Notre espace
    Notes de bas de page
    Theme

    Notre espace

    Touché par les paroles d’un prophète vivant

    seeing the prophet

    Illustration J. Beth Jepson

    Quand j’avais quinze ans, j’ai remarqué deux missionnaires devant un supermarché. L’un deux m’a invité à venir à l’église. N’étant pas très intéressé, je leur ai répondu : « Un jour peut-être », puis je suis parti.

    Le lendemain, ma tante a téléphoné et a demandé à ma mère de venir chez elle écouter un message spécial. Ma mère et moi y sommes allés et avons trouvé, assis chez ma tante, les mêmes missionnaires que j’avais vus la veille ! Ma mère était intéressée par leur message, et j’ai commencé aussi à l’écouter. Toutefois, lorsque les missionnaires m’ont demandé si je croyais en un prophète vivant, j’ai répondu catégoriquement non. L’un des missionnaires a montré une photo de Thomas S. Monson et a témoigné que c’était un prophète. Ils m’ont invité à aller à la conférence générale le lendemain pour me faire ma propre idée. Curieux, j’ai accepté.

    Le lendemain, nous sommes arrivés à l’église juste à la fin de la prière d’ouverture. Comme j’entrais dans la salle, j’ai vu le président Monson apparaître sur l’écran. Il a souri et a dit : « Mes chers frères et sœurs, je vous salue […] »

    Dès qu’il a ouvert la bouche, un sentiment puissant m’a envahi, me confirmant qu’il était un prophète de Dieu. À la fin de la conférence, j’ai annoncé aux missionnaires : « Je veux me faire baptiser. » Depuis, j’ai fait moi-même une mission et j’ai enseigné à de nombreuses personnes les vérités merveilleuses de l’Évangile rétabli.

    Je sais que Dieu nous a béni en appelant de nouveau des prophètes. Il nous aime et s’adresse à nous par l’intermédiaire de prophètes contemporains.

    Maicon B., São Paulo (Brésil)

    Je n’ai pas honte

    holding a Book of Mormon

    Alors que j’étais en internat, j’habitais dans un foyer avec d’autres élèves. Je faisais de mon mieux pour vivre les principes de l’Évangile en priant et en étudiant les Écritures souvent.

    Un jour, une camarade de classe m’a aperçue en train d’étudier le Livre de Mormon sur mon lit. Elle a commencé avec colère à énumérer toutes les raisons pour lesquelles elle pensait que mon Église était fausse. Elle a ensuite fait part à tout le monde dans le foyer de mes croyances « étranges ». Certains de mes camarades de classe ont commencé à se moquer de moi et de ma religion ; d’autres m’ont simplement évitée. J’ai fini par cacher mon Livre de Mormon sous une boîte de vêtements et je n’ai étudié que la Bible afin que mes camarades de classe cessent de se moquer de moi.

    J’ai poursuivi ma lecture de la Bible jusqu’à ce que je tombe sur Romains 1:16 qui déclare : « Car je n’ai point honte de l’Évangile : c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit. » J’ai pris conscience qu’en cachant mon Livre de Mormon, je montrais à mes camarades de classe que j’avais honte de mes croyances. Je suis allée chercher mon Livre de Mormon et j’ai demandé à notre Père céleste de me pardonner. Puis je suis allée voir les autres élèves et je leur ai rendu témoignage de l’Évangile rétabli. La plupart d’entre eux ont cessé de m’insulter et sont redevenus mes amis.

    Je sais que Dieu comprend les épreuves que nous traversons. Lorsque nous défendons nos croyances et que nous montrons que nous n’avons « point honte de l’Évangile » du Christ, il nous accorde son pouvoir, sa protection et ses conseils.

    Pamela O., Abuja, Nigeria

    Servir par la langue des signes

    service through signing

    Quand j’avais six mois, mon premier signe a été « lait » et, plusieurs semaines plus tard, j’ai prononcé le mot « panda ». Je suis capable d’entendre, pourtant, la première langue que j’ai apprise est la langue des signes américaine. Ma mère avait fait une mission en langue des signes américaine puis avait continué à l’étudier dans une école spécialisée, et elle voulait que je la connaisse aussi.

    Cela a été une immense bénédiction dans ma vie. Cela m’a permis de voir et d’apprendre tellement plus que je ne l’aurais fait sans cela. Cela rapproche les personnes. J’aime pouvoir enseigner aux gens ce que je sais en les instruisant individuellement ou en faisant des exposés à l’école et à l’église. C’est aussi très amusant de regarder avec ma mère la conférence générale et d’autres vidéos de l’Église en langue des signes.

    Ma connaissance de la langue des signes a contribué à édifier mon témoignage de façon incroyable. Je suis en mesure de connaître davantage d’enfants de Dieu que je ne l’aurais pu sans elle, et c’est également un outil remarquable que l’on peut utiliser pour servir les autres. Je sais que c’est une bénédiction qui m’a permis de rencontrer des gens extraordinaires qui m’ont beaucoup appris.

    Israel H., Oregon, États-Unis