2015
Récemment, j’ai perdu un ami cher. Comment puis-je supporter ce chagrin ?
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Questions & réponses

« Récemment, j’ai perdu un ami cher. Comment puis-je supporter ce chagrin ? »

La mort d’un ami est l’une des épreuves les plus difficiles à vivre. Il est normal d’éprouver du chagrin après une telle perte. On est triste parce qu’on aime son ami. « Vous vivrez ensemble dans l’amour, de sorte que vous pleurerez la perte de ceux qui meurent » (D&A 42:45).

Pendant le deuil, on peut avoir des sentiments éprouvants comme la tristesse, la colère, le désespoir, l’épuisement, la perte de tout intérêt pour des activités et l’abattement. Mais en même temps, les personnes en deuil ressentent souvent la paix lorsqu’elles s’adressent au Seigneur et se rapprochent de lui ; elles voient se réaliser sa promesse : « Bénis sont ceux qui pleurent, car ils seront consolés » (3 Néphi 12:4). Le deuil fait souffrir mais il guérit aussi.

Pendant que vous apprenez à gérer vos émotions, concentrez-vous sur le positif. Chérissez les bons souvenirs que vous avez de votre ami. Priez afin de ressentir la paix et la consolation du Sauveur. Trouvez de l’espérance dans l’amour, la bonté et le plan du salut de notre Père céleste.

Éprouver du chagrin ne signifie pas que l’on n’a pas la foi. Lors d’une conférence générale, Thomas S. Monson a parlé de la perte causée par le décès sa femme. Il a dit : « Dire qu’elle me manque est loin d’exprimer la profondeur de mes sentiments. » Ensuite il a évoqué les épreuves et a terminé en disant : « Nous savons qu’il y aura des moments où nous éprouverons des douleurs déchirantes, où nous aurons du chagrin et où nous serons mis à l’épreuve jusqu’aux limites de notre résistance. Cependant, ces difficultés nous permettent de devenir meilleurs, de rebâtir notre vie de la manière que notre Père céleste enseigne » (« Je ne te délaisserai point, je ne t’abandonnerai point », Le Liahona, novembre 2013, p. 85, 87).

De quelles manières la mort de votre ami pourrait-elle vous inciter à être meilleur ?

Associer la foi au chagrin

Ce n’est pas une mauvaise chose d’éprouver du chagrin. (Toutefois, cela peut le devenir si l’on est constamment déprimé.) Associer la foi au chagrin est le meilleur moyen de s’adapter à l’épreuve que représente la perte d’un être cher. Pense maintenant à ton ami, dans le monde des esprits, et à ce qu’il pourrait être en train de faire. Il t’aime et veut que tu sois heureux. Apprendre ce qu’est le monde des esprits peut te faire mieux comprendre le plan du salut et te procurer paix, espérance et foi. N’oublie pas de prier notre Père céleste de t’aider. Notre Père céleste et son Fils, Jésus-Christ, savent exactement ce que tu ressens et t’aideront si tu le demandes sincèrement.

Mary G., quatorze ans, Virginie (États-Unis)

Dieu aime ton ami

Il est difficile de faire face au chagrin, mais le plan du salut de notre Père céleste peut, grâce au Saint-Esprit, te consoler à l’idée qu’un jour tu pourras retrouver ton ami. Et souviens-toi que la vie ici-bas n’est qu’un court moment pendant lequel nous sommes mis à l’épreuve. Notre Père céleste a préparé un endroit pour ton ami. Dieu aime ses enfants.

Marvin S., seize ans, Le Grand Manille (Philippines)

Sois heureux pour ton ami

Quand je perds des êtres chers, j’essaye de me souvenir que notre Père céleste a un plan pour eux et que je pourrai les revoir un jour. Nous pouvons être heureux pour eux parce qu’ils n’ont plus à subir les afflictions de la condition mortelle. Cela fait de la peine qu’ils ne soient plus là physiquement mais nous pouvons nous réjouir du jour où nous serons de nouveau avec eux.

Adriana T., dix-neuf ans, Mexico (Mexique)

Trouver de l’aide dans les Écritures

Récemment, un ami proche est mort dans un tragique accident de voiture. J’ai trouvé du réconfort en allant au Christ. Il a fallu que j’obtienne un témoignage de l’amour du Christ pour chacun de nous ; il a fallu que je comprenne notre nature d’enfants de Dieu ; et, par-dessus tout, il a fallu que je comprenne le plan de Dieu et sa volonté concernant ses enfants. En me tournant vers lui grâce aux Écritures, à l’Église et aux publications de l’Église, j’ai réussi à obtenir ce témoignage et à ressentir de la paix et du réconfort. La leçon pour les jeunes intitulée : « Comment puis-je trouver du réconfort, quand meurt un être cher ? », a été particulièrement utile. Toutes les Écritures, les articles et les vidéos indiqués dans cette leçon sont extraordinaires et ont changé ma vie.

Madilin N., dix-huit ans, Iowa (États-Unis)