Comment pouvais-je le soutenir ?
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Comment pouvais-je le soutenir ?

J’étais membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours depuis peu, et j’étais très heureuse. Je me levais tôt tous les dimanches pour aller à l’église avec ma petite fille, et je savais que j’étais bien nourrie spirituellement. Puis, un dimanche, quelque chose m’a perturbée.

C’était la conférence de paroisse ; notre président de pieu a pris la parole et ce qu’il a dit m’a fait réfléchir. Puis il a ajouté : « Mes frères et sœur, j’aimerais que vous leviez la main droite pour montrer que vous soutenez Gordon B.Hinckley comme prophète et président de l’Église. » Tous les membres de ma paroisse, une cinquantaine, ont levé la main, sauf moi. Le président de pieu nous a ensuite demandé de soutenir les autres Autorités générales. Une fois de plus, je n’ai pas levé la main. Finalement, il nous a demandé de soutenir nos dirigeants locaux. « Maintenant, je peux lever la main, ai-je pensé. Je connais ces dirigeants, alors je peux les soutenir. »

Personne ne m’a demandé pourquoi je n’avais pas levé la main pour soutenir le prophète et les Autorités générales, probablement parce que les gens savaient que j’étais nouvelle dans l’Église. Mais cela a continué de me perturber. Je me demandais : « Comment puis-je soutenir le président Hinckley alors que je ne le connais pas ? Et comment pourrais-je le connaître alors que je vis au Brésil et qu’il vit aux États-Unis ? Pour le soutenir, j’ai besoin de le connaître et de le voir face à face. »

Puis l’Esprit a commencé à me parler : « Tu n’as jamais vu Jésus-Christ face à face, mais tu le soutiens. »

« Oui, mais je le connais grâce aux Écritures, qui témoignent de lui. »

« Tu peux aussi connaître le prophète, même sans le voir face à face. »

« Comment ? »

« En lisant ses paroles et en méditant. Prie pour demander à notre Père céleste de te guider, et il t’aidera à comprendre comment faire pour soutenir le prophète. »

C’est ce que j’ai fait. Les jours suivants, j’ai lu plusieurs discours du président Hinckley. Je l’ai regardé et écouté sur des cassettes vidéo, en observant tous les détails possibles sur lui et ses enseignements. Et j’ai prié pour comprendre.

Puis un jour, alors que je lisais un article dans Le Liahona , les paroles du président Hinckley ont pénétré profondément en mon âme : « Il n’est jamais trop tard pour apprendre. Je le crois de tout mon cœur » (« Conversation avec les adultes seuls », Le Liahona , novembre 1997, p.22). Je croyais aussi de tout mon cœur et je ressentais que pour moi il n’était pas trop tard pour apprendre.

Pendant un long moment j’ai regardé la photo du prophète qui se trouvait avec l’article. Tout à coup j’ai eu le sentiment de me trouver devant lui. J’ai regardé ses yeux, qui semblaient parler d’éternité. J’ai regardé son visage, d’où émanait de la paix. J’avais étudié ses enseignements et ressenti l’Esprit en témoigner. Pour la première fois je savais que je connaissais le président Hinckley, que je pouvais lui faire confiance et le soutenir.

J’ai été envahie d’un profond bien-être, et j’ai ressenti le désir de lever la main droite, pas seulement devant les membres de ma paroisse, mais devant le monde entier. Grâce au témoignage de l’Esprit, je pouvais déclarer avec une conviction totale : « Moi aussi, je soutiens le prophète. »

Irene Coimbra est membre de la paroisse de Jardim Independência, pieu de Ribeirão Preto Est (Brésil).