Le Liahona
    Le Rétablissement en cours
    Téléchargements
    Tout le livre (PDF)
    Notes de bas de page
    Theme

    Le Rétablissement en cours

    Le Rétablissement a commencé dans le Bosquet sacré il y a deux cents ans, et il se poursuit aujourd’hui ; vous et moi pouvons y prendre part.

    Joseph Smith kneeling

    Les désirs de mon cœur (la Première Vision), tableau de Walter Rane

    Il est merveilleux et passionnant d’être sur terre à notre époque. Nous avons la bénédiction de participer aux grands événements qui se produisent dans la dispensation de la plénitude des temps, en préparation de la seconde venue du Seigneur1. Nous avons l’occasion non seulement de voir se dérouler ces événements grandioses mais aussi d’y prendre part2.

    Nous parlons parfois du rétablissement de l’Évangile comme s’il s’était produit d’un coup. Il y a deux cents ans, la Première Vision a marqué le début de ce processus mais, bien entendu, le Rétablissement ne s’est pas arrêté là. L’œuvre du Seigneur, qui s’est faite par l’intermédiaire de Joseph Smith et de ses proches, s’est poursuivie par la traduction du Livre de Mormon, le rétablissement de la prêtrise, l’organisation de l’Église, l’envoi de missionnaires, la construction de temples, l’organisation de la Société de Secours, etc. Ces événements constitutifs du Rétablissement ont commencé en 1820 et se sont poursuivis tout au long de la vie de Joseph Smith.

    Aussi merveilleux qu’ait pu être ce que Dieu a révélé par l’intermédiaire de Joseph Smith, le Rétablissement ne s’est pas achevé de son vivant. Par l’intermédiaire des prophètes qui lui ont succédé, nous avons reçu des choses telles que le développement continu de l’œuvre du temple, des Écritures supplémentaires, la traduction des Écritures dans de nombreuses langues, la proclamation de l’Évangile dans le monde entier, l’organisation de l’École du Dimanche, de l’organisation des Jeunes Filles, de la Primaire, des collèges de la prêtrise, ainsi que de nombreux changements dans l’organisation et les procédures de l’Église.

    Le président Nelson a dit : « Nous sommes témoins du processus du Rétablissement. Si vous pensez que l’Église a été pleinement rétablie, vous ne voyez que le commencement. Beaucoup de choses sont encore à venir. […] Attendez l’année prochaine. Puis l’année suivante. Prenez vos vitamines. Soyez dispos. Cela va être passionnant3. »

    Conformément à la déclaration du président Nelson qui dit que le Rétablissement continue de se faire, nous avons vu de nombreux changements dans l’Église depuis sa prise de fonction. Mentionnons la restructuration des collèges de la prêtrise, le service pastoral en lieu et place de l’enseignement au foyer et des visites d’enseignement, l’institution d’un apprentissage de l’Évangile centré sur le foyer et soutenu par l’Église4. D’autres changements sont intervenus depuis, et d’autres viendront.

    Exemple en Afrique de l’Ouest

    Mon témoignage de la nature continue du Rétablissement a été marqué par les cinq années que j’ai passées dans la présidence de l’interrégion d’Afrique de l’Ouest. J’ai le témoignage de l’Évangile depuis mon adolescence. Mais, quand j’ai vécu en Afrique, j’ai côtoyé certains des premiers Africains de l’ouest qui ont accepté l’Évangile. J’ai aussi vu l’Église se développer rapidement dans tout le continent, avec la création de centaines de paroisses et de pieux, des temples et des églises qui débordent de membres fidèles, et des hommes et des femmes de valeur qui embrassent de tout leur cœur l’Évangile rétabli. J’ai vu de mes yeux l’accomplissement de la prophétie de Joseph Smith selon laquelle l’Église remplirait la terre5.

    Deux de ces membres fidèles, James Ewudzie et Frederick Antwi, ont travaillé avec moi un jour dans le temple d’Accra. Plusieurs années avant l’arrivée des missionnaires de l’Église au Ghana, James faisait partie d’un groupe d’environ mille personnes qui utilisaient le Livre de Mormon et d’autres publications de l’Église pendant leurs réunions de culte. Ils priaient pour qu’arrive le jour où l’Église s’établirait au Ghana. En compagnie d’un autre jeune homme, James a parcouru le pays et enseigné l’Évangile en s’appuyant sur nos publications. Lorsque les missionnaires sont arrivés en 1978, il s’est fait baptiser le premier jour où l’Église a accompli des baptêmes au Ghana.

    Frederick Antwi

    Fred Antwi, membre pionnier de l’Église au Ghana.

    Peu de temps après être devenu membre, il a assisté aux obsèques d’un parent qui était chef de tribu. Il a alors découvert que sa famille planifiait de faire de lui le nouveau chef. Sachant que cette position l’obligerait à faire des choses contraires à ses croyances, il a hâté son départ après l’enterrement et a tourné le dos à une position sociale qui lui aurait assuré notoriété et richesse.

    Une fois que le temple d’Accra a été consacré, James et Fred faisaient chaque semaine le trajet de quatre heures pour s’y rendre et être servants du temple. En accomplissant des ordonnances avec eux, j’ai été saisi par le sentiment d’être entouré par l’histoire. En comprenant le rôle que tous les deux ont tenu dans l’histoire de l’Église en Afrique, j’ai eu l’impression que c’était comme si j’étais accompagné par John Taylor ou Wilford Woodruff, ou d’autres membres des débuts de l’Église, pour faire ces ordonnances.

    Ce que j’ai vu, vécu et ressenti en Afrique occidentale faisait partie de ce que le Seigneur, s’adressant à Hénoc, a dit qu’il arriverait : « Je ferai descendre la justice des cieux, et je ferai monter la vérité de la terre pour rendre témoignage de mon Fils unique, […] et je ferai en sorte que la justice et la vérité balaient la terre comme un flot, pour rassembler mes élus des quatre coins de la terre » (Moïse 7:62).

    J’ai vu la justice et la vérité balayer le continent africain et j’ai vu le rassemblement des élus dans cette partie du monde. Mon témoignage du Rétablissement s’est accru parce que j’ai vu cette partie importante du Rétablissement se produire sous mes yeux.

    J’ai aussi vu autre chose en relation avec la poursuite du Rétablissement : la foi vibrante et l’énergie spirituelle des membres africains. J’ai entendu David A. Bednar, du Collège des douze apôtres, dire : « Kirtland [où les saints des derniers jours vivaient en 1830] ne se trouve pas seulement en Ohio. C’est aussi en Afrique. » Beaucoup de gens deviennent membres de l’Église en Afrique grâce à des expériences spirituelles personnelles puissantes. Ces nouveaux membres ont une énergie spirituelle à offrir et un besoin d’en apprendre plus sur l’Évangile. Pour eux, le Rétablissement se poursuit dans un sens personnel. Ils acquièrent une connaissance sans cesse grandissante de l’Église, et les vérités de l’Évangile continuent de se révéler devant eux. Il en est de même pour nous lorsque nous continuons de faire grandir notre connaissance de l’Évangile.

    Trois manières de participer à la poursuite du Rétablissement

    Dieu nous a donné l’occasion merveilleuse de jouer un rôle vital dans cette œuvre. Le Seigneur a dit : « Le corps [de l’Église] a besoin de tous les membres » (Doctrine et Alliances 84:110). Tous les membres de l’Église ont la bénédiction de participer à la poursuite du Rétablissement. Comment le faisons-nous ?

    L’une des manières consiste à contracter et respecter des alliances sacrées. Les ordonnances, y compris celles du temple, n’ont pas de sens si nous ne contractons pas les alliances qui leur sont associées ou si nous ne les respectons pas. Bonnie Parkin, ancienne présidente générale de la Société de Secours, a dit : « Contracter des alliances est l’expression d’un cœur bien disposé ; respecter des alliances est l’expression d’un cœur fidèle6. »

    En contractant des alliances et en les respectant, non seulement nous nous préparons pour la vie éternelle mais, également, nous aidons et fortifions les personnes que le Seigneur appelle « le peuple de mon alliance » (Doctrine et Alliances 42:36). Nous contractons des alliances avec Dieu et faisons partie du peuple de son alliance par le baptême, la confirmation, la Sainte-Cène, la Prêtrise de Melchisédek et les ordonnances du temple.

    Une autre manière de participer à la poursuite du Rétablissement est de remplir les appels et les tâches que nous recevons. C’est ainsi que l’Église avance. Des instructeurs dévoués enseignent l’Évangile aux enfants, aux jeunes et aux adultes Des sœurs et des frères de service pastoral veillent individuellement sur les membres de l’Église. Des présidences et des épiscopats donnent des directives aux pieux, districts, paroisses, branches, collèges, organisations, classes et groupes. Des dirigeants de jeunes veillent sur les jeunes filles et les jeunes gens. Des greffiers et des secrétaires enregistrent des données importantes qui sont ensuite enregistrées dans les cieux, et de nombreuses autres personnes remplissent des rôles essentiels pour préparer les gens à la vie éternelle et à la seconde venue du Sauveur.

    members in Ghana

    Jeunes faisant la queue pour entrer dans le temple d’Accra (Ghana).

    Une troisième manière de participer au Rétablissement consiste à aider à rassembler Israël. Depuis les premiers jours du Rétablissement, ce point est une partie fondamentale de l’œuvre. Comme l’a enseigné le président Nelson, nous avons l’occasion et le devoir d’aider au rassemblement qui est en cours des deux côtés du voile. Lors de sa première conférence générale en tant que président de l’Église, Russell M. Nelson a dit, dans son discours de clôture : « Notre message au monde est simple et sincère : nous invitons tous les enfants de Dieu des deux côtés du voile à aller au Sauveur, à recevoir les bénédictions du saint temple, à connaître une joie durable et à se qualifier pour recevoir la vie éternelle7. »

    Le rassemblement d’Israël de ce côté du voile signifie l’œuvre missionnaire. Tous ceux d’entre nous qui peuvent faire une mission à plein temps doivent sérieusement l’envisager. Je considère comme une grande bénédiction d’avoir pu faire une mission en Italie à l’époque où l’Église était implantée depuis peu dans ce pays. Nos branches se réunissaient dans des salles louées et nous espérions qu’un jour il y aurait des pieux et des paroisses. J’ai regardé de courageux pionniers entrer dans l’Église et poser les fondations du rassemblement d’Israël dans ce merveilleux pays.

    Agnese Galdiolo était l’un d’eux. Nous ressentions tous puissamment l’Esprit lorsqu’elle suivait les leçons missionnaires. Elle le ressentait aussi, mais elle savait que sa famille s’opposerait fortement à son baptême. Cependant, au bout d’un certain temps, remplie de l’Esprit, elle a accepté de se faire baptiser. Mais, le matin de la date prévue pour le baptême, elle a changé d’avis. Elle est arrivée en avance à l’endroit qui avait été loué pour son baptême et nous a dit qu’elle ne pouvait pas le faire à cause de la pression exercée par sa famille.

    Avant de partir, elle a accepté que nous parlions quelques minutes. Nous sommes allés dans une salle de classe et avons proposé de faire une prière. Après nous être agenouillés, nous lui avons demander de prier. Après la prière, elle s’est relevée en larmes et a dit : « Très bien, je vais me faire baptiser. » Et quelques minutes plus tard, elle l’était. L’année suivante, elle a épousé Sebastiano Caruso, avec qui elle a eu quatre enfants, qui ont tous fait une mission et continuent depuis à servir dans l’Église.

    Caruso family

    Frère et sœur Curtis et quelques membres de la famille Caruso

    Agnese et Sebastiano ont aussi fait une mission lorsque Sebastiano était président de mission. Lorsque j’ai fait ma deuxième mission, vingt-cinq ans après la première, j’ai vu ce que les Caruso et d’autres pionniers avaient accompli pour la progression du royaume de Dieu dans leur pays. Mes missionnaires et moi avons travaillé à l’édification de l’Église, espérant qu’un jour, on annoncerait la construction d’un temple en Italie. Imaginez ma joie aujourd’hui de voir que nous avons un temple à Rome.

    Il y a peu de joies qui puissent rivaliser avec la joie missionnaire. Quelle immense bénédiction d’être né à une époque où nous pouvons participer dans la joie à la poursuite du Rétablissement en aidant à rassembler Israël !

    Bien sûr, la joie missionnaire n’est pas exclusivement réservée aux missionnaires à plein temps. Chacun de nous peut aider à la conversion ou à la remotivation de nos sœurs et frères en œuvrant main dans la main avec les missionnaires à plein temps. Nous avons l’occasion de rassembler Israël en invitant notre prochain à venir et voir, et en nous liant d’amitié avec les personnes qui reçoivent l’enseignement des missionnaires.

    C’est grâce à l’œuvre du temple et de l’histoire familiale que nous aidons à rassembler Israël de l’autre côté du voile. Pendant des années, nous avons eu la responsabilité sacrée de le faire. Avant la mort de Joseph Smith, les saints ont accompli des baptêmes pour les morts, et quelques-uns ont reçu leur dotation et ont été scellés. Avec l’achèvement du temple de Nauvoo, la dotation pour les vivants a réellement commencé. Les dotations et les scellements pour nos ancêtres ont aussi commencé dans les temples d’Utah.

    Eliza R. Snow, une participante clé au processus du Rétablissement, comprenait l’importance de cette partie. Elle a passé beaucoup de temps à participer aux ordonnances dans la maison des dotations8. Au cours d’une visite de la Société de Secours en 1869, elle a enseigné ce qui suit aux sœurs : « J’ai réfléchi à la grande œuvre que nous devons accomplir, qui est d’aider au salut des vivants et des morts. Nous voulons être des […] compagnes honorables pour les Dieux et les Saints9. »

    Et, bien sûr, la disponibilité des ordonnances du temple s’est considérablement accrue avec la construction de nombreux temples de par le monde. Et d’autres sont à venir.

    Avec les outils dont nous disposons aujourd’hui, l’œuvre du temple et de l’histoire familiale peut être englobée dans ce que nous faisons régulièrement pour participer à la poursuite du Rétablissement. Je me suis intéressé à l’histoire familiale et m’y suis impliqué pendant des années mais les outils en ligne m’ont beaucoup aidé à emporter des noms de ma famille au temple. J’ai des souvenirs sacrés dans lesquels je me revois assis à une table de notre appartement au Ghana en train de trouver des noms de mes ancêtres européens que ma femme et moi emportions au temple d’Accra. Cette occasion joyeuse s’est renouvelée dans d’autres endroits où nous avons été envoyés.

    Par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète, Dieu a commencé le processus qui a permis de « réaliser le rétablissement de toutes les choses qui ont trait aux derniers jours, dont tous les saints prophètes ont parlé depuis le commencement du monde » (Doctrine et Alliances 27:6). Ce rétablissement s’est poursuivi jusqu’à ce jour, car Dieu « révèle maintenant » et « révélera encore beaucoup de choses grandes et importantes concernant le royaume de Dieu » (9e article de foi). Je suis profondément reconnaissant que nous participions à la poursuite du Rétablissement.