Les besoins sous nos yeux
    Notes de bas de page

    Les besoins sous nos yeux

    « Les besoins les plus importants auxquels nous pouvons répondre se trouvent au sein de notre famille, parmi nos amis, dans notre paroisse et dans notre collectivité. »

    Récemment, nous avons été témoins d’un grand nombre de catastrophes naturelles touchant le Mexique, les États-Unis, l’Asie, les Antilles et l’Afrique. Elles ont fait ressortir ce qu’il y a de meilleur chez les gens qui sont intervenus par milliers pour aider les personnes en danger, dans le besoin ou qui ont perdu des proches. C’est avec un immense plaisir que j’ai vu des jeunes filles du Texas et de Floride, qui, avec beaucoup d’autres, avaient revêtu le T-shirt jaune des « Mains serviables » et aidaient à débarrasser les maisons des décombres à la suite des récents ouragans. Des milliers d’entre vous se seraient volontiers rendus aux centres d’aide si la distance l’avait permis. Au lieu de cela, vous avez fait des offrandes généreuses pour soulager la souffrance. Votre générosité et votre compassion sont inspirantes et à la ressemblance de celles du Christ.

    Jeunes filles avec le président Eyring

    Aujourd’hui, je vais parler d’un aspect du service qui est important pour nous tous, où que nous habitions. Pour tous ceux d’entre nous qui ont suivi les informations concernant les récentes catastrophes et qui ne savent pas quoi faire, la réponse est très probablement devant nos yeux.

    Le Sauveur a enseigné : « Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la sauvera1. » Le président Monson a fait la remarque suivante concernant cette Écriture : « Je crois que le Sauveur nous dit qu’à moins que nous nous perdions dans le service, notre vie ne sert pas à grand-chose. Les gens qui ne vivent que pour eux-mêmes finissent par se dessécher et, au sens figuré, perdre leur vie, tandis que ceux qui se perdent au service d’autrui progressent et s’épanouissent, et, en fait, sauvent leur vie2 ».

    Nous vivons dans une culture où nous sommes de plus en plus concentrés sur le petit écran que nous tenons en mains, beaucoup plus que sur les gens qui nous entourent. Nous avons remplacé par l’envoi de SMS et la publication de tweets le regard direct dans les yeux de quelqu’un, le sourire, ou, chose devenue encore plus rare, les conversations face à face. Nous sommes souvent plus préoccupés par le nombre de nos abonnés ou de « j’aime » que par le fait de poser la main sur l’épaule d’un ami et lui montrer de l’amour et un intérêt tangible. Aussi remarquable que soit la technologie moderne pour répandre le message de l’Évangile de Jésus-Christ et pour nous aider à maintenir des liens avec les membres de notre famille et avec nos amis, si nous ne prenons pas garde à la façon dont nous utilisons nos appareils personnels, nous pouvons, nous aussi, commencer à nous refermer sur nous-même et à oublier que l’essence de l’Évangile en action est le service.

    J’éprouve un amour immense pour vous, les adolescents et les jeunes adultes, et j’ai une grande foi en vous. J’ai vu et ressenti votre désir de servir et d’améliorer le monde. Je pense que la plupart des membres considèrent que le service est au cœur de leurs alliances et de leur condition de disciples. Mais je pense aussi qu’il est parfois facile de manquer de grandes occasions de servir les autres parce que nous avons l’esprit ailleurs ou parce que nous cherchons des manières ambitieuses de changer le monde, et ne voyons pas que certains des besoins les plus importants auxquels nous pouvons répondre se trouvent au sein même de notre famille, parmi nos amis, dans notre paroisse et dans notre collectivité. Nous sommes émus de voir la souffrance et les besoins immenses des personnes qui se trouvent à l’autre bout du monde, mais nous ne voyons pas qu’il y a quelqu’un assis à côté de nous en classe qui a besoin de notre amitié.

    Linda K. Burton a raconté l’histoire d’une présidente de Société de Secours qui, dans les années quatre-vingt-dix, avait collecté, avec l’aide d’autres personnes, des couvertures pour les nécessiteux. « Sa fille et elle ont conduit un camion rempli de ces couvertures piquées de Londres au Kosovo. Sur le chemin du retour, cette présidente de Société de Secours a reçu une impression spirituelle sans ambiguïté qui a pénétré profondément dans son cœur. L’impression était la suivante : ‘Tu as fait une très bonne chose. Maintenant rentre chez toi, traverse la rue et va rendre service à ton voisin3 !’ »

    Quel intérêt y a-t-il à sauver le monde si nous négligeons les besoins des personnes les plus proches de nous et de celles que nous aimons le plus ? Quelle valeur y a-t-il à reconstruire le monde si les gens qui nous entourent s’effondrent sans que nous nous en rendions compte ? Il se peut que notre Père céleste ait placé les personnes qui ont besoin de nous le plus près de nous, sachant que nous sommes les plus à même de répondre à leurs besoins.

    Sarah et sa sœur en train de marcher

    Tout le monde peut trouver le moyen de rendre un service chrétien. Ma conseillère, Carol F. McConkie, m’a parlé récemment de sa petite-fille de dix ans, Sarah, qui, lorsqu’elle a vu que sa mère était malade, a décidé toute seule d’aider. Elle a réveillé sa petite sœur, l’a aidée à s’habiller, lui a brossé les dents, l’a coiffée et a préparé le petit-déjeuner afin que sa mère puisse se reposer. Elle a discrètement accompli ce petit acte de service sans qu’on le lui demande parce qu’elle a vu un besoin et a eu le désir d’aider. Sarah a fait du bien à sa mère, mais je suis sûre qu’elle a aussi ressenti de la joie, sachant qu’elle avait allégé le fardeau de quelqu’un qu’elle aimait et, en même temps, avait renforcé sa relation avec sa sœur. James E. Faust a dit : « On peut commencer à rendre service presque à n’importe quel âge.[…] Il n’est pas nécessaire qu’il soit à grande échelle, et le plus noble se rend au sein de la famille4. »

    Sarah et sa sœur lisant un livre

    Les enfants, voyez-vous combien cela signifie pour vos parents et les membres de votre famille que vous cherchiez des occasions de servir chez vous ? Pour vous, les adolescents, renforcer et servir les membres de votre famille devraient faire partie de vos priorités absolues tandis que vous cherchez des moyens de changer le monde. Lorsque vous faites preuve de gentillesse et de sollicitude pour vos frères et sœurs, vous favorisez une atmosphère d’unité et la présence de l’Esprit dans votre foyer. On change le monde en commençant par fortifier sa famille.

    Un autre endroit où nous pouvons rendre service est au sein de notre autre famille qu’est notre paroisse. Parfois, nos enfants nous demandaient : « Pourquoi est-ce que je dois aller aux activités d’échange ? Ça ne m’apporte pas grand-chose ».

    Si j’étais bien disposée, je répondais : « Qu’est-ce qui te fait penser que tu vas aux activités d’échange pour en retirer quelque chose ? »

    Mes jeunes amis, je peux vous assurer qu’il y aura toujours, dans chaque réunion de l’Église à laquelle vous assistez, quelqu’un qui se sent seul, qui traverse des difficultés et qui a besoin d’un ami, ou qui a l’impression de ne pas être à sa place. Ce que vous apportez à chaque réunion ou à chaque activité est important, et le Seigneur désire que vous observiez les camarades qui vous entourent puis que vous serviez comme il le ferait.

    D. Todd Christofferson a enseigné : « L’une des principales raisons pour lesquelles le Seigneur a une Église est de créer une communauté de saints qui se soutiendront mutuellement sur le ‘sentier étroit et resserré qui conduit à la vie éternelle’. » Il ajoute : « Dans notre religion, on ne se préoccupe pas uniquement de soi ; nous sommes tous appelés à servir. Nous sommes les yeux, les mains, la tête, les pieds et d’autres membres du corps du Christ5. »

    Il est vrai que nous assistons aux réunions hebdomadaires de l’Église pour participer aux ordonnances, apprendre la doctrine et recevoir l’inspiration, mais une autre raison importante est que, en tant que famille de la paroisse et disciples du Sauveur Jésus-Christ, nous veillons les uns sur les autres, nous nous encourageons et nous trouvons des moyens de nous servir et de nous fortifier mutuellement. Nous n’allons pas simplement recevoir et prendre ce que l’Église offre ; notre présence est nécessaire pour ce que nous pouvons donner et apporter. Jeunes filles et jeunes gens, la prochaine fois que vous participerez à une activité d’échange, au lieu de prendre votre téléphone pour voir ce que font vos amis, arrêtez, regardez autour de vous et posez-vous la question : « Qui a besoin de moi aujourd’hui ? » Il n’y a peut-être que vous qui puissiez tendre la main à un camarade et toucher sa vie, ou encourager un ami qui connaît des difficultés sans le montrer.

    Demandez à notre Père céleste de vous montrer les personnes de votre entourage qui ont besoin d’aide et de vous faire connaître la meilleure manière de les servir. Souvenez-vous que, la plupart du temps, le Sauveur a servi une personne à la fois.

    Ethan et sa famille

    Notre petit-fils, Ethan, a dix-sept ans. Cela m’a touchée cet été lorsqu’il m’a dit qu’inspiré par l’exemple de sa mère, il prie chaque jour pour avoir l’occasion de servir quelqu’un. Tandis que nous passions du temps avec sa famille, j’ai observé la patience, l’amour et la gentillesse avec lesquels Ethan traite son frère et ses sœurs, aide ses parents et cherche des moyens de tendre la main aux autres. Je suis impressionnée de voir combien il fait attention aux personnes qui l’entourent et désire les servir. Il est un exemple pour moi. En faisant comme Ethan, en demandant au Seigneur de nous aider à trouver des moyens de servir, nous permettons à l’Esprit de nous ouvrir les yeux afin de voir les besoins des personnes qui nous entourent, de voir « la » personne qui a besoin de nous aujourd’hui et de savoir comment la servir.

    Portrait d’Ethan

    En plus de rendre service aux membres de votre famille et de votre paroisse, cherchez des occasions de servir dans votre quartier et votre collectivité. Nous sommes parfois appelés à aider après une grande catastrophe mais il nous est recommandé de chercher, au quotidien, des occasions de servir dans notre région afin d’édifier et d’aider les personnes dans le besoin. Récemment, j’ai reçu les enseignements d’un président d’interrégion servant dans un pays qui connaît de nombreuses difficultés matérielles. Il a dit que la meilleure façon d’aider les personnes dans le besoin dans d’autres parties du monde est de faire une offrande de jeûne généreuse, de verser au fonds d’aide humanitaire de l’Église et de chercher des moyens de servir les personnes de notre collectivité, où que nous vivions. Imaginez combien le monde serait béni si tout le monde suivait ce conseil !

    Frères et sœurs, et particulièrement vous, les jeunes, si vous faites des efforts pour devenir davantage comme le Sauveur Jésus-Christ et respectez vos alliances, vous continuerez d’avoir le désir de soulager la souffrance et d’aider les personnes moins favorisées. Rappelez-vous que certains des besoins les plus importants se trouvent peut-être juste sous vos yeux. Commencez par servir chez vous et dans votre famille. Ce sont les relations qui peuvent être éternelles. Même, et peut-être particulièrement, si votre situation familiale n’est pas parfaite, vous pouvez trouver des moyens de servir, d’édifier et de fortifier. Commencez là où vous êtes, aimez les membres de votre famille tels qu’ils sont et préparez-vous en vue de la famille que vous souhaitez avoir un jour.

    Priez pour avoir de l’aide pour reconnaître les membres de votre paroisse qui ont besoin d’amour et d’encouragement. Au lieu d’aller à l’église en vous demandant : « Qu’est-ce que cette réunion va m’apporter ? », demandez-vous : « Qui a besoin de moi aujourd’hui ? Qu’est-ce que je peux apporter ? »

    En faisant du bien aux membres de votre famille et de votre paroisse, cherchez des moyens de faire la même chose pour votre collectivité locale. Que vous puissiez consacrer beaucoup de temps ou juste quelques heures par mois au service, vos efforts changeront des vies et seront pour vous une source de bienfaits que vous ne pouvez même pas imaginer.

    Le président Kimball a enseigné : « Dieu nous remarque et veille sur nous. Mais c’est généralement par l’intermédiaire d’une autre personne qu’il répond à nos besoins6. » Je prie pour que nous soyons tous conscients du privilège et de la bénédiction de participer à l’accomplissement de l’œuvre de notre Père céleste en répondant aux besoins de ses enfants. Au nom de Jésus-Christ. Amen.