Le Liahona
L’Esprit a fait toute la différence
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page
Thème

Les bénédictions de l’autonomie

L’Esprit a fait toute la différence

Grâce à un cours donné par les Services de l’autonomie et à l’inspiration du Saint-Esprit, Molly Kohrman a trouvé le courage de lancer sa propre affaire.

Molly Cooking Brownies

Comment une personne ayant un diplôme de thérapie par le jeu et dix ans d’expérience dans le domaine de la santé mentale fait-elle pour ouvrir une pâtisserie et vendre des gâteaux de toutes les couleurs, des brownies à la vanille et de la crème glacée ?

Pour Molly Kohrman, la réponse est simple. En 2017, elle a suivi un cours de douze semaines donné par les Services de l’autonomie afin d’apprendre comment lancer et développer son entreprise. Ce cours lui a donné le courage de réaliser un rêve.

Elle explique : « À Washington D.C., j’ai fait une école de pâtisserie et en Utah, une école de cuisine. Quand j’ai appris que le pieu organisait des cours d’autonomie, je me suis dit que ce serait peut-être intéressant d’étudier la question. J’ai toujours voulu avoir ma propre affaire. J’ai déjà suivi d’autres cours de gestion. Je n’avais rien à perdre en me formant davantage. »

Le cours était différent de tous les autres cours de gestion ou de pâtisserie que Molly avait suivis. Pour elle, ce qui le rendait unique, c’était la présence du Saint-Esprit et l’esprit de camaraderie entre les élèves.

Elle dit : « Les discussions sur le projet étaient bonnes et utiles mais c’est le côté spirituel présent dans les discussions qui a fait toute la différence pour moi. »

Talents et tourmente

Molly raconte : « J’étais tourmentée intérieurement. Je me demandais si le fait d’utiliser toutes mes économies, tout mon temps et toute mon énergie pour lancer mon affaire était la meilleure façon d’utiliser mes ressources, moi qui, à l’époque, travaillais dans la prévention contre le suicide. »

Lors de son premier cours, Molly et d’autres participants ont discuté de la volonté du Seigneur pour ses saints de réussir et de choisir un moyen de subsistance qui leur apporte de la joie. Elle a posé la question suivante au groupe : « Comment faire pour réconcilier l’utilisation des talents que l’on a reçus pour faire ce qui est important avec ce que l’on veut absolument faire ? »

Pendant que le groupe discutait de sa question, Molly s’est rendu compte qu’elle ne ferait pas que vendre des gâteaux. Si son entreprise devenait rentable, elle emploierait des gens, elle aurait les moyens de donner de l’argent à de bonnes causes et, lorsque son emploi du temps ralentirait, elle pourrait retourner faire de l’aide sociale comme bénévole.

Elle explique : « Avant cette discussion, je n’avais pas réellement compris cela. Je ne l’avais pas assimilé avant d’être dans une pièce pleine de gens qui pensaient comme moi. Nous étions tous à différentes étapes du lancement de notre entreprise et à différentes étapes de la vie mais l’Esprit était là et il guidait incontestablement notre discussion, à chaque cours. Je me suis rendu compte que si ce que je voulais réellement avoir ma propre entreprise, alors notre Père céleste me soutiendrait. »

Brownies et bénédictions

Vers le milieu de ses douze semaines de formation, Molly a commencé à faire des brownies et à en distribuer aux dix autres membres de son groupe d’autonomie.

Elle explique : « Ils n’en raffolaient pas tous et certains m’ont donné de très bons conseils. J’ai commencé à essayer différents parfums, nappages et mélanges. À la fin de la formation, j’avais une assez bonne idée de ce que je voulais faire. »

Molly a dit qu’il était vital qu’elle se réunisse chaque semaine avec son groupe, que chacun se sente responsable d’engagements hebdomadaires, que les participants apprennent à qui demander de l’aide et comment, et qu’ils s’aident les uns les autres à trouver les ressources nécessaires.

Elle ajoute : « Pendant tout le temps passé ensemble, je me suis sentie bénie et soutenue par les membres de mon groupe. Ils m’ont aidée à comprendre tout ce que je devais comprendre. »

Après avoir ouvert sa boutique de brownies à l’automne 2018, Molly a rapidement découvert que diriger une affaire prenait plus de temps qu’elle ne l’avait imaginé. Mais un des principes qu’elle a appris dans son cours sur l’autonomie continue d’être une bénédiction pour elle.

Elle dit : « Nous avons parlé du fait que notre emploi du temps allait être extrêmement chargé mais que si nous accordions du temps à l’Esprit, cela ferait toute la différence. J’ai découvert que c’est vrai. Quand je travaille seule le matin, si je me sens brusquement dépassée et oppressée, j’écoute un enregistrement des Écritures ou d’un discours de conférence générale et je me sens soulagée et en paix. »

Ce sentiment de paix, plus le fait de voir des clients enthousiastes, heureux et satisfaits, pousse Molly à continuer, même après de longues journées de travail.

Elle poursuit : « Je n’aurais pas pu me lancer dans cette entreprise sans l’aide de notre Père céleste. Et sans l’aide et le soutien de beaucoup d’autres personnes, cela aurait tout simplement été impossible. C’est une chance merveilleuse. Cela faisait très longtemps que je voulais me lancer.

[Grâce au cours d’autonomie], j’ai eu la bénédiction de pouvoir essayer. »

Photo d’ustensiles et d’ingrédients de pâtisserie Getty Images