Enseignements des présidents
Chapitre 17 : Poursuivez le processus merveilleux de l’apprentissage
précédent suivant

Chapitre 17

Poursuivez le processus merveilleux de l’apprentissage

« Nous devons continuer à progresser. Nous devons apprendre sans relâche. Dieu nous commande d’ajouter sans cesse à nos connaissances. »

Épisodes de la vie de Gordon B. Hinckley

Le président Hinckley a déclaré : « J’aime apprendre. » Je me réjouis de chaque occasion qui m’est donnée d’acquérir de la connaissance. En effet, je suis convaincu de l’importance de rechercher l’instruction et j’ai soutenu cette quête de toutes mes forces tout au long ma vie pour moi-même et pour les autres. […] Selon moi, l’apprentissage est une exigence autant pratique que spirituelle1. »

La faculté du président Hinckley d’amasser la connaissance et de l’appliquer dans ses tâches était source d’émerveillement pour ses compagnons de service à la direction de l’Église. Robert D. Hales, du Collège des douze apôtres, a fait la remarque suivante : « Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui soit plus capable de s’informer par la lecture et le contact avec les autres. Lorsqu’il passe une soirée à dîner avec quelqu’un, il le quitte toujours en ayant appris quelque chose dans le domaine de spécialité de cette personne. » Neal A. Maxwell, qui lui aussi faisait partie du Collège des douze apôtres, a dit : « Ce qui rend le président Hinckley unique est qu’il se rappelle ce qu’il lit et distille ce qu’il veut en retenir. Son intellect est un conjugué de tout cela. Il est capable de puiser dans ses connaissances pour prendre de bonnes décisions2. »

Dans ses efforts pour apprendre et s’améliorer tout au long de sa vie, le président Hinckley suivit l’exemple de ses parents. La description qu’il fait de Bryant S. Hinckley, son père, illustre combien ce dernier était déterminé à apprendre :

« À l’âge que j’ai maintenant, il avait cessé toute activité professionnelle. Mais c’était un retraité actif. Il habitait une maison plutôt simple mais confortable dans une zone rurale. Il avait un verger autour de chez lui et aimait en partager les fruits. Sur le terrain autour de sa maison, il y avait de la pelouse, des arbustes et des arbres. Il y avait un mur de pierre d’environ soixante centimètres de haut qui séparait un niveau d’un autre. Quand il faisait beau, il s’asseyait sur le mur, un vieux chapeau sur la tête pour se protéger les yeux du soleil. Quand nous venions le voir, je m’asseyais à côté de lui. Lorsqu’on l’y encourageait, il se mettait à parler de sa vie. […]

« Il avait enseigné. Il avait été un homme d’affaires accompli. Il avait présidé le plus grand pieu de l’Église comptant plus de 15 000 membres. Il avait été président de mission et avait rempli beaucoup d’autres appels. À présent il était à la retraite et il était assis sur son mur. C’était un lecteur avide qui possédait une bibliothèque fabuleuse. Il était à la fois un orateur et un écrivain accompli. Presque jusqu’à sa mort, peu de temps avant ses 94 ans, il a lu, écrit et médité sur les connaissances qu’il avait acquises.

« J’ai découvert que les jours ensoleillés où il était assis sur son mur, heure après heure, il méditait sur les choses qu’il avait lues dans sa bibliothèque.

« Je pense qu’il a admirablement bien vieilli. Il avait ses livres qui contenaient le trésor précieux des pensées des grands hommes et femmes de toutes les époques. Il n’a jamais cessé d’apprendre et, chaque fois qu’il s’asseyait sur son mur, il méditait sur ses lectures de la veille. […]

« […] Pourquoi est-ce que je vous parle d’un vieil homme et du mur sur lequel il s’asseyait ? Je vous en parle parce que je pense qu’il y a là une leçon pour chacun de nous. Nous ne devons jamais nous arrêter d’apprendre. Nous croyons que nous pouvons progresser éternellement et que cette vie fait partie de l’éternité et doit être mise à profit jusqu’à la fin3. »

« Cherchez la connaissance par l’étude et aussi par la foi » (D&A 88:118).

Enseignements de Gordon B. Hinckley

1

Le Seigneur veut que nous acquérions de l’instruction afin de progresser individuellement et d’apporter notre contribution à la société.

Vous êtes membres d’une Église qui enseigne l’importance de l’instruction. Le Seigneur vous a donné la mission d’éduquer votre esprit, votre cœur et vos mains. Il a dit : « Enseignez diligemment… afin que vous soyez instruits… des choses qui se trouvent dans le ciel, sur la terre et sous la terre ; des choses qui ont été, des choses qui sont, des choses qui doivent arriver sous peu ; des choses qui se passent au pays, des choses qui se passent à l’étranger ; des guerres et des perplexités des nations, et des jugements qui sont sur le pays ; et aussi d’une connaissance des pays et des royaumes, afin que vous soyez préparés en tout » (D&A 88:78–80)4.

Nous, membres de cette Église, avons reçu une promesse merveilleuse du Seigneur. Il a dit : « Ce qui est de Dieu est lumière ; et celui qui reçoit la lumière et persévère en Dieu reçoit davantage de lumière ; et cette lumière devient de plus en plus brillante jusqu’au jour parfait » (D&A 50:24).

Quelle déclaration remarquable ! C’est l’un de mes versets d’Écriture favoris. Il parle de progression, de développement, de l’effort qui conduit à la divinité. Il va de pair avec ces grandes déclarations : « La gloire de Dieu c’est l’intelligence ou, en d’autres termes, la lumière et la vérité » (D&A 93:36), [et] « si, par sa diligence et son obéissance, une personne acquiert dans cette vie plus de connaissance et d’intelligence qu’une autre, elle en sera avantagée d’autant dans le monde à venir » (D&A 130:19). […]

Quel défi immense dans ces déclarations admirables ! Nous devons continuer à progresser. Nous devons apprendre sans relâche. Dieu nous commande d’ajouter sans cesse à nos connaissances. […]

Le Seigneur nous a dit, à vous et à moi : « Cherchez des paroles de sagesse dans les meilleurs livres ; cherchez la connaissance par l’étude et aussi par la foi. […] Organisez-vous ; […] Cessez d’être paresseux. » (D&A 88:118-119, 124)5.

Le Seigneur veut que vous éduquiez votre intelligence et vos mains, quelle que soit le domaine que vous avez choisi, que ce soit la réparation des réfrigérateurs ou la chirurgie, vous devez acquérir une formation. Recherchez la meilleure formation possible. Devenez un artisan intègre dans le monde qui s’ouvre à vous. […] Vous ferez honneur à l’Église et vous recevrez d’abondantes bénédictions du fait de cette formation.

Il ne fait aucun doute, absolument aucun doute, que les études paient. Ne compromettez pas vos chances. Si vous le faites, vous le paierez pendant longtemps6.

Nous ne devons pas seulement vivre pour survivre. Chacun de nous doit s’équiper pour accomplir quelque chose d’utile dans la société ; acquérir davantage de lumière afin que la lumière que nous avons puisse illuminer un monde enténébré. Et c’est par l’apprentissage, l’acquisition de l’instruction, la progression et l’épanouissement de l’intelligence et de l’âme que cela est possible7.

« Commencez tôt à mettre des livres dans les mains de vos enfants. »

2

En s’organisant et en faisant preuve de discipline personnelle, les parents peuvent créer chez eux une atmosphère propice à l’étude.

Qu’il est passionnant de voir de jeunes esprits se développer et se fortifier ! Je suis de ceux qui apprécient le vaste potentiel bénéfique de la télévision. Mais je suis aussi de ceux qui déplorent le gaspillage énorme de temps et d’occasions lorsque des enfants, dans certains foyers, regardent, heure après heure, ce qui n’instruit ni n’édifie.

Quand j’étais enfant, nous vivions dans une grande et vieille maison. Une des pièces s’appelait la bibliothèque. Il y avait une table solide et une bonne lampe, trois ou quatre fauteuils confortables dans des coins bien éclairés et des rayons de livres garnissant les murs. Il y avait un grand nombre de volumes, collectionnés par mon père et ma mère au cours des années.

Nous n’avons jamais été obligés de les lire, mais ils étaient là, à notre disposition quand nous le désirions.

Le silence régnait dans cette pièce. Il était entendu que c’était un endroit où étudier.

Il y avait aussi des magazines : ceux de l’Église et deux ou trois autres bons périodiques. Il y avait des livres d’histoire et de littérature, de technologie, des dictionnaires, une encyclopédie en plusieurs volumes et un atlas. Il n’y avait pas de télévision à cette époque. La radio est venue plus tard, pendant mon enfance. Mais il y avait une ambiance, une ambiance d’étude. Je ne voudrais pas que vous croyiez que nous étions de grands érudits. Mais nous étions ainsi soumis à l’influence de la grande littérature, de grandes idées conçues par de grands penseurs, et du langage d’hommes et de femmes qui exprimaient des pensées profondes avec élégance.

Il n’y a pas, dans beaucoup de nos maisons modernes, la possibilité d’avoir une telle bibliothèque. La plupart des familles manquent de place. Mais on peut toujours trouver un coin, il peut toujours y avoir un endroit où l’on peut trouver le calme, où l’on peut s’asseoir, lire et penser. Il est vraiment bien d’avoir un bureau ou une table, aussi simple soit-elle, sur laquelle sont posés les ouvrages canoniques de l’Église, quelques bons livres, les magazines de l’Église et d’autres choses valant la peine d’être lues.

Commencez tôt à mettre des livres entre les mains de vos enfants. La mère qui néglige de faire la lecture à ses enfants leur rend un mauvais service, et à elle aussi. Cela demande du temps, oui, beaucoup de temps. Cela exige une discipline personnelle. Cela réclame l’organisation et la répartition judicieuse des heures et des minutes de la journée. Mais vous ne vous ennuierez jamais à voir de jeunes esprits découvrir des personnages, des expressions et des idées. La lecture de bons livres peut devenir une passion bien plus fructueuse, avec les années, que maintes autres activités auxquelles les enfants emploient leur temps. […]

Parents, […] soumettez vos enfants à l’influence de grands esprits, de grandes idées, de vérités éternelles et de tout ce qui édifie et pousse à faire le bien. […] [Efforcez-vous] de créer chez [vous] une atmosphère propice à l’étude et au développement mental qui en résulte8.

3

L’instruction est la clé qui ouvre des possibilités aux jeunes et aux jeunes adultes.

Nous vivons à une époque où de grandes possibilités s’ouvrent à vous, les jeunes, une époque où il est merveilleux de vivre sur terre. C’est l’époque la plus grandiose de l’histoire. Vous bénéficiez de tout le savoir des hommes qui ont vécu sur terre avant vous ; ce savoir est concentré dans des leçons dans lesquelles vous pouvez acquérir en relativement peu de temps la connaissance que les hommes ont acquise avec peine au fil des siècles. Ne vous privez pas de cette occasion. Ne ratez pas la grande possibilité qui est la vôtre. Mettez-vous au travail, étudiez sérieusement9.

Il est très important que vous, jeunes gens, et vous, jeunes filles, acquériez toute l’instruction possible. […] L’instruction est la clé qui vous ouvre des possibilités. Elle vaut la peine que l’on fasse des sacrifices. Elle mérite qu’on y travaille et, si vous éduquez votre esprit et vos mains, vous aurez beaucoup à offrir à la société dont vous faites partie, et vous ferez honneur à l’Église dont vous êtes membre. Mes chers jeunes frères et sœurs, profitez de chaque occasion que vous pouvez saisir de vous instruire, et vous, pères et mères, encouragez vos fils et vos filles à faire des études, ce qui sera bénéfique pour eux10.

Peut-être n’avez-vous pas l’argent nécessaire pour faire toutes les études que vous voudriez. Allez le plus loin possible avec l’argent dont vous disposez, profitez des bourses, des fondations et des prêts, en vous limitant à ce que vous êtes capables de rembourser11.

Peu m’importe le métier que vous choisissez à condition qu’il soit honorable. Mécanicien, maçon, plombier, électricien, médecin, avocat, marchand, mais pas voleur. Quel que soit le métier, saisissez toutes les occasions de vous y former. La société vous récompensera en fonction de votre valeur, selon ce qu’elle considère être cette valeur. Aujourd’hui est un jour important où vous devez vous préparer. Si cela implique des sacrifices, faites-les. Ces sacrifices deviendront votre meilleur investissement, car vous en récolterez les bénéfices tous les jours de votre vie12.

J’exhorte chacune de vous, jeunes filles, à faire le plus d’études possible. Vous allez en avoir besoin dans le monde dans lequel vous évoluerez. Dans la vie, il y a de plus en plus de concurrence. […] Le monde change, et il est extrêmement important que nous nous préparions pour pouvoir avancer avec ce changement. Mais il y a un bon côté à tout cela. Aucune époque de l’histoire n’a offert autant de possibilités aux femmes. Votre objectif premier devrait être d’avoir un mariage heureux, d’être scellées dans le temple du Seigneur et de bien élever vos enfants. Les études peuvent mieux vous armer pour la réalisation de ces idéaux13.

L’Église et la société ont à offrir aux femmes de magnifiques responsabilités qui sont en complète harmonie avec le mariage, le rôle de mère et l’éducation d’enfants bons et capables14.

La totalité des secteurs de l’activité humaine est maintenant accessible aux femmes. Il n’est rien qui vous soit impossible si vous êtes déterminées à l’obtenir. Vous pouvez ajouter à votre rêve de la femme que vous voudriez être celui d’une personne qualifiée pour servir la société et pour apporter une contribution importante au monde dont elle fait partie15.

Je suis reconnaissant que les femmes aient aujourd’hui la même possibilité [que les hommes] d’étudier les sciences, les professions libérales et toutes les autres facettes de la connaissance humaine. Vous avez droit, tout autant que les hommes, à l’Esprit du Christ, qui éclaire tout homme ou femme qui vient au monde. (voir D&A 84:46). Fixez vos priorités en fonction du mariage et de la famille, mais lancez-vous aussi dans des études qui mèneront à un travail gratifiant et à un emploi productif au cas où vous ne vous marieriez pas ou qui vous donneront un sentiment de sécurité et de satisfaction si vous vous mariez16.

[Jeunes gens], faites front aux grosses difficultés qui vous attendent. Vous entrez dans un monde de concurrence féroce. Vous devez acquérir toute l’instruction que vous pouvez. Le Seigneur nous a appris l’importance de l’instruction. Elle vous ouvrira de grandes possibilités. Elle vous préparera à accomplir quelque chose de valeur dans le vaste monde plein de possibilités qui s’offre à vous. Si vous pouvez aller à l’université et que vous le souhaitez, faites-le. Si vous ne voulez pas aller à l’université, allez alors dans une école professionnelle ou une école de commerce pour améliorer vos compétences et développer vos capacités17.

J’espère que vous [jeunes gens et jeunes filles] considérerez la possibilité de vous instruire comme une grande bénédiction. Je sais que c’est fastidieux. Je sais que c’est difficile. Je sais que vous êtes parfois découragés. Je sais que vous vous demandez parfois pourquoi vous le faites. Mais continuez, soyez persévérants et continuez d’apprendre. Vous ne le regretterez jamais et vous le considérerez comme une grande bénédiction18.

4

La formation de l’esprit est aussi importante, si ce n’est plus, que celle de l’intellect.

Je suis impressionné par les grandes forces de la connaissance qui sont représentées à notre époque. Jamais auparavant il n’y a eu autant de personnes qui ont été éduquées dans l’érudition du monde. C’est quelque chose de puissant : l’instruction intensive d’un grand pourcentage de la jeunesse du monde, qui se rassemble quotidiennement auprès d’enseignants pour engranger la connaissance de toutes les époques de l’histoire de l’homme.

L’étendue de cette connaissance est stupéfiante. Elle englobe les étoiles de l’univers, la géologie de la terre, l’histoire des nations, la culture et la langue des peuples, le fonctionnement des gouvernements, les lois du commerce, le comportement des atomes, les fonctions du corps et les merveilles de l’esprit.

Avec l’accès à tant de connaissance, on pourrait croire que le monde approche de la perfection. Mais nous sommes sans cesse confrontés à l’envers de la médaille ; à une société malade, aux conflits et aux troubles qui causent le malheur de millions de personnes.

Chaque jour, nous prenons davantage conscience du fait que la vie implique davantage que la science et les mathématiques, que l’histoire et la littérature. Nous avons besoin d’un genre d’éducation différent sans lequel l’instruction profane ne peut conduire qu’à la destruction. Je parle de l’éducation du cœur, de la conscience, de la personnalité, de l’esprit ; ces aspects indéfinissables de notre personnalité qui déterminent avec tant de certitude ce que nous sommes et ce que nous faisons dans nos relations les uns avec les autres.

[…] Pendant ma mission en Angleterre, je suis allé au London Central YMCA. J’imagine que ce vieux bâtiment a disparu depuis longtemps, mais je n’oublierai jamais les mots qui accueillaient tous les visiteurs qui entraient dans le hall. Il s’agissait des paroles de Salomon : « Avec tout ce que tu possèdes, acquiers l’intelligence. » (Pr. 4:7.)

Quel genre d’intelligence ? La compréhension de qui nous sommes, des buts de la vie, de notre relation avec Dieu, notre Père, des grands principes que Dieu nous a donnés et qui ont donné l’impulsion aux progrès réels de l’homme ! […]

Ajoutons à notre quête de connaissance profane le perfectionnement de l’esprit. Si nous le faisons, Dieu nous accordera la paix et les bénédictions qui ne viennent que de lui19.

« Dans toutes nos recherches, efforçons-nous de connaître le Maître. »

Jésus a dit : « Recevez mes instructions. […] Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » (Mt 11:29-30.)

Je recommande que nous suivions cette exhortation du Fils de Dieu. Recherchons non seulement l’instruction, mais aussi ses instructions. Dans toutes nos recherches, efforçons-nous de connaître le Maître. Cette connaissance complétera merveilleusement notre instruction profane et nous donnera de la personnalité. Elle apportera à notre vie une plénitude que nous ne pouvons obtenir d’aucune autre façon20.

Je vous lance le défi de ne jamais oublier que l’école de l’esprit est aussi importante, si ce n’est plus, que celle de l’intellect21.

Notre grand programme d’enseignement dans l’Église va de l’avant. La formation des élèves grâce aux programmes du séminaire et de l’institut se développe constamment. […] Vous, qui avez bénéficié de ce programme, vous en connaissez la grande valeur. Nous invitons tous ceux qui y ont accès à en profiter. Nous n’hésitons pas à vous promettre que votre connaissance de l’Évangile grandira, que votre foi sera fortifiée et que vous cultiverez de merveilleuses relations22.

Prenons sur nous le nom du Seigneur, puis, avec foi, allons de l’avant et enseignons avec pertinence ce qui sera bénéfique à l’humanité et amènera la paix et la joie dans le monde. Le monde a besoin d’une génération d’hommes et de femmes instruits et influents qui peuvent se dresser et, avec sincérité et sans équivoque, déclarer que Dieu vit et que Jésus est le Christ23.

5

Quel que soit notre âge, nous pouvons apprendre, gagner de la sagesse et continuer de progresser.

Quelle merveille que l’apprentissage, le processus par lequel l’accumulation de la connaissance des siècles a été résumée et filtrée de sorte que nous pouvons apprendre en une brève période de temps ce qui n’a été appris au départ que par de longs exercices de recherche, d’essais et d’erreurs.

L’éducation est le magnifique processus de conversion par lequel la connaissance abstraite se transforme en activité utile et productive. Il n’y a pas de raison que ce processus s’arrête jamais. Quel que soit notre âge, nous pouvons acquérir des connaissances et les employer. Nous pouvons gagner en sagesse et en récolter les bénéfices. Nous pouvons nous distraire par la lecture et l’art et ainsi profiter encore davantage des bénédictions et de la plénitude de la vie. Plus je vieillis, plus je savoure les œuvres d’écrivains profonds, modernes et anciens24.

Nul d’entre nous n’en sait assez. On n’a jamais fini d’apprendre. Nous devons lire, observer, assimiler et méditer sur ce à quoi nous exposons notre intellect. […] Je crois à l’amélioration. Je crois à la progression. […]

Continuez de progresser, mes frères et sœurs, que vous ayez trente ans ou soixante-dix ans. Votre diligence fera passer les années plus vite que vous ne le souhaitez, mais elles seront remplies d’expériences stimulantes et donneront du goût à votre vie et de la puissance à votre enseignement25.

Juste à l’est [de l’université Brigham Young, à Provo en Utah] se trouve une montagne. [Beaucoup], j’en suis sûr, ont regardé cette montagne et se sont dit : « Si je pouvais monter jusqu’au sommet, j’aimerais voir la vallée de l’autre côté. » Mais ceux d’entre vous qui l’ont fait ont découvert que la vallée n’est qu’une petite dépression peu profonde et que derrière elle se dressent beaucoup d’autres montagnes plus hautes à franchir.

J’espère qu’il en sera de même pour vous. […] Vous reconnaîtrez que bien que l’apprentissage que vous avez fait ait été important, des possibilités et des défis plus grands vous attendent. Faites grandir votre mine d’information, acquérez davantage de connaissance, poursuivez le processus merveilleux de l’apprentissage26.

Idées pour l’étude et l’enseignement

Questions

  • Pourquoi est-il important d’« acquérir davantage de lumière » par l’étude ? (voir la première partie). En quoi l’instruction nous aide-t-elle à progresser individuellement ? En quoi l’instruction nous aide-t-elle à « illuminer un monde enténébré » ?

  • Relisez le récit du président Hinckley sur la manière dont ses parents ont créé une atmosphère propice à l’étude dans leur foyer (voir la 2e partie). Comment pouvons-nous aider les enfants à acquérir le goût d’apprendre ? Comment pouvons-nous aider les enfants à acquérir le désir de rechercher la connaissance de sources qui édifient et incitent au bien ?

  • En quoi l’instruction est-elle « la clé qui ouvre des possibilités » aux jeunes et aux jeunes adultes ? (voir la 3e partie). Comment les jeunes et les jeunes adultes peuvent-ils trouver des solutions pour saisir les occasions d’étudier ?

  • Comment expliqueriez-vous l’expression « la formation de l’esprit » ? (voir la 4e partie). Comment pouvons-nous éduquer le cœur, la personnalité et l’esprit ? Dans votre vie, en quoi l’instruction spirituelle et l’instruction profane ont-elles été complémentaires ?

  • Pourquoi devons-nous continuer à apprendre durant toute notre vie ? (voir la 5e partie). Comment pouvons-nous garder le goût d’apprendre tout au long de notre vie ? Qu’avez-vous appris récemment que vous avez trouvé particulièrement précieux ?

Écritures apparentées

Proverbes 1:5 ; 2 Pierre 1:1–8 ; 2 Néphi 9:28–29 ; 28:29–30 ; D&A 6:7 ; 90:15 ; 131:6 ; 136:32–33

Aide pédagogique

Pour inciter les participants à discuter des enseignements du président Hinckley, vous pourriez leur demander de dire ce qu’ils ont tiré de leur étude personnelle de ce chapitre (voir les pages vii-ix de ce livre pour davantage d’idées).

Notes

  1. Standing for Something: Ten Neglected Virtues That Will Heal Our Hearts and Homes, 2000, p. 59.

  2. Dans Sheri L. Dew, Go Forward with Faith: The Biography of Gordon B. Hinckley, 1996, p. 449-450.

  3. Discourses of President Gordon B. Hinckley, Tome 1 : 1995–1999, 2005, p. 406-407.

  4. « Conseils et prière d’un prophète pour la jeunesse », Le Liahona, avril 2001, p. 34.

  5. « Conversation avec les adultes seuls », L’Étoile, nov. 1997, p. 22.

  6. « Conseils et prière d’un prophète pour la jeunesse », p. 35-36.

  7. Standing for Something, p. 67.

  8. « L’ambiance de notre foyer », L’Étoile, oct. 1985, p. 2.

  9. Teachings of Gordon B. Hinckley, 1997, p. 171-172.

  10. « Pensées inspirantes », L’Étoile, juin 1999, p. 4-5.

  11. « Rester sur la voie supérieure », Le Liahona, mai 2004, p. 113.

  12. Teachings of Gordon B. Hinckley, p. 172-173.

  13. « Soyez loyales et fidèles », L’Étoile, juil. 1996, p. 100-101.

  14. « Youth Is the Season », New Era, sept. 1988, p. 47.

  15. « Comment puis-je devenir la femme que je rêve d’être ? », Le Liahona, juil. 2001, p. 115.

  16. « Ten Gifts from the Lord », Ensign, nov. 1985, p. 89.

  17. « Les convertis et les Jeunes Gens », L’Étoile, juil. 1997, p. 57.

  18. Discourses of President Gordon B. Hinckley, Tome 1, p. 370.

  19. « With All Thy Getting Get Understanding », Ensign, août 1988, p. 2, 5.

  20. « With All Thy Getting Get Understanding », p. 5.

  21. Dans « President Hinckley Visits New Zealand, Australia, and Mexico », Ensign, août 1997, p. 77.

  22. « Le miracle rendu possible par la foi », L’Étoile, oct. 1984, p. 103-104.

  23. « With All Thy Getting Get Understanding », p. 5.

  24. « Ce à quoi je crois », L’Étoile, mars 1993, p. 4.

  25. Teachings of Gordon B. Hinckley, p. 298-299.

  26. Teachings of Gordon B. Hinckley, p. 299.