Soyez préparés… soyez dorénavant forts
    Notes de bas de page
    Theme

    Soyez préparés… soyez dorénavant forts

    Les catastrophes ne l’emportent jamais là où la droiture personnelle prévaut.

    Vous êtes-vous déjà trouvé dans une conversation où vous deviez soudain garder le silence alors que votre point de vue était mal interprété et dénigré ? C’est ce qui m’est arrivé il y a près de vingt-cinq ans et j’ai gardé jusqu’à ce jour la contrariété de cette conversation interrompue.

    Étant président de mission, j’avais été invité, avec d’autres membres de l’Église, à rencontrer le maire de l’une des villes de notre mission. Il nous a accueillis cordialement dans son bureau. Notre conversation a touché aux problèmes de notre époque. Il a fini par me demander pourquoi l’Église faisait du prosélytisme dans sa ville.

    Cela n’était pas inattendu. J’avais eu l’impression quelques semaines plus tôt qu’il poserait cette question et ressenti ce que devait être ma réponse. J’ai répondu : « L’Évangile de Jésus-Christ donne des réponses et des solutions à tous les problèmes mondiaux, entre autres ceux que rencontrent les personnes justes de votre ville. C’est pour cela que nous sommes ici. »

    J’espérais tout à fait que le maire demanderait à en savoir davantage. Au lieu de cela, il a changé d’humeur. Le scepticisme, puis le dédain se sont emparé de lui. Il a fulminé contre ma manière naïve d’aborder les difficultés mondiales et a mis brusquement fin à notre discussion. Aucune autre explication n’était permise…

    Ce matin, j’aimerais terminer cette conversation. J’espère que ce brave maire écoute parce que ce qui suit est essentiel pour le monde troublé dans lequel nous vivons.

    Ces dernières années, de terribles calamités nous amènent à réfléchir. Elles arrivent de plus en plus souvent et sont de plus en plus intenses. Les forces naturelles ont une portée meurtrière; les agressions humaines sont sans merci dans leurs carnages et les appétits non maîtrisés mènent à la dépravation, à la délinquance et au déclin de la famille dans des proportions quasi épiques. Le raz-de-marée du Sud-Est asiatique et les ouragans aux États-Unis avec les pertes terribles qu’ils ont causées sont les calamités les plus récentes qui captent notre attention. Dans le monde entier, on a manifesté de l’amour et porté secours aux personnes profondément touchées. Pendant un bref instant, les différences cèdent la place à la compassion et à l’amour.

    Nous sommes redevables aux personnes qui, quand elles étaient ballottées par ces calamités, nous ont rappelé que l’homme dépend de Dieu. Dans un camp de réfugiés, une veuve, angoissée par la mort brutale de ses fils, pleure en disant : « Je ne dois pas perdre la foi. » Des survivants, accablés par la furie de Katrina, supplie : « Priez pour nous1 ! »

    Les causes de ces calamités font l’objet de débats apparemment sans fin. Les commentateurs, les politiciens, les scientifiques et de nombreuses autres personnes ont un avis sur les causes.

    Le Seigneur Jésus-Christ a dit à propos du rétablissement de son Évangile.

    « C’est pourquoi, moi, le Seigneur, connaissant la calamité qui s’abattra sur les habitants de la terre, j’ai fait appel à mon serviteur Joseph Smith, fils, lui ai parlé du haut des cieux et lui ai donné des commandements.

    « Sondez ces commandements, car ils sont vrais et dignes de foi, et les prophéties qu’ils contiennent s’accompliront toutes2. »

    Penchons-nous sur les raisons ou les buts de ces calamités. Heureusement, il n’y a pas besoin de débat ici parce que nous avons la plénitude de l’Évangile du Christ sur laquelle nous appuyer. Sondez les paroles des prophètes dans le Livre de Mormon et la Bible, lisez les enseignements de Jésus-Christ dans le 24e chapitre de Matthieu3, étudiez les révélations des derniers jours données par le Seigneur dans les Doctrine et Alliances4. Nous y apprenons les desseins de Dieu dans ces domaines.

    Les calamités sont une forme d’adversité et celle-ci constitue une partie nécessaire du plan de notre Père céleste pour le bonheur de ses enfants.

    Si notre cœur est juste devant Dieu, l’adversité nous formera, nous aidera à surmonter notre nature charnelle et alimentera l’étincelle divine qui est en nous. Sans l’adversité, nous ne saurions pas choisir « la meilleure part5 ». L’adversité nous aide à voir de quoi nous devons nous repentir, comment maîtriser les bas instincts, embrasser la justice et « avoir la conscience en paix6 ».

    Plus nous nous attachons à la droiture, plus nous apprécions la sollicitude protectrice de notre Sauveur. Il est le Créateur et le Seigneur de l’univers. Il apaisera les vents et les vagues7. Ses enseignements et son expiation guériront l’âme repentante. Il est le Messie ou le Libérateur, et, grâce à lui, chacun de nous peut être responsable de son monde personnel, même lorsque des tragédies nous assaillent. Écoutez ces vérités :

    « Le Messie vient dans la plénitude du temps, afin de racheter de la chute les enfants des hommes. Et parce qu’ils sont rachetés de la chute, ils sont devenus libres à jamais, discernant le bien du mal, pour agir par eux-mêmes et non pour être contraints, si ce n’est par le châtiment de la loi au grand et dernier jour, selon les commandements que Dieu a donnés.

    « C’est pourquoi, les hommes sont libres selon la chair, et tout ce qui est nécessaire à l’homme leur est donné. Et ils sont libres de choisir la liberté et la vie éternelle, par l’intermédiaire du grand Médiateur de tous les hommes, ou de choisir la captivité et la mort, selon la captivité et le pouvoir du diable; car [le diable] cherche à rendre tous les hommes malheureux comme lui8. »

    Nous ferons bien de nous rappeler que le diable est le Destructeur.

    Il est vrai que dans cette vie, nous ne sommes pas plus libres que notre situation dans la condition mortelle nous le permet. Peut-être ne pourrons-nous pas supporter qu’il y ait des guerres dans les pays éloignés ni, avec nos piètres armes, repousser les tempêtes qui font rage, ni courir librement quand notre corps est prisonnier de notre mauvaise santé. Mais il est réellement vrai que ces choses ne déterminent pas, en fin de compte, notre monde personnel. C’est nous qui le déterminons !

    Joseph Smith, le prophète, a déclaré : « Le bonheur est l’objet et le but de notre existence et en sera la fin si nous suivons le chemin qui y mène; et ce chemin, c’est la vertu, l’intégrité, la fidélité, la sainteté et le respect de tous les commandements de Dieu9. »

    Et donc, monsieur le Maire, avec le respect que je vous dois, l’Évangile de Jésus-Christ apporte des réponses à tous les problèmes du monde, précisément parce qu’il apporte des solutions aux maux de chaque âme vivante.

    Chaque fois qu’une catastrophe frappe, il y a, pour chacun de nous, une obligation sacrée de devenir meilleur. Nous devrions nous demander : « Quelle partie de ma vie dois-je changer pour ne pas devoir sentir le poids du châtiment ? »

    Dans les Écritures, le Seigneur explique clairement ce qu’il attend de nous lorsque ce genre de jugements tombent. Il dit : « Ceignez-vous les reins et soyez préparés. Voici, le royaume est à vous et l’ennemi ne vaincra pas10. »

    Il est commandé à l’Église et à ses membres d’être autonomes et indépendants11. La préparation commence par la foi qui nous permet de supporter les vicissitudes de la météo lorsqu’elles arrivent. Nous considérons la vie terrestre comme un voyage de préparation. La foi au Seigneur et en son Évangile triomphent de la crainte et produisent la spiritualité.

    La spiritualité se développe lorsque nous « prions et… marchons en droiture devant le Seigneur12 ». C’est « la conscience de la victoire sur soi et de la communion avec l’Infini13 ».

    La foi, la spiritualité et l’obéissance produisent un peuple préparé et autonome. En obéissant à l’alliance de la dîme, nous sommes protégés de la pauvreté et du pouvoir du Destructeur. Lorsque nous obéissons à la loi du jeûne et que nous donnons généreusement pour les autres, nos prières sont entendues et la fidélité familiale augmente. Des bénédictions semblables nous sont accordées quand nous obéissons aux conseils des prophètes et vivons selon nos moyens, évitons les dettes inutiles et faisons des réserves suffisantes des produits de première nécessité pour subvenir à nos besoins et à ceux de notre famille pendant au moins un an. Cela n’est peut-être pas toujours facile, mais faisons « de notre mieux14 » et nos magasins ne manqueront de rien : il y aura « assez et même en réserve15 ».

    Et là encore, le Seigneur dit : « Soyez forts ; ne craignez pas, car le royaume est à vous16. »

    La force et la résistance sont le produit d’une vie juste. On n’est pas juste quand on est saint le dimanche et fainéant le reste de la semaine. Les appétits non maîtrisés sont destructeurs et poussent l’homme à prendre « les choses sacrées à la légère18 ». Brigham Youg a enseigné : « Le péché qui reste attaché à toute la postérité d’Adam et Ève, c’est qu’elle n’a pas fait aussi bien qu’elle aurait pu17. »

    L’Évangile de Jésus-Christ est la voie de la droiture. Les catastrophes ne l’emportent jamais là où la droiture personnelle prévaut. Suivons donc le conseil de l’apôtre Paul :

    « La nuit est avancée, le jour approche. Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres, et revêtons les armes de la lumière.

    « Marchons honnêtement, comme en plein jour, loin des excès et de l’ivrognerie, de la luxure et de l’impudicité, des querelles et des jalousies.

    « Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ, et n’ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises19. »

    Notre devoir de saints des derniers jours est de nous préparer, nous, cette terre et ses habitants, à la seconde venue du Seigneur Jésus-Christ. Le fait d’être prêts et forts, comme l’Évangile l’enseigne, assure le bonheur ici et dans l’au-delà, et rend possible cette « grande mission du millénium ».

    Frère Hinckley, notre président bien-aimé, nous a lancé l’exhortation : « À présent, mes frères et sœurs, le moment est venu de grandir un peu, de lever les yeux et d’élargir notre esprit pour mieux comprendre la grande mission de préparation du millénium qu’a l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Le moment est venu d’être fort. Le moment est venu d’avancer sans hésitation, en toute connaissance de la signification, de l’ampleur et de l’importance de notre mission. Le moment est venu de faire ce qui est juste sans se préoccuper des conséquences. Le moment est venu d’être trouvé gardant les commandements. Le moment est venu de tendre la main avec gentillesse et amour aux gens qui sont dans la détresse et aux gens qui errent dans les ténèbres et la souffrance. Le moment est venu d’être prévenant et bon, bienveillant et courtois les uns envers les autres dans toutes nos relations. En d’autres termes, de devenir plus semblables au Christ20. »

    Cette exhortation du prophète du Seigneur nous montre le chemin qui permet de traverser ces temps agités. Nous pensons à vous tous, qui souffrez. Puisse notre Père céleste, dans sa miséricorde infinie, alléger vos fardeaux et remplir votre vie de la paix qui « surpasse toute intelligence21 ». Vous n’êtes pas seuls. Notre amour, notre foi et nos prières se joignent aux vôtres. Avancez dans la droiture et tout sera bien.

    Au nom de Jésus-Christ. Amen.