Trois façons d’être une figure paternelle
    Notes de bas de page
    Theme

    Digital Only

    Trois façons d’être une figure paternelle

    Que pouvez-vous faire pour devenir une figure paternelle pour les personnes de votre paroisse et de votre collectivité ?

    father and sons

    Certains hommes auront la bénédiction de devenir pères, d’autres ne connaîtront la paternité qu’après la résurrection. Quelle que soit votre situation, voici trois façons d’être une figure paternelle influente pour les personnes qui vous entourent :

    1. Magnifiez votre appel

      Que vous soyez membre de l’épiscopat ou instructeur à la garderie, votre appel vous offre de nombreuses occasions de vous tourner avec diligence et enthousiasme vers les personnes de votre entourage qui ont besoin d’être guidées et aimées. Un consultant du collège des diacres peut encourager les jeunes gens qui rencontrent des difficultés spirituelles ou temporelles. Un instructeur au foyer peut enrichir la vie des familles qu’il visite. En magnifiant votre appel, vous aurez davantage d’occasions de prendre pleinement conscience du pouvoir de Dieu et d’être une source de bénédictions pour les personnes qui vous entourent (voir D&A 84:32-33).

    2. Tendez la main

      Découvrez les talents et les centres d’intérêts des jeunes avec qui vous êtes en contact. Écrivez des courriels et des lettres aux missionnaires. Fortifiez vos liens avec vos frères et sœurs, vos nièces, vos neveux, vos cousins et d’autres membres de la famille. L’occasion d’agir en tant que figure paternelle ne se présentera peut-être pas immédiatement, toutefois, en établissant des relations avec les autres et en étant particulièrement attentif aux personnes qui rencontrent des difficultés, vous serez en mesure d’aider des jeunes à prendre des décisions importantes.

    3. Manifestez un amour sincère

      Certains jeunes gens ou jeunes filles que vous connaissez ont peut-être des problèmes de comportement ou des mauvaises habitudes qui peuvent être décourageants. Parfois, il peut être tentant de faire des réprimandes ou d’imposer des limites à ces jeunes ou à ces enfants. Bien que cela soit nécessaire dans certains cas, cela n’est peut-être pas la manière la plus efficace de les corriger, en particulier s’ils ne sont pas vos propres enfants. Efforcez-vous de suivre l’exemple de notre Père céleste, qui est « miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté » (Psaumes 86:15).