Si vous êtes préparés, vous ne craindrez pas
    Notes de bas de page
    Theme

    Si vous êtes préparés, vous ne craindrez pas

    Nous pouvons vivre de manière à pouvoir demander au Seigneur sa protection et ses directives… Nous ne pouvons pas nous attendre à son aide si nous ne sommes pas disposés à respecter ses commandements.

    Mes chers frères de la prêtrise, où que vous soyez de par ce vaste monde : Quel groupe formidable vous êtes devenus, des hommes et des garçons de toutes races et de toutes origines, tous membres de la famille de Dieu !

    Comme il est précieux, le don qu’il nous a fait. Il nous a donné une partie de ce qui est son autorité divine, la prêtrise éternelle, le pouvoir par lequel il réalise l’immortalité et la vie éternelle de l’homme. Il s’ensuit que quand beaucoup nous a été donné beaucoup est requis de nous (voir Luc 12:48 ; D&A 82:3).

    Je sais que nous ne sommes pas des hommes parfaits. Nous connaissons le chemin parfait, mais nous n’agissons pas toujours selon notre connaissance. Mais je pense que, pour la plupart, nous essayons. Nous essayons d’être le genre d’hommes que notre Père souhaite. C’est un objectif très élevé et je vous félicite tous, vous qui essayez de l’atteindre. Puisse le Seigneur vous bénir dans vos efforts pour mener une vie exemplaire dans tous les domaines.

    Comme nous le savons tous, la région des États du Golfe aux États-Unis a beaucoup souffert récemment de la fureur des vents et des eaux. Beaucoup ont perdu tout ce qu’ils avaient. Les dégâts ont été astronomiques. Ce sont littéralement des millions de personnes qui ont souffert. La peur et l’inquiétude se sont emparées du cœur de beaucoup de personnes. Des gens ont perdu la vie.

    À cette occasion, il y a eu un grand déversement d’aide. Les cœurs se sont adoucis. Les maisons se sont ouvertes. Les détracteurs aiment parler des manquements de la chrétienté. Ils devraient jeter un coup d’œil sur ce que les églises ont fait dans ces circonstances. Des membres de nombreuses confessions ont accompli des merveilles. Et notre Église n’a pas été de reste. Un grand nombre de nos hommes ont franchi des distances considérables, apportant des outils, des tentes et un rayonnement d’espoir. Les hommes de la prêtrise ont consacré des milliers et des milliers d’heures aux travaux de remise en état. Il y a eu trois et quatre mille hommes en même temps. Certains y sont ce soir. Nous ne pouvons pas assez les remercier. Qu’ils sachent que nous leur sommes reconnaissants, que nous les aimons et que nous prions pour eux.

    Deux de nos soixante-dix autorités interrégionales, John Anderson, qui réside en Floride, et Stanley Ellis, qui habite au Texas, ont dirigé une grande partie de cet effort. Mais ils seraient les premiers à dire que le mérite revient aux nombreux hommes et garçons qui ont apporté de l’aide. Beaucoup portaient des maillots avec la mention « Mains serviables mormones ». Ils ont gagné l’amour et le respect des gens qu’ils ont aidés. Leur aide n’a pas seulement été donnée aux membres de l’Église en difficulté, mais aussi à beaucoup d’autres gens, quelle que soit leur appartenance religieuse.

    Ils ont imité l’exemple des Néphites rapporté dans le livre d’Alma : « Ils ne renvoyaient aucun de ceux qui étaient nus, ou qui avaient faim, ou qui avaient soif, ou qui étaient malades, ou qui n’avaient pas été nourris ; et ils ne mettaient pas leur cœur dans les richesses ; c’est pourquoi ils étaient généreux envers tous, jeunes et vieux, esclaves et libres, hommes et femmes, qu’ils fussent hors de l’Église ou dans l’Église, ne faisant pas acception de personnes en ce qui concerne ceux qui étaient dans le besoin » (Alma 1:30).

    Les femmes et les jeunes filles de beaucoup de régions de l’Église ont fait un effort herculéen pour fournir des trousses d’hygiène et de nettoyage par dizaines de milliers. L’Église a donné du matériel, de la nourriture, de l’eau et du réconfort.

    Nous avons donné des sommes d’argent substantielles à la Croix Rouge et à d’autres organismes. Nous avons donné des millions provenant des fonds du jeûne et des fonds humanitaires. Je vous remercie tous aujourd’hui au nom de ceux qui en ont bénéficié et au nom de l’Église.

    Je ne dis pas, et j’insiste là-dessus, je ne dis pas et ne sous-entends pas que ce qui s’est produit est le châtiment du Seigneur. Il y a, parmi ceux qui ont souffert, beaucoup de braves gens, y compris de nos saints fidèles. Cela dit, je n’hésite pas à dire que ce vieux monde a connu bien des calamités et bien des catastrophes. Ceux de nous qui lisent et croient les Écritures connaissent les avertissements des prophètes au sujet des catastrophes qui se sont produites et vont encore se produire.

    Il y a eu le grand Déluge, quand les eaux ont couvert la terre, et dans lequel, comme le dit Pierre, huit âmes seulement ont été sauvées (voir 1 Pierre 3:20).

    Si quelqu’un a des doutes concernant les choses terribles qui peuvent affliger et affligeront l’humanité, qu’il lise le 24e chapitre de Matthieu. Entre autres choses, le Seigneur dit ceci : « Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres…

    « Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre.

    « Tout cela ne sera que le commencement des douleurs…

    « Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là !…

    « Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais.

    « Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés » (Matthieu 24:6-8, 19, 21-22).

    Dans le Livre de Mormon, nous lisons qu’il y a eu des destructions inimaginables sur le continent américain au moment de la mort du Sauveur à Jérusalem. Je cite à nouveau :

    « Et il arriva que la trente-quatrième année, le premier mois, le quatrième jour du mois, il s’éleva un grand orage, comme on n’en avait jamais connu de pareil dans tout le pays.

    « Et il y eut aussi une grande et terrible tempête, et il y eut un tonnerre terrible, de sorte qu’il fit trembler la terre entière, comme si elle était près de se fendre.

    « Et il y eut des éclairs extrêmement vifs, comme on n’en avait jamais connu dans tout le pays.

    « Et la ville de Zarahemla prit feu.

    « Et la ville de Moroni s’enfonça dans les profondeurs de la mer, et les habitants en furent noyés.

    « Et la terre fut soulevée sur la ville de Moronihah, de sorte qu’au lieu de la ville il y eut une grande montagne…

    « La surface tout entière du pays fut changée à cause de la tempête, et des tourbillons, et des tonnerres, et des éclairs, et du tremblement extrêmement grand de toute la terre ;

    « et les grandes routes furent fragmentées, et les routes plates furent abîmées, et beaucoup de lieux nivelés devinrent raboteux.

    « Et beaucoup de villes grandes et importantes furent englouties, et beaucoup furent brûlées, et beaucoup furent ébranlées jusqu’à ce que leurs bâtiments se fussent écroulés et que les habitants en fussent tués, et que les lieux fussent laissés désolés » (3 Néphi 8:5-10, 12-14).

    Quelle catastrophe terrible cela a dû être !

    La peste, ou mort noire, du XIVe siècle a coûté des millions de vies. D’autres maladies pandémiques, telles que la petite vérole, ont causé des souffrances et des morts inouies au cours des siècles.

    En 79 apr. J.-C. la grande ville de Pompéi a été détruite lors de l’éruption du Vésuve.

    Chicago a été ravagée par un terrible incendie. Des raz-de-marée ont inondé des régions de Hawaï. Le tremblement de terre de San Francisco, en 1906, a réduit la ville en ruines et a causé quelque trois mille morts. L’ouragan qui a touché Galveston, au Texas, en 1900 a tué 8000 personnes. Et plus récemment, comme vous le savez, il y a eu le terrible raz-de-marée dans le sud-est asiatique, qui a causé des milliers de morts et où les secours sont toujours nécessaires.

    Qu’ils sont impressionnants, les termes de la révélation de la 88e section des Doctrine et Alliances au sujet des calamités qui devaient arriver après le témoignage des anciens ! Le Seigneur dit :

    « Car après votre témoignage vient le témoignage des tremblements de terre, lesquels causeront des gémissements en son sein, et les hommes tomberont sur le sol et ne seront pas capables de rester debout.

    « Viendra aussi le témoignage de la voix des tonnerres, de la voix des éclairs, de la voix des tempêtes et de la voix des vagues de la mer se soulevant au-delà de leurs limites.

    « Et tout sera en tumulte, et assurément le cœur des hommes leur manquera, car la crainte s’abattra sur tous les peuples » (D&A 88:89-91).

    Qu’elles sont intéressantes, les descriptions du tsunami et des ouragans récents si on les compare aux termes de cette révélation : « La voix des vagues de la mer se soulevant au-delà de leurs limites. »

    La cruauté de l’homme à l’égard de l’homme exprimé dans les conflits du passé et actuels a provoqué des souffrances indicibles et continue de le faire. Dans la région du Darfour, au Soudan, des dizaines de milliers de personnes ont été tuées et bien plus d’un million sont sans abri.

    Tout ce que nous avons vécu dans le passé a été prédit et je pense que ce n’est pas encore fini. Tout comme il y a eu des calamités dans le passé, nous pouvons en prévoir d’autres à l’avenir. Que faisons-nous ?

    Quelqu’un a dit qu’il ne pleuvait pas quand Noé a construit l’arche. Mais il l’a construite et les pluies sont venues.

    Le Seigneur a dit : « Si vous êtes préparés, vous ne craindrez pas » (D&A 38:30).

    La préparation principale est également décrite dans les Doctrine et Alliances, où il est dit : « C’est pourquoi, tenez-vous en des lieux saints et ne vous laissez pas ébranler jusqu’à ce que le jour du Seigneur vienne » (D&A 87:8).

    Nous chantons :

    Calme-nous dans la détresse

    Quand la terre tremblera.

    En Sion, ô Dieu, nous laisse

    Quand le jugement viendra

    (« Vers Sion, cité promise, » Cantiques, n° 39).

    Nous pouvons vivre de manière à pouvoir demander au Seigneur sa protection et ses directives. C’est là une priorité absolue. Nous ne pouvons pas nous attendre à son aide si nous ne sommes pas disposés à respecter ses commandements. Nous, dans l’Église, nous avons suffisamment de preuves des châtiments de la désobéissance dans l’exemple des nations jarédite et néphite. Chacune d’elles est passée de la gloire à la destruction totale à cause de sa méchanceté.

    Nous savons, bien entendu, que la pluie tombe sur les justes comme sur les injustes (voir Matthieu 5:45). Mais même s’ils meurent, les justes ne sont pas perdus, ils sont sauvés par l’expiation du Rédempteur. Paul a écrit aux Romains : « Car si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur » (Romains 14:8).

    Nous pouvons écouter les avertissements. On nous a dit qu’il y en a eu beaucoup concernant la vulnérabilité de la Nouvelle-Orléans. Les sismologues nous disent que la vallée du lac Salé est une zone potentielle de tremblements de terre. C’est la principale raison pour laquelle nous faisons des travaux importants sur le Tabernacle de Temple Square. Ce bâtiment historique et remarquable doit être aménagé pour résister aux tremblements de terre.

    Nous avons construit des entrepôts à blé et des magasins et les avons remplis des produits de première nécessité en cas de catastrophe. Mais les meilleures réserves sont celles des familles. Dans la révélation, le Seigneur a dit : « Organisez-vous, préparez tout ce qui est nécessaire » (D&A 109:8).

    Il y trois quarts de siècle que l’on conseille à notre peuple et qu’on l’encourage à se préparer pour assurer sa survie si une calamité se produisait.

    Nous pouvons mettre de côté de l’eau, de la nourriture de base, des médicaments et des vêtements pour nous tenir chaud. Nous devrions avoir un peu d’argent mis de côté en cas de besoin.

    Maintenant ce que j’ai dit ne doit pas vous faire prendre l’épicerie d’assaut ni rien de ce genre. Je ne dis rien qui n’ait déjà été dit depuis bien longtemps.

    Ne perdons jamais de vue le songe du pharaon concernant les vaches grasses et les vaches maigres, les épis pleins et les épis vides interprété par Joseph comme indiquant des années d’abondance et des années de disette (voir Genèse 41:1-36).

    J’ai la foi, mes chers frères, que le Seigneur nous bénira, veillera sur nous et nous aidera si nous obéissons à sa lumière, à son Évangile et à ses commandements. Il est notre Père et notre Dieu, nous sommes ses enfants, et nous devons toujours mériter son amour et ses soins. Puissions-nous le faire, c’est mon humble prière, au nom de Jésus-Christ. Amen.