2017
Cinq leçons pour les jeunes adultes tirées de la vie de jeunes apôtres
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Cinq leçons pour les jeunes adultes tirées de la vie de jeunes apôtres

Quelles leçons pouvons-nous tirer aujourd’hui des expériences des premiers apôtres du Rétablissement ?

Ils avaient entre vingt-trois et trente-cinq ans, pourtant ils ont changé le monde. Les premiers apôtres de l’Église rétablie étaient jeunes. Certains se sentaient incompétents. Certains commirent des fautes. Mais tous firent changer les choses. Voici cinq leçons que nous pouvons tirer de leurs expériences.

1. Il n’est pas nécessaire de se sentir à la hauteur pour l’être

Five Lessons for Young Adults

Illustrations Elizabeth Thayer

Heber C. Kimball se sentait incompétent lorsqu’il reçut son appel au Collège des douze apôtres en février 1835. Il était membre de l’Église depuis moins de trois ans et avait à peine trente-trois ans.

Plus tard, il se souvint : « Je ne m’attendais pas du tout à cela1. » Mais il était disposé à accepter l’appel et, dans la bénédiction qui accompagnait son ordination, il lui fut dit « qu’il contribuerait à la conversion de nombreux millions2 ».

En qualité d’apôtre, il fit deux missions extrêmement fructueuses en Angleterre. Il convertit une foule de personnes dont les descendants pourraient très bien se compter par millions aujourd’hui. Pour Heber, avancer alors qu’il avait le sentiment de n’avoir pas grand chose à apporter a été source de bénédictions pour lui et pour de nombreuses autres personnes.

2. Ce ne sont pas les circonstances qui nous définissent, mais les décisions

Five Lessons for Young Adults

Thomas B. Marsh s’enfuit de chez lui, au New Hampshire, à l’âge de quatorze ans. Il travailla comme garçon de ferme au Vermont, comme serveur à Albany (État de New York), dans un hôtel à New York puis comme domestique à Long Island. Sa situation était instable jusqu’à ce qu’il rencontre et épouse Elizabeth Godkin.

Elizabeth et lui finirent par être conduits par l’Esprit dans l’ouest de l’État de New York. Là ils entendirent parler du Livre de Mormon. Thomas vit des exemplaires des seize premières pages lorsqu’elles sortirent de la presse, et l’imprimeur lui permit de lire les épreuves. Croyant que le livre venait de Dieu, il décida de devenir membre de l’Église. Il se fit baptiser le 3 septembre 18303.

Il prêcha l’Évangile dans diverses régions. Il endura des tribulations lorsque les saints furent chassés du comté de Jackson (Missouri) en novembre 1833. Il fut l’un des premiers membres du grand conseil du Missouri lorsqu’il fut organisé en juillet 1834. Après son appel à l’apostolat à l’âge de trente-quatre ans, il fut président du Collège des Douze. Bien qu’il eût défendu Joseph Smith avec ferveur contre des dissidents par le passé, il devint désabusé. En 1838, il décida de quitter l’Église4.

Le parcours de Thomas Marsh nous apprend que les situations instables ne doivent pas nécessairement nous priver des bénédictions de l’Évangile, ni nous empêcher d’être source de bénédictions pour les autres.

3. Soyez vigilants : Nul n’est trop bon pour chuter

Five Lessons for Young Adults

Lyman Johnson, vingt-trois ans et quatre mois à l’époque, était le plus jeune des apôtres appelés. Il avait été ordonné grand prêtre quelques jours après son vingtième anniversaire en 1831 et avait déjà fait plusieurs missions pour l’Église. Au cours de l’une d’entre elles, il avait prêché un sermon dont on se souvint comme étant « l’un des témoignages les plus puissants relatifs à la mission de Joseph Smith et à la grande œuvre des derniers jours5 ».

Malheureusement, son service dans l’apostolat ne dura pas longtemps. En 1837, à Kirtland (Ohio), au cours de la tourmente économique, il se retourna contre Joseph Smith. Il fut excommunié en 1838.

En dépit de la qualité de sa prédication, en dépit de l’office qu’il détenait dans l’Église, il chuta. Brigham Young dit que Lyman admit plus tard qu’il aurait aimé croire encore en l’Évangile : « J’étais rempli de joie et d’allégresse. […] J’étais heureux le jour et la nuit. […] Mais à présent ce sont les ténèbres, la douleur, le chagrin et la misère à l’extrême6 »

4. L’obéissance ne garantit pas la facilité, mais elle en vaut la peine

Five Lessons for Young Adults

Après l’ordination de Parley P. Pratt à l’apostolat, Oliver Cowdery, l’une des personnes désignées pour choisir les apôtres, lui confia une responsabilité particulière, disant qu’il rencontrerait « les mêmes difficultés en accomplissant son ministère que celles qu’avaient rencontrées les apôtres d’autrefois ». Il dit que Parley affronterait des « donjons solides et des prisons lugubres » mais que ces situations ne l’intimideraient pas parce que ces épreuves lui permettraient « de recevoir la gloire » que le Seigneur lui réservait7.

La vie de Parley suivit ce schéma. Il connut par moments une pauvreté écrasante. On se moqua de lui lorsqu’il prêcha l’Évangile. Il fut emprisonné en 1838 et 1839 sur des accusations provenant des difficultés que les membres de l’Église rencontraient au Missouri. Pourtant, il reçut également les bénédictions qu’Oliver avait promises. Peu après sa libération de prison, il écrivit : « Nous allons bien et avons beaucoup prospéré dans le Seigneur, après toutes nos tribulations8. »

5. L’âge importe moins que la foi

Five Lessons for Young Adults

Orson Pratt, frère de Parley, était le deuxième plus jeune apôtre. Ordonné à vingt-trois ans, il n’avait que quelques semaines de plus que Lyman Johnson. Le service qu’il avait déjà rendu à l’Église est un excellent exemple de la manière dont les jeunes adultes peuvent être une force bénéfique.

Il fut baptisé le 19 septembre 1830, le jour de son dix-neuvième anniversaire. Peu après, Joseph Smith reçut une révélation à son intention disant qu’il était un fils de Dieu, qu’il était béni parce qu’il avait cru, et qu’il avait la responsabilité de prêcher l’Évangile (voir D&A 34:3-6). En conséquence, il fit de nombreuses missions, dont une avec Lyman Johnson en 1832 au cours de laquelle ils baptisèrent près de cent personnes et ordonnèrent plusieurs anciens.

Lorsqu’Orson fut appelé à l’apostolat, il ne se trouvait pas à Kirtland. Le 23 avril 1835, il était à Columbus lorsqu’il apprit que sa présence était requise à une réunion à Kirtland le 26.

Ne connaissant pas l’objectif de la réunion, il s’y rendit immédiatement. Ignorant qu’il avait été appelé à l’apostolat, il entra pendant que l’assemblée « priait et souhaitait son arrivée9 ». Sentant le soutien des saints, il accepta son appel.

En qualité d’apôtre, il prépara une brochure qui contenait le premier récit imprimé de la Première Vision de Joseph Smith. En tant que pionnier en 1847, il fit un récit détaillé de l’exode vers l’ouest. Il rédigea également de nombreuses brochures missionnaires et fut un vaillant défenseur du Livre de Mormon.

Aujourd’hui c’est différent… mais l’est-ce vraiment ?

À bien des égards, les jeunes adultes sont différents aujourd’hui de ceux de 1835. Et pourtant ces leçons peuvent aider ceux d’aujourd’hui à vivre à la hauteur de leur potentiel. Pour récapituler :

  • Si vous ne vous sentez pas à la hauteur, avancez quand même.

  • Tout le monde a des problèmes. Vous pouvez surmonter les vôtres.

  • Vous serez plus heureux si vous restez pratiquants dans l’Église.

  • Restez engagés. Soyez obéissants et fidèles. Les bénédictions viendront.

  • Vous avez quelque chose d’important à apporter. Le Seigneur compte sur vous.