Le Liahona
Ouvrir la porte de la révélation personnelle
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Version numérique uniquement

Ouvrir la porte de la révélation personnelle

Il m’est arrivé d’avoir l’impression de frapper à une porte close qui ne s’ouvrirait pas.

Au cours des dernières années, Russell M. Nelson et d’innombrables autres dirigeants de l’Église nous ont recommandé de rechercher la révélation personnelle et d’apprendre à reconnaître la voix du Sauveur pour être en mesure de « l’écouter » (Joseph Smith Histoire 1:17).

Cependant, en ce qui me concerne, la révélation personnelle a parfois prêté à confusion. Certes, je suis heureuse que Dieu puisse s’adresser directement à moi. Néanmoins, jeune adulte devant prendre d’importantes décisions, il m’est arrivé d’avoir l’impression de frapper à la porte des cieux sans recevoir aucune réponse.

Pourtant je faisais les choses fondamentales : lire les Écritures, prier, aller à l’église et respecter les commandements. Que me manquait-il encore ?

Au cours des derniers mois, j’ai compris que, pour recevoir des révélations, nous devons faire un plus grand effort. Voici certaines manières que j’ai trouvées de faire le deuxième mile.

1. S’arrêter et prendre le temps d’écouter

J’ai toujours du mal à m’arrêter et à ne rien faire. J’ai toujours une liste infinie de choses à accomplir. Bien que je parvienne à en réaliser beaucoup, je suis toujours stressée et dépassée par tous mes engagements. Alors que je cherchais des façons de devenir plus réceptive à la révélation personnelle, j’ai compris que je vivais à la manière de Marthe et non de Marie1. Je ne m’accordais pas le temps de m’arrêter. J’ai lu des discours de conférence générale qui nous recommandaient de consacrer un lieu et un temps pour nous mettre régulièrement à l’écoute du Saint-Esprit, et j’ai su que j’avais besoin de le faire2. Désormais, j’étudie les Écritures le matin à un bureau (non dans mon lit), et j’utilise mes Écritures en version papier pour ne pas être distraite par mon téléphone.

2. Passer du temps dans le temple avec une intention réelle

J’ai eu la bénédiction de vivre près de plusieurs temples et j’ai toujours assez bien réussi à y aller chaque semaine. Plusieurs Autorités générales ont enseigné que le culte au temple nous aide à être davantage en harmonie avec l’Esprit3 ; je pensais donc que j’en faisais assez. Pourtant, je ne recevais pas de réponse. En réfléchissant à mes habitudes, j’ai pris conscience que j’avais une marge évidente de progression : je somnole souvent dans le temple. Je disais à mes amis : « Si Dieter F. Uchtdorf a affirmé que ‘le sommeil à l’église est l’un des plus sains4’ alors le sommeil au temple doit l’être encore davantage ! » et je justifiais ma somnolence en pensant que le temple était si paisible que je ne pouvais rien y faire. Mais le temple n’est pas un spa de jour. Je vais au temple pour servir, pour accomplir des ordonnances par procuration afin de donner aux membres décédés de ma famille la possibilité d’avoir la vie éternelle5.

Je me suis rendu compte qu’il était temps de m’« éveiller » (Alma 32:27) et de faire preuve d’une intention réelle dans mon culte au temple. J’ai essayé de me préparer spirituellement et mentalement avant d’aller au temple au lieu de considérer cette activité simplement comme l’une de mes habitudes.

3. Participer à l’œuvre de l’histoire familiale

À maintes reprises, les dirigeants de l’Église nous ont recommandé de nous engager dans l’œuvre de l’histoire familiale. Ils ont souligné les nombreuses bénédictions qui découlent de notre participation à cette œuvre6. Cependant, la plupart de mes ancêtres ont déjà reçu les ordonnances du temple. Que pourrais-je faire de plus ? Je pourrais en apprendre davantage sur la vie des personnes dont j’apporte le nom au temple. Je pourrais les imaginer comme des personnes réelles et des membres de ma famille. J’ai également commencé à rédiger l’histoire de ma vie, à indexer des registres et à faire part d’anecdotes inspirantes tirées de l’histoire de ma famille.

4. Faire connaître l’Évangile

Lorsque je parle de l’Évangile (à des non-membres ou des membres) je finis toujours par m’instruire moi-même. Peut-être avez-vous vécu cela en mission ou en préparant une leçon d’École du Dimanche. Plusieurs dirigeants de l’Église ont confirmé que le fait de déclarer notre foi et d’encourager les autres à la fidélité nous aide à recevoir davantage de révélations personnelles7. Quand nous « [parlons] selon l’inspiration du Saint-Esprit », nous « [apprenons] toujours quelque chose de [nos] paroles8 ». J’ai commencé à parler davantage de l’Évangile sur les réseaux sociaux et j’aborde souvent le sujet dans mes conversations quotidiennes avec mes amis et ma famille.

5. Prendre conscience que la révélation personnelle nous parvient étape par étape

Certaines personnes reçoivent des réponses claires comme de l’eau de roche lorsqu’elles interrogent le Seigneur à propos des décisions importantes qu’elles ont à prendre. En ce qui me concerne, notre Père céleste semblait garder le silence et ne pas répondre à mes questions les plus importantes. J’ai ensuite pris conscience que je posais peut-être les mauvaises questions.

Notre Père céleste veut me parler9, mais il me donne des réponses « ligne sur ligne », non en une seule fois10. Je me suis rendu compte que je portais mon regard loin, vers la fin de mon voyage, espérant un grand signe qui résoudrait tous mes problèmes11, alors qu’en fait je devais demander : « Quelle est la prochaine étape ? ».

Je n’ai toujours pas toutes les réponses à mes grandes questions, néanmoins, je remarque que Dieu me guide progressivement vers ces grandes réponses, une étape à la fois. Cette compréhension a fortifié ma foi et ma confiance qu’il continuera de me guider dans la bonne direction.

Ouvrir la porte de la révélation personnelle

Lorsque nous suivons Jésus-Christ et avons le don du Saint-Esprit, nous pouvons recevoir quotidiennement des révélations personnelles. Cependant, souvent nous ne voyons pas ou ne prenons pas le temps de remarquer sa présence et son influence constantes à nos côtés. Le monde est de plus en plus déroutant. Russell M. Nelson, président de l’Église, a déclaré : « Il ne sera pas possible de survivre spirituellement sans l’influence directrice, réconfortante et constante du Saint-Esprit12. »

Mieux nous écouterons et reconnaîtrons le Saint-Esprit, mieux nous serons préparés pour affronter et surmonter les difficultés. Nous pouvons toujours trouver des efforts supplémentaires à faire pour recevoir la révélation personnelle, que ce soit le jeûne, le service ou l’association de choses qui nous rapprochent du Christ. La porte qui permet d’accéder aux réponses des cieux ne s’ouvrira peut-être pas en grand au bout d’une minute, voire d’un mois d’attente mais, si nous nous efforçons de favoriser la présence du Saint-Esprit et de l’écouter avec une intention réelle, nous serons en mesure de l’entendre nous murmurer où trouver la clé.