2017
Donner un coup de main, un crayon à la fois
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Donner un coup de main, un crayon à la fois

Liahona Magazine, 2017/10 Oct

Tout a commencé lorsque mon pieu a organisé un projet pour aider les réfugiés. Comme j’aimais beaucoup le projet, j’ai demandé à ma mère d’en parler à mon instituteur, et il a voulu faire quelque chose avec les élèves de quatrième année (9-10 ans). Pour montrer l’exemple pour le projet, ma sœur, Maddie, et moi avons fait du porte à porte pour récolter des fonds.

Le jour de la présentation du projet au reste des élèves de quatrième année est arrivé. J’étais un peu inquiet. En fait, j’étais mort de peur, mais j’ai fait de mon mieux. J’ai dit aux autres élèves de quoi nous avions besoin pour les trousses de fournitures scolaires pour les réfugiés. Je leur ai raconté que j’avais fait du porte à porte et je leur ai lancé le défi d’essayer de collecter plus de fonds que moi. Ensemble, nous avons assemblé plus de cent trousses dans lesquelles nous avons mis des cahiers, des crayons et d’autres fournitures scolaires. Nous avons aussi ajouté une note qui disait : « Bienvenue en Allemagne ».

Ma mère et moi avons apporté les trousses au camp de réfugiés. Je n’irai pas jusqu’à dire que le camp était plaisant, mais il y avait une aire de jeux et un endroit pour étudier. Il y avait un train à côté du camp qui faisait beaucoup de bruit, et les enfants m’ont dit qu’il en faisait autant que les avions qui volaient en Syrie et dans d’autres endroits comme ça. Peut-être que ça rappelait le bruit des bombes aux enfants qui en avaient entendu dans leur pays natal.

J’ai fait la connaissance de quelques-uns des enfants du camp, notamment Daniel, un excellent joueur d’échecs. Je n’ai pas eu l’occasion de jouer aux échecs contre lui, ce qui est dommage parce que j’adore ça, mais ils m’ont invité à jouer au foot et au ping-pong. Les garçons m’ont dit que leur maison leur manquait et qu’ils voulaient vraiment partir du camp et retourner à l’école.

Après avoir joué au foot et au ping-pong, nous avons distribué les trousses. Je suis content d’avoir pu faire quelque chose de gentil pour les enfants qui vivaient dans les camps.