Le quotidien éternel
    Notes de bas de page

    Le quotidien éternel

    « L’humilité par rapport à notre identité et au dessein de Dieu pour nous est essentielle. »

    Depuis ma mission en Angleterre en tant que jeune homme, j’apprécie l’humour britannique. Il se caractérise parfois par une attitude humble marquée par l’auto-dérision vis-à-vis de la vie. Un exemple en est la façon dont est décrit l’été. En Angleterre, l’été est relativement court et imprévisible. Comme l’a dit sobrement un auteur : « J’adore l’été en Angleterre, c’est mon jour préféré de l’année1. » Le personnage d’un dessin animé britannique est montré dans son lit, se réveillant tard le matin et disant à ses chiens : « Oh non ! Je crois que nous avons trop dormi et que nous avons raté l’été2. »

    Il y a une analogie entre cet humour et notre vie sur cette terre magnifique. Les Écritures disent clairement que notre précieuse existence ici-bas est très courte. On pourrait dire que, d’un point de vue éternel, le temps que nous passons sur terre est aussi fugace que l’été britannique3.

    Parfois l’objectif de l’homme et son existence même sont également décrits en des termes très humbles. Le prophète Moïse a été élevé dans un milieu que l’on qualifierait aujourd’hui de privilégié. Comme le rapporte la Perle de Grand Prix, le Seigneur, préparant Moïse à son rôle de prophète, lui donne un aperçu du monde et de tous les enfants des hommes qui sont et furent créés4. La réaction quelque peu surprenante de Moïse est de dire : « À cause de cela, je sais que l’homme n’est rien, ce que je n’avais jamais supposé5. »

    Par la suite, Dieu réfute tout sentiment d’insignifiance éprouvé par Moïse en proclamant son véritable dessein : « Car voici mon œuvre et ma gloire : réaliser l’immortalité et la vie éternelle de l’homme6. »

    Nous sommes tous égaux devant Dieu. La doctrine est claire. Le Livre de Mormon nous dit que « tous sont pareils pour Dieu », notamment « noirs et blancs, esclaves et libres, hommes et femmes7  ». Par conséquent, tous sont invités à aller au Seigneur8.

    Quiconque revendique une supériorité selon le plan du Père en raison de caractéristiques comme la race, le sexe, la nationalité, la langue ou la situation économique commet une faute morale et ne comprend pas le véritable dessein du Seigneur pour tous les enfants de notre Père9.

    Malheureusement, à notre époque, dans presque tous les domaines de la société, il y a un étalage de suffisance et d’arrogance tandis que l’humilité et la responsabilité devant Dieu sont dénigrées. Une grande partie de la société a perdu ses repères et ne comprend pas pourquoi nous sommes sur cette terre. La véritable humilité, qui est indispensable pour réaliser le dessein du Seigneur pour nous, se manifeste rarement10.

    Il est important de comprendre l’ampleur de l’humilité, de la justice, de la personnalité et de l’intelligence du Christ telles qu’elles sont rapportées dans les Écritures. Il est insensé de sous-estimer la nécessité de faire des efforts quotidiens et continuels pour acquérir ces qualités et ces attributs chrétiens, particulièrement l’humilité11.

    Les Écritures disent clairement que, bien que cette vie soit relativement courte, elle est extrêmement importante. Amulek, qui était le compagnon missionnaire d’Alma dans le Livre de Mormon, a dit : « Cette vie est le moment où les hommes doivent se préparer à rencontrer Dieu ; oui, voici, le jour de cette vie est le jour où les hommes doivent accomplir leurs œuvres12. » Nous ne voulons pas faire comme le personnage du dessin animé et passer cette vie à dormir.

    L’exemple d’humilité et de sacrifice pour toute l’humanité du Sauveur est l’événement le plus pénétrant de l’histoire. Le Sauveur, bien que membre de la Divinité, était disposé à venir sur la terre comme un humble nouveau-né et à commencer une existence où il allait instruire et guérir ses frères et ses sœurs, et finalement souffrir de façon indescriptible à Gethsémané et sur la croix afin que son expiation soit parfaite. On fait également référence à cet acte d’amour et d’humilité de la part du Christ, lorsque l’on emploie l’expression « [sa] condescendance13  ». Il a fait cela pour chaque homme et chaque femme que Dieu a créés ou va créer.

    Notre Père céleste ne veut pas que ses enfants se découragent ou renoncent à leur quête de la gloire céleste. Lorsque nous pensons vraiment à Dieu le Père, et à son Fils, le Christ, à qui ils sont et à ce qu’ils ont accompli pour nous, cela nous remplit de respect, d’admiration, de gratitude et d’humilité.

    L’humilité est essentielle pour aider le Seigneur à établir son Église.

    De son temps, Alma a posé une question qui s’applique à notre époque : « Si vous avez connu un changement de cœur, et si vous avez ressenti le désir de chanter le cantique de l’amour rédempteur, je vous le demande : pouvez-vous le ressentir maintenant14  ? » Alma continue : « Pourriez-vous dire […], si vous étiez appelés à mourir en ce moment, que vous avez été suffisamment humbles15  ? »

    Chaque fois que je lis l’histoire d’Alma le jeune qui renonce à son rôle de chef d’État pour prêcher la parole de Dieu16, je suis impressionné. Il est évident qu’Alma avait un grand témoignage de Dieu le Père et de Jésus-Christ, et qu’il se sentait sans aucune réserve et totalement responsable devant eux. Il s’était fixé les bonnes priorités et faisait preuve d’humilité en renonçant à un statut et à un poste parce qu’il savait que le service du Seigneur était plus important.

    Il y a beaucoup de valeur à faire preuve de suffisamment d’humilité pour aider à établir l’Église. Voici un exemple révélateur tiré de l’histoire de l’Église. En juin 1837, tandis qu’il était dans le temple de Kirtland, Joseph Smith a reçu l’inspiration d’appeler l’apôtre Heber C. Kimball à proclamer l’Évangile de Jésus-Christ « en Angleterre […] et à ouvrir la porte du salut à cette nation17  ». L’apôtre Orson Hyde et quelques autres ont été désignés pour l’accompagner. La réponse de frère Kimball est remarquable. « L’idée d’être choisi pour une mission si importante était presque impossible à supporter. […] [J’]étais sur le point de m’écrouler sous le fardeau placé sur moi18. » Il a néanmoins commencé la mission avec une foi, un engagement et une humilité absolus.

    Parfois, faire preuve d’humilité signifie accepter des appels lorsque nous avons l’impression de ne pas être à la hauteur. D’autre fois, cela signifie servir fidèlement lorsque nous nous sentons capables de remplir un poste plus en vue. Les dirigeants humbles ont montré par leurs discours et par leur exemple que ce qui est important n’est pas là où nous servons, mais comment nous servons19. L’humilité nous conduit parfois à surmonter nos ressentiments lorsque nous avons l’impression que des dirigeants ou d’autres membres ne nous ont pas traités correctement.

    Le 23 juillet 1837, Joseph Smith a rencontré Thomas B. Marsh, alors président du Collège des Douze. Frère Marsh était, semble-t-il, contrarié que le prophète ait appelé deux membres du Collège à partir en Angleterre sans l’avoir consulté. En parlant avec frère Marsh, tous les sentiments d’amertume ont été mis de côté et le prophète a reçu une révélation remarquable. Elle constitue aujourd’hui la section 112 des Doctrine et Alliances 20. Ce sont des directives extraordinaires venant des cieux en rapport avec l’humilité et l’œuvre missionnaire. Le verset 10 déclare : « Sois humble, et le Seigneur, ton Dieu, te conduira par la main et te donnera la réponse à tes prières21. »

    Cette révélation a été donnée le jour même où les frères Kimball, Hyde et John Goodson, remplis d’humilité, proclamaient le rétablissement de l’Évangile de Jésus-Christ dans l’Église de Vauxhall à Preston, en Angleterre22. C’était la première fois dans cette dispensation que des missionnaires proclamaient l’Évangile rétabli en dehors de l’Amérique du nord. Leurs efforts missionnaires ont conduit presque immédiatement à de nombreux baptêmes de convertis qui sont devenus des membres fidèles23.

    Les parties de la révélation qui suivent sont un guide pour les efforts missionnaires à notre époque. Voici ce que l’on peut y lire : « Quiconque tu enverras en mon nom […] aura le pouvoir d’ouvrir la porte de mon royaume à toute nation[…] s’il s’humilie devant moi, demeure dans ma parole et écoute la voix de mon Esprit24. »

    L’humilité qui sous-tendait cet effort missionnaire remarquable a permis au Seigneur d’établir son Église d’une façon merveilleuse.

    Heureusement, nous continuons de voir cela dans l’Église aujourd’hui. Les membres, notamment la génération montante, donnent de leur temps et reportent leurs études et leur vie professionnelle pour faire une mission. Beaucoup de membres d’âge mûr quittent leur emploi et font d’autres sacrifice pour servir Dieu quel que soit le domaine dans lequel ils sont appelés. Nous ne laissons pas les questions personnelles nous distraire ou nous détourner de l’accomplissement de nos objectifs25. Le service dans l’Église exige de l’humilité. Dans nos appels, nous servons humblement, de tout notre pouvoir, de tout notre esprit et de toute notre force. À tous les niveaux de l’Église, il est important de comprendre la vertu chrétienne qu’est l’humilité.

    L’humilité au quotidien est indispensable pour nous préparer personnellement à rencontrer Dieu.

    Notre société actuelle, n’accorde pas autant de valeur au but d’honorer Dieu et de nous soumettre à sa volonté26 que par le passé. Certains dirigeants chrétiens d’autres religions croient que nous vivons dans un monde post-chrétien27.

    Pendant des générations, la vertu judéo-chrétienne qu’est l’humilité ainsi que les vertus civiques que sont la modestie et la discrétion ont été les normes prédominantes.

    Dans le monde actuel, l’accent est de plus en plus mis sur l’orgueil, l’auto-glorification et la prétendue authenticité, ce qui conduit parfois à un manque de véritable humilité. Certains pensent que les valeurs morales qui mènent au bonheur sont aujourd’hui : « Soyez authentiques, soyez forts, soyez productifs, et surtout ne faites confiance à personne […] parce que votre destin est […] entre vos mains28. »

    Les Écritures prônent une toute autre attitude. Elles suggèrent que nous devrions être de véritables disciples de Jésus-Christ. Cela implique d’établir un sentiment puissant de responsabilité vis-à-vis de Dieu et une approche de la vie remplie d’humilité. Le roi Benjamin a enseigné que l’homme naturel est ennemi de Dieu et a recommandé que nous nous rendions « aux persuasions de l’Esprit-Saint ». Il a expliqué que cela exige, entre autres choses, de devenir « soumis, doux, humble, patient [et] plein d’amour29  ».

    Certains définissent à tort l’authenticité comme la célébration de l’homme naturel et de qualités qui sont à l’opposé de l’humilité, de la gentillesse, de la miséricorde, du pardon et de la courtoisie. Nous pouvons célébrer notre caractère unique d’enfants de Dieu sans utiliser l’authenticité pour excuser un comportement non chrétien.

    Dans notre quête de l’humilité, nous rencontrons sur l’Internet des obstacles modernes nous empêchant d’éviter l’orgueil. En voici deux exemples : chercher à devenir le centre d’attention pour se faire plaisir ou attaquer les autres en exacerbant les disputes sur les médias sociaux. Un autre exemple est la « fausse humilité ». Il s’agit d’une affirmation [ou d’une photo] apparemment simple ou basée sur l’auto-dérision dont le véritable but est d’attirer l’attention sur une chose dont on est fier30  ». Les prophètes nous ont toujours mis en garde contre l’orgueil et particulièrement contre les choses vaines du monde31.

    La détérioration généralisée du débat civique est aussi un sujet de préoccupation. Le principe éternel du libre-arbitre exige que nous respections de nombreux choix avec lesquels nous ne sommes pas d’accord. Les conflits et les querelles dépassent souvent « les limites de la décence la plus élémentaire32  ». Nous avons besoin de davantage de modestie et d’humilité.

    Alma met en garde contre le fait d’être boursouflé dans l’orgueil de son cœur en pensant que l’on est meilleur l’un que l’autre et en persécutant ceux qui s’humilient et marchent « selon le saint ordre de Dieu33  ».

    J’ai découvert une bonté sincère parmi les gens de toutes les religions qui sont humbles et se sentent responsables devant Dieu. Beaucoup d’entre eux adhèrent aux paroles de Michée, prophète de l’Ancien Testament, qui a déclaré : « Ce que l’Éternel demande de toi, c’est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu34. »

    Lorsque nous sommes véritablement humbles, nous prions pour obtenir le pardon et nous pardonnons aux autres. Dans le livre de Mosiah, Alma enseigne que, toutes les fois que nous nous repentons, le Seigneur nous pardonne nos offenses35. Par contre, comme le dit le Notre Père36, si nous ne pardonnons pas à qui nous a offensés nous nous mettons sous la condamnation37. Grâce à l’expiation de Jésus-Christ et par le repentir, nos péchés sont pardonnés. Lorsque nous ne pardonnons pas à qui nous a offensés, nous rejetons l’expiation du Sauveur. Le fait de garder de la rancune, de refuser de pardonner et de refuser d’aborder les relations que nous avons avec les autres d’une manière chrétienne nous place réellement sous la condamnation. La rancune est un poison pour notre âme38.

    Je mets également en garde contre toute forme d’arrogance. Le Seigneur, par l’intermédiaire du prophète Moroni, fait une distinction saisissante entre les arrogants et les humbles : « Les insensés se moquent, mais ils se lamenteront ; et ma grâce suffit aux humbles. » Le Seigneur ajoute : « Je donne aux hommes de la faiblesse afin qu’ils soient humbles  ; et ma grâce suffit à tous les hommes qui s’humilient devant moi ; car s’ils s’humilient devant moi, et ont foi en moi, alors je rendrai fortes pour eux les choses qui sont faibles39. »

    Être humble signifie aussi être reconnaissant des nombreuses bénédictions que nous recevons et de l’aide divine. L’humilité n’est pas un accomplissement grandiose et reconnaissable ni même le fait de surmonter une grande difficulté. C’est un signe de force spirituelle. C’est l’assurance tranquille que, jour après jour, heure après heure, nous pouvons faire confiance au Seigneur, le servir et accomplir ses desseins. Je prie pour que, dans ce monde querelleur, nous continuions chaque jour de nous efforcer d’atteindre la véritable humilité. Un poète a dit :

    L’épreuve de la grandeur est la manière

    Dont on assume le quotidien éternel40.

    Je témoigne avec certitude du Sauveur, de son expiation et de l’extrême importance de le servir chaque jour. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

    Notes

    1. Kathy Lette, tiré de « Town and Country Notebook » éd. Victoria Marston, Country Life, 7 juin 2017, p. 32; italiques rajoutés.

    2. Annie Tempest, « Tottering-by-Gently », Country Life, 3 octobre 2012, p. 128.

    3. Voir Psaumes 90:4. Qu’elle soit longue ou courte en terme d’années, notre vie est très brève d’un point de vue éternel. « Tout est comme un jour pour Dieu, et le temps n’est mesuré que pour les hommes » (Alma 40:8). L’apôtre Pierre a déclaré : « Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c’est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour (2 Pierre 3:8).

    4. Voir Moïse 1:6-9. Le christ parle par investiture divine d’autorité (voir  Enseignements des présidents de l’Église : Joseph Fielding Smith [2013], p. 47,note de bas de page n °11).

    5. Moïse 1:10.

    6. Moïse 1:39.

    7. 2 Néphi 26:33  ; voir aussi Doctrine et Alliances 1:34-35  ;  38:16; Déclaration Officielle 2.

    8. Doctrine et Alliances 20:37 commence par : « Tous ceux qui s’humilient devant Dieu, […] ». Il énonce alors les conditions requises pour le baptême. Voir aussi Matthieu 11:28.

    9. Voir Doctrine et Alliances 20:37.

    10. Nous savons que, si nous ne nous repentons pas, ne recevons pas les ordonnances, ne suivons pas le chemin des alliances qui nous prépare pour l’éternité, « alors vient la nuit de ténèbres où aucun travail ne peut être accompli » (Alma 34:33).

    11. Voir 3 Néphi 27:27.

    12. Alma 34:32.

    13. Voir 1 Néphi 11:26-33  ; 2 Néphi 9:53  ; Jacob 4:7  ; Doctrine et Alliances 122:8.

    14. Alma 5:26.

    15. Alma 5:27.

    16. Voir Alma 4:19.

    17. Heber C. Kimball, « History of Heber Chase Kimball By His Own Dictation », ca. 1842-1856, Heber C. Kimball Papers, bibliothèque d’histoire de l’Église ; Orson F. Whitney, Life of Heber C. Kimball, An Apostle ; The Father and Founder of the British Mission, 1888, p. 116.

    18. Heber C. Kimball, « History of Heber Chase Kimball By His Own Dictation » ; Orson F. Whitney, Life of Heber C. Kimball, p. 116.

    19. J. Reuben Clark a enseigné : « Au service du Seigneur, ce qui importe, ce n’est pas l’endroit où l’on sert, mais la façon dont on le fait. Dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, on prend la place à laquelle on est dûment appelé, place que l’on ne brigue ni ne refuse » (Conference Report, avril 1951, p. 154).

    20. Voir The Joseph Smith Papers, Documents, Volume 5: octobre 1835–janvier 1838, éd. Brent M. Rogers and others, 2017, pp. 412–417. Vilate Kimball rapporta dans une lettre adressée à son mari, Heber C. Kimball, qu’elle avait copié la révélation du « livre de frère Marsh telle qu’il l’avait écrite lorsqu’elle est sortie de la bouche de Joseph » (Vilate Murray Kimball à Heber C. Kimball, 6 septembre 1837, Heber C. Kimball, Correspondence, bibliothèque d’histoire de l’Église).

    21. Doctrine et Alliances 112:10  ; italiques ajoutés.

    22. Voir Orson F. Whitney, Life of Heber C. Kimball, pp. 136-137.

    23. Voir Orson F. Whitney, Life of Heber C. Kimball, p. 149.

    24. Doctrine et Alliances 112:21-22  ; italiques ajoutés.

    25. « Nous ne demandons pas à être relevé d’un appel parce que notre situation a changé, mais il est tout à fait correct d’informer ceux qui nous ont donné notre appel, puis de les laisser prendre la décision » (Boyd K. Packer, « Appelés à servir », L’Étoile, 1997, p. 8).

    26. Voir « L’humilité » au chapitre 6 de Prêchez mon Évangile, guide du service missionnaire, 2004, p. 131.

    27. Voir Charles J. Chaput, Strangers in a Strange Land, 2017, pp. 14-15 ; voir également Rod Dreher, The Benedict Option, 2017.

    28. Voir Carl Cederstrom, « The Dangers of Happiness », New York Times, 19 juillet 2015, SR 8.

    29. Mosiah 3:19.

    30. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales « Fausse modestie » http://www.cnrtl.fr/lexicographie/modestie

    31. À certains égards, cela fait écho à la description faite par Alma du peuple qui avait acquis « toutes sortes de choses précieuses qu’il avait obtenues par son industrie ; […] [mais était] enflé dans l’orgueil de ses yeux » (Alma 4:6). Il est bon de faire savoir que la « fausse modestie » est toujours une forme de vantardise.

    32. David Brooks, « Finding a Way to Roll Back Fanaticism », New York Times, 15 août 2017, p. A23.

    33. Voir Alma 5:53, 54.

    34. Michée 6:8.

    35. Voir Mosiah 26:30.

    36. Voir Matthieu 6:12, 15.

    37. Voir Mosiah 26:31.

    38. Comme l’a dit Nelson Mandela, « la rancune revient à ingurgiter du poison en espérant que cela va tuer nos ennemis » (Jessica Durando, « 15 of Nelson Mandela’s Best Quotes », USA Today, 5 décembre 2013, usatoday.com).

    39. Éther 12:26, 27  ; italiques ajoutés.

    40. Edmund Vance Cooke, « The Eternal Day », Impertinent Poems, 1907, p. 21.