Élargir l’accès aux bénédictions de la prêtrise
    Notes de bas de page
    Theme

    « Élargir l’accès aux bénédictions de la prêtrise », Le Liahona, juin 2018

    Commémorer la révélation de 1978

    Élargir l’accès aux bénédictions de la prêtrise

    Dieu aime tous ses enfants et a fourni le moyen pour que nous puissions tous retourner auprès de lui.

    famille se rendant au temple d’Accra (Ghana)

    À droite : une famille se promène dans les jardins du temple d’Accra (Ghana), l’un des huit temples annoncés, en cours de construction ou en service en Afrique.

    Le Livre de Mormon déclare : « Noirs et blancs, esclaves et libres, hommes et femmes […] tous sont pareils pour Dieu » (2 Néphi 26:33). Parce qu’il aime tous ses enfants, Dieu a fourni le moyen pour que nous puissions tous retourner auprès de lui (voir Moïse 5:9 ; Articles de foi 1:3). Tout au long de l’histoire de l’Église, des gens de toute race et de toute appartenance ethnique se sont fait baptiser dans ce but et ont vécu en tant que saints des derniers jours fidèles.

    À partir du milieu des années 1800, l’Église n’a pas ordonné d’hommes ayant des ancêtres noirs africains à la prêtrise et n’a pas permis aux hommes ou aux femmes noirs de participer à la dotation du temple ou aux ordonnances de scellement1. Au fil du temps, diverses théories ont été émises pour justifier ces restrictions. Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, a insisté sur le fait que toutes les théories émises pour tenter d’expliquer ces restrictions relèvent du « folklore » et ne doivent pas être propagées : « Ces explications, aussi bien intentionnées soient-elles, étaient, d’après moi, quasiment toutes inadéquates et/ou erronées. […] Nous ne savons tout simplement pas pourquoi cette pratique […] existait2 ».

    De nombreux prophètes et présidents de l’Église, dont Brigham Young, avaient promis que le jour viendrait où tous les hommes dignes recevraient la prêtrise. Conscients de ces promesses et constatant la fidélité des saints des derniers jours noirs, les dirigeants de l’Église du milieu du 20e siècle ont « supplié longuement et avec ferveur […] le Seigneur de les guider3 ».

    La révélation de Dieu

    La réponse du Seigneur est venue par l’intermédiaire de Spencer W. Kimball (1895-1985), « à la suite d’une méditation et de prières prolongées dans les salles sacrées du saint temple ». Le 1er juin 1978, le Seigneur a révélé à son prophète et aux membres de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres que « le jour promis depuis si longtemps [était] venu où tous les hommes fidèles et dignes de l’Église [pourraient] recevoir la Sainte Prêtrise, avec le pouvoir d’exercer son autorité divine et de jouir avec leur famille de toutes les bénédictions qui en découlent, notamment les bénédictions du temple4 ».

    En annonçant la révélation, la Première Présidence a affirmé : « Nous déclarons solennellement que le Seigneur a maintenant révélé sa volonté pour la bénédiction de tous ses enfants, partout sur la terre5 ».

    Lors de la conférence générale qui a suivi, la Première Présidence a présenté la révélation aux membres de l’Église qui l’ont acceptée comme étant « la parole et la volonté du Seigneur » et ont soutenu de manière unanime l’ajout de la Déclaration officielle 2 au canon des Écritures.

    Conséquence de la révélation

    jeune homme en train d’enseigner

    Un jeune homme enseigne lors d’une réunion de collège à Paris (France) où la plupart des paroisses comptent des membres de toutes origines.

    L’impact de la révélation a été profond. Non seulement Dieu avait accordé les bénédictions de la prêtrise et du temple à tous les membres dignes sans distinction de race, mais en plus de cela les ordonnances du temple pouvaient désormais être accomplies en faveur de toutes personnes ayant vécu sur terre.

    Cette révélation a fourni des occasions d’accélérer l’œuvre missionnaire et de faire progresser le nombre de membres parmi de nombreuses nations, tribus, langues et peuples.

    Enseignements de l’Église

    Tandis que l’œuvre du Seigneur continuait de se développer dans le monde entier, les membres de l’Église ont connu une époque de plus grande unité. Étant donné les rapports de plus en plus nombreux entre membres de l’Église de cultures et de nationalités différentes, les dirigeants de l’Église ont souligné l’importance de s’aimer et de se fortifier les uns les autres et d’éliminer tout préjugé et racisme.

    M. Russell Ballard, président suppléant du Collège des douze apôtres, a enseigné : « Nous devons entourer les enfants de Dieu avec compassion et nous débarrasser de tout préjugé, notamment du racisme, du sexisme et du nationalisme. Disons-le clairement, nous croyons véritablement que les bénédictions du rétablissement de l’Évangile de Jésus-Christ sont pour tous les enfants de Dieu6 ». Parlant de la famille éternelle de Dieu, le président Nelson a enseigné : « C’est seulement en comprenant que nous sommes les enfants de Dieu que nous pourrons apprécier pleinement le fait que les hommes sont tous frères. Cette compréhension inspire le désir d’ériger des ponts qui permettent la collaboration au lieu de barrières de ségrégation7. »

    Avancer ensemble

    un père et son fils assis à l’église

    Même si nous ne savons pas tout, il y a un certain nombre de choses que nous pouvons savoir. Nous pouvons savoir que Dieu nous aime et qu’il a un plan pour que nous devenions une famille éternelle unie. Nous pouvons savoir que c’est l’Église rétablie du Seigneur et qu’il la dirige par l’intermédiaire de ses prophètes. Avoir un témoignage personnel de ces vérités peut nous aider tandis que nous progressons ensemble à travers les possibilités et les difficultés que nous rencontrons sur le chemin pour devenir semblables à lui (voir Moroni 7:48).