Bibliothèque
Les plus grandes et les plus précieuses promesses
Téléchargements
Cette page (mp3)
Notes de bas de page
Thème

Les plus grandes et les plus précieuses promesses

« Le grand plan du bonheur de notre Père céleste contient la doctrine, les ordonnances, les alliances et les plus grandes et les plus précieuses promesses par lesquelles nous pouvons devenir participants de la nature divine. »

L’un de nos grands combats de chaque jour consiste à ne pas permettre aux soucis du monde de contrôler notre temps et notre énergie au point de négliger les choses éternelles qui comptent le plus1.Nos nombreuses responsabilités et nos emplois du temps surchargés détournent facilement notre attention, ce qui nous empêche de nous rappeler et de nous concentrer sur nos priorités spirituelles essentielles. Parfois, nous essayons de courir si vite que nous risquons d’oublier où nous allons et pourquoi nous courons.

L’apôtre Pierre nous rappelle qu’en tant que disciples de Jésus-Christ, « sa divine puissancenous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu,

lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles [ils deviennent] participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise2 ».

Mon message souligne l’importance des très grandes et précieuses promesses décrites par Pierre qui nous rappellent véritablement où notre voyage dans la condition mortelle nous conduit et pourquoi. Je parlerai aussi des rôles respectifs que jouent le jour du sabbat, le temple sacré et notre foyer pour nous aider à nous souvenir de ces importantes promesses spirituelles.

Je prie sincèrement pour que le Saint-Esprit instruise chacun de nous tandis que nous réfléchissons ensemble à ces vérités importantes.

Notre identité divine

Le grand plan du bonheur de notre Père céleste contient la doctrine, les ordonnances, les alliances et les plus grandes et les plus précieuses promesses par lesquelles nous pouvons devenir participants de la nature divine. Son plan définit notre identité éternelle et le chemin que nous devons suivre pour apprendre, changer, grandir et, en fin de compte, demeurer avec lui pour toujours.

Comme il est écrit dans « La famille : Déclaration au monde’ » :

« Tous les êtres humains, hommes et femmes, sont créés à l’image de Dieu. Chacun est un fils ou une fille d’esprit aimé de Parents célestes, et, à ce titre, chacun a une nature et une destinée divines. […]

Dans la condition prémortelle, les fils et les filles d’esprit connaissaient et adoraient Dieu, leur Père éternel. Ils acceptèrent son plan selon lequel ses enfants pourraient obtenir un corps physique et acquérir de l’expérience sur la terre de manière à progresser vers la perfection, et réaliser en fin de compte leur destinée divine en héritant la vie éternelle3 ».

Dieu promet à ses enfants que, s’ils suivent les préceptes de son plan et l’exemple de son Fils bien-aimé, respectent les commandements et persévèrent avec foi jusqu’à la fin, alors, par la vertu de la rédemption du Sauveur, ils auront « la vie éternelle, qui est le plus grand de tous les dons de Dieu4 ». La vie éternelle est la plus grande et la plus précieuse des promesses.

Renaissance spirituelle

Nous comprenons plus complètement les très grandes et précieuses promesses et commençons à goûter à la nature divine en répondant positivement à l’appel du Seigneur à la gloire et à la vertu. Comme le décrit Pierre, on remplit cet appel en s’efforçant d’échapper à la corruption qui est dans le monde.

Quand nous allons docilement de l’avant en ayant foi au Sauveur, alors, du fait de son Expiation et par le pouvoir du Saint-Esprit, « un grand changement [s’opère] en nous, ou dans notre cœur, de sorte que nous n’avons plus de disposition à faire le mal, mais à faire continuellement le bien5 ». Nous sommes « [nés] de nouveau ; oui, [nés] de Dieu, [changés] de [notre] état charnel et déchu à un état de justice, étant rachetés par Dieu6 ». « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles7. »

En général, un changement aussi complet de notre nature ne se produit pas rapidement ni d’un seul coup. Comme le Sauveur, nous ne recevons « pas la plénitude dès l’abord, mais [recevons] grâce sur grâce8 ». « Car voici, ainsi dit le Seigneur Dieu : Je donnerai aux enfants des hommes ligne sur ligne, précepte sur précepte, un peu ici et un peu là ; et bénis sont ceux qui écoutent mes préceptes et prêtent l’oreille à mes recommandations, car ils apprendront la sagesse9. »

Dans ce processus continu de renaissance spirituelle, les ordonnances de la prêtrise et les alliances sacrées sont essentielles ; elles sont aussi le moyen que Dieu a choisi pour nous permettre de recevoir ses plus grandes et ses plus précieuses promesses. Les ordonnances que nous recevons dignement et que nous nous remémorons continuellement ouvrent les canaux célestes par lesquels le pouvoir de la divinité peut se déverser dans notre vie. Les alliances que nous honorons loyalement et que nous nous remémorons constamment nous donnent un but et l’assurance de bénédictions dans la condition mortelle et dans l’éternité.

Par exemple, Dieu nous promet que, selon notre fidélité, nous pouvons avoir la compagnie constante du troisième membre de la Divinité, le Saint-Esprit10, que grâce à l’Expiation de Jésus-Christ nous pouvons recevoir et conserver pour toujours la rémission de nos péchés11, que nous pouvons recevoir la paix dans ce monde12, que le Sauveur a rompu les liens de la mort et remporté la victoire sur le tombeau13 et que la famille peut être ensemble pour l’éternité.

Comme on peut le comprendre, les plus grandes et les plus précieuses promesses qu’offre notre Père céleste à ses enfants ne peuvent être dénombrées ou décrites de façon complète. Cependant, même la liste partielle des bénédictions promises que je viens de présenter devrait nous faire tous nous émerveiller14, nous « prosterner et adorer le Père15 » au nom de Jésus-Christ.

Nous souvenir des promesses

Lorenzo Snow, ancien président de l’Église, a dit : « Nous sommes trop enclins à oublier le grand but de notre vie, le motif pour lequel notre Père céleste nous a envoyés ici dans la condition mortelle, de même que le saint appel que nous avons reçu. En conséquence, au lieu de nous élever au-dessus des petites choses transitoires […], nous nous permettons trop souvent de descendre au niveau du monde sans recourir à l’aide divine qui, elle seule, peut nous permettre de surmonter [ces choses transitoires]16. »

Le jour du sabbat et les temples sacrés sont deux sources spécifiques d’aide divine instituées par Dieu pour nous aider à nous élever au-dessus du niveau et de la corruption du monde. Dans un premier temps, nous pourrions nous dire que le but principal du respect du jour du sabbat et celui d’aller au temple sont liés mais distincts. Je crois cependant que ces deux buts sont exactement les mêmes et se conjuguent pour nous fortifier spirituellement individuellement et en famille.

Le jour du sabbat

Après avoir créé toutes choses, le septième jour, Dieu s’est reposé et a commandé qu’un jour par semaine soit un jour de repos pour permettre aux gens de se souvenir de lui17. Le sabbat est le moment de Dieu, un moment sacré mis spécialement à part pour l’adorer, pour recevoir ses grandes et précieuses promesses et nous en souvenir.

Le Seigneur a commandé dans cette dispensation :

« Afin de te préserver plus complètement des souillures du monde, tu iras en mon saint jour à la maison de prière et tu y offriras tes sacrements ;

« Car en vérité, c’est ce jour qui t’est désigné pour que tu te reposes de tes labeurs et pour que tu présentes tes dévotions au Très-Haut18. »

Ainsi, le jour du sabbat, nous adorons le Père au nom du Fils lorsque nous prenons part aux ordonnances et étudions comment recevoir, nous souvenir et renouveler nos alliances. En son saint jour, nos pensées, nos actions et notre attitude sont des signes que nous donnons à Dieu et un indicateur de notre amour pour lui19.

Le jour du sabbat a aussi pour but de nous aider à détacher notre regard des choses du monde et à l’élever vers les bénédictions de l’éternité. Loin des nombreuses routines régulières de notre emploi du temps chargé, nous pouvons, pendant ce moment sacré, « regarder vers Dieu et […] vivre20 » en recevant et en nous remémorant les grandes et précieuses promesses grâce auxquelles nous devenons participants de la nature divine.

Le saint temple

Le Seigneur a toujours commandé à son peuple de construire des temples, des lieux sacrés dans lesquels les saints dignes accomplissent des cérémonies et ordonnances sacrées de l’Évangile pour eux-mêmes et pour les défunts. De tous les lieux de culte, les temples sont le plus sacrés. Le temple est littéralement la maison du Seigneur, un espace sacré mis à part spécifiquement pour adorer Dieu, et pour recevoir ses grandes et précieuses promesses et se les remémorer.

Dans notre dispensation, le Seigneur a commandé : « Organisez-vous, préparez tout ce qui est nécessaire et établissez une maison qui sera une maison de prière, une maison de jeûne, une maison de foi, une maison de connaissance, une maison de gloire, une maison d’ordre, une maison de Dieu21. » Le but principal du culte au temple est d’accomplir des ordonnances et de nous enseigner comment recevoir des alliances et nous en souvenir. Dans le temple, nos pensées, nos actes et nos vêtements diffèrent par rapport aux autres endroit que nous fréquentons.

L’un des buts principaux du temple est de nous aider à détacher notre regard des choses du monde et à l’élever vers les bénédictions de l’éternité. Pendant un court moment, loin du cadre du monde qui nous est familier, nous pouvons « regarder vers Dieu et […] vivre22 » en recevant et en nous remémorant les grandes et précieuses promesses grâce auxquelles nous devenons participants de la nature divine.

Veuillez noter que le jour du sabbat et le temple sont respectivement un moment sacré et un espace sacré mis à part spécifiquement pour adorer Dieu, pour recevoir et nous remémorer les plus grandes et plus précieuses promesses faites à ses enfants. Tel qu’institué par Dieu, le but principal de ces deux sources d’aides divines est exactement le même : concentrer notre attention de façon puissante et répétée sur notre Père céleste, sur son Fils unique, sur le Saint-Esprit et sur les promesses associées aux ordonnances et aux alliances de l’Évangile rétabli du Sauveur.

Notre foyer

Il est important qu’un foyer soit l’association suprême de temps et d’espace dans lesquels les personnes et les familles se souviennent le mieux des grandes et précieuses promesses de Dieu. Quitter son foyer pour passer du temps aux réunions du dimanche et pour entrer dans l’espace sacré d’un temple est vital mais pas suffisant. Ce n’est qu’en rapportant dans notre foyer l’esprit et la force qui proviennent de ces activités sacrées que nous pouvons rester concentrés sur les grands objectifs de la condition mortelle et surmonter la corruption du monde. Nos expériences du sabbat et du temple doivent être des catalyseurs spirituels qui imprègnent les personnes, les familles et notre foyer de rappels permanents des leçons-clé apprises, de la présence et du pouvoir du Saint-Esprit, d’une conversion continue et de plus en plus profonde au Seigneur Jésus-Christ et d’une « espérance d’une pureté parfaite23 » dans les promesses éternelles de Dieu.

Le jour du sabbat et le temple peuvent nous aider à établir dans notre foyer « une voie par excellence24 » si nous réunissons « toutes choses en Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre25. » Ce que nous faisons chez nous de son temps sacré et de ce que nous apprenons dans ses espaces sacrés est crucial pour devenir participants de la nature divine.

Promesse et témoignage

Nous pouvons facilement nous laisser dominer par la routine et les préoccupations terre-à-terre de la condition mortelle. Dormir, manger, s’habiller, travailler, jouer, faire de l’exercice et de nombreuses autres activités ordinaires nécessaires et importantes. Mais à la fin, ce que nous devenons est le résultat de notre connaissance du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et de notre disposition à les connaître ; ce n’est pas simplement la somme de nos occupations quotidiennes cumulées sur toute une vie.

L’Évangile est tellement plus qu’une liste de contrôle routinière d’activités discrètes à accomplir ; c’est, en fait, une magnifique tapisserie de vérités « bien coordonnées26 » et entrelacées dont le but est de nous aider à devenir comme notre Père céleste et le Seigneur Jésus-Christ, c’est-à-dire participants de la nature divine. En vérité, quand cette réalité spirituelle suprême est éclipsée par les soucis, les préoccupations et les frivolités du monde, nous sommes aveuglés car nous regardons « au-delà du point marqué27 ».

Je vous promets que, si nous faisons preuve de sagesse et demandons que le Saint-Esprit soit notre guide28, il nous enseignera ce qui est vrai. Si nous nous efforçons d’accomplir notre destinée éternelle et de devenir participants de la nature divine, « il témoignera du Christ, nous montrant sa volonté29 ».

Je rends mon témoignage que les plus grandes et les plus précieuses promesses associées aux ordonnances et aux alliances sont certaines. Le Seigneur l’a déclaré ainsi :

« Je vous donne des directives sur la manière dont vous pouvez agir devant moi, afin que cela tourne à votre salut.

Moi, le Seigneur, je suis lié lorsque vous faites ce que je dis ; mais lorsque vous ne faites pas ce que je dis, vous n’avez pas de promesse30. »

Je témoigne que notre Père céleste vit et qu’il est l’auteur du plan du salut. Jésus-Christ est son Fils unique, notre Sauveur et rédempteur. Il vit. Je témoigne que le plan et les promesses du Père, que l’expiation du Sauveur et que la compagnie du Saint-Esprit rendent possible « la paix dans cette vie et la vie éternelle dans le monde à venir31 ». J’en rends témoignage au nom sacré du Seigneur Jésus-Christ. Amen.