Conférence générale
    Comblé de bénédictions
    Téléchargements
    Cette page (mp3)
    Notes de bas de page
    Thème

    Comblé de bénédictions

    La plupart des bénédictions que Dieu désire nous donner nécessitent une action de notre part, une action basée sur notre foi en Jésus-Christ.

    Mes chers frères et sœurs, notre Père céleste et Jésus-Christ désirent bénir chacun d’entre nous1. La question de savoir comment nous obtenons ces bénédictions fait l’objet de débats et de discussions théologiques depuis des siècles2. Certaines personnes affirment que les bénédictions sont quelque chose que nous gagnons, que nous ne les recevons que par nos efforts. D’autres soutiennent que Dieu a déjà choisi qui il bénira et comment, et que ce qu’il a déterminé est immuable. Ces deux opinions sont foncièrement incorrectes. Les bénédictions du ciel ne se gagnent ni en accumulant frénétiquement des « coupons de bonnes actions » ni en attendant désespérément de voir si nous avons gagné à la loterie des bénédictions. Non, la vérité est beaucoup plus nuancée mais plus appropriée à la relation entre un Père céleste aimant et ses héritiers potentiels : nous. La vérité rétablie révèle qu’on ne gagne jamais les bénédictions mais que nos actes inspirés par la foi sont essentiels, au début et constamment par la suite3.

    Campfire

    Lorsque nous réfléchissons à la façon dont nous recevons des bénédictions de Dieu, nous pouvons les comparer à une énorme pile de bois. Imaginez qu’au centre se trouve un petit tas de brindilles surmonté par une couche de copeaux. Ensuite, vous avez des petites bûches et, pour finir, de gros rondins. Ce tas de bois contient une grande quantité de combustible, capable de produire de la lumière et de la chaleur pendant des jours. Imaginez qu’à côté de cette pile de bois se trouve une seule allumette avec un bout en phosphore rouge4.

    Campfire

    Pour que l’énergie du tas de bois soit libérée, il faut frotter l’allumette et mettre le feu aux brindilles. Les brindilles s’enflamment rapidement et embrasent les plus gros morceaux de bois. Une fois que la réaction de combustion est lancée, elle se poursuit jusqu’à ce que tout le bois soit brûlé ou que le feu soit privé d’oxygène.

    Campfire

    Frotter l’allumette et allumer les brindilles sont de petites actions qui permettent de libérer l’énergie potentielle du bois5. Tant qu’on ne frotte pas l’allumette, rien ne se passe, quelle que soit la taille du tas de bois. Si l’on frotte l’allumette mais qu’on ne l’approche pas des brindilles, la quantité de lumière et la chaleur qu’elle va dégager toute seule est minuscule et l’énergie de combustion du bois n’est pas libérée. À tout moment, si l’oxygène n’est plus disponible, la combustion s’arrête.

    De la même manière, la plupart des bénédictions que Dieu désire nous donner nécessitent une action de notre part, une action basée sur notre foi en Jésus-Christ. La foi au Sauveur est un principe d’action et de pouvoir6. Premièrement, nous agissons avec foi, ensuite vient le pouvoir, selon la volonté et le calendrier de Dieu. Cet enchaînement est crucial7. Toutefois, l’action requise est toujours infime comparée aux bénédictions que nous recevons à la fin8.

    Réfléchissez à ce qui est arrivé, jadis, lorsque des serpents brûlants et volants se sont répandus parmi les Israélites qui étaient en route vers la terre promise. La morsure des serpents venimeux était mortelle. Mais tous ceux qui avaient été mordus pouvaient être guéris en regardant un serpent en bronze que Moïse avait fabriqué et placé sur une perche9. Combien d’énergie faut-il dépenser pour regarder quelque chose ? Tous ceux qui regardèrent accédèrent aux pouvoirs des cieux et furent guéris. D’autres Israélites qui avaient été mordus ne regardèrent pas le serpent de bronze et moururent. Peut-être n’avaient-ils pas la foi pour regarder10. Peut-être ne croyaient-ils pas qu’un geste aussi simple pouvait entraîner la guérison promise. Ou peut-être s’étaient-ils volontairement endurci le cœur et avaient-ils rejeté la recommandation du prophète de Dieu11.

    L’activation des bénédictions qui viennent de Dieu est un principe éternel. Comme les Israélites d’autrefois, pour être bénis, nous devons nous aussi agir selon notre foi en Jésus-Christ. Dieu a révélé le principe suivant : « Il y a une loi, irrévocablement décrétée dans les cieux avant la fondation du monde, sur laquelle reposent toutes les bénédictions ; et lorsque nous obtenons une bénédiction quelconque de Dieu, c’est par l’obéissance à cette loi sur laquelle elle repose12. » Cela dit, on ne gagne pas une bénédiction, cette notion est fausse, mais nous devons nous qualifier pour la recevoir. Notre salut ne vient que par les mérites et la grâce de Jésus-Christ13. L’immensité de son sacrifice expiatoire signifie que la pile de bois est infinie ; nos piètres actions sont proches du zéro en comparaison. Mais elles ne sont pas zéro et ne sont pas insignifiantes ; dans la nuit, une allumette allumée se voit à des kilomètres. En fait, elle se voit dans les cieux car de petits actes de foi sont nécessaires pour déclencher les promesses de Dieu14.

    Pour recevoir de Dieu une bénédiction souhaitée, agissez avec foi, frottant ainsi l’allumette métaphorique dont la bénédiction céleste dépend. Par exemple, l’un des buts de la prière est d’obtenir des bénédictions que Dieu est disposé à accorder mais que nous devons demander pour les obtenir15. Alma a imploré de recevoir la miséricorde et qu’il soit mis un terme à ses souffrances ; il a cessé d’être déchiré par le souvenir de ses péchés. Sa joie a dépassé sa douleur, tout cela parce qu’il a imploré Jésus-Christ avec foi16. L’énergie d’activation nécessaire consiste à faire suffisamment preuve de foi en Christ pour prier Dieu sincèrement et accepter sa volonté et son calendrier comme réponse.

    Souvent, l’énergie d’activation nécessaire pour les bénédictions demande davantage que simplement chercher et demander ; elle exige des actes remplis de foi, continus et répétés. Au milieu du dix-neuvième siècle, Brigham Young a demandé à un groupe de saints des Derniers Jours d’aller explorer l’Arizona, région aride d’Amérique du Nord, et de s’y établir. Une fois arrivés sur place, les membres du groupe ont épuisé leurs réserves d’eau et craignaient de mourir. Ils ont supplié Dieu de les aider. Peu après, il a plu et neigé, ce qui leur a permis de remplir leurs tonneaux et de préserver leur bétail. Reconnaissants et revigorés, ils sont rentrés à Salt Lake City en louant Dieu pour sa bonté. Une fois rentrés, ils ont rapporté les détails de leur expédition à Brigham Young et indiqué qu’ils en avaient conclu que l’Arizona était inhabitable.

    Brigham Young

    Après avoir écouté leur rapport, Brigham Young a demandé à un homme dans la pièce ce qu’il pensait de l’expédition et du miracle. Cet homme, Daniel W. Jones, a répondu de manière laconique : « J’aurais fait le plein, j’aurais repris la route et j’aurais encore prié. » Frère Brigham a posé la main sur frère Jones et a dit : « Voilà l’homme qui sera en charge du prochain voyage en Arizona17. »

    Daniel Jones

    Nous nous souvenons tous de moments où nous sommes allés de l’avant, avons encore prié et avons reçu des bénédictions. Les expériences de Michael et de Marian Holmes illustrent ces principes. Michael et moi avons servi ensemble comme soixante-dix d’interrégion. J’étais heureux chaque fois qu’on lui demandait de prier lors de nos réunions parce que sa profonde spiritualité était manifeste et qu’il savait comment parler à Dieu. J’aimais l’entendre prier. Pourtant, au début de leur mariage, Michael et Marian ne priaient pas et n’allaient pas à l’église. Ils étaient accaparés par leur trois jeunes enfants et une entreprise de construction florissante. Michael avait l’impression de ne pas être un homme religieux. Un soir, leur évêque leur a rendu visite et leur a recommandé de commencer à prier.

    Lorsque l’évêque les a quittés, Michael et Marian ont décidé d’essayer. Avant d’aller se coucher, ils se sont agenouillés au pied de leur lit et, mal à l’aise, Michael a commencé. Après quelques mots maladroits, il s’est arrêté brusquement et a dit : « Marian, je n’y arrive pas. » Comme il se relevait et était sur le point de partir, Marian lui a pris la main, l’a forcé à se remettre à genoux et a dit : « Mike, tu peux le faire. Essaie encore ! » Grâce à cet encouragement, Michael a terminé sa courte prière.

    Les Holmes ont commencé à prier régulièrement. Ils ont accepté l’invitation d’un voisin d’aller à l’Église. Quand ils sont entrés dans la salle de culte et ont entendu le cantique d’ouverture, l’Esprit leur a murmuré : « C’est vrai ». Plus tard, à l’insu de tous et sans qu’on le lui demande, Michael a aidé à débarrasser des déchets à l’église. Tandis qu’il le faisait il a eu un sentiment distinct : « Ceci est ma maison. »

    Michael and Marian Holmes

    Michael et Marian ont accepté des appels dans l’Église et ont servi dans leur paroisse et dans leur pieu. Ils ont été scellés l’un à l’autre et à leurs trois enfants. Ils ont eu d’autres enfants, douze en tout. Les Holmes ont été appelés à présider une mission, deux fois.

    Michael and Marian Holmes

    La première prière maladroite était une action, petite mais pleine de foi, qui a déclenché les bénédictions du ciel. Les Holmes ont nourri la flamme de la foi en assistant aux réunions et en servant. Tandis qu’ils étaient des disciples dévoués, au fil des ans, la flamme est devenue un feu dévorant qui inspire aujourd’hui encore.

    Holmes Family

    Cependant, un feu doit être constamment alimenté en oxygène pour que le bois finisse par délivrer tout son potentiel. Comme l’ont démontré Michael et Marian Holmes, la foi en Christ nécessite des actions continues pour que le brasier reste vivace. De petites actions alimentent notre capacité de marcher sur le chemin des alliances et mènent aux plus grandes bénédictions que Dieu peut offrir. Mais l’oxygène n’arrive que si nous continuons, au sens figuré, à bouger les pieds. Parfois, nous devons fabriquer un arc et une flèche avant que la révélation nous dise où nous devons chercher notre nourriture18. Parfois, nous devons fabriquer des outils avant que la révélation nous dise comment construire un bateau19. Parfois, sous la direction du prophète du Seigneur, nous devons préparer un petit gâteau avec le peu d’huile et de farine qui nous reste avant de recevoir une cruche d’huile et un pot de farine qui ne diminuent pas20. Et, parfois, nous devrons « rester calmes, savoir qu’il est Dieu21 » et avoir confiance en son calendrier.

    Quand vous recevez une bénédiction de Dieu, vous pouvez en conclure que vous avez respecté la loi éternelle qui permet que cette bénédiction vous soit octroyée22. Mais n’oubliez pas que la loi « irrévocablement décrétée » n’a pas de date limite, ce qui signifie que les bénédictions arrivent selon le calendrier de Dieu. Même les prophètes d’autrefois qui cherchaient leur demeure céleste23 « sont morts dans la foi sans avoir obtenu les choses promises ; mais ils les ont vues et saluées de loin24. » Si vous n’avez pas reçu de Dieu une bénédiction que vous désirez, pour l’instant, vous ne devez pas vous affoler en vous demandant ce que vous devez faire de plus. Au contraire, suivez le conseil de Joseph Smith de faire « de bon gré tout ce qui est en [votre] pouvoir ; alors [tenez-vous] là avec la plus grande assurance pour voir le […] bras [de Dieu] se révéler25. » Certaines bénédictions sont réservées pour plus tard, même pour les enfants de Dieu les plus vaillants26.

    Il y a six mois, un plan centré sur le foyer, et soutenu par l’Église, pour apprendre la doctrine, fortifier la foi, les personnes et les familles a été présenté. Le président Nelson a promis que ces changements nous aideront à survivre spirituellement, à avoir une plus grande joie dans l’Évangile et à approfondir notre conversion à notre Père céleste et à Jésus-Christ27. Mais c’est à nous de mériter ces bénédictions. Chacun de nous a la responsabilité d’ouvrir et d’étudier le manuel Viens et suis-moi, pour les personnes et pour les familles ainsi que les Écritures et les autres manuels du programme Viens et suis-moi28. Nous devons en faire l’objet de discussions en famille et avec nos amis, et organiser notre jour du sabbat pour allumer, métaphoriquement, un feu. Ou bien nous pouvons laisser cette documentation entassée chez nous avec, emprisonnée à l’intérieur, l’énergie potentielle qu’elle contient.

    Je vous invite à activer fidèlement le pouvoir du ciel afin de recevoir des bénédictions spécifiques de Dieu. Exercez votre foi pour frotter l’allumette et allumer le feu. Fournissez l’oxygène nécessaire tout en servant patiemment le Seigneur. En plus de ces invitations, je prie pour que le Saint-Esprit vous guide et vous dirige afin qu’à l’instar de la personne fidèle décrite dans Proverbes, vous soyez « comblés de bénédictions29 ». Je témoigne que notre Père céleste et son Fils bien-aimé, Jésus-Christ, vivent et se soucient de votre bien-être, et qu’ils se réjouissent de vous bénir. Au nom de Jésus-Christ. Amen.