2007
D’amies à sœurs à compagnes de mission
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

D’amies à sœurs à compagnes de mission

Valeria Pontelli de Río Gallegos, Santa Cruz (Argentine), n’a pas cherché à convertir son amie. Elle a simplement suivi ses principes avec conviction. Puisqu’elle est membre de l’Église, il y avait certaines choses qu’elle faisait et certaines choses qu’elle ne faisait pas. Tous ses amis le savaient. L’une de ces amies était Paula Alvarez, qui observait attentivement Valeria et était impressionnée de la fidélité et de la constance avec lesquelles elle vivait conformément à ses croyances.

Paula avait une famille formidable mais qui n’avait pas l’Évangile, du moins pas avant que Valeria entre en scène. Paula raconte : « Valeria n’avait pas honte du témoignage qu’elle avait. Elle savait qui elle était. Elle savait qu’elle était fille d’un Roi glorieux et éternel, fille de Dieu. »

Cette connaissance et cette assurance ont impressionné Moises, l’oncle de Paula. Il a commencé à s’intéresser à l’Église et à rencontrer les missionnaires. Le jour où il a annoncé qu’il allait se faire baptiser, Paula a été un peu choquée. Elle ne s’attendait pas à ce que son oncle soit prêt à faire de tels changements dans sa vie.

Toute la famille a été invitée au baptême mais Paula hésitait à y assister. Elle ne savait pas à quoi s’attendre. Finalement les membres de sa famille ont réussi à la convaincre de les accompagner au baptême de son oncle. Elle raconte : « Lorsque nous avons vu mon oncle entrer dans les eaux du baptême, l’Esprit a touché mon cœur. L’effet a été profond, indéniable. À ce moment-là, j’ai moi aussi voulu m’engager envers Dieu et faire tout ce qu’il pourrait me demander. »

« Est-ce que je peux te parler ? a demandé Paula à Valeria en la prenant à l’écart. J’ai ressenti quelque chose de particulier au baptême de mon oncle », a-t-elle expliqué calmement.

Valeria a dit à son amie qu’elle avait ressenti l’influence de l’Esprit. « Il est en train de te dire que tu dois suivre l’exemple de ton oncle. »

— Mais je n’y arriverai pas toute seule, a rétorqué Paula.

— Ne t’inquiète pas. Je vais t’aider, lui a assuré son amie. Peu de temps après, Paula et toute sa famille rencontraient les missionnaires et acceptaient de se faire baptiser. Leur vie a changé pour toujours.

Paula explique : « Les principes que j’avais toujours vu mon amie suivre étaient maintenant les miens. Le témoignage de mon amie était maintenant le mien. » Très vite, Paula a éprouvé le vif désir de partager avec les autres ce qu’elle avait reçu. Lorsque cela a fait un an qu’elle était membre, elle a rempli sa candidature pour partir en mission, a eu un entretien avec ses dirigeants de la prêtrise et a reçu un appel à servir dans la mission de Santiago Est (Chili).

Valeria raconte : « Lorsque j’ai vu mon amie se préparer à faire une mission, l’Esprit a touché mon cœur. J’ai voulu m’engager à servir Dieu de la même manière. »

« Est-ce que je peux te parler ? Cette fois, c’est Valeria qui a pris Paula à part. Je ressens quelque chose de particulier depuis que tu te prépares à partir en mission. »

Paula lui a répondu la même chose que son amie lui avait répondu un jour : « C’est l’Esprit qui te dit ce que tu dois faire. »

Valeria n’avait pas prévu de faire une mission à plein temps. Elle ne savait pas trop bien comment faire. « Je n’y arriverai pas toute seule », a-t-elle dit à Paula.

« Ne t’inquiète pas. Je vais t’aider », lui a assuré son amie.

Plus tard, quand Valeria a ouvert la lettre contenant son appel, elle a été surprise de voir qu’elle irait dans la même mission que son amie. Paula a commencé sa mission en octobre 2002, Valeria l’a rejointe en février 2003.

Pendant leur mission, elles se voyaient assez souvent lors des conférences et des activités. Elles aimaient se remettre au courant de ce qu’elles avaient fait depuis la dernière fois qu’elles s’étaient vues et se raconter ce qui se passait dans leurs secteurs respectifs. Elles n’avaient jamais imaginé qu’en novembre 2003, elles seraient compagnes missionnaires. Leur amitié s’est transformée en une relation qui durera pour toujours. Après avoir été amies puis sœurs dans l’Évangile, elles sont devenues compagnes de mission.

Valeria Pontelli raconte : « Au début, j’ai eu peur que le fait de travailler ensemble nuise à notre amitié mais cette peur m’a quittée le premier jour. Cette possibilité de travailler ensemble n’a fait que renforcer notre relation et notre amitié nous a aidées dans le travail. »

D’autres personnes le confirment. Une femme, qui avait été non pratiquante mais qui est revenue à l’Église grâce aux efforts de ces deux missionnaires, explique : « On ne peut pas s’empêcher de les aimer parce qu’on voit l’amour qu’elles ont l’une pour l’autre et pour toutes les personnes qui les entourent. Ce sont mes anges. »

Cela a été dur pour ces deux compagnes de se dire au revoir, en mars 2004, lorsque Paula Alvarez a fini sa mission. Elle appréhendait le retour en Argentine et tout ce que lui réservait l’avenir. Ces deux sœurs parlaient de ses préoccupations tandis qu’elles se rendaient à pieds à leurs rendez-vous. « Je n’y arriverai pas toute seule », a dit sœur Alvarez.

« Ne t’inquiète pas, a répondu sa compagne, sœur Pontelli, en employant ces mots bien connus. Je vais t’aider. »