2007
Correspondantes et coordonnées
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Correspondantes et coordonnées

Ma collègue de mission m’a tendu une lettre en disant : « Sœur Jones, je crois que c’est pour vous. » J’ai regardé l’adresse de l’expéditeur et j’ai été contente de voir l’adresse de ma cousine soigneusement rédigée au coin de l’enveloppe. Je venais d’être mutée dans une nouvelle ville de l’autre côté du sud de la France et je ne pensais pas que ma famille et mes amis aux États-Unis avaient ma nouvelle adresse. J’ai ouvert l’enveloppe et j’ai lu un petit mot dans lequel ma cousine expliquait qu’elle avait récemment reçu un courriel de sa correspondante française après huit ans sans contact.

Ma cousine ajoutait que Céline et elle avaient reçu l’adresse l’une de l’autre au lycée, dans leur cours d’anglais et de français respectivement, mais qu’elles ne s’étaient en fait jamais écrit. Ma cousine avait donc été très surprise de recevoir son courriel. Elle ne savait pas si Céline vivait dans le sud de la France, où je servais, mais elle m’a donné son nom et son adresse et m’a demandé de la contacter, si c’était possible.

Étant nouvelle dans le secteur, j’ai donné le petit mot à ma collègue et je lui ai demandé si la correspondante de ma cousine vivait dans notre mission. Elle a répondu : « Elle vit non seulement dans notre mission, mais même dans notre district ! » Toutes contentes, nous avons appelé Céline pour nous présenter et elle a accepté de nous rencontrer. Nous avons pris le train pour faire le court trajet jusqu’à Montauban.

Lorsque nous sommes descendues du train, Céline et ses parents nous ont chaleureusement accueillies. Ils nous ont invitées chez eux et nous ont demandé de présenter notre message. Lorsque nous leur avons parlé du Livre de Mormon et de Joseph Smith, le prophète, l’Esprit a rendu témoignage de la véracité de l’Évangile rétabli. Les membres de la famille ont exprimé leur appréciation pour les valeurs enseignées par l’Église et une longue discussion s’en est suivie. Avant de partir, nous leur avons donné un exemplaire du Livre de Mormon, nous avons fait une prière et nous leur avons promis de revenir.

C’était la première visite chez Céline et sa famille. D’autres allaient suivre. J’ai fini ma mission alors qu’ils continuaient d’étudier l’Église mais avant de dire au revoir à Céline, je lui ai demandé pourquoi elle avait décidé de contacter ma cousine au bout de huit ans. Sa réponse m’a surprise : « J’étais en train de ranger un tiroir et je suis tombée sur son adresse, écrite sur un petit bout de papier que je pensais avoir perdu. J’ai eu le profond sentiment que je devais lui écrire. »

En rentrant à notre appartement, j’ai regardé par la fenêtre du train et je me suis émerveillée de la manière dont notre Père aimant avait permis qu’une adresse soit retrouvée et qu’un contact ancien soit établi, au moment même où j’étais mutée, contre toute attente, dans une nouvelle ville pour les six dernières semaines de ma mission. Il se préoccupe de chacun et permet que des miracles se produisent, même avec une chose aussi petite et simple que l’adresse d’une correspondante.