce carrefour décisif de ma vie, mes alliances du temple m’ont servi de fondement et de catalyseur. Oui, j’avais peur, mais je me suis rendue compte que j’avais choisi de prendre des engagements personnels, sacrés, qui me liaient et que j’avais l’intention de tenir. En fin de compte, ce service n’incombait pas à quelqu’un d’autre. C’était mon appel en mission, et j’ai décidé de servir.

    Le père de Joseph Smith donna à son fils cette bénédiction : « Le Seigneur ton Dieu t’a appelé des cieux par ton nom. Tu as été appelé… à la grande œuvre du Seigneur, à faire une œuvre dans cette génération que personne d’autre… ne ferait comme toi, en toutes choses selon la volonté du Seigneur6. » Le prophète Joseph a été appelé à son rôle unique dans « la grande œuvre du Seigneur » et, bien que je me sente dépassée et pas prête, tout aussi sûrement, je savais que j’étais, moi aussi, appelée à ma partie de l’œuvre. Cette perspective m’a aidée et m’a donné du courage.

    Dans mes prières constantes je continuais à demander : « Père, comment puis-je faire ce que tu m’as appelée à faire ? » Un matin, peu de temps avant notre départ pour le champ de la mission, deux amis m’ont apporté un cadeau, un petit recueil de cantiques à emporter avec moi. Plus tard dans la journée, la réponse à mes mois de supplications par la prière est venue de ce livre de cantiques. Comme je cherchais le réconfort dans un endroit tranquille, ces paroles me sont venues clairement à l’esprit :

    Quand tu passeras par la crainte et les maux

    Tu ne seras pas vaincu par leurs fardeaux

    Car pour te bénir, près de toi je serai

    Et dans ta détresse je te soutiendrai7.

    Le fait de me rendre compte d’une manière très personnelle que le Seigneur serait avec moi et m’aiderait n’était que le début. J’avais beaucoup plus à apprendre sur la manière de devenir un instrument entre les mains de Dieu.

    Loin de chez nous et dans un pays étranger, mon mari et moi avons commencé notre service, semblables aux pionniers, guidés par la foi à chaque pas. Nous étions réellement seuls la plupart du temps, cherchant à nous orienter dans une culture que nous ne comprenions pas, exprimée dans des douzaines de langues que nous ne parlions pas. Le sentiment de Sarah Cleveland, l’une de nos premières dirigeantes de la Société de Secours à Nauvoo, décrivait ce que nous ressentions : « Nous avons commencé cette œuvre au nom du Seigneur. Allons de l’avant hardiment8. »

    Ma première leçon dans le processus de devenir un instrument entre les mains de Dieu avait été de sonder les Écritures, jeûner, prier, aller au temple et être fidèle aux alliances contractées dans la maison du Seigneur. Ma deuxième leçon était que, pour « aller de l’avant hardiment », j’avais besoin de me reposer complètement sur le Seigneur et de rechercher avec ardeur la révélation personnelle. Pour la recevoir, je devais vivre de manière à être digne d’avoir la compagnie constante du Saint-Esprit.

    Ma dernière leçon était exactement ce qu’a expliqué frère Maxwell. Même dans les plus petits détails de chaque journée, je soumettais ma volonté à celle du Seigneur, parce que j’avais énormément besoin de son aide, de sa direction et de sa protection. Quand je l’ai fait, petit à petit ma relation avec mon Père céleste a changé de manières profondes qui continuent à nous apporter des bénédictions, à ma famille et à moi.

    Mon parcours est différent du vôtre. Chacune de vous pourrait m’enseigner beaucoup en vous appuyant de votre expérience de soumettre votre volonté à celle du Seigneur en cherchant avec ardeur à connaître sa volonté pour vous. Nous pouvons nous réjouir ensemble de l’Évangile rétabli de Jésus-Christ, faisant preuve de gratitude pour la bénédiction d’avoir le témoignage du Sauveur et de son Expiation pour chacune de nous. Je sais ceci… nos efforts individuels pour devenir des instruments entre les mains de Dieu n’ont pas été faciles et nous ont fait grandir spirituellement, enrichissant notre parcours ici-bas de manières très personnelles et merveilleuses.

    Mes chères sœurs, que le Seigneur vous bénisse toutes dans votre quête personnelle pour connaître sa volonté pour vous et pour soumettre votre volonté à la sienne. Je témoigne que notre volonté personnelle « est le seul bien qui nous appartienne que nous puissions lui donner9 ». Au nom de Jésus-Christ. Amen.