10 : Comment améliorer mes techniques d’enseignement ?
    Notes de bas de page

    10 : Comment améliorer mes techniques d’enseignement ? Prêchez mon Évangile : Guide du service missionnaire, 2018, p. 193-214

    « 10 Techniques d’enseignement », Prêchez mon Évangile, p. 193-214

    10

    Comment améliorer mes techniques d’enseignement ?

    Le Christ en train d’enseigner

    Réfléchissez à ceci

    • Comment dois-je enseigner à partir des Écritures ?

    • Pourquoi dois-je poser des questions lorsque j’enseigne ?

    • Quel type de questions dois-je poser ?

    • Comment puis-je mieux écouter l’Esprit et les personnes que j’instruis ?

    • Comment puis-je aider les gens à résoudre leurs préoccupations ?

    • Comment puis-je aider les gens à surmonter les dépendances ?

    Vous êtes appelé à enseigner l’Évangile rétabli à toutes les personnes qui veulent bien vous recevoir. L’enseignement est au centre de tout ce que vous faites. Vous acquérez des vertus chrétiennes, vous étudiez les leçons missionnaires, vous améliorez vos capacités de parler dans la langue de votre mission et vous vous reposez sur l’Esprit pour enseigner avec une force convaincante. Le Seigneur a dit cela d’une manière très simple sous forme d’un commandement avec une promesse :

    « Ne cherche pas à annoncer ma parole, mais cherche tout d’abord à obtenir ma parole, et alors ta langue sera déliée ; puis, si tu le désires, tu auras mon Esprit et ma parole, oui, la puissance de Dieu pour convaincre les hommes » (Doctrine et Alliances 11:21).

    « Ne vous souciez pas d’avance de ce que vous direz, mais amassez continuellement dans votre esprit les paroles de vie, et la part qui sera attribuée à tout homme vous sera donnée à l’heure même » (Doctrine et Alliances 84:85).

    La Première Présidence et le Collège des douze apôtres ont dit : « Notre objectif est d’enseigner l’Évangile rétabli de manière à permettre à l’Esprit de guider à la fois les missionnaires et les personnes qu’ils instruisent. Il est essentiel d’apprendre [les leçons missionnaires], mais celles-ci ne doivent pas être récitées par cœur. Le missionnaire doit se sentir libre d’utiliser ses propres termes si l’Esprit l’y incite. Il ne doit pas réciter par cœur, mais parler avec enthousiasme en ses propres termes. Il peut changer l’ordre des leçons, en donnant ce qu’il est inspiré de donner en fonction des centres d’intérêt et des besoins de la personne qu’il instruit. Il doit s’exprimer avec conviction et en ses propres termes pour rendre témoignage de la véracité de ce qu’il enseigne » (« Déclaration sur l’œuvre missionnaire », lettre de la Première Présidence, 11 décembre 2002).

    Apprenez à vous reposer sur l’Esprit pour qu’il vous donne ce que vous devez dire et faire. En étudiant, en acquérant et en utilisant les techniques d’enseignement de ce chapitre, vous deviendrez un instrument plus efficace entre les mains du Seigneur. L’Esprit puisera dans la connaissance et les techniques que vous avez acquises pour vous aider à enseigner avec plus de force. La qualité et le pouvoir de votre enseignement aideront d’autres personnes à comprendre et à sentir l’importance que l’Évangile rétabli a pour elles. Leur compréhension sera influencée par votre dignité personnelle. Elle le sera également par la capacité que vous avez de concentrer votre attention sur eux et d’écouter, par votre aptitude à expliquer l’Évangile, à utiliser les Écritures, à rendre témoignage, à poser des questions et à les inviter à prendre et à tenir des engagements.

    Suivez l’Esprit

    « L’Esprit est de loin l’élément le plus important dans cette œuvre. Si vous avez l’Esprit pour magnifier votre appel, vous pouvez faire des miracles pour le Seigneur dans le champ de la mission. Sans l’Esprit vous ne réussirez jamais, quels que soient vos talents et vos capacités » (Ezra Taft Benson, séminaire pour les nouveaux présidents de mission, 25 juin 1986).

    Favorisez la présence de l’Esprit

    Les conseils suivants vous aideront à favoriser la présence de l’Esprit pendant que vous enseignez :

    • Priez.

    • Utilisez les Écritures, particulièrement le Livre de Mormon.

    • Témoignez.

    • Racontez des expériences.

    • Exprimez votre amour pour le Seigneur et pour les autres.

    Comment commencer à enseigner

    Les premiers instants que vous passez avec les gens sont très importants. Ils doivent apprendre à vous faire confiance. Commencez votre première visite d’une manière cordiale, respectueuse et sincère. Posez quelques questions simples afin de comprendre leur situation en matière de religion et ce qu’ils attendent de vos visites. Demandez, par exemple : « Quel rôle la religion a-t-elle joué dans votre vie ? » Évitez cependant de poser des questions intimes qui les mettraient mal à l’aise.

    Avant de commencer, demandez à toutes les personnes présentes de se joindre à vous pour la leçon. Invitez-les à éteindre la télévision et à écarter les autres distractions pour que l’Esprit du Seigneur ne soit pas gêné.

    Expliquez que vous aimeriez commencer et terminer chaque leçon par une prière. Proposez-vous pour faire la prière d’ouverture. Priez simplement mais avec ferveur pour que le Seigneur bénisse les personnes que vous instruisez dans tous les aspects de leur vie et surtout pour qu’elles puissent ressentir la véracité de ce que vous allez enseigner.

    Faites preuve d’un intérêt et d’un amour sincères pour elles et de foi dans le pouvoir de conversion de l’Évangile (voir Moroni 7:43-48). Selon ce que l’Esprit vous dicte, vous pouvez exprimer des pensées telles que celles-ci :

    • Parce que Dieu est notre Père céleste, nous sommes tous frères et sœurs. Nous aimerions vous appeler frères et sœurs.

    • Chaque personne que nous instruisons a ses problèmes et ses préoccupations propres. Quels que soient vos besoins ou vos préoccupations, le Seigneur et ses enseignements – l’Évangile – vous aideront.

    • Notre message vous permettra d’améliorer la qualité de votre vie. Il vous aidera à affronter les problèmes et les difficultés que nous rencontrons tous dans la vie.

    • Notre message, qui est centré sur Jésus-Christ, a une grande valeur et une grande importance.

    • Nous commettons tous des erreurs dans la vie et ces erreurs créent des sentiments de culpabilité et de honte. On ne peut pas se débarrasser de ces sentiments sans repentir ni pardon. Ils peuvent être complètement guéris grâce à l’expiation du Christ.

    • On ne peut pas apprendre notre message d’un seul coup. La compréhension vient avec le temps par la prière, l’étude, l’expérience et le respect des commandements de Dieu.

    • Nous avons des faiblesses, comme tout le monde. Nous ne parlons sans doute pas très bien la langue et nous ne pourrons peut-être pas répondre à toutes les questions que vous vous posez. Mais nous avons été appelés par un prophète de Dieu pour vous dire ce que nous savons. Nous savons que notre message est vrai.

    • Nous serons des guides pour vous aider à apprendre par vous-mêmes la véracité de notre message. À vous d’accepter le message et d’agir en conséquence. N’hésitez donc pas à poser des questions.

    • Dans vos efforts sincères pour comprendre notre message, vous rencontrerez peut-être des difficultés, mais Dieu vous aidera.

    • En acceptant notre message, vous apprendrez à faire des alliances ou promesses avec Dieu. Vous apprendrez à apporter des changements, pour que votre vie soit plus en accord avec ses enseignements. Vous aurez le désir de suivre les enseignements de Jésus-Christ et de vous faire baptiser par l’autorité appropriée (voir Jean 3:5).

    Avant d’enseigner les points de doctrine d’une leçon, vous pourriez donner un aperçu simple de ce que vous allez enseigner. Aidez les gens à voir que cela s’appliquera à eux personnellement. Beaucoup des personnes que vous instruisez ont été préparées par le Seigneur (voir Alma 16:16-17). Parlez-leur d’expériences spirituelles lors de la première rencontre pour qu’ils voient en vous des serviteurs du Seigneur.

    Activité : Étude en équipe

    Avec votre collègue, exercez-vous à différentes manières de commencer une leçon en utilisant plusieurs de ces suggestions.

    Adaptez votre enseignement aux besoins

    Le roi Benjamin

    Chaque personne ou famille que vous instruisez est unique. Même si vous n’êtes pas en mesure de comprendre tout ce qui les intéresse, tout ce qu’elles ont réalisé, ce dont elles ont besoin et ce qui les préoccupe, cherchez à être sensible à leur situation. Quels que soient les besoins ou les problèmes, ce qui aidera le mieux les gens c’est d’accepter et de pratiquer l’Évangile. Vous pourrez adapter votre enseignement en écoutant l’inspiration de l’Esprit.

    Laissez l’Esprit guider l’ordre dans lequel vous présentez les leçons selon les besoins, les centres d’intérêt, les questions et la situation des personnes que vous instruisez. Vous pouvez utiliser plus d’une réunion pour enseigner les principes d’une leçon et vous pouvez, à l’occasion, enseigner le contenu de deux leçons en une seule réunion. Notre Père céleste connaît ses enfants : reposez-vous donc sur l’inspiration pour prendre ces décisions au cours de votre enseignement. Priez pour avoir le don de discernement et faites attention aux pensées qui vous viennent à l’esprit ou aux sentiments que vous éprouvez à propos de ce que vous devez enseigner.

    Vous devrez adapter votre enseignement pour accorder plus d’attention aux engagements que les personnes ont le plus de difficultés à tenir. Par exemple, une personne peut facilement accepter que le Livre de Mormon soit la parole de Dieu, alors qu’une autre aura du mal à accepter autre chose que la Bible. Une personne peut avoir du mal à abandonner le tabac mais n’aura aucune difficulté à accepter la loi de la dîme.

    Lorsque vous planifiez le moment où vous allez enseigner certains principes doctrinaux, faites attention à la quantité d’informations nouvelles que vous communiquez. Enseignez à un rythme qui convient à la personne. Certaines personnes progressent plus vite ou plus lentement que d’autres. Veillez à poser suffisamment de questions et à écouter attentivement les réponses afin de bien comprendre à quelle vitesse et avec quelle efficacité elles apprennent et appliquent les points de doctrine que vous enseignez.

    Faites attention au temps. La plupart des rendez-vous d’enseignement ne doivent pas dépasser quarante-cinq minutes. On peut cependant réduire une visite d’enseignement à quinze ou à vingt minutes si c’est nécessaire. Si la personne ne dispose que de quinze minutes pour vous écouter, adaptez votre enseignement pour respecter cette limite.

    Faites confiance à la promesse que l’Esprit vous donnera « ce que vous devrez dire […] sur l’heure, oui, au moment même » (Doctrine et Alliances 100:6).

    Activité : Étude personnelle

    Imaginez que vous marchez dans la rue et que vous remarquez un homme âgé qui a du mal à mettre des sacs pesants dans une poubelle. Votre collègue et vous l’aidez, à la suite de quoi il vous demande qui vous êtes. Après un bref échange, il vous invite à entrer chez lui et il accepte d’écouter votre message. Au début de la conversation, il vous dit :

    • Que sa femme est morte il y a un an, et qu’elle lui manque beaucoup.

    • Qu’il est vite fatigué parce qu’il a des problèmes cardiaques.

    • Que maintenant plus que jamais auparavant, il se demande si Dieu existe.

    Qu’est-ce que vous pourriez lui enseigner ? Comment pourriez-vous adapter votre enseignement pour que celui-ci réponde au mieux à ses besoins et à ses préoccupations ?

    Étude des Écritures

    Que signifie donner « la part qui sera attribuée à tout homme » ?

    Qu’est-ce que le Seigneur a promis aux missionnaires fidèles ?

    Enseignez avec votre collègue dans l’unité

    Des missionnaires enseignent

    Le Seigneur a commandé : « Vous irez avec la puissance de mon Esprit, prêchant mon Évangile, deux par deux » (Doctrine et Alliances 42:6). Votre enseignement sera plus puissant et plus intéressant si votre collègue et vous travaillez ensemble dans l’unité. Chaque jour, lorsque vous planifiez et que vous étudiez, discutez de la façon dont vous allez enseigner de manière à pouvoir être unis et à enseigner d’une seule voix.

    Votre enseignement sera plus puissant si votre collègue et vous parlez tour à tour, chacun donnant des parties brèves de la leçon. Évitez de tomber dans la routine lorsque vous présentez le message. Soutenez votre collègue en étant le deuxième témoin des vérités dont il a témoigné. Suivez les impressions que vous recevez lorsque l’Esprit vous pousse à dire quelque chose. Soyez prêts, votre collègue et vous, à vous céder la parole l’un à l’autre pour ne pas faire obstacle à l’influence de l’Esprit. Lorsque vous parlez, gardez le contact visuel avec la personne. Quand vous ne parlez pas, priez pour votre collègue et soyez très attentif aux réactions de la personne.

    Étude des Écritures

    Comment se soutenir mutuellement entre collègues ?

    Demandez aux membres de vous aider à enseigner

    Lorsque c’est possible, demandez aux membres, aux convertis récents de préférence, de vous aider à enseigner. La situation idéale est de faire participer des membres de l’Église qui appartenaient précédemment à la même Église que les personnes que vous instruisez. Montrez aux membres un exemplaire de la leçon et discutez de ce que vous voudriez qu’ils enseignent. Discutez de la façon dont on travaille ensemble. Par exemple, demandez aux membres, lorsque c’est opportun, de dire comment ils ont pu apprendre, accepter et pratiquer un principe donné de la leçon. Demandez-leur d’expliquer comment ils ont pris la décision de devenir membres de l’Église. Quand les membres participent à l’enseignement, ils ont l’occasion de ressentir la joie de l’œuvre missionnaire. Cela crée aussi des liens avec les personnes que vous instruisez. Thomas S. Monson a enseigné :

    Pendant le processus de l’enseignement, [les gens] peuvent profiter de la force du témoignage d’un couple de membres qui ont fait, au cours des dernières années, la démarche de se faire baptiser et de devenir membres. Dans la mission canadienne, en Ontario et au Québec, où notre famille vivait lorsque j’étais président de la mission, nous avons constaté que la majorité de la population appartenait à trois Églises dominantes : l’Église catholique romaine, l’Église anglicane et l’Église unie du Canada. Dans toutes les villes de la mission, nous nous sommes arrangés pour qu’une famille nouvellement baptisée, ayant précédemment appartenu à l’une de ces Églises, soit à la disposition des missionnaires qui étaient en train d’instruire de nouvelles personnes, et puisse accompagner l’équipe missionnaire lors de la deuxième ou de la troisième visite.

    Vous rendez-vous compte, par exemple, quand les missionnaires [travaillaient] avec des gens appartenant à l’Église unie du Canada, de la force du témoignage [d’un frère et d’une sœur] qui y avaient appartenu ? [Le mari] disait : « Quand je suis devenu membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, […] j’ai trouvé la vérité dans son intégralité. Vous pouvez changer, vous aussi. Vous pouvez prendre la même décision. En fait, permettez-nous de passer vous prendre dimanche matin pour que nous puissions être ensemble à l’église. Alors vous pourrez entendre et ressentir par vous-mêmes. Nous serons à vos côtés. »

    Anthony et Edith Belfiglio sont devenus l’un de ces couples qui intégraient les gens ayant des racines catholiques romaines. Le résultat était le même. C’est faisable. Et ces convertis restent convertis. En outre, les couples choisis pour remplir cette tâche enfoncent leurs propres racines encore plus profondément dans le riche terreau de l’Évangile. […] Frère Belfiglio [a] été ordonné [patriarche] (émission par satellite de formation des missionnaires, 25 avril 2003).

    Activité : Étude personnelle

    Imaginez que vous avez un premier rendez-vous pour enseigner une leçon à une famille chez un membre. Décidez de la façon dont vous prépareriez chacun des membres suivants à vous aider à enseigner :

    • Un missionnaire de paroisse qui est revenu récemment d’une mission à plein temps

    • Un prêtre

    • Un converti récent

    • L’évêque

    Utilisez les Écritures

    Les ouvrages canoniques de l’Église sont vos sources fondamentales pour enseigner l’Évangile rétabli de Jésus-Christ. Vous pouvez aussi utiliser les paroles des prophètes actuels. Il y a beaucoup de raisons pour lesquelles il est essentiel d’utiliser les Écritures comme base de votre enseignement. Par exemple :

    • Le Seigneur et ses prophètes nous ont commandé de le faire (voir Doctrine et Alliances 42:12, 56-58 ; 71:1). Un prophète moderne a dit : Nous devons utiliser « les mots et la manière dont le Seigneur s’en sert dans le Livre de Mormon […] pour enseigner les principes de l’Évangile » (Ezra Taft Benson, « Le Livre de Mormon et Doctrine et Alliances », L’Étoile, juillet 1987, p. 78).

    • Les Écritures favorisent la présence du Saint-Esprit pendant votre enseignement. Elles enseignent avec puissance la parole de Dieu (voir Alma 31:5).

    • Les Écritures répondent aux grandes questions que l’homme se pose (voir 2 Néphi 32:3 ; Jacob 2:8).

    • Les Écritures donnent de l’autorité et de la validité à votre enseignement même là où les gens n’ont pas de formation chrétienne.

    Le Christ enseigne dans la synagogue

    © Greg K. Olsen. Reproduction interdite.

    Votre capacité d’enseigner avec puissance à partir des Écritures découle dans une grande mesure du temps que vous consacrez personnellement à les étudier. Si vous vous faites quotidiennement un festin de la parole, votre capacité d’enseigner à partir des Écritures s’améliorera. En outre, vos invitations à étudier et à méditer les Écritures seront plus puissantes parce que vous faites la même chose dans votre vie. Aidez les gens à acquérir la foi en Jésus-Christ en étudiant les Écritures – particulièrement le Livre de Mormon – et le témoignage que les Écritures sont des sources de vérité révélée. Une fois que les gens se mettront à croire aux Écritures, vous serez davantage capables de les aider à comprendre correctement la doctrine. Les conseils suivants pourraient être utiles.

    Présenter le passage d’Écritures. Décrivez brièvement le contexte du passage que vous allez utiliser. Demandez aux personnes que vous instruisez de rechercher des points particuliers dans le passage. Lorsque vous instruisez des gens qui ont une connaissance limitée des Écritures, il peut être nécessaire de commencer par décrire le contenu du passage en utilisant des termes qu’ils comprennent. Voici des exemples de façons de présenter un passage d’Écritures :

    • « Ici, dans l’histoire de Joseph Smith, nous avons les termes mêmes dans lesquels il nous raconte ce qui lui est arrivé quand il est allé prier dans le bosquet. Il dit : ‘Je vis une colonne de lumière […]’ »

    • « Dans ce passage, le prophète Alma enseigne à des gens pauvres à faire preuve de foi en la parole de Dieu. Il compare la parole de Dieu à une semence qui peut être plantée dans notre cœur. Voulez-vous commencer en lisant le verset … »

    Lire le passage. Lisez les versets à haute voix ou demandez à la personne que vous instruisez de lire à haute voix. Soyez attentif aux personnes qui ont des difficultés à lire. Si elles ont des difficultés à comprendre un passage, lisez soigneusement avec elles et aidez-les à comprendre les points les plus difficiles. Ou faites-leur lire un passage plus simple. Vous pourriez aussi définir les mots ou les expressions difficiles :

    • « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche [‘sans reproche’ signifie que Dieu ne va pas juger la personne qui demande], et elle lui sera donnée » (Jacques 1:5).

    Il y a des passages d’Écritures qui sont clairs et qui n’ont pas besoin d’explication. Pour d’autres, il faudra que vous preniez le temps d’expliquer ce qui a été lu.

    Appliquer le passage d’Écritures. Appliquez l’Écriture à vous-même et aux personnes que vous instruisez en montrant comment les principes sont d’application aujourd’hui (voir 1 Néphi 19:23). Montrez-leur comment ils peuvent appliquer les principes dans leur vie. Ce faisant, ils se rendront compte que le point de doctrine est vrai. Témoignez du principe et promettez-leur des bénédictions. Par exemple :

    • « Comme vous, le peuple d’Alma devait supporter de lourds fardeaux, des fardeaux presque insupportables. Mais quand il a fait preuve de foi et qu’il a imploré Dieu, Dieu l’a fortifié de sorte qu’il a pu supporter les difficultés et ensuite Dieu l’a délivré de ses épreuves. Je sais que Dieu vous aidera dans vos épreuves, comme il l’a fait avec ces gens, si vous… »

    • « L’enseignement d’Alma au peuple, aux eaux de Mormon, s’applique à nous aujourd’hui. Monsieur…, êtes-vous disposé à… »

    Il y aura de grandes différences entre les gens que vous instruisez en ce qui concerne la conception qu’ils ont des textes sacrés, la connaissance qu’ils ont de la Bible, la compréhension qu’ils ont du langage des Écritures et la profondeur de leur conviction que la Bible contient la parole de Dieu. Aidez tous les gens à apprécier les Écritures. En utilisant efficacement les Écritures dans votre enseignement, vous pouvez les aider à commencer à étudier les Écritures par eux-mêmes. Après chaque visite, indiquez-leur des chapitres ou des versets à lire. Vous pourriez leur donner des questions à étudier pendant qu’ils lisent, questions que vous pouvez traiter lors de votre prochaine réunion. Cela les incitera à étudier quotidiennement les Écritures et à prendre une part active aux réunions et aux classes de l’Église où l’on utilise les Écritures.

    Conception des Écritures selon la culture

    La plupart des religions ont des textes sacrés ou livres d’Écritures, mais l’utilisation qu’elles en font et la perception qu’elles en ont peuvent être différentes de la façon dont les membres de l’Église conçoivent les Écritures. Par exemple il se peut que vous deviez expliquer que le fait que vous marquez les Écritures montre votre désir de comprendre et d’appliquer les enseignements des Écritures et n’est pas un signe de manque de respect. Aidez les gens que vous instruisez à comprendre que les ouvrages canoniques sont importants parce qu’ils contiennent la parole du Seigneur telle qu’elle a été écrite par des prophètes de Dieu et que nous les acceptons comme vérité.

    Activité : Étude en équipe

    Revoyez l’un des passages suivants. Décidez de la façon dont :

    • Vous présenteriez le passage.

    • Vous donneriez le contexte.

    • Vous liriez le passage et en expliqueriez la signification.

    • Vous expliqueriez les mots difficiles.

    • Vous aideriez les personnes que vous instruisez à l’appliquer dans leur vie.

    Page de titre du Livre de Mormon ; 3 Néphi 11 ; Moroni 10:3-8 ; Jean 17:3 ; Romains 8:16-17 ; 1 Corinthiens 15:29 ; Jacques 1:5 ; 1 Pierre 3:19-20 ; Amos 3:7

    Étude des Écritures

    Pourquoi est-il important d’enseigner à partir des Écritures ?

    Enseigner pour faire comprendre

    Les gens peuvent mieux comprendre le message du rétablissement de l’Évangile quand ils comprennent le message. James E. Faust a dit : « Étudiez, méditez et enseignez les Écritures et surtout le Livre de Mormon et le Nouveau Testament. Connaissez bien la vérité afin de pouvoir l’énoncer clairement. B. H. Roberts a écrit : ‘Pour qu’on la connaisse, la vérité doit être énoncée, et le Saint-Esprit peut d’autant mieux témoigner à l’âme des hommes que l’œuvre est vraie qu’elle est exprimée plus clairement et plus complètement’ [New Witnesses for God, 3 vol., 1909, tome 2, p. vii]. Vous ne pouvez pas convertir des gens plus que vous n’êtes convertis vous-mêmes » (« Ce que je veux que mon fils sache avant de partir en mission », L’Étoile, juillet 1996, p. 44).

    Il vous est commandé de raisonner à l’aide des Écritures et de les exposer lorsque vous enseignez (voir Doctrine et Alliances 68:1). Exposer signifie donner des détails qui rendent clair. Exposer l’Évangile signifie expliquer en termes simples et clairs la signification des points de doctrine et des passages d’Écritures en vous reposant sur l’Esprit pour vous guider dans ce que vous dites. Utilisez des mots corrects mais de la vie de tous les jours pour aider les gens à comprendre les principes doctrinaux. Posez des questions pour les aider à réfléchir aux principes et pour voir s’ils comprennent et acceptent ce que vous avez enseigné.

    À la fin de chacune des trois premières leçons du chapitre 3 se trouve une liste de mots que les gens que vous instruisez risquent de ne pas connaître. Enseigner pour assurer la compréhension c’est, entre autres, veiller à expliquer les mots, les expressions et les idées pour que vos interlocuteurs vous comprennent mieux. Vous pouvez améliorer votre capacité d’expliquer l’Évangile :

    • En comprenant les mots que vous utilisez.

    • En définissant les mots que vos interlocuteurs risquent de ne pas comprendre. Beaucoup de mots qui ont une signification spéciale pour les membres de l’Église sont définis d’une manière simple dans la documentation approuvée de l’Église.

    • En posant des questions telles que : « Savez-vous ce que nous voulons dire lorsque nous disons…  ? » ou « Pouvez-vous redire en vos propres termes ce dont nous venons de parler ? »

    En étudiant la doctrine énoncée au chapitre 3, trouvez les mots que vous pensez que quelqu’un aura du mal à comprendre. En enseignant la doctrine énoncée au chapitre 3, notez les mots, les expressions et les idées que les personnes que vous instruisez ont du mal à comprendre. Définissez ces mots à l’aide des ressources mentionnées ci-dessus. Testez vos définitions sur des personnes que vous instruisez et des convertis récents.

    Étude des Écritures

    Pourquoi devons-nous exposer ou expliquer soigneusement les points de doctrine ?

    Comment apprenons-nous ? Pourquoi est-il important d’exposer graduellement les informations ?

    Pourquoi est-il important d’être clair ?

    Comment le Seigneur communique-t-il avec ses enfants ?

    Posez des questions

    Le Christ dans le temple dans sa jeunesse

    Jésus-Christ posait souvent des questions pour aider les gens à méditer et à appliquer les principes. Ses questions incitaient à la réflexion, à l’introspection et à l’engagement.

    De bonnes questions vous aideront à comprendre les intérêts, les préoccupations ou les questions des gens. Elles peuvent renforcer votre enseignement, favoriser la présence de l’Esprit et aider les gens à apprendre.

    Les mauvaises questions peuvent intimider, irriter ou offenser les gens. Elles peuvent vous amener à perdre le contrôle de votre enseignement. Essayez de poser des questions qui :

    • Sont simples et faciles à comprendre.

    • Incitent les gens à réfléchir à ce que vous enseignez.

    • Vous aident à déterminer à quel point ils comprennent ce que vous enseignez.

    • Aident les gens à appliquer ce qu’ils apprennent.

    En répondant à ce genre de questions, les personnes ont le sentiment qu’elles peuvent parler ouvertement. Les bonnes questions peuvent amener les gens à vous poser des questions quand ils ne comprennent pas, quand ils ont une préoccupation ou quand ils veulent savoir ce qu’ils doivent faire. Les bonnes questions peuvent les aider à exprimer leurs sentiments et, ce faisant, à se découvrir un témoignage croissant. Voici des exemples de questions efficaces :

    • Avez-vous des questions sur ce que nous avons enseigné ?

    • Croyez-vous que votre Père céleste vous aime ? Pourquoi ?

    • Comment nous arrive-t-il de commettre la même erreur que les personnages de cette histoire ?

    Pour aider les personnes que vous instruisez à se préparer à répondre à des questions, vous pourriez dire : « Pendant que j’explique l’importance de sanctifier le jour du sabbat, demandez-vous : ‘Qu’est-ce que ce commandement signifie pour moi ?’ » Évitez de poser des questions qui :

    • Comportent plus d’une idée.

    • Ont trait à des points de doctrine que vous n’avez pas encore enseignés.

    • N’ont pas de but clair.

    • Soumettent à un interrogatoire et sont inutilement insistantes.

    Si vous posez trop de questions, surtout lors de votre première visite, cela donnera l’impression que vous faites un « interrogatoire ». Ne demandez pas aux gens de donner des réponses précises sur des détails sans importance ou évidents. Cela transforme un bon cadre didactique en jeu de devinettes. Quand vous avez besoin d’une réponse précise, le mieux est de poser une question sur un fait ou de présenter l’information d’une autre manière. Évitez de poser des questions qui risquent d’embarrasser la personne si elle ne connaît pas la réponse. C’est après que vous avez enseigné un principe-clé et que vous avez témoigné à son sujet que les questions sont le plus utiles. Voici des exemples de questions peu efficaces :

    • Qui était le premier prophète ? (Posée avant que vous n’ayez parlé des dispensations.)

    • Comment le fait de garder notre corps pur nous aide-t-il à avoir l’Esprit et montre-t-il que nous sommes disposés à suivre un prophète de Dieu ? (Plus d’une idée.)

    • Est-il important de connaître les commandements de Dieu ? (Question fermée et trop évidente.)

    • Que pensez-vous du Livre de Mormon ? (Avant qu’ils ne l’aient lu.)

    • Quelle est la chose que nous pouvons faire tous les jours qui nous aidera à nous sentir proches de Dieu ? (Question vague demandant une réponse précise : Prier.)

    • Quel a été le prophète après Noé ? (Vous leur demandez de deviner.)

    Le Christ en train d’enseigner

    © 1985 Robert T. Barrett. Reproduction interdite.

    Apprenez à poser les questions que l’Esprit vous inspire. Le bon type de question posé au bon moment peut beaucoup aider les gens que vous instruisez à apprendre l’Évangile et à ressentir l’Esprit. Par contre, le mauvais type de question ou la question posée au mauvais moment peut les empêcher d’apprendre. Pour poser les questions appropriées au bon moment, vous devez être en harmonie avec l’Esprit, écouter les personnes que vous instruisez et être concentré sur votre enseignement. Un enseignement efficace peut représenter énormément de travail et nécessite de la concentration et des efforts de votre part et de la part de votre collègue.

    Activité : étude personnelle ou en équipe

    Que pourrait-il advenir de la progression d’une personne si elle se trouvait dans les situations suivantes sans que vous ne l’appreniez jamais ?

    • Des collègues de travail qui se moquent régulièrement des choses spirituelles.

    • Des membres de la famille qui sont des membres très pratiquants d’une autre Église.

    • Des amis qui croient que les mormons sont une secte non chrétienne.

    • Une expérience spirituelle en lisant le Livre de Mormon.

    Pensez à une question que vous pourriez poser pour en apprendre davantage sur chacune des situations ci-dessus. Écrivez vos questions dans votre journal d’étude. Discutez avec votre collègue de la façon dont vous pourriez améliorer les questions que chacun de vous a écrites pour cette activité.

    Écoutez

    Lorsque vous écoutez attentivement les gens, vous les comprenez mieux. Quand ils savent que leurs pensées et leurs sentiments vous importent, ils sont généralement plus réceptifs à vos enseignements, ils parlent de leurs expériences personnelles et ils prennent des engagements. En écoutant, vous pourrez adapter plus efficacement votre enseignement à leurs besoins et à leurs intérêts.

    Soyez particulièrement attentif aux chuchotements de l’Esprit. Pendant que les gens vous expriment leurs sentiments, vous pouvez avoir des pensées ou des idées données par l’Esprit. Vous pourrez également comprendre ce que les gens essayent d’exprimer.

    Pendant que l’on vous parle, évitez la tendance à penser à ce que vous allez dire. Veillez à vraiment vous concentrer sur la personne qui parle plutôt que de préparer votre réponse. Jeffrey R. Holland a enseigné : « Il est […] encore plus important d’écouter que de parler. Ces personnes ne sont pas des objets inanimés qui n’auraient de valeur que dans des statistiques de baptême. Ce sont des enfants de Dieu, nos frères et nos sœurs, et ils ont besoin de ce que nous possédons. Soyez vrais. Tendez la main en toute sincérité. Demandez à ces amis ce qui compte le plus pour eux, ce qu’ils chérissent le plus, ce qui est le plus précieux pour eux. Puis, écoutez. Si la situation le permet, vous pouvez leur demander quelles sont leurs craintes, ce à quoi ils aspirent ou ce qui semble leur manquer présentement. Je vous promets qu’il y aura toujours quelque chose dans ce qu’ils diront qui fera référence à une vérité de l’Évangile dont vous pourrez témoigner et pour laquelle vous aurez quelque chose de plus à offrir. […] Si nous écoutons avec amour, nous n’aurons pas à chercher quoi dire. Cela nous sera donné par l’Esprit et par nos amis » (« Témoins de Dieu », Le Liahona, juillet 2001, p. 16, italiques dans le texte).

    Les gens communiquent également par la façon dont ils sont assis, l’expression de leur visage, ce qu’ils font de leurs mains, le ton de leur voix et les mouvements des yeux. Observez ces messages silencieux : ils peuvent vous aider à comprendre les sentiments des personnes que vous instruisez. Faites également attention au langage de votre corps. Transmettez le message que vous vous intéressez et que vous êtes enthousiaste, en écoutant sincèrement.

    N’ayez pas peur du silence. Les gens ont souvent besoin de temps pour réfléchir aux questions et pour y répondre ou pour exprimer ce qu’ils ressentent. Vous pourriez marquer un arrêt après avoir posé une question, après avoir raconté une expérience spirituelle ou quand les gens ont du mal à s’exprimer. Veillez à leur donner le temps de terminer leur pensée avant de réagir et à ne pas les interrompre pendant qu’ils parlent.

    Quand vous avez le sentiment que vous comprenez ce qui se dit, faites des commentaires qui montrent que vous comprenez, tels que : « Donc ce que vous êtes en train de dire c’est ___________. C’est exact ? » ou « Si je comprends bien, votre sentiment c’est ____________. » Quand vous n’êtes pas certain d’avoir compris, demandez des éclaircissements à la personne.

    Certaines personnes peuvent avoir tendance à dominer la conversation et à vous empêcher d’enseigner l’Évangile rétabli. Vous devrez apprendre à gérer avec tact les situations de ce genre.Par exemple : « Nous apprécions ce que vous nous dites, mais c’est un sujet que nous aimerions traiter plus tard. Je vais demander à mon collègue de noter cela par écrit pour ne pas oublier d’en parler lors d’une prochaine visite. » Souvenez-vous que c’est en leur enseignant l’Évangile de Jésus-Christ que vous aiderez le plus les gens.

    Écoutez attentivement et l’Esprit vous aidera à savoir ce que vous devez dire. Écouter demande des efforts et de la concentration. Un missionnaire a raconté l’expérience véridique suivante (les noms ont été changés) :

    Mon collègue et moi, instruisions la famille Denis. Il faisait chaud et les enfants faisaient beaucoup de bruit. J’ai demandé à sœur Denis ce qu’elle avait lu dans le Livre de Mormon. Au moment où elle commençait à expliquer, j’ai remarqué que leur fils s’était emparé du carnet de mon collègue et courait partout dans la pièce en l’agitant en l’air. Je regardais sœur Denis mais j’avais l’esprit ailleurs. Je me disais : « Il fait tellement chaud, et comme je voudrais que leur petit garçon se tienne tranquille ! Rien ne va marcher. » Tandis que j’avais l’esprit ailleurs, j’ai remarqué que sœur Denis avait du mal à parler. L’impression subtile m’est venue à l’esprit que je devais écouter. J’ai fait un effort pour oublier la chaleur et le bruit. J’ai regardé attentivement son visage pendant qu’elle parlait. Elle a regardé par terre, puis a relevé les yeux vers mon collègue et moi. Son mari essayait en vain de calmer les enfants. Elle a marqué une pause, et ensuite d’une voix tremblante elle a dit : « J’ai fait ce que vous avez demandé. J’ai lu les chapitres que vous vouliez que je lise et j’ai prié. » Elle s’est de nouveau tue et a baissé les yeux. Elle a jeté un coup d’œil vers ses enfants puis ses yeux ont rencontré les miens. « J’ai eu une réponse », a-t-elle dit avec un sourire et les yeux remplis de larmes. « C’est la vérité, je sais que c’est la vérité. » L’Esprit a rempli la pièce. Le cœur plein de reconnaissance d’avoir écouté, j’ai souri et j’ai dit : « Oui, c’est la vérité. »

    Activité : étude personnelle ou en équipe

    Après avoir lu l’histoire ci-dessus, écrivez dans votre journal d’étude une réponse aux questions qui suivent ou discutez-en avec votre collègue.

    • Qu’est-ce qui aurait pu se produire si le missionnaire avait été plus préoccupé de son confort personnel ou du carnet de son collègue que de la discussion ?

    • Quel bien cela a-t-il fait à cette personne que le missionnaire l’ait écoutée ?

      Répondez aux questions ci-dessous :

      A

      = Ce n’est jamais mon cas

      B

      = C’est parfois mon cas

      C

      = C’est habituellement mon cas

      D

      = C’est toujours mon cas

    • Quand je parle avec d’autres personnes, je pense à des expériences semblables que je peux raconter au lieu d’écouter attentivement.

    • Quand des gens me disent ce qu’ils ressentent, je me mets à leur place pour voir ce que je ressentirais.

    • Quand j’instruis des gens, je m’inquiète de ce que je vais dire ou enseigner ensuite.

    • Je suis contrarié quand les gens veulent beaucoup parler.

    • J’ai du mal à suivre ou à comprendre ce que les gens essayent de me dire.

    • Mon esprit vagabonde souvent pendant que mon collègue enseigne l’Évangile.

    • Je m’énerve lorsque quelqu’un me parle et que d’autres interrompent ou me distraient.

    • Je reçois des incitations spirituelles à dire ou à faire quelque chose, mais je les ignore.

    Décidez de ce que vous pouvez faire pour améliorer votre capacité d’écouter.

    Établissez de bonnes relations avec les personnes que vous instruisez

    Pour éviter d’être embarrassées, certaines personnes donnent aux questions que vous leur posez les réponses qu’elles pensent que vous attendez plutôt que de dire ce qu’elles pensent vraiment. Cherchez à créer des rapports qui leur permettent de se sentir à l’aise pour vous communiquer leurs vrais sentiments.

    Aidez les gens à résoudre leurs préoccupations

    iceberg

    Reproduction interdite.

    Il faut vous attendre à ce que certaines des personnes que vous instruisez n’aient pas la foi nécessaire pour tenir leurs engagements, à ce que d’autres rencontrent de l’opposition et que d’autres encore n’acceptent pas toujours tout ce que vous dites. Elles doivent faire elles-mêmes leurs choix, mais il faut que vous fassiez tout ce que vous pouvez pour répondre à leurs questions, les aider à résoudre leurs préoccupations et vaincre l’opposition.

    Il arrive que les soucis des gens soient comme un iceberg. Une petite partie seulement est visible au-dessus de la surface. Ces soucis peuvent être complexes et difficiles à résoudre. Par conséquent, vous devez suivre l’Esprit et réagir de la manière qui convient le mieux à la situation. Priez pour avoir le don de discernement et suivez vos impressions. Notre Père céleste connaît le cœur et les expériences de tout le monde (la totalité de l’iceberg) et vous aidera à savoir ce qui est le mieux pour chaque personne.

    Pour aider des personnes à résoudre leurs préoccupations, cherchez tout d’abord à comprendre ce qui les préoccupe en posant des questions et en écoutant. Faites confiance à l’Esprit, qui vous aidera à savoir comment les aider à résoudre leurs préoccupations. Vous pourriez par exemple utiliser un passage d’Écritures pour traiter d’une préoccupation concernant la nécessité du baptême ou bien vous pourriez rendre témoignage de Joseph Smith, le prophète.

    Souvent les préoccupations sont plus d’ordre social que d’ordre doctrinal. Par exemple, certaines personnes pourraient craindre l’opposition des membres de leur famille si elles deviennent membres de l’Église. Ou bien elles pourraient craindre d’être rejetées par leurs collègues de travail. Elles peuvent aussi avoir des préoccupations liées à des expériences passées ou des soucis que vous ne comprenez pas. Dans beaucoup de cas, les membres pourront vous aider à comprendre et à résoudre les objections.

    La façon dont vous aborderez les préoccupations d’une personne dépendra de leur nature. Déterminez si elles proviennent du fait que la personne n’a pas la confirmation spirituelle de la véracité du Rétablissement ou si la personne ne veut pas s’engager à pratiquer un principe vrai. En comprenant la source du problème, vous saurez si vous devez vous concentrer sur le témoignage ou sur l’engagement.

    Activité : Étude en équipe

    Choisissez une des invitations que vous lancez quand vous enseignez les leçons. Déterminez ensuite les différentes préoccupations qui pourraient empêcher quelqu’un d’accepter ou de tenir cet engagement. Discutez de la meilleure façon d’aider les gens à résoudre leurs préoccupations et exercez-vous à l’utiliser.

    Le repentir et la guérison d’une dépendance

    Le repentir est un processus spirituel qui nécessite l’humilité, la confession, la réparation et l’abandon du péché. C’est un engagement continu à améliorer nos pensées et nos actions tandis que nous travaillons pour devenir davantage comme le Sauveur. Même quand les péchés se répètent, le repentir est là comme moyen de guérison (voir Mosiah 26:30 ; Moroni 6:8 ; Doctrine et Alliances 1:31-32).

    Le repentir peut impliquer un processus émotionnel et physique. Les gens doivent mettre fin à une mauvaise façon d’agir à laquelle ils se livrent de manière répétitive et qui s’est incrustée en eux. Les actes indésirables doivent être remplacés par des comportements sains et corrects.

    Parfois les convertis, même avec les meilleures intentions du monde, cèdent à la tentation au cours de leur progression vers une plus grande maîtrise de soi. Par conséquent, le repentir et la guérison peuvent prendre beaucoup de temps. Dans de tels cas, les nouveaux convertis demandent l’aide du Seigneur et, si nécessaire, celle de leurs dirigeants de la prêtrise (pas celle des missionnaires), dans leurs efforts pour vaincre la tentation et se repentir totalement.

    Par le baptême et la confirmation, les gens reçoivent le don du Saint-Esprit, ce qui fortifie leur capacité de surmonter ces difficultés. Mais le baptême et la confirmation peuvent ne pas mettre tout à fait fin aux pulsions émotionnelles et physiques qui vont de pair avec ces comportements. Même si une personne a une certaine réussite au départ, une guérison émotionnelle plus profonde peut être nécessaire pour qu’il y ait un repentir complet et une guérison totale.

    Activité : Étude personnelle ou en équipe

    • Pensez à une personne que vous instruisez, à un converti récent ou à un membre non pratiquant qui essaie de vaincre une dépendance.

    • Revoyez les rubriques « La foi en Jésus-Christ » et « Le repentir » dans la leçon « L’Évangile de Jésus-Christ » au chapitre 3.

    • Quels sont les éléments de cette leçon et de ce chapitre que vous pourriez enseigner à cette personne pour l’aider à vaincre sa dépendance ?

    • Établissez un plan de leçon pour aider cette personne.

    Aidez les gens à comprendre le repentir et la guérison de la dépendance

    Il se peut que l’on vous demande de répondre à des questions et à des préoccupations concernant la dépendance. Vous pourriez aussi souhaiter aider les personnes à trouver la réponse à des questions difficiles liées à ces problèmes. La meilleure chose que vous puissiez faire est de les inviter à s’adresser aux dirigeants de la prêtrise locaux et de leur recommander de prendre connaissance du programme de traitement de la dépendance mis en ligne par l’Église. Vous pourriez aussi recommander aux dirigeants de l’Église locaux d’utiliser ces ressources. Les dirigeants locaux peuvent aussi consulter le site Internet de l’Église traitant de la vie prévoyante.

    femme cherchant à atteindre le Christ

    © 2000 Simon Dewey. Reproduction interdite.

    Voici quelques idées pour témoigner de l’amour et du soutien aux personnes qui ont du mal à vaincre une dépendance :

    • Renforcez les efforts qu’elles font pour aller au Christ. Aidez-les à voir que notre Père céleste et Jésus-Christ reconnaissent et apprécient leurs efforts pour vaincre et guérir, et qu’elles peuvent être fortifiées grâce au Sauveur et à son expiation. Il reconnaît pleinement leur intention sincère de faire le bien.

    • Priez pour elles dans vos prières personnelles et quand vous priez avec elles. Si c’est opportun, recommandez-leur de demander une bénédiction de la prêtrise aux dirigeants de la prêtrise locaux.

    • Continuez de leur enseigner l’Évangile de Jésus-Christ. Enseignez-leur que notre Père céleste, le Sauveur et le Saint-Esprit les aiment et veulent qu’ils réussissent.

    • Recommandez-leur d’aller régulièrement à l’église et de se lier d’amitié avec les membres.

    • Soyez positifs et encourageants, en particulier si elles rechutent.

    un homme en train de prier

    La meilleure façon pour les saints des derniers jours d’aider les nouveaux membres à rester pratiquants c’est d’être leurs amis. Les membres doivent aller vers les personnes que vous instruisez et les nouveaux convertis avec une attitude chaleureuse et positive. Les visiteurs et les nouveaux convertis réagissent souvent positivement lorsqu’ils sont accueillis par un sourire, quand on leur demande sincèrement comment ils vont, quand on s’assoit à côté d’eux pendant les réunions et quand une famille les invite à dîner ou à une soirée familiale.

    Il est possible que certaines personnes retombent dans la dépendance ; les dirigeants de la prêtrise et les membres ne doivent donc pas être choqués ou découragés d’apprendre qu’une personne que vous instruisez ou un nouveau membre a des difficultés avec des problèmes de ce genre. Ils doivent témoigner de l’amour à la personne et ne pas porter de jugement si elle retombe dans un vieux travers. Ils doivent traiter cela comme un revers temporaire et compréhensible. Condamner la personne que l’on instruit ou le nouveau converti n’aide jamais et peut conduire au découragement, au sentiment d’échec et à l’éloignement de l’Église. Le nouveau converti qui cesse tout à coup d’aller à l’église a peut-être cédé à une ancienne dépendance et peut se sentir indigne et découragé. Une visite immédiate donnant de l’encouragement et du soutien peut aider la personne à réussir. Les membres doivent montrer par la parole et par les actes que l’Église est un endroit où l’on peut trouver l’amour du Christ (voir 3 Néphi 18:32). Dale G. Renlund a donné ce conseil : « Nous devons non seulement être tolérants envers les autres tandis qu’ils travaillent sur leur maladie personnelle, mais aussi faire preuve de gentillesse, de patience, les soutenir et être compréhensifs. » (« Saints des derniers jours, continuez d’essayer », Le Liahona, mai 2015, p. 57).

    Rester pratiquant dans l’Église et s’efforcer de vivre d’une manière fidèle sont des choses importantes que l’on peut faire pour surmonter une dépendance.

    Activité : Étude personnelle

    Pensez à une habitude que vous avez, à quelque chose que vous faites souvent, sans réfléchir, comme faire craquer vos articulations, ajuster vos lunettes, manger trop ou dormir trop longtemps. Essayez maintenant de passer un jour sans le faire une seule fois. Lorsque vous avez réussi, essayez de passer une semaine entière sans le faire. Parlez de votre expérience avec votre collègue. Essayez ensuite d’imaginer à quel point il est plus difficile à une personne que vous instruisez de se débarrasser d’une dépendance comme celle de la pornographie ou de substances nocives telles que le tabac, l’alcool ou la drogue.

    Laissez quelque chose avant de partir

    À la fin de chaque visite d’enseignement, remettez aux personnes que vous instruisez quelque chose à lire et à méditer en vue de la réunion suivante. Vous pourriez leur indiquer des chapitres du Livre de Mormon à étudier ou leur recommander d’utiliser la documentation approuvée de l’Église (imprimée et numérique), par exemple l’application Bibliothèque de l’Évangile, pour trouver la réponse à une préoccupation, étudier un sujet ou regarder une vidéo. Il faut toujours laisser aux personnes que vous instruisez quelque chose sur quoi réfléchir, méditer ou prier. Cela peut devenir le sujet d’introduction de la discussion la prochaine fois que vous vous réunirez.

    Activité : Étude en équipe

    Passez en revue la documentation approuvée par l’Église dont vous disposez, à laisser aux gens. Y a-t-il d’autres documents que vous devez vous procurer pour pouvoir en parler avec les gens que vous instruisez ? Faites la liste des articles que vous devez commander.

    Réfléchissez à chacune des personnes que vous devez instruire cette semaine. Quels sont les chapitres du Livre de Mormon qui vont les aider le plus ? Quels autres documents leur seraient profitables ? Écrivez ce que vous avez l’intention de remettre à chaque personne et ce que vous allez faire pour assurer le suivi lors de votre prochaine visite.

    Enseigner l’Évangile rétabli aux gens qui n’ont pas de formation chrétienne

    Certaines des personnes que vous allez instruire ne croiront pas en notre Père céleste ni en Jésus-Christ et n’auront pas de tradition chrétienne. Toutefois beaucoup de ces personnes ont certainement des croyances, des pratiques et des lieux qu’elles considèrent comme sacrés. En tant que serviteur de Dieu, il est essentiel que vous fassiez preuve du respect dû à leurs croyances et à leurs traditions religieuses. Ne faites rien qui soit une manifestation de manque de respect à l’égard de ce qui est important à leurs yeux.

    Vous vous demanderez peut-être comment vous devez adapter votre méthode d’enseignement à ces personnes. Il sera utile de vous souvenir que, pour être convertis, tous les enfants de Dieu, quelle que soit leur culture, doivent acquérir la foi en Jésus-Christ, se repentir, recevoir le baptême et la confirmation et persévérer jusqu’à la fin en respectant les commandements et en rendant service. Les principes qui aident les autres à fortifier leur foi en Jésus-Christ sont les mêmes dans toutes les cultures. Vous pouvez trouver des ressources utiles pour instruire les personnes qui n’ont pas de culture chrétienne dans la Bibliothèque de l’Évangile, à la section « Missionnaire ».

    Vous pouvez aider les gens à comprendre que Dieu est notre Père céleste et à acquérir la foi en Jésus-Christ en les aidant à avoir des expériences spirituelles personnelles plutôt que de simplement leur parler de la nature de Dieu. Par exemple, vous aiderez les gens à acquérir cette compréhension s’ils :

    • Acquièrent la conviction spirituelle que Dieu le Père et son Fils, Jésus-Christ, sont apparus à Joseph Smith, le prophète.

    • Entendent votre enseignement et votre témoignage sincère de l’Évangile, en particulier la raison pour laquelle vous avez décidé de suivre Jésus-Christ.

    • Vous entendent, vous et d’autres membres, parler souvent à notre Père céleste dans une prière simple qui vient du fond du cœur.

    • Vous entendent témoigner avec ferveur.

    • Prient avec vous et tout seuls.

    • Apprennent ce que vous ressentez à l’égard des Écritures d’après votre façon de les lire et d’en parler.

    • Lisent quotidiennement la parole de Dieu dans les Écritures (en particulier dans le Livre de Mormon).

    • Vont à l’église pour voir comment nous adorons le Seigneur.

    • Rencontrent des membres de l’Église qui peuvent expliquer comment ils ont acquis la foi en notre Père céleste et en Jésus-Christ.

    • Respectent les commandements.

    Ces choses sont profitables à toutes les personnes que vous instruisez, mais elles sont essentielles pour les personnes qui n’ont pas de culture chrétienne parce qu’il y a moins de chances que ces personnes aient déjà eu ces expériences.

    Beaucoup de convertis appartenant à une culture non chrétienne signalent qu’ils ne comprenaient pas grand-chose à ce que les missionnaires leur disaient mais qu’ils ressentaient l’Esprit et voulaient faire ce que les missionnaires demandaient. Faites tout ce que vous pouvez pour aider les gens à comprendre la doctrine de l’Évangile. Soyez patient et encourageant, car les gens peuvent avoir besoin d’un certain temps pour définir et exprimer ce qu’ils ressentent. Il faudra sans doute que vous adaptiez le rythme et la profondeur de votre enseignement pour les aider à comprendre. Dans votre préparation pour instruire les personnes qui n’ont pas de formation chrétienne, les suggestions suivantes peuvent être utiles :

    • Prévoyez un aperçu et une révision simples pour chaque leçon.

    • Demandez-leur de vous dire ce qu’ils comprennent et ce qu’ils ont ressenti.

    • Prenez le temps de définir les mots et les principes essentiels. Il se peut que les gens que vous instruisez ne connaissent pas certains mots que vous allez utiliser dans votre enseignement.

    • Revenez à une leçon précédente pour enseigner plus clairement la doctrine. Cela peut être nécessaire à n’importe quel moment du processus d’enseignement.

    Exemples scripturaires

    Les Écritures contiennent des exemples de missionnaires qui ont instruit des personnes qui ne croyaient pas en Dieu ou qui se méprenaient sur sa vraie nature. Étudiez les Écritures ci-dessous et ensuite expliquez à votre collègue ou notez dans votre journal d’étude la façon dont ces missionnaires ont aidé les gens à acquérir le témoignage que Dieu existe.

    Activité : Étude en équipe

    Lorsque c’est possible, trouvez un converti qui n’était pas chrétien avant de rencontrer les missionnaires. Prenez des dispositions pour le rencontrer et demandez-lui de vous raconter sa conversion. Vous pourriez, par exemple, lui demander ce qui l’a amené à croire en Dieu, quelle a été la première fois qu’il a prié et la première fois qu’il a reçu une réponse à la prière, quel a été le rôle des Écritures dans sa conversion et ce qu’il a ressenti en assistant aux réunions du dimanche. Écrivez ce que vous apprenez dans votre journal d’étude.

    N’oubliez pas ceci

    • Les besoins des gens sont résolus lorsqu’on leur enseigne l’Évangile rétabli et qu’ils le mettent en pratique.

    • Faites des plans et étudiez tous les jours avec votre collègue pour que vous soyez unis et que vous enseigniez d’une seule voix.

    • Témoignez souvent.

    • Les Écritures, surtout le Livre de Mormon, sont vos sources fondamentales pour enseigner.

    • Priez pour avoir le don de discernement pour savoir quand utiliser les techniques décrites dans ce chapitre.

    Idées pour l’étude et l’application

    Étude personnelle

    • Supposez que vous vous trouviez dans les situations suivantes. Comment pourriez-vous utiliser les principes et les techniques de ce chapitre pour aider ces personnes à progresser ? Planifiez la façon dont vous les appliqueriez dans chaque situation.

      • Pendant que vous traversez un parc, vous voyez une femme et un petit garçon assis tout seuls sur un banc. La femme pleure.

      • Vous arrivez chez une personne qui est en train de se préparer au baptême et elle vous dit qu’elle ne veut plus que vous veniez la voir.

      • Vous rencontrez pour la septième fois une personne qui a été instruite par plusieurs missionnaires pendant deux ans. On ne voit pour ainsi dire aucune évolution chez elle.

      • Vous commencez à enseigner un message de l’Évangile à une famille membre et elle dit : « Nous avons déjà demandé à tous les gens que nous connaissons de rencontrer les missionnaires et tout le monde a dit non. »

    • Choisissez une des leçons missionnaires. Trouvez un ou deux passages d’Écritures associés à chacun des principes essentiels. Exercez-vous à enseigner à partir de ces passages comme cela est décrit dans la section « Utilisez les Écritures » de ce chapitre.

    • Sur plusieurs semaines, revoyez les enseignements du Sauveur dans les évangiles (Matthieu, Marc, Luc, Jean) et dans 3 Néphi. Dans votre journal d’étude, faites la liste des questions qu’il a posées. Comparez ces questions à celles que vous posez habituellement.

    • Lisez l’histoire d’Ammon et du roi Lamoni dans Alma 18 et l’histoire d’Aaron dans Alma 22:4-18. Pendant que vous lisez, déterminez et décrivez comment Ammon et Aaron :

      • Ont suivi les inspirations de l’Esprit et enseigné avec amour.

      • Ont commencé à enseigner.

      • Ont adapté leur enseignement pour répondre aux besoins.

      • Ont témoigné.

      • Ont utilisé les Écritures.

      • Ont posé des questions, écouté et résolu des préoccupations.

      • Ont recommandé aux gens qu’ils instruisaient de prendre des engagements.

    • Réfléchissez aux citations suivantes de Harold B. Lee concernant l’enseignement pour assurer la compréhension. Évaluez la clarté avec laquelle vous enseignez la doctrine de l’Évangile. Écrivez dans votre journal d’étude ce que vous apprenez.

      « Restez dans le contexte du passage d’Écritures et ramenez-le à des termes que l’on peut comprendre » (The Teachings of Harold B. Lee, sel. Clyde J. Williams, 1996, p. 444).

      « Instructeurs, on ne vous envoie pas enseigner une nouvelle doctrine. Vous devez enseigner la vieille doctrine et le faire non pas d’une manière suffisamment simple pour qu’on puisse tout juste comprendre, vous devez enseigner la doctrine de l’Église d’une manière tellement claire que personne ne puisse s’y tromper » (The Teachings of Harold B. Lee, p. 458).

    Étude en équipe

    • Revoyez le plan que vous avez fait pour l’une de vos récentes leçons. Écrivez une question pour chacun des grands principes esquissés dans votre plan. Ensuite relisez vos questions pour voir si elles sont en accord avec ce qui est enseigné dans ce chapitre. Répondez ensuite à chaque question comme si vous étiez une personne que l’on instruit. Revoyez vos questions selon les besoins. Posez vos questions à votre collègue. Évaluez ensemble vos questions.

      Réfléchissez aux besoins d’une personne que vous instruisez. Discutez de la façon dont elle pourrait répondre à vos questions. Voyez aussi comment ces questions peuvent favoriser la présence de l’Esprit et aider cette personne à apprendre l’Évangile.

    • Pensez aux nouvelles personnes que vous instruisez. Discutez de ce que vous pouvez faire pour les aider à progresser. Écrivez vos idées dans votre journal d’étude et faites des plans dans votre agenda.

    Conseil de district, conférences de zone, et conseil des dirigeants de la mission

    • Invitez à votre réunion des membres ou des personnes que vous êtes en train d’instruire. Expliquez au groupe que vous voulez que les missionnaires améliorent leur capacité de donner leur important message. Choisissez une leçon et une technique. Demandez aux missionnaires d’enseigner pendant vingt minutes à la/aux personne(s) la leçon que vous avez choisie, en se concentrant sur la technique choisie. Demandez-leur d’instruire quelqu’un d’autre au bout de vingt minutes. Lorsque les missionnaires ont eu l’occasion d’enseigner, réunissez le groupe et demandez aux personnes de dire aux missionnaires ce qui a été le plus efficace et de leur proposer une façon de s’améliorer.

    • Montrez des exemples sur vidéo de missionnaires qui instruisent des personnes ou prennent contact avec elles. Choisissez une technique et demandez au groupe d’évaluer si les missionnaires de la vidéo ont appliqué correctement les principes relatifs à cette technique.

    • Choisissez une technique ou un aspect important d’une technique et déterminez le point de doctrine ou les passages d’Écritures venant en soutien de cette technique. Enseignez aux missionnaires les fondements doctrinaux de la technique.

    Président de mission, son épouse et ses conseillers

    • Accompagnez occasionnellement les missionnaires lorsqu’ils enseignent. Planifiez avec eux la façon dont vous pouvez participer à l’enseignement.

    • Recommandez aux dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires d’accompagner les missionnaires dans leurs visites d’enseignement et de leur donner un retour d’information.

    • Faites la démonstration de l’utilisation efficace des Écritures, des questions et de l’écoute lorsque vous instruisez les missionnaires lors des conférences de zone, des conseils de dirigeants de la mission, des entretiens et quand vous enseignez avec eux.