2007
La première de mille âmes
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

La première de mille âmes

Je servais dans la mission de Fukuoka (Japon). Mon collègue et moi étions dans un secteur appelé Kasuga, situé près de la gare de Kumamoto. Les gens qui habitaient dans ce secteur étaient très sceptiques au sujet de la religion. Sachant cela, notre président de mission nous avait dit cependant : « Il y a un millier de personnes à Kumamoto qui ont été préparées par le Seigneur. S’il vous plaît, trouvez-les. »

Un jour de pluie, nous avons essayé de trouver Noboru Yamagata, membre non-pratiquant que nous n’avions jamais rencontré. En arrivant à sa maison, nous avons remarqué une plaque sur laquelle on lisait : « démarcheurs religieux interdits », avertissement courant dans la culture japonaise. Mais, suivant les murmures de l’Esprit, nous avons frappé à la porte.

La mère de frère Yamagata nous a ouvert et nous a informés que son fils n’était pas là. Elle a ajouté qu’elle accueillerait bien quiconque aurait un lien avec lui, comme le veut la tradition des familles japonaises, et nous a donc invités à entrer. Cependant, malgré son hospitalité de façade, son visage avait une expression menaçante.

Lorsque nous nous sommes assis, elle nous a fait cette mise en garde : « Je ne veux pas entendre parler de religion. » Elle a ensuite commencé à parler d’elle et elle a exprimé son profond attachement à certaines valeurs.

À notre surprise, elle a parlé de la foi, de l’amour et des Béatitudes et nous en avons profité pour lui dire que ces principes étaient également importants pour nous. Nous lui avons raconté la vision glorieuse qui avait découlé de la foi de Joseph Smith et nous avons expliqué l’importance du Livre de Mormon dans le rétablissement de l’Évangile.

C’était intéressant de voir le changement qui s’est opéré dans l’attitude de madame Yamagata tandis qu’elle écoutait notre message. Des larmes ont coulé sur son visage lorsque nous avons témoigné de la nature divine de Jésus-Christ et du rétablissement de l’Évangile par l’intermédiaire de Joseph Smith. Elle a répondu : « Joseph Smith avait de la chance. »

Lorsque nous lui avons finalement dit au revoir, son visage brillait et ses yeux étaient illuminés de bonheur. Elle nous a dit : « Merci d’être venus aujourd’hui. C’est mon fils qui a dû vous mener à moi. » Nous lui avons serré la main et elle a ajouté pour plaisanter : « Je ne vais pas me laver la main aujourd’hui ! »

Lorsque nous sommes rentrés chez nous, nous nous sommes rendu compte que cette femme faisait partie des gens que notre président de mission nous avait décrits, des gens qui étaient prêts à recevoir l’Évangile. Il était clair que l’Esprit avait préparé son cœur à notre message et nous savions qu’elle était la première des mille âmes que nous devions trouver.