2017
Aidez quelqu’un aujourd’hui
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Jusqu’au revoir

Aidez quelqu’un aujourd’hui

Tiré du discours : « Qu’ai-je fait aujourd’hui pour quelqu’un ? » Le Liahona, novembre 2009, p. 84-87.

Nous sommes les mains du Seigneur. Il compte sur nous.

Pool of Bethesda

DÉTAIL DU TABLEAU LE CHRIST GUÉRIT LES MALADES À BÉTHESDA, TABLEAU DE CARL HEINRICH BLOCH, AVEC L’AUTORISATION DU MUSÉE D’ART DE L’UNIVERSITÉ BRIGHAM YOUNG

Je suis certain qu’il est de l’intention de chaque membre de l’Église de servir et d’aider les gens dans le besoin. Au baptême, nous faisons alliance de « porter les fardeaux les uns des autres, afin qu’ils soient légers » [Mosiah 18:8]. Combien de fois avez-vous été touchés en voyant le besoin de quelqu’un ? Combien de fois avez-vous eu l’intention d’être celui qui aide ? Et, pourtant, combien de fois la vie quotidienne s’est-elle interposée et avez-vous laissé quelqu’un d’autre aider, en vous disant : « Quelqu’un va certainement s’en occuper. »

Nous sommes très pris par nos occupations. Cependant, si nous prenions un peu de recul pour examiner ce que nous faisons, nous verrions peut-être que […] trop souvent nous passons la plus grande partie de notre temps à des choses qui n’ont pas réellement beaucoup d’importance dans le dessein général, négligeant des causes plus importantes. […]

Nous sommes entourés de gens qui ont besoin de notre attention, de nos encouragements, de notre soutien, de notre réconfort, de notre gentillesse, que ce soient des membres de notre famille, des amis, des connaissances ou des inconnus. Nous sommes les mains du Seigneur ici sur terre, avec la mission de servir et d’aider ses enfants. Il compte sur chacun de nous. […]

Puissent les paroles d’un cantique bien connu pénétrer jusqu’au tréfonds de notre âme […] :

Ai-je fait du bien dans ce monde aujourd’hui ?

Ai-je bien assisté mon prochain ?

Ai-je rendu joyeux un ami malheureux ?

Sinon j’ai vécu en vain.

Un fardeau ai-je allégé aujourd’hui

Par mon désir de partager ?

Et quand dans la détresse s’est trouvé autrui

Ai-je été là prêt à l’aider ?

[« Ai-je fait du bien ? », Hymnes, 1954, n° 194].

[…] Puissions-nous nous poser la question […] : « Qu’ai-je fait aujourd’hui pour quelqu’un ? » Je recommande aux membres du monde entier de trouver quelqu’un qui a des difficultés ou qui est malade ou qui est seul, et de faire quelque chose pour lui aujourd’hui.