Un modèle pour tous
    Notes de bas de page
    Theme

    Un modèle pour tous

    L’Évangile rétabli de Jésus-Christ est un modèle pour tous… C’est la bonne nouvelle, la doctrine éternelle et les pouvoirs rédempteurs du Seigneur Jésus-Christ.

    Récemment, quelqu’un qui participait à une émission à la radio a mis en doute l’attrait international de l’Église, étant donné ses origines à New York, son siège social en Utah et l’histoire, dans le Livre de Mormon, d’un ancien peuple américain. En pensant aux amis d’Asie, d’Afrique, d’Europe et d’autres régions du monde, je me suis dit que l’intervenant ne comprenait pas la nature universelle de l’Évangile rétabli ni le fait que ses ordonnances, ses alliances et ses bénédictions s’appliquent à tous. Lmondiale de la Première Vision de Joseph Smith, le prophète, et du Livre de Mormon ne se mesure pas en termes géographiques, mais d’après leur message concernant les relations de l’homme avec Dieu, l’amour du Père pour ses enfants et le potentiel divin de tout être humain.

    À toutes les époques, les prophètes ont lancé cet appel : « Venez au Christ et soyez rendus parfaits en lui » (Moroni 10:32 ; voir aussi Matthieu 5:48 ; Jean 10:10 ; 14:6), qui indique que le salut passe par le Fils unique du Père (voir Jean 1:14, 18 ; D&A 29:42). L’appel est universel et s’applique à tous les enfants de Dieu, qu’ils soient Africains, Asiatiques, Européens ou de toute autre nationalité. Comme l’apôtre Paul l’a dit aux Athéniens, nous sommes tous « de la race de Dieu » (voir Actes 17:29).

    Le plan de vie du Père, avec l’expiation du Christ comme élément central, a été préparé avant la fondation du monde (voir Abraham 3:22-28 ; Alma 13:3). Il a été donné à Adam et à Ève et ils ont reçu le commandement de l’enseigner à leurs enfants (voir Moïse 5:6-12). Avec le temps, la postérité d’Adam a rejeté l’Évangile, mais il a été renouvelé avec Noé et puis de nouveau avec Abraham (voir Exode 6:2-4 ; Galates 3:6-9). L’Évangile a été offert aux Israélites du temps de Moïse. Mais il leur fallait un chef de corvée plus strict pour les amener au Christ, étant donné les siècles d’apostasie qu’ils avaient connus (voir Exode 19:5-6 ; D&A 84:19-24). La plénitude de l’Évangile a finalement été rendue à Israël par le Sauveur lui-même au midi des temps.

    Un des passages les plus révélateurs de l’Écriture concernant cette succession d’apostasies et de rétablissements est la parabole des vignerons (voir Marc 12:1-10). Jésus y rappelle au peuple les nombreux prophètes qui ont été envoyés au cours des temps pour susciter des nations justes. Il dit ensuite que les messagers ont été rejetés maintes et maintes fois. Certains ont été battus et renvoyés les mains vides. D’autres ont été tués. Ensuite, prophétisant sur son propre ministère, Jésus dit à ses auditeurs que le Père a décidé d’envoyer son « fils unique, son bien-aimé » (Traduction par Joseph Smith, Marc 12:7) en se disant : « Ils auront du respect pour mon fils » (Matthieu 21:37).

    Mais Jésus, sachant ce qui l’attendait, dit alors :

    « Mais ces vignerons dirent… Voici l’héritier ; venez, tuons-le, et l’héritage sera à nous.

    « Et ils se saisirent de lui, le tuèrent, et le jetèrent hors de la vigne » (Marc 12:7, 8).

    Après la mort du Sauveur et de ses apôtres, la doctrine et les ordonnances ont été changées et il y a de nouveau eu apostasie. Cette fois les ténèbres spirituelles ont duré des centaines d’années avant que des rayons de lumière parviennent une fois de plus jusqu’à la terre. L’apôtre Pierre savait que cette apostasie aurait lieu et a prophétisé après l’ascension du Sauveur que la Seconde Venue du Seigneur ne serait qu’après un « rétablissement de toutes choses » (voir Actes 3:19-21). L’apôtre Paul a également prophétisé qu’il y aurait un temps où les membres ne supporteraient pas la saine doctrine (voir 2 Timothée 4:3-4) et qu’une « apostasie » (2 Thessaloniciens 2:2-3) précéderait la seconde venue du Christ. Il fait, lui aussi, allusion au rétablissement de toutes choses, disant que le Sauveur, « lorsque les temps seraient accomplis, [réunirait] toutes choses en Christ » (Éphésiens 1:10).

    Le Seigneur a dirigé le rétablissement de l’Évangile par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète. Le « rétablissement de toutes choses » a commencé dans le bosquet sacré avec l’apparition du Père et du Fils à Joseph Smith. Joseph a appris en vision la nature personnelle de Dieu, que le Père et le Fils sont des êtres distincts et exaltés ayant un corps de chair et d’os.

    Au début de la plupart des dispensations, un livre est donné au prophète nouvellement appelé. Moïse a reçu des tables (voir Exode 31:18). Léhi a reçu un livre à lire au sujet de la destruction de Jérusalem (voir 1 Néphi 1:11-14). Ézéchiel a reçu « un livre en rouleau » (Ézéchiel 2:9-10) contenant le message du Seigneur pour la maison de Juda de son époque. Jean le Révélateur, dans l’île de Patmos, a vu un livre muni de sept sceaux (voir Apocalypse 5 ; D&A 77:6). Faut-il alors s’étonner que le Seigneur ait donné un livre contenant la plénitude de l’Évangile lors du « rétablissement de toutes choses » ? Le Livre de Mormon a le pouvoir d’attirer tous les hommes et toutes les femmes au Christ. Ses mentions de l’expiation du Sauveur sont les plus claires que nous ayons en ce qui concerne son but et ses pouvoirs.

    Le Saint-Esprit a chuchoté à mon âme que Joseph a vu le Père et le Fils dans le bosquet sacré et que le Livre de Mormon est vrai. Je suis reconnaissant des connaissances supplémentaires concernant l’expiation du Sauveur contenues dans le Livre de Mormon. L’un des titres donnés au Sauveur est celui de « Fils unique du Père ». Par exemple, l’apôtre Jean dit, dans son évangile, qu’il a vu la majesté et la gloire du Seigneur sur le mont de la Transfiguration et que sa gloire était celle du « Fils unique du Père » (Jean 1:14 ; voir aussi v. 18). Le Livre de Mormon utilise aussi ce titre de nombreuses fois.

    À la différence des mortels qui héritent les germes de la mort des deux parents, Jésus est né d’une mère mortelle mais d’un Père immortel. Les germes de la mort reçus de Marie signifiaient qu’il pouvait mourir, mais l’héritage de son Père lui donnait une vie infinie, ce qui signifie que la mort était un acte volontaire. C’est ce qui a permis à Jésus de dire aux Juifs : « Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même » (Jean 5:26).

    À une autre occasion il a dit :

    « Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre.

    « Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même ; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre : tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père » (Jean 10:17-18).

    La nature infinie reçue de son Père a donné à Jésus le pouvoir d’accomplir l’Expiation, de souffrir pour les péchés de tous. Le prophète Alma enseigne dans le Livre de Mormon que Jésus a non seulement pris sur lui nos péchés mais nos souffrances, nos afflictions et nos tentations. Alma explique aussi que Jésus a pris sur lui nos maladies, la mort et nos infirmités. (Voir Alma 7:11-13.) Il l’a fait, dit Alma, pour que ses « entrailles soient remplies de miséricorde, selon la chair, afin qu’il sache… comment secourir son peuple » (Alma 7:12).

    Le prophète Abinadi ajoute que « lorsque son âme aura été donnée en offrande pour le péché, il verra sa postérité » (Mosiah 15:10). Abinadi dit ensuite que la postérité du Sauveur, ce sont les prophètes et ceux qui les suivent. Pendant bien des années j’ai pensé que le Jardin et la croix étaient les endroits où une grande masse de péchés a été placée sur le Sauveur. Mais, grâce aux paroles d’Alma, d’Abinadi, d’Ésaïe et d’autres prophètes, ma vision des choses a changé. Au lieu d’une masse impersonnelle de péchés, il y avait une longue file de gens quand Jésus a ressenti « nos faiblesses » (Hébreux 4:15), « [a porté] nos souffrances… nos douleurs… [et a été] brisé pour nos iniquités » (Ésaïe 53:4-5).

    L’Expiation a été une expérience intime et personnelle dans laquelle Jésus a appris comment aider chacun de nous.

    La Perle de Grand Prix enseigne que Moïse a vu tous les habitants de la terre, qui étaient « aussi innombrable[s] que le sable au bord de la mer » (Moïse 1:28). Si Moïse a pu voir chaque âme, il semble raisonnable que le Créateur de l’univers a le pouvoir de faire intimement connaissance de chacun de nous. Il a appris vos faiblesses et les miennes. Il a éprouvé vos douleurs et vos souffrances. Il a éprouvé les miennes. Je témoigne qu’il nous connaît. Il comprend la manière dont nous traitons les tentations. Il connaît nos faiblesses. Mais plus que cela, plus que simplement nous connaître, il sait comment nous aider si nous allons à lui avec foi. C’est pour cela qu’une jeune Sud-américaine s’est soudain rendu compte qu’elle était plus qu’un point dans l’univers quand le Saint-Esprit lui a donné le témoignage du Rétablissement. Elle a ressenti l’amour de Dieu, elle a su qu’elle était sa fille et a compris qu’il la connaissait. C’est aussi ce qui explique pourquoi le plan du salut semblait être quelque chose de connu à mon ami japonais tandis que les missionnaires l’instruisaient et que le Saint-Esprit confirmait sa raison d’être sur la terre et son potentiel.

    Je témoigne que l’Évangile rétabli de Jésus-Christ est un modèle pour tous. Ce n’est pas l’endroit où les événements se sont passés qui importe, c’est la bonne nouvelle, la doctrine éternelle et les pouvoirs rédempteurs du Seigneur Jésus-Christ. Je témoigne qu’il vit, qu’il est le Christ. Je témoigne que l’Évangile rétabli par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète, est le « rétablissement de toutes choses » dont Pierre a parlé. Je témoigne que le président Hinckley est le prophète du Seigneur aujourd’hui. Au nom de Jésus-Christ. Amen.