L’œuvre missionnaire : Exprimez ce que vous avez dans le cœur !
    Notes de bas de page

    L’œuvre missionnaire : Exprimez ce que vous avez dans le cœur !

    Où que l’on se trouve sur la terre, il existe de nombreuses occasions de faire connaître la bonne nouvelle de l’Évangile de Jésus-Christ.

    Le mois dernier, les Douze ont été invités par notre cher prophète, Russell M. Nelson, à l’accompagner en Italie à l’occasion de la consécration du temple de Rome. Pendant le trajet, j’ai pensé à l’apôtre Paul et à ses voyages. À son époque, il aurait fallu environ quarante jours pour aller de Jérusalem à Rome. Aujourd’hui, dans l’un de mes avions préférés, il faut moins de trois heures.

    Les érudits de la Bible croient que Paul était à Rome quand il a rédigé plusieurs de ses lettres, lesquelles ont joué un rôle clé dans la fortification des membres de l’Église de l’époque et d’aujourd’hui.

    Paul et les autres membres de l’Église ancienne, les saints des premiers jours, savaient intimement ce qu’était le sacrifice. Beaucoup furent cruellement persécutés, parfois même jusqu’à la mort.

    Au cours des deux cents dernières années, les membres de l’Église de Jésus-Christ rétablie, les saints des derniers jours, ont eux aussi subi des persécutions sous diverses formes. Mais, en dépit de ces persécutions (et parfois grâce à elles), l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a continué de grandir et se trouve à présent tout autour du globe.

    Il y a beaucoup à faire

    Cependant, avant de nous lancer dans la confection d’un gâteau, de jeter des confettis et de nous congratuler les uns les autres pour ce succès remarquable, nous ferions bien de replacer cette progression en perspective.

    Il y a à peu près sept milliards et demi d’habitants dans le monde, comparés aux quelques seize millions de membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, un troupeau bien petit1.

    En même temps, dans certaines parties du monde, le nombre de chrétiens croyants diminue2.

    Même dans l’Église rétablie du Seigneur, bien que le nombre de membres continue d’augmenter, trop de gens ne profitent pas des bénédictions qui découlent de l’assistance régulière à l’Église.

    En d’autres termes, où que l’on se trouve sur la terre, il existe de nombreuses occasions de faire connaître la bonne nouvelle3 de l’Évangile de Jésus-Christ aux personnes que l’on rencontre, avec qui on étudie, on habite, on travaille ou que l’on fréquente.

    Durant l’année passée, j’ai eu l’occasion exaltante d’être profondément impliqué dans les activités missionnaires de l’Église à travers le monde. J’ai souvent médité et prié au sujet du grand commandement du Sauveur à ses disciples, nous, ses enfants [d]« alle[r] et de fai[re] de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit4. »

    J’ai retourné cette question dans tous les sens : « Comment pouvons-nous, nous, membres et disciples du Christ, nous acquitter au mieux de cette grande mission dans notre vie quotidienne ?

    Aujourd’hui, je vous invite à méditer sur cette même question dans votre cœur et votre esprit5.

    Un don pour l’œuvre missionnaire

    Les dirigeants de l’Église mettent l’accent sur cet appel retentissant : « Chaque membre, un missionnaire ! », depuis des décennies6.

    Dans les temps anciens comme à l’époque actuelle, les membres de l’Église de Jésus-Christ ont annoncé et annoncent encore l’Évangile avec joie et enthousiasme à leurs amis et à leurs connaissances. Leur cœur est embrasé par le témoignage de Jésus-Christ et ils désirent sincèrement que les autres connaissent aussi cette joie qu’ils ont trouvée dans l’Évangile du Sauveur.

    Certains membres de l’Église semblent avoir un don pour cela. Ils aiment être des ambassadeurs de l’Évangile. Ils servent hardiment et joyeusement et dirigent l’œuvre en qualité de membres missionnaires.

    D’autres parmi nous se montrent plus hésitants. Quand il est question de l’œuvre missionnaire dans les réunions de l’Église, les têtes se baissent lentement jusqu’à disparaître derrière les sièges, les yeux se fixent sur les Écritures ou se ferment en profonde méditation, pour éviter le contact visuel avec les autres membres.

    Pourquoi cela ? Peut-être nous sentons-nous coupables de ne pas faire plus pour annoncer l’Évangile. Peut-être ne savons-nous pas comment nous y prendre. Ou peut-être n’osons-nous pas sortir de notre zone de confort.

    Je comprends cela.

    Mais rappelez-vous : le Seigneur n’a jamais exigé que nous soyons des experts ou parfaits dans nos efforts missionnaires. Au lieu de cela, « le Seigneur exige le cœur et un esprit bien disposés7. »

    Si vous participez déjà à l’œuvre missionnaire avec joie, alors continuez et soyez un exemple pour les autres. Le Seigneur vous bénira.

    Si, par contre, vous avez le sentiment de traîner les pieds quand il s’agit de faire connaître l’Évangile, je vous suggère cinq choses que n’importe qui peut faire sans culpabilité pour participer au grand commandement du Sauveur d’aider à rassembler Israël ?

    Cinq suggestions simples

    Premièrement, rapprochez-vous de Dieu. Le premier grand commandement est d’aimer Dieu8. C’est la raison principale pour laquelle nous sommes sur cette terre. Demandez-vous : « Est-ce que je crois vraiment en notre Père céleste ? »

    « Est-ce que je l’aime et lui fais confiance ? »

    Plus vous vous rapprocherez de notre Père céleste, plus sa lumière et sa joie brilleront du fond de votre être. Les gens remarqueront quelque chose d’unique et de spécial en vous. Et ils poseront des questions.

    Deuxièmement, emplissez votre cœur d’amour pour les autres. C’est le second grand commandement9. Essayez de voir vraiment chaque personne autour de vous comme un enfant de Dieu. Servez-la, que vous soyez ou non sa sœur ou son frère de service pastoral désigné.

    Riez avec elle. Réjouissez-vous avec elle. Pleurez avec elle. Respectez-la. Guérissez-la, élevez-la et fortifiez-la.

    Efforcez-vous d’être empreints de l’amour du Christ et de compassion envers les autres, même ceux qui vous traitent méchamment, se moquent de vous ou cherchent à vous nuire. Aimez-les et traitez-les comme des enfants de notre Père céleste.

    Troisièmement, efforcez-vous de suivre le chemin du disciple. Plus votre amour pour Dieu et ses enfants devient profond, plus votre engagement de suivre Jésus-Christ grandit.

    Vous découvrez sa voie en vous faisant un festin de sa parole et en écoutant et en appliquant les enseignements des prophètes et des apôtres modernes. Vous acquérez davantage de confiance et de courage pour suivre sa voie en communiquant avec notre Père céleste, le cœur humble, disposé à recevoir ses enseignements.

    Suivre le chemin du disciple nécessite de la pratique, chaque jour, petit à petit, « grâce sur grâce10 », « ligne sur ligne11 ». Tantôt on avance de deux pas, tantôt on recule d’un.

    L’important est de ne pas abandonner, de continuer d’essayer afin de bien le faire. Un jour, vous serez meilleurs, plus heureux et plus authentiques. Parler de votre foi aux autres deviendra naturel et normal. En fait, l’Évangile occupera une place si essentielle et si précieuse dans votre vie qu’il vous semblera anormal de ne pas en parler aux autres. Cela n’arrivera peut-être pas immédiatement ; cela exige les efforts de toute une vie. Mais cela arrivera.

    Quatrièmement, exprimez ce que vous avez dans le cœur. Je ne vous demande pas de vous tenir debout au coin d’une rue avec un mégaphone et de crier des versets du Livre de Mormon ! Ce que je vous demande, c’est de chercher toujours les occasions de parler de votre foi de manière naturelle lors de vos échanges avec les gens, en personne et en ligne. Je demande que vous soyez « des témoins12 du pouvoir de l’Évangile en tout temps et, lorsque c’est nécessaire, que vous l’exprimiez par des mots13.

    Parce que « l’Évangile […] est une puissance de Dieu pour le salut14 », vous pouvez être confiants, courageux et humbles en le faisant connaître. La confiance, le courage et l’humilité sont des qualités qui peuvent sembler contradictoires, mais elles ne le sont pas. Elles reflètent l’invitation du Sauveur de ne pas cacher les valeurs et les principes de l’Évangile sous un boisseau mais de laisser votre lumière luire, afin que vos bonnes œuvres glorifient notre Père qui est dans les cieux15.

    Il y a de nombreuses façons normales et naturelles de faire cela, depuis des actes quotidiens de gentillesse jusqu’à des témoignages personnels sur YouTube, Facebook, Instagram ou Twitter, ou encore des conversations simples avec les personnes que vous rencontrez. Cette année, nous étudions le Nouveau Testament au foyer et à l’École du Dimanche. Quelle occasion merveilleuse d’inviter des amis et des voisins à l’église et chez vous pour apprendre avec vous ce qui a trait au Sauveur ! Montrez-leur l’application de la Bibliothèque de l’Évangile, où trouver le programme Viens et suis moi. Si vous connaissez des jeunes et leur famille, donnez-leur le livret Jeunes, soyez forts et invitez-les à venir voir comment nos jeunes s’efforcent de suivre ces principes.

    Si quelqu’un vous demande comment s’est passé votre week-end, n’hésitez pas à lui parler de ce que vous avez fait à l’Église. Parlez des petits enfants qui se sont tenus devant l’assemblée et ont chanté avec enthousiasme comment ils essaient de ressembler à Jésus. Parlez du groupe de jeunes qui a passé du temps à aider des personnes âgées en maison de retraite à compiler leur histoire personnelle. Parlez du changement récent relatif à nos réunions du dimanche et de la façon dont votre famille s’en trouve bénie. Ou expliquez pourquoi nous mettons l’accent sur le fait que l’Église est celle de Jésus-Christ et que nous portons le nom de saints des derniers jours tout comme les membres de l’Église ancienne étaient appelés saints eux aussi.

    De toutes les manières qui vous paraissent naturelles et normales, faites savoir aux gens pourquoi Jésus-Christ et son Église sont importants pour vous. Invitez-les à venir voir16. Puis encouragez-les à venir aider. Notre Église offre de nombreuses occasions de servir.

    Ne priez pas simplement pour que les missionnaires trouvent les élus. Priez quotidiennement de tout votre cœur afin que vous trouviez les personnes qui viendront et verront, viendront et serviront, et viendront et resteront. Tenez les missionnaires à plein temps au courant. Ils sont comme les anges, toujours prêts à aider !

    Quand vous faites part de la bonne nouvelle, l’Évangile de Jésus-Christ, faites-le avec amour et patience. Si nous interagissons avec les gens avec pour seule attente de les voir rapidement enfiler une combinaison blanche et demander le chemin des fonts baptismaux les plus proches, nous ne faisons pas ce qu’il faut.

    Certaines des personnes qui viendront voir ne se joindront peut-être jamais à l’Église, d’autres le feront peut-être plus tard. C’est leur choix. Mais cela ne modifiera pas notre amour pour elles. Et cela n’affectera pas nos efforts enthousiastes pour continuer d’inviter des personnes et des familles à venir et voir, venir et aider, et venir et rester.

    Cinquièmement, ayez confiance que le Seigneur accomplira ses miracles. Comprenez que ce n’est pas votre rôle de convertir les gens. C’est le rôle du Saint-Esprit. Votre rôle consiste à exprimer ce que vous avez dans le cœur et à vivre en accord avec vos croyances.

    Donc, ne vous découragez pas si quelqu’un n’accepte pas le message de l’Évangile immédiatement. Ce n’est pas un échec personnel.

    C’est une affaire entre la personne et notre Père céleste.

    Ce qui vous incombe, c’est d’aimer Dieu et d’aimer votre prochain, son enfant.

    Croyez, aimez et agissez.

    Agissez ainsi, et Dieu accomplira des miracles par votre intermédiaire pour bénir ses précieux enfants.

    Ces cinq suggestions vous aideront à faire ce que les disciples de Jésus-Christ font depuis les temps anciens. Son Évangile et son Église constituent une part importante de votre vie, de ce que vous êtes et de ce que vous faites. Par conséquent, invitez les gens à venir et voir et à venir et aider, et Dieu accomplira son œuvre de salut, et ils viendront et resteront.

    Mais que faire si c’est difficile ?

    Peut-être demanderez-vous : « Et si je fais tout ça et que les gens réagissent de façon décevante ?  Et s’ils critiquent l’Église ? Et si nous cessons d’être amis ? »

    Oui, il est possible que cela arrive. Depuis les temps anciens, les disciples de Jésus-Christ ont souvent été persécutés17. L’apôtre Pierre a dit : « Réjouissez-vous […] de la part que vous avez aux souffrances de Christ18. » Les premiers saints se réjouissaient d’être « jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus19 ».

    Souvenez-vous, les voies du Seigneur sont impénétrables. Il se pourrait que par votre réaction chrétienne face à un rejet, un cœur endurci s’adoucisse.

    En ma qualité d’apôtre du Seigneur Jésus-Christ, je vous bénis afin que vous ayez la confiance nécessaire pour être des témoins vivants des valeurs de l’Évangile, le courage d’être toujours reconnus comme membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et l’humilité de participer à son œuvre par amour pour notre Père céleste et ses enfants.

    Mes chers amis, réjouissez-vous de savoir que vous jouez un rôle important dans le rassemblement d’Israël depuis longtemps annoncé, en vous préparant à la venue du Christ qui paraîtra « revêtu de puissance et d’une grande gloire, avec tous les saints anges20 ».

    Notre Père céleste vous connaît. Le Seigneur vous aime. Dieu vous bénira. Cette œuvre est ordonnée de lui. Vous pouvez y participer. Nous pouvons tous le faire ensemble !

    J’en témoigne au nom de Jésus-Christ. Amen.