2003
W. Douglas Shumway des soixante-dix
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

W. Douglas Shumway
des soixante-dix

Quand on lui demande ce qui définit sa famille, Wilford Douglas Shumway répond à la seconde : « La loyauté. » Qu’il s’agisse du travail dans l’entreprise familiale, de sa fille qui s’est occupée de sa grand-mère mourante ou de ses huit enfants qui ont veillé les uns sur les autres pour lui permettre d’être président de mission en Bolivie, les membres de la famille Shumway font preuve de loyauté réciproque et envers l’Évangile. Pour son appel au deuxième collège des soixante-dix, les membres de sa famille ont apporté le même soutien immédiat.

Il déclare : « Il ne nous aurait absolument pas été possible à ma femme et à moi d’accepter cet appel sans le soutien de notre famille. »

Fils de Wilford Jennings Shumway et de Mabel Whiting, frère Shumway est âgé de 62 ans. Il est né le 8 mai 1940 et a passé son enfance à Saint Johns, dans l’Arizona, où il a rencontré Dixie Ann Jarvis pour la première fois. Leurs parents étaient amis, et les deux jeunes sortaient ensemble de temps en temps. Quand frère Shumway est rentré de sa mission en Uruguay, les parents de Dixie lui ont recommandé de donner sa chance à l’ami de la famille. C’est ce qu’elle a fait et ils se sont mariés au temple de Mesa, en Arizona, en 1963. Ils ont huit enfants et vingt petits-enfants.

Ils ont récemment quitté Eagar, dans l’Arizona, pour s’installer à Show Low, à proximité, où leur entreprise familiale comprend un hôtel et un lavage de voitures. L’été dernier, des incendies ont dévasté la région. Frère Shumway se rappelle que pendant trois nuits, on annonçait à la télévision que le feu atteindrait Show Low le lendemain matin. L’incendie n’a jamais touché la ville et le présentateur a finalement annoncé qu’un pouvoir inexplicable et supérieur à ce qu’il avait jamais vu était intervenu.

Frère Shumway rapporte : « Si le feu avait gagné la ville, je ne crois pas que je serais assis ici aujourd’hui. Cela aurait été un désastre. »

Sa famille et son entreprise ont été épargnées par les flammes et il est reconnaissant de cette nouvelle occasion de servir. Il déclare : « C’est pour moi un honneur de prêcher l’Évangile de Jésus-Christ. »