Le Liahona
Mes questions et l’amour du Christ
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Version numérique uniquement : Jeunes adultes

Mes questions et l’amour du Christ

J’ai remarqué que considérer mes questions comme une « difficulté à comprendre » m’aide à aller de l’avant avec foi au Christ.

À la fin d’une réunion spirituelle pour les jeunes adultes, Russell M. Nelson nous a bénis pour que nous soyons « capables de discerner la vérité de l’erreur, les lois de Dieu des voix contradictoires du monde ». Il nous a bénis afin que nous ayons « le pouvoir de déceler les tromperies de l’adversaire [et] une capacité accrue de recevoir des révélations1 ». Quelle immense bénédiction pour nous, jeunes adultes ! J’ai moi-même reçu des révélations en réponse à des questions.

Je suis de nature curieuse et j’ai tendance à trop réfléchir. J’ai toujours eu l’habitude de me poser des questions et d’espérer des réponses, et la vérité a toujours été très importante pour moi. Cependant, au fil des années, je me suis sentie parfois seule ou honteuse parce que j’avais des questions ou des doutes à propos de l’Évangile et de l’Église. Après tout, nous lisons dans les Écritures « ne doutez pas » (Doctrine et Alliances 6:36). Et le Sauveur a demandé à Pierre « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » (Matthieu 14:31).

Prendre conscience de notre difficulté à comprendre

À un moment, ma foi a commencé à chanceler. Malgré cela, Dieu m’a enseigné une belle leçon au cours de ma lecture du Livre de Mormon. Après avoir prêché l’Évangile aux Néphites, le Christ a remarqué quelque chose. Il a dit : « Je vois que vous êtes faibles, que vous ne pouvez comprendre toutes les paroles que mon Père me commande de vous dire maintenant (3 Néphi 17:2). »

J’ai eu l’impression que le Christ s’adressait à moi. Moi aussi je me sentais faible et je ne pouvais pas comprendre tout ce qu’il voulait que je sache. La réaction du Christ à cette faiblesse m’a touchée : le Christ a vu l’amour des Néphites et, bien qu’ils fussent trop faibles pour comprendre ses paroles, il les a servis et aimés d’une façon qu’ils pouvaient comprendre.

Lorsque je me sens trop faible, trop fatiguée ou trop fragile pour comprendre les paroles du Christ, il me bénit avec compassion et compréhension. C’est son amour qui me donne la force d’aller de l’avant et de continuer à chercher les vérités qui m’intéressent.

Ressentir l’amour du Christ lorsque nous cherchons la vérité

Si, aujourd’hui, vous avez du mal à comprendre la vérité ou la doctrine, ne vous inquiétez pas. Il est normal d’avoir des difficultés, d’être en proie à des questions ou des doutes et que notre cœur s’en trouve parfois ébranlé. Dans votre quête de la vérité, rappelez-vous que Dieu vous comprend, vous aime et se réjouit lorsque vous utilisez votre libre arbitre pour chercher la lumière. Il n’y a pas de honte à avoir. Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, a déclaré : « Une lutte contre les ténèbres et le désespoir, et une supplication à Dieu d’accorder la lumière ont ouvert notre dispensation. C’est ce qui continue à la faire avancer et c’est ce qui vous fera continuer d’avancer2. »

Nous pouvons connaître la vérité de toutes choses par le pouvoir du Saint-Esprit (voir Moroni 10:5). Cependant, il est rare qu’elle nous parvienne immédiatement ou lorsque nous le voulons. En fait Dieu nous répond « ligne sur ligne, précepte sur précepte » (2 Néphi 28:30). La vérité nous parvient au temps voulu par le Seigneur. Il sait quand nous sommes prêts à recevoir la connaissance et ce que nous avons besoin de vivre avant de la recevoir.

Je suis reconnaissante que Dieu nous instruise dans notre faiblesse et nous laisse tout d’abord espérer, puis croire et enfin savoir. Je sais que nous pouvons connaître la vérité par révélation personnelle, tout comme le président Nelson l’a promis. Notre Père céleste se soucie de vos questions et vous guidera pour trouver les réponses. Parfois, sa réponse est de changer notre cœur afin de voir les choses sous un jour différent. Parfois, il nous est simplement demandé d’être patients, fidèles et de « prépare[r] [notre] esprit pour demain » car il viendra nous instruire plus tard (voir 3 Néphi 17:3).

Je sais que, quel que soit notre manque de compréhension, nous pouvons aller de l’avant avec l’espoir et la foi que tout nous sera révélé un jour. En attendant, continuons de nous rapprocher du Christ qui, bien que conscient de notre faiblesse, nous aime.