Préparer une leçon à partir des Enseignements des présidents de l’Église
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Préparer une leçon à partir des Enseignements des présidents de l’Église

Vous avez des difficultés pour préparer une leçon de la Société de Secours ou de la Prêtrise de Melchisédek ? Suivez quelques principes simples pour préparer une leçon inspirante et à propos.

La plupart des projets de construction commencent par deux choses : Un ensemble de matériaux de construction : des planches, des clous et des bardeaux et un plan d’assemblage des matériaux.

Composer une leçon à l’aide des Enseignements des présidents de l’Église (le cours de la Prêtrise de Melchisédek et de la Société de Secours) est aussi un projet. Vous avez les matériaux de construction, bien sûr : le livre des Enseignements , les Écritures, et les témoignages et expériences de la pratique de l’Évangile des membres de votre collège ou de votre classe et les vôtres. Mais où est le plan qui vous montre exactement comment assembler ces matériaux pour en faire une leçon inspirante ?

La plupart des autres manuels de l’Église contiennent un plan qui indique comment enseigner chaque concept. Mais les manuels de la collection des Enseignements des présidents de l’Église sont des manuels d’étude personnelle ; ils ne contiennent pas de plan de leçon. C’est pourquoi, quand vous préparez une leçon tirée des Enseignements , vous êtes à la fois l’architecte et le constructeur.

Concevoir votre plan personnel

Cette tâche risque de vous faire peur, surtout si vous n’avez pas beaucoup l’expérience d’enseigner. Mais le fait d’élaborer vous-même le plan de votre leçon vous permet de la concevoir sur mesure, suivant les besoins de vos élèves. Et le respect de quelques principes simples peut vous permettre de préparer une leçon inspirante et adaptée.

Commencez toujours la préparation d’une leçon par une prière. À tous les instructeurs, le Seigneur fait une promesse rassurante ainsi qu’une mise en garde : « Et l’Esprit vous sera donné par la prière de la foi ; et si vous ne recevez pas l’Esprit, vous n’enseignerez pas » (D&A 42:14). La première étape indispensable consiste à prier pour avoir l’influence du Saint-Esprit lorsque vous décidez de la manière d’enseigner la leçon. Cela peut faire tout la différence entre une leçon qui n’inspire pas et une leçon qui transmettra la véritable connaissance de l’Évangile. Karen Knickerbocker, missionnaire à Guam (Micronésie), trouve que le plus important dans la préparation d’une leçon consiste à prier constamment pour que les oreilles et le cœur des sœurs soient ouverts pour comprendre.

Préparez une discussion et non un cours magistral. R. Val Johnson, ancien directeur du programme de base du département des Programmes de l’Église, déclare : « Une leçon efficace tirée des Enseignements est généralement plus une discussion qu’un exposé bien ficelé. » Au lieu de vous considérer comme un conférencier qui doit être préparé à répondre à toutes les questions possibles, considérez-vous comme le guide d’un groupe partant à la découverte. Votre rôle n’est pas de faire un cours d’histoire ni même une leçon sur la vie du prophète. Votre tâche ne consiste pas non plus à créer une leçon tirée d’autres sources sur le sujet de votre leçon qui se trouve dans le manuel des Enseignements. Votre rôle est à la fois plus simple et plus profond. Il s’agit de guider vos élèves dans la découverte et l’application dans leur vie de vérités révélées par un prophète.

Avant la classe, lisez la totalité du chapitre désigné en marquant les citations qui vous font une impression particulière. Souvent, dans les Enseignements , un chapitre contient bien trop de documentation pour qu’on puisse l’enseigner efficacement en un seul cours. Annotez les citations qui vous semblent particulièrement importantes ; cela vous aidera à faire votre sélection définitive de ce qu’il faut lire et commenter.

Choisissez les citations que vous utiliserez pour la leçon. Ces citations constitueront l’essentiel de ce que vous prévoirz de traiter dans votre leçon. Les têtes de chapitre et les questions de la fin peuvent vous aider à faire cette sélection. Lorsque vous faites votre plan, rappelez-vous que vos élèves et vous pouvez passer du temps à discuter de l’application des citations à votre vie. Considérez aussi que votre tâche ne consiste pas seulement à discuter d’un sujet de l’Évangile, mais également à discuter des enseignements du prophète concerné à ce sujet.

Trouvez les Écritures qui viennent à l’appui de ce sujet. Comme les Écritures sont la parole du Seigneur, elles apportent son Esprit dans notre classe. Rodrigo Durán, de la paroisse de Providencia, du pieu de Las Condes, de Santiago (Chili), déclare : « Les Écritures ajoutent de la profondeur et de la compréhension à la discussion. »

Préparez une introduction qui capte l’attention. Les deux premières minutes d’une leçon sont cruciales. C’est généralement pendant ces cent vingt secondes que les élèves décident s’ils vont ou non consacrer leur énergie mentale à la leçon. En introduction à une leçon de Société de Secours, Roxana San Matin de Seguel, de la paroisse de Providencia, du pieu de Las Condes, de Santiago (Chili), a fait passer un miroir et a demandé aux sœurs de dire ce qu’elles y voyaient. « Un visage », a dit l’une d’elles. « Une fille de Dieu », a dit une autre. Sœur de Seguel raconte que les membres de la classe ont instantanément été impliquées et que la leçon a commencé dans un esprit merveilleux.

Sélectionnez des méthodes pédagogiques adaptées au sujet. Les leçons de choses, les questions qui poussent à réfléchir, les jeux de rôles et de nombreuses autres techniques peuvent susciter l’intérêt et motiver à l’étude. Vous trouverez des idées supplémentaires dans L’enseignement, pas de plus grand appel (36123 140) ou dans le Guide de l’enseignement (34595 140).

Appliquez, appliquez et appliquez encore. L’application des principes de la leçon à la vie réelle est sans doute la partie la plus cruciale d’une leçon. C’est aussi ce qui peut demander le plus de réflexion et de préparation. Mais si les élèves ne font pas le rapport entre les vérités de l’Évangile et leur vie, la leçon risque de ne rester qu’un exercice intellectuel.

Vital Jonel, de la branche de Petit Goave, de la mission de Port-au-Prince (Haïtï), explique que l’évocation d’expériences personnelles appropriées suscite la présence de l’Esprit dans sa classe. « Je demande aux élèves de me donner des exemples tirées de leur vie. Ces histoires édifient les élèves, les informent et attirent leur attention. Une histoire appropriée, tirée de l’expérience personnelle et confirmée par un témoignage du cœur, contribue à faire passer le message de la leçon. »

Choisissez quelques questions à l’avance. Vous pourriez envisager des questions qui aideront vos élèves à méditer sur l’application d’un principe à des gens de situations diverses. Vous pourriez choisir certaines de vos questions pour la discussion parmi les questions qui figurent à la fin de chaque chapitre. Notre instructrice de la Société de Secours dit : « J’aime poser des questions auxquelles ont peut répondre au moins en partie par une citation précise. Si les élèves ne proposent pas immédiatement d’idée, nous lisons la citation pour voir ce que le prophète a enseigné. Ses paroles éveillent souvent notre mémoire, poussant les élèves à donner leur avis et à raconter leurs expériences. Vous pourriez aussi demander à un élève de lire une partie de la leçon à l’avance et d’exposer à la classe des idées se rapportant à ce sujet.

Rendez témoignage et donnez aux autres l’occasion de le faire. L’expression de témoignages peut aider vos élèves à franchir l’étape essentielle de l’apprentissage à l’application. Gordon B. Hinckley a expliqué que, si les instructeurs parlent du fond du cœur, celui de leurs élèves s’enflammera1.

Recommandez aux élèves d’étudier la leçon avant le cours et d’en discuter chez eux par la suite. Un calendrier des tâches de lecture peut aider les personnes qui servent à la Primaire, aux Jeunes Filles et aux Jeunes Gens à savoir quels chapitres étudier au foyer. Les élèves pourront aussi tirer profit d’un plan de lecture et de la suggestion d’étudier la leçon et d’apporter leur manuel en classe. Il peut leur être plus facile de participer à la discussion s’ils ont leur manuel devant eux et connaissent la documentation. Ils pourront même constater qu’ils sont plus réceptifs aux murmures de l’Esprit et plus disposés à donner leur avis. Vous pourriez aussi suggérer aux élèves de parler de la leçon avec leur conjoint, leur camarade d’appartement ou leurs amis avant et après le cours. Ils peuvent ainsi continuer d’en voir les implications dans leur vie.

Construction de quelque chose d’une valeur éternelle

Chaque fois que vous préparez et enseignez une leçon tirée de l’un des livres de la collection Enseignements des prophètes de l’Église , vous construisez quelque chose d’une valeur éternelle. À une époque où les hommes et les femmes ont plus que jamais besoin des paroles apaisantes et fortifiantes des prophètes de Dieu, vous avez le grand honneur d’édifier la foi au Seigneur, d’aider vos élèves à mieux comprendre son Évangile et de les fortifier spirituellement pour qu’ils suivent ses instructions aujourd’hui.

Patricia Arancibia de Moya de la paroisse d’El Labrador, du pieu de Vicuña Mackenna, de Santiago du Chili, dit : « C’est merveilleux d’être instructrice! » « Si nous nous préparons à donner une leçon de la bonne manière en recherchant la direction du Saint-Esprit par la prière, notre connaissance du Sauveur grandit. Nous voyons la beauté de l’Évangile. Et quand nous rendons témoignage à nos élèves, nous pouvons toucher leur cœur parce que le Saint-Esprit témoigne de ces vérités éternelles à chacun d’eux. »

Jan Pinborough fait partie de la quatrième paroisse de East Mill Creek, dans le pieu de East Mill Creek, à Salt Lake City (Utah, États-Unis).

Pour plus de renseignements, voir Dallin H. Oaks, « L’enseignement de l’Évangile », Le Liahone , janvier 2000, p. 94-98).

Responsabilité de L’instructeur

« Le but de l’enseignement de l’Évangile de nos jours… n’est pas de déverser des connaissances dans la tête des élèves. Ce n’est pas de permettre à l’instructeur de faire étalage de ses connaissances, ni simplement de développer sa connaissance de l’Église. Le but principal de l’enseignement dans l’Église est de susciter des changements bénéfiques dans la vie des garçons et des filles, des hommes et des femmes. Le but est d’inciter chacun à méditer sur l’application des principes de l’Évangile, à les ressentir puis à les mettre en action. »

Thomas S. Monson, premier conseiller dans la Première Présidence, Conférence Report, octobre 1970, p. 107.

Responsabilité de L’instructeur

« Le Seigneur insiste constamment sur l’instruction, surtout l’instruction spirituelle. Nous ne pouvons pas être sauvés dans l’ignorance, mais le Seigneur ne peut nous révéler la lumière et la vérité que lorsque nous sommes prêts à les recevoir. Nous avons donc la responsabilité de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour accroître notre connaissance et notre compréhension spirituelles, en étudiant les Écritures et les paroles des prophètes actuels. Lorsque nous lisons et étudions les révélations, l’Esprit confirme à notre cœur la vérité de ce que nous apprenons ; c’est ainsi que le Seigneur s’adresse à chacun de nous. Si nous réfléchissons aux enseignements de l’Évangile et si nous les appliquons dans notre vie quotidienne, nous sommes mieux préparés à recevoir davantage de lumière et de vérité. »

M. Russell Ballard, du Collège des douze apôtres, « Merveilleuses sont les révélations du Seigneur », L’Étoile , juillet 1998, p. 36.

Les leçons de choses, les questions poussant à méditer et les jeux de rôles peuvent être des méthodes efficaces pour capter l’attention des élèves.

Se Concentrer Sur Les Enseignements Inspirés

Beaucoup des enseignements inspirés de nos prophètes modernes sont compilés dans les Enseignements des présidents de l’Église , notre manuel pour la Prêtrise de Melchisédek et la Société de Secours. Les points de doctrine et les principes éternels contenus dans ces livres sont des sources de sagesse et de direction divines. Les bons instructeurs dans les paroisses et les branches ne leur substitueront ni leurs propres sujets ni leur propre sagesse, mais se concentreront sur ces enseignements inspirés et leur application aux situations et aux difficultés de la vie courante.

Dallin H. Oaks, du Collège des douze apôtres, « Rendre grâces en toutes choses », Le Liahona, Mai 2003, p. 96.