Le Liahona
Inclure tout le monde
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Intégration

Inclure tout le monde

Comment aider notre prochain à ne pas appréhender de se rendre à l’église et de s’y sentir seul ?

En qualité de disciples du Christ, nous sommes nombreux à choisir de nous tenir littéralement « dans des lieux saints » chaque semaine en assistant aux réunions du dimanche (Doctrine et Alliances 45:32). En venant ressentir l’Esprit ensemble dans un lieu commun, beaucoup cherchent à établir des liens, à être acceptés et à se sentir intégrés. Chacun espère ne plus être « des étrangers, ni des gens du dehors ; mais [être] concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu » (Éphésiens 2:19).

Cependant, pour certaines personnes, se rendre à l’église s’accompagne d’un sentiment de vulnérabilité, d’anxiété ou de solitude. Leurs expériences, leurs conditions familiales ou leurs situations ne sont peut-être pas le reflet d’un « idéal » imaginaire. Cela les conduit souvent à avoir l’impression de regarder de l’extérieur, même lorsque cet « idéal » ne correspond à la réalité d’aucun d’entre nous.

Pour Dieu, notre condition ne modifie pas notre valeur et, dans de nombreux cas, cette situation, loin d’être idéale, nous pousse à grandir et à apprendre. Mais en raison de ces différentes situations, de nombreuses personnes pensent qu’il est difficile de s’intégrer ou d’être pleinement comprises. Que faire pour ouvrir les portes qui empêchent à certaines personnes d’avoir le sentiment d’être intégrées, même lorsque nous sommes nous-mêmes aux prises avec des sentiments semblables ?

Photo d’une mère avec son fils, Getty Images

L’appel à inclure tout le monde

Susciter un sentiment d’appartenance pour tout le monde fait partie du respect de nos alliances. Au baptême, nous promettons de ne laisser personne souffrir seul mais au contraire de pleurer avec les gens, de les réconforter et de porter leurs fardeaux (voir Mosiah 18:8-10).

Susciter un sentiment d’appartenance, cela fait partie de notre Église. Nous devons inclure tout le monde dans notre culte, tout comme le Sauveur invite tout le monde à prendre part à son salut (voir 2 Néphi 26:24-28, 33 ; 3 Néphi 18:22-23).

Susciter un sentiment d’appartenance est une partie essentielle de notre cheminement pour ressembler au Sauveur. Aimer notre prochain et élargir notre cercle afin d’intégrer ceux qui sont différents de nous fait partie du processus de perfectionnement (voir Matthieu 5:43-47).

À terme, pour lui appartenir, nous devons être unis les uns aux autres (voir Doctrine et Alliances 38:27).

Aucune difficulté n’est oubliée

L’amour de Dieu pour ses enfants n’est pas exclusif mais plutôt global. Il nous invite tous « à venir à lui et à prendre part à sa bonté, et il ne repousse aucun de ceux qui viennent à lui » (2 Néphi 26:33).

Il connaît et il aime :

  • La sœur qui vient de divorcer et qui souffre quand les discussions portent sur le mariage.

  • Le jeune adulte qui se pose des questions et implore de recevoir des réponses.

  • La sœur qui, souffrant d’anxiété, ressent la solitude et une peur profondes.

  • Le jeune frère noir qui est mal à l’aise quand la discussion de classe porte sur ce qui a été mal compris au sujet des races et de la prêtrise.

  • La sœur qui n’est pas encore mariée et qui a le sentiment que cela signifie qu’elle n’a aucune valeur.

  • La mère de l’enfant handicapé qui s’inquiète que les mouvements incontrôlés de son enfant soient une distraction pour les autres.

  • Le frère qui éprouve une attirance pour les personnes du même sexe et qui songe à quitter l’Église parce qu’il a du mal à entrevoir ses perspectives.

  • La sœur qui s’inquiète de savoir comment elle sera jugée par les autres tandis qu’elle fait sa première tentative pour retourner à l’église.

Aucun cas, aucune situation, aucune personne n’est oublié. « Il se souvient […] et tous sont pareils pour Dieu » (2 Néphi 26:33) parce que, comme ses premiers disciples, nous appartenons tous à Christ (voir Marc 9:41 ; voir aussi Mosiah 5:7).

Donc, que pouvons-nous faire ?

Que faire pour établir des liens et accepter les faiblesses au même titre que les points forts ?

Commençons par réfléchir aux questions suivantes :

  • Comment puis-je faire davantage d’efforts pour aller vers ceux que je ne connais pas dans ma paroisse ou branche et apprendre à les connaître ?

  • Quelle invitation vais-je lancer à quelqu’un qui pourrait avoir besoin d’un ami ?

  • Comment être un exemple de personne qui intègre et aime les gens ?

  • Qui vais-je rechercher d’un cœur sincère et lui demander comment il va ?

  • Qu’est-ce qui me vient à l’esprit quand je prie pour avoir l’inspiration afin de savoir comment aider quelqu’un ?

Il y a beaucoup à apprendre des autres lorsque nous apprenons à les connaître.

Dans les mois qui viennent, nous raconterons des histoires de sœurs et de frères qui ont eu du mal à savoir qu’ils étaient acceptés. Nous espérons que ces histoires nous inciteront tous autant que nous sommes à mieux suivre les deux grands commandements de Dieu : l’aimer et aimer chacun de ses enfants.