2007
Parler la langue de l’Esprit
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Parler la langue de l’Esprit

Lorsque nous étions missionnaires à Buenos Aires Sud (Argentine), mon collègue, frère Allred, et moi avons reçu une carte de coordonnées d’une famille russe à contacter. Lorsque nous avons trouvé la maison, la dame a reconnu que nous étions missionnaires et nous a invités à entrer pour rencontrer sa famille.

Nous nous sommes vite rendu compte que les membres de la famille Balva comprenaient très peu l’Espagnol et il nous était également difficile de les comprendre. D’après ce qu’ils nous ont dit dans le peu d’espagnol qu’ils connaissaient, nous avons compris que cela ne faisait pas longtemps qu’ils étaient en Argentine mais qu’ils étaient impatients d’apprendre ce qu’était l’Église. Nous avons adapté la première leçon en utilisant des termes simples et les membres de la famille cherchaient les mots dans leur dictionnaire russe-espagnol tandis que nous présentions lentement notre message. Cependant, nous ne savions pas ce qu’ils en avaient vraiment compris.

En rentrant chez nous, après avoir pris rendez-vous pour une autre visite, nous avons discuté de la difficulté que nous avions eue à transmettre notre message. Nous nous demandions s’ils comprendraient mieux les autres leçons ou s’ils s’énerveraient et nous demanderaient d’arrêter de les voir.

Nous sommes retournés voir les Balva le lendemain pour voir comment ils allaient et s’ils avaient commencé de lire le Livre de Mormon et de prier pour en connaître la véracité. À notre surprise et à notre grande joie, ils nous ont tendu, avec empressement, une feuille sur laquelle ils avaient écrit en espagnol les principes que nous leur avions enseignés. Ils nous ont aussi fait part de ce qu’ils avaient lu dans 3 Néphi 11, concernant la visite du Sauveur sur le continent américain. Ils nous ont assuré qu’ils avaient compris tout ce dont nous avions parlé la veille et qu’ils étaient impatients d’en apprendre davantage.

Pendant les quelques semaines qui ont suivi, le Saint-Esprit a témoigné aux Balva de la véracité de l’Évangile et a éclairé leur intelligence en espagnol. Mon témoignage en a été fortifié. Notre Père céleste connaissait le désir de leur cœur et reconnaissait la sincérité de leurs prières pour trouver la vérité. Ensemble, la famille Balva, frère Allred et moi avons éprouvé la joie décrite dans D&A 50:22 : « C’est pourquoi, celui qui prêche et celui qui reçoit se comprennent, et tous deux sont édifiés et se réjouissent ensemble », et cela non parce que nous parlions la même langue mais grâce à la langue universelle de l’Esprit.

Cette famille nous a présentés à une autre famille russe, que nous avons également eu la joie d’instruire. Ces deux familles ont fait alliance avec leur Père céleste en entrant dans les eaux du baptême, peu de temps après que nous les avons rencontrées.

Je suis témoin que les paroles d’Ezra Taft Benson (1899-1994) sont vraies : « L’influence de l’Esprit est l’élément le plus important de cette œuvre. Si vous permettez à l’Esprit de magnifier votre appel, vous serez capables d’opérer des miracles pour le Seigneur » (séminaire pour les nouveaux présidents de mission, 25 juin 1986).