Édifier une forteresse de spiritualité
    Notes de bas de page

    Édifier une forteresse de spiritualité

    En vivant l’Évangile de Jésus-Christ, en puisant à l’expiation du Sauveur et en allant de l’avant avec foi, nous sommes fortifiés contre l’adversaire.

    Mes chers frères et sœurs, à l’approche de la conclusion de cette conférence, je remercie notre Père céleste pour les conseils, les vérités et les révélations qui ont été présentés à cette chaire ces deux derniers jours. Nous avons été instruits par des serviteurs de Dieu, appelés à transmettre sa sainte parole. Le Seigneur nous a rappelé, dans une révélation moderne : « Que ce soit par ma voix ou par la voix de mes serviteurs, c’est la même chose1. »

    En regardant cette vaste assemblée de saints et en imaginant les membres du monde entier qui regardent la conférence générale, je pense au rassemblement mentionné dans le Livre de Mormon, quand Jésus-Christ est apparu aux Néphites après sa crucifixion. Il leur a enseigné l’Évangile et les a encouragés comme suit : « Rentrez chez vous, et méditez [sur] les choses que j’ai dites, et demandez au Père, en mon nom, de pouvoir comprendre2. »

    « Rentrez chez vous, et méditez » est l’étape suivante pour prendre à cœur les paroles des prophètes et des dirigeants de l’Église prononcées en cette occasion sacrée. Les foyers centrés sur le Christ sont des forteresses pour le royaume de Dieu sur terre, à une époque où, comme prophétisé, le diable fait « rage dans le cœur des enfants des hommes et les incit[e] à la colère contre ce qui est bon3 ».

    Tout au long de l’histoire, les gens ont édifié des forteresses pour empêcher l’ennemi d’entrer. Souvent, ces forteresses disposaient d’une tour de garde où des sentinelles, à l’image des prophètes, signalaient l’arrivée des ennemis et des attaques.

    Thomas Rasband.

    Du temps des pionniers en Utah, mon arrière-grand-père, Thomas Rasband, et sa famille faisaient partie des premiers colons à entrer dans la Heber Valley, dans les belles montagnes Wasatch.

    En 1859, Thomas a participé à la construction de fort Hebert, conçu pour assurer leur protection. C’était un édifice simple en rondins de peuplier placés les uns à côté des autres, formant le périmètre du fort. Des cabanes en rondins étaient bâties à l’intérieur du fort, utilisant ce mur commun. L’édifice offrait la sécurité nécessaire à ces familles pionnières pendant qu’elles s’installaient et adoraient Dieu.

    Fort pionnier

    Il en va de même pour nous. Notre foyer est une forteresse qui nous protège contre les maux du monde. Nous y venons au Christ en apprenant à suivre ses commandements, en étudiant les Écritures et en priant ensemble et en nous aidant mutuellement à rester sur le chemin des alliances. L’accent récemment mis sur l’étude personnelle et en famille dans le cadre du programme Viens et suis-moi vise à « approfondir notre conversion et à nous aider à devenir davantage semblables à Jésus-Christ4 ». Ainsi, nous deviendrons ce que Paul a appelé de « nouvelle[s] créature[s]5 », notre cœur et notre âme étant en harmonie avec Dieu. Nous avons besoin de cette force pour faire face aux attaques de l’adversaire et les parer.

    En vivant avec le dévouement né de la foi en Jésus-Christ, nous ressentons la présence paisible du Saint-Esprit qui nous guide vers la vérité, nous inspire d’être dignes des bénédictions du Seigneur et témoigne que Dieu vit et qu’il nous aime. Tout cela dans la forteresse qu’est notre foyer. Mais souvenez-vous que la puissance de notre foyer n’est que la somme de la force spirituelle de chacun de nous qui vivons dans ses murs.

    Le président Nelson a enseigné : « Dans les jours à venir, il ne sera pas possible de survivre spirituellement sans l’influence directrice, réconfortante et constante du Saint-Esprit6. » En qualité de prophète, voyant et révélateur vivant du Seigneur, sentinelle sur la tour de notre forteresse qu’est l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, il voit les avancées de l’ennemi.

    Mes frères et sœurs, nous sommes en guerre contre Satan, pour l’âme des hommes. Les lignes de combat ont été dessinées dans la vie pré-terrestre. Satan et un tiers des enfants de notre Père céleste ont rejeté ses promesses de l’exaltation. Depuis lors, les sbires de l’adversaire combattent les fidèles qui choisissent le plan de notre Père.

    Satan sait que ses jours sont comptés et que la fin est proche. Aussi rusé et sournois qu’il soit, il ne gagnera pas. Cependant, la guerre pour chacune de nos âmes fait rage.

    Pour notre sécurité, nous devons édifier une forteresse de spiritualité et de protection pour notre âme, une forteresse dans laquelle le Malin ne pourra pas pénétrer.

    Satan est un serpent subtile, qui se glisse dans notre esprit et dans notre cœur quand nous baissons la garde, sommes déçus ou perdons espoir. Il nous séduit par la flatterie, la promesse de facilité, de confort ou d’un bien-être temporaire quand nous sommes démoralisés. Il justifie l’orgueil, la méchanceté, la malhonnêteté, le mécontentement et l’immoralité jusqu’à ce que nous « perd[ions] toute sensibilité7 ». L’Esprit peut nous quitter. « Et c’est ainsi que le diable trompe leur âme et les entraîne soigneusement sur la pente de l’enfer8. »

    À l’inverse, nous ressentons souvent très fort la puissance de l’Esprit quand nous chantons des louanges à Dieu, par exemple :

    C’est un rempart que notre Dieu,

    Une invincible armure.

    Notre délivrance en tout lieu,

    Notre défense sûre9.

    Quand nous bâtissons une forteresse de spiritualité, nous évitons les attaques de l’adversaire, nous détournons de lui et ressentons la paix de l’Esprit. Nous suivons l’exemple de notre Seigneur et Sauveur qui, quand il fut tenté dans le désert, dit : « Arrière de moi Satan10. » Nous devons tous apprendre, par les expériences de la vie, à le faire.

    Cet objectif juste est bien décrit dans le Livre de Mormon, lorsque le capitaine Moroni a préparé les Néphites à faire face à l’attaque d’Amalickiah, homme fourbe, assoiffé de sang et avide de pouvoir. Moroni a édifié des forts pour protéger les Néphites « afin qu’ils vivent pour le Seigneur, leur Dieu, et qu’ils défendent ce que leurs ennemis appelaient la cause des chrétiens11. » Moroni était « ferme dans sa foi au Christ12 » et était fidèle « à garder les commandements de Dieu […] et à résister à l’iniquité13 ».

    Quand les Lamanites sont arrivés pour livrer bataille, ils ont été stupéfaits par les préparatifs des Néphites et ils ont été vaincus. Le peuple de Néphi a remercié « le Seigneur, son Dieu, à cause du pouvoir incomparable avec lequel il l’avait délivré des mains de ses ennemis14 ». Il a bâti des forteresses pour se protéger à l’extérieur et a édifié sa foi au Seigneur Jésus-Christ à l’intérieur, au plus profond de son âme.

    De quelles manières pouvons-nous nous fortifier dans les temps troublés, afin de devenir « des instruments entre les mains de Dieu pour réaliser cette grande œuvre15 » ? Regardons dans les Écritures.

    Nous sommes obéissants. Le Seigneur a commandé à Léhi de renvoyer ses fils à Jérusalem chercher les annales et redescendre avec elles dans le désert16. Il ne s’est pas posé de questions ; il n’a pas demandé pourquoi ni comment. Néphi non plus, lui qui a répondu : « J’irai et je ferai la chose que le Seigneur a commandée17. »

    Agissons-nous avec la même obéissance sincère que Néphi ? Ou sommes-nous plus enclins à mettre en question les commandements de Dieu, à l’image des frères de Néphi, que leur manque de foi a finalement éloignés du Seigneur ? L’obéissance, en « toute sainteté de cœur18 » est ce que le Seigneur nous demande.

    Nous faisons confiance au Seigneur, qui a dit à Josué pendant qu’il se préparait à conduire les Israélites dans la terre promise : « Fortifie-toi et prends courage ; ne t’effraie point et ne t’épouvante point, car l’Éternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras19. » Josué a fait confiance à ces paroles et a recommandé au peuple : « Sanctifiez-vous, car demain l’Éternel fera des prodiges au milieu de vous20. » Le Seigneur a séparé les eaux du Jourdain et ainsi, les quarante ans d’errance des Israélites dans le désert ont pris fin.

    Nous défendons la vérité, comme le prophète Abinadi dans le Livre de Mormon. Arrêté, amené devant le roi Noé et ses méchants prêtres, Abinadi a enseigné les dix commandements et a prêché avec puissance que le Christ « descendr[ait] parmi les enfants des hommes et rachèter[ait] son peuple21 ». Ensuite, avec une foi profondément ancrée en lui, il a crié « Ô Dieu, reçois mon âme22 » pendant qu’il souffrait « la mort par le feu23 ».

    temple de Rome (Italie)

    Nous contractons et renouvelons nos alliances en prenant la Sainte-Cène et en œuvrant au temple. La Sainte-Cène est le cœur de notre culte du dimanche, où nous recevons la promesse d’avoir « toujours son Esprit avec [nous]24 ». Par cette ordonnance sacrée, nous nous engageons à prendre sur nous le nom de Jésus-Christ, à le suivre et à endosser nos responsabilités dans cette œuvre divine, comme il l’a fait. Au temple, nous « délaiss[ons] les choses de ce monde25 » et ressentons la présence du Seigneur et sa paix transcendante. Nous pouvons nous concentrer sur nos ancêtres, notre famille et la vie éternelle en présence de notre Père. Il n’est pas étonnant que le président Nelson ait déclaré récemment à Rome : « Les bienfaits qui émaneront de ce temple sont incommensurables26. »

    Nous devons faire preuve d’intégrité en tout. Nous devons cultiver le discernement et la discipline afin de ne pas avoir à nous demander continuellement ce qui est juste et ce qui ne l’est pas. Nous devons prendre à cœur les paroles de Pierre, apôtre de l’Église primitive, qui a dit : « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera27. »

    En affermissant diligemment nos fortifications, nous devenons plus semblables à Jésus-Christ, en vrais disciples du Maître, notre âme même étant sous sa protection.

    Votre témoignage de Jésus-Christ est votre forteresse personnelle, la sécurité de votre âme. Quand mon ancêtre et les pionniers qui étaient avec lui ont bâti Heber fort, ils ont placé un rondin à la fois jusqu’à ce que le fort soit « bien coordonné28 » et qu’ils soient protégés. Il en est de même pour le témoignage. Un à un, nous obtenons un témoignage du Saint-Esprit tandis qu’il s’adresse à notre esprit, nous enseignant la vérité au fond du cœur29. En vivant l’Évangile de Jésus-Christ, en puisant à l’expiation du Sauveur et en allant de l’avant avec foi, sans crainte, nous sommes fortifiés contre les ruses de l’adversaire. Notre témoignage nous lie aux cieux et nous bénéficions de « la vérité de toutes choses30 ». Et, comme les pionniers protégés par une forteresse, nous sommes entourés et protégés par les bras de l’amour du Sauveur.

    Le prophète Éther a enseigné : « C’est pourquoi, quiconque croit en Dieu peut espérer avec certitude un monde meilleur, oui, une place à la droite de Dieu, espérance qui vient de la foi et constitue, pour l’âme des hommes, une ancre qui les rend sûrs et constants, toujours abondants en bonnes œuvres, amenés à glorifier Dieu31. »

    Mes chers frères et sœurs, je vous bénis afin que vous alliez de l’avant avec confiance au Seigneur et en son Évangile. Entourez de vos bras les personnes autour de vous qui trébuchent et, avec la force de l’Esprit qui demeure en vous, ramenez-les avec amour à l’intérieur de la forteresse de spiritualité et de protection. Ayez Jésus comme modèle32 dans tout ce que vous faites, évitez le mal et les tentations, repentez-vous comme notre cher prophète nous a exhortés hier à le faire, ayez le cœur honnête, soyez droits et purs, faites preuve de compassion et de charité et aimez le Seigneur votre Dieu avec le dévouement d’un vrai disciple.

    Notre témoignage de l’Évangile de Jésus-Christ, notre foyer, notre famille et notre appartenance à l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours seront notre forteresse personnelle qui nous entoure et nous protège du pouvoir du Malin. J’en rends mon témoignage solennel, au nom de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ. Amen.