Les Écritures dans une valise
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Les Écritures dans une valise

« Le Livre de Mormon et les Saintes Écritures vous sont donnés par moi pour votre instruction » (D&A 33:16).

D’après une histoire vraie

Carine fourre un autre pantalon dans sa valise, puis appuie bien pour la fermer. « Ça y est ! » se dit-elle.

Cela fait des mois qu’elle attend le voyage scolaire. Sa classe va faire un camp de deux jours, en vivant comme des pionniers ; ils vont faire des bougies, cuisiner sur un feu de camp, et même participer à la construction d’une cabane de rondins.

Carine la pièce du regard, essayant de voir si elle a oublié quelque chose. Elle a pris sa brosse à dent. Elle a des vêtements propres et une paire de chaussures en plus. Oh, elle ferait bien de prendre son vieux pull.

Comme elle le ramasse par terre, son regard s’arrête sur ses Écritures sur sa table de nuit, et elle s’immobilise.

Tous les membres de sa famille étaient d’accord pour lire le Livre de Mormon chaque jour, et jusqu’à maintenant elle n’a pas raté un jour. Mais comment va-t-elle pouvoir le lire dans un bungalow plein de filles de l’école ? Avec un soupir, elle ouvre sa valise, fourre ses Écritures entre des maillots et des jeans, et s’assoit sur la valise pour la fermer. Elle trouvera peut-être un moment de calme pour s’éloigner et lire.

*****

« Allez, Carine. La première arrivée au feu de camp ! » Sarah part en courant, et Carine court pour la rattraper.

La journée a été amusante et bien remplie. Carine a taillé un rondin pour la construction de la cabane, elle a trempé et retrempé maintes fois des mèches de bougie dans de la cire, elle a sculpté une baleine dans du savon et elle a nagé dans le lac.

L’agréable journée s’est poursuivie autour du feu de camp à chanter et à écouter un conteur. Finalement, Carine, Sarah et deux des camarades de leur bungalow vont dans l’obscurité jusqu’à leur bungalow bras dessus bras dessous en chantant à pleine voix.

Les fillettes se laissent tomber sur leurs lits, se racontent des histoires et rient de leur journée. Puis, une à une, elles commencent à se préparer pour la nuit.

Carine se brosse les dents, puis grimpe dans son lit superposé et écoute les autres. Elle avait décidé de laisser ses Écritures dans la valise, mais elle ne se sent pas à l’aise. Puis les mots suivants lui viennent à l’esprit : « Lis les Écritures. Tu sais que tu as besoin de les lire. »

À contre cœur, Carine descend de son lit et sort ses Écritures de sa valise. Puis elle regrimpe dans son lit et essaye d’ouvrir le Livre de Mormon sans se faire remarquer.

Elle n’a pas cette chance. Elle vient juste de trouver où elle en était dans Mosiah quand Sarah passe la tête par-dessus le bord du lit. Elle lui demande : « Qu’est-ce que tu lis ? »

« D’accord, se dit Carine, c’est le moment d’être missionnaire. »

« C’est un livre comme la Bible, et il s’appelle le Livre de Mormon », répond-elle à voix haute.

Sarah grimpe sur le lit à côté d’elle. « De quoi est-ce que cela parle ? »

Carole et Tasha approchent aussi.

Carine s’assoit. « Maintenant je suis dans une partie appelée Mosiah, et un prophète qui s’appelle Abinadi prêche l’Évangile au méchant roi et à ses prêtres. Il leur parle des dix commandements et de toutes les choses qu’ils devraient déjà savoir. Mais ils font de mauvaises choses au lieu de suivre les commandements. » Elle se pousse pour que Tasha puisse grimper sur le lit.

« Qu’est-ce qu’il leur arrive ? » demande Tasha.

« Après, Abinadi refuse de renier Dieu, alors le roi le fait tuer. »

« Quoi ? s’écrit Sarah. C’est horrible. »

« Oui, c’est vraiment triste, acquiesce Carine. Mais Alma, l’un des prêtres du roi, écoute vraiment Abinadi. Il finit par enseigner l’Évangile à plein de gens. »

« C’est impressionnant, dit Tasha. Je lis ma Bible presque tous les jours, mais je ne l’ai pas apportée ici. » Puis elle se tourne sur le ventre pour descendre sur le lit du dessous. « Hé, Carole, tu as vu comme j’ai sauté dans le lac ? »

Carine sourit tandis que la conversation retourne aux activités de la journée. Elle est contente de ne pas avoir laissé ses Écritures dans sa valise, contente que ses camarades ne se soient pas moquées d’elle, et contente d’avoir eu l’occasion de leur parler du Livre de Mormon.

Elle regarde Sarah, Carole et Tasha qui parlent maintenant de leurs projets de travaux manuels, puis elle reprend son livre et continue de lire l’histoire d’Abinadi et du roi Noé.

Jennifer Jensen est membre de la paroisse de Zionsville, pieu de Indianapolis Nord (Indiana, États-Unis).

« Mon amour du Livre de Mormon ne cesse de grandir. Il semble qu’à chaque fois que je le lis, j’y trouve de nouvelles lumières. J’aime ce livre sacré, ce livre de choix. »

M. Russell Ballard, du Collège des douze apôtres, « Nous ajoutons notre témoignage », L’Étoile , décembre 1989, p.13.