Le Liahona
Une bénédiction, c’est tout ce que je pouvais donner
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page
Thème

Une bénédiction, c’est tout ce que je pouvais donner

Jonathan Mafra Sena de Santana

Santa Catarina (Brésil)

Plan of Salvation

Illustration Allen Garns

J’ai terminé mes études de droit peu avant le premier anniversaire de ma fille. Ma femme et moi étions impatients de fêter mon diplôme, l’anniversaire de notre fille et les nouvelles possibilités qui s’offriraient à nous, mais rien ne s’est passé comme prévu.

Je me suis retrouvé sans emploi tout de suite après avoir terminé mes études et j’avais du mal à trouver du travail. Nous nous sommes rapidement trouvés en difficulté financière. Une simple fête d’anniversaire devenait compliquée.

Après de nombreuses conversations avec ma femme, nous avons accepté notre situation. Ce n’était pas facile pour moi en tant que père de ne pas avoir la possibilité d’acheter ne serait-ce qu’un cadeau pour ma fille et de voir la déception de ma femme bien-aimée.

Je ne comprenais pas ce qui se passait. J’ai prié et demandé à notre Père céleste de m’aider à comprendre ce qu’il attendait de moi. Soudain, comme si une voix s’adressait à moi, j’ai entendu les paroles suivantes : « Tu possèdes quelque chose de plus précieux que n’importe quel bien matériel sur cette terre. Tu détiens la prêtrise. Quel meilleur cadeau peux-tu offrir à ta fille qu’une bénédiction de prêtrise ? »

Mes yeux se sont remplis de larmes quand j’ai pensé à ce que la prêtrise signifiait pour moi. J’ai eu le cœur rempli de gratitude en pensant que la prêtrise était le pouvoir qui unirait ma famille pour toute l’éternité.

J’ai dit à ma femme ce que j’ai ressenti. Je lui ai dit que tout ce que je pouvais donner, c’était une bénédiction à notre fille. Nous avons décidé que cela lui apporterait du bonheur et de la paix, et que ce serait suffisant.

Le jour de l’anniversaire de notre fille, des amis, des parents et des voisins ont apporté un gâteau et des décorations simples. Nous étions reconnaissants de fêter ce jour spécial avec nos êtres chers. Le soir, j’ai posé les mains sur la tête de ma fille et lui ai donné une bénédiction. Je l’ai bénie en lui disant tout ce que l’Esprit du Seigneur m’inspirait de dire.

Nous traversons toujours une période de changement et de difficultés professionnelles et financières, mais, au milieu de la tristesse et de la frustration, nous recevons la paix et le réconfort grâce à notre Sauveur, Jésus-Christ. Je n’ai aucun doute que le fait d’être membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et d’avoir la prêtrise est une bénédiction. C’était tout ce que je pouvais donner pour l’anniversaire de ma fille et c’était plus que suffisant.