Là où deux ou trois sont assemblés
    Notes de bas de page

    Là où deux ou trois sont assemblés

    « Si vous écoutez avec l’Esprit, votre cœur sera adouci, votre foi affermie et votre capacité d’aimer le Seigneur accrue. »

    Mes frères et sœurs bien-aimés, je vous souhaite la bienvenue à la 186e conférence générale d’avril de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Je suis heureux d’être avec vous et je vous souhaite une cordiale bienvenue.

    Je suis reconnaissant de votre venue à la conférence pour ressentir l’inspiration du ciel et pour vous sentir plus proches de notre Père céleste et du Seigneur Jésus-Christ.

    Des millions de disciples de Jésus-Christ qui ont fait alliance de toujours se souvenir de lui et de le servir sont assemblés dans cette réunion, qui s’étend dans le monde entier. Le miracle de la technologie moderne fait disparaître le temps et les grandes distances qui nous séparent. Nous nous réunissons comme si nous étions tous ensemble dans une seule grande salle.

    Mais plus important encore que notre rassemblement est le nom qui nous réunit. Le Seigneur a promis que, même si ses disciples sont nombreux sur la terre aujourd’hui, il sera proche de chacun de nous. Il a dit à son petit groupe de disciples en 1829 : « En vérité, en vérité, je vous le dis, […] là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, […] je serai là au milieu d’eux – de même, je suis au milieu de vous » (D&A 6:32).

    Maintenant, ce ne sont pas un ou deux, mais une multitude de ses disciples qui sont assemblés à l’occasion de cette conférence et, comme promis, le Seigneur est au milieu de nous. Parce qu’il est un être ressuscité et glorifié, il n’est pas physiquement présent en chaque endroit où les saints sont rassemblés. Mais, par la puissance de l’Esprit, nous pouvons sentir qu’il est ici avec nous aujourd’hui.

    Les endroits et les moments où nous ressentons la proximité du Sauveur dépendent de chacun de nous. Il a donné cette directive :

    « Et de plus, en vérité, je vous le dis, mes amis, je vous laisse ces paroles pour que vous les méditiez dans votre cœur, avec ce commandement que je vous donne, que vous m’invoquerez tant que je suis près :

    « approchez-vous de moi, et je m’approcherai de vous ; cherchez-moi avec diligence et vous me trouverez, demandez et vous recevrez, frappez et l’on vous ouvrira » (D&A 88:62-63).

    Je connais au moins deux auditeurs aujourd’hui qui veulent cette bénédiction de tout leur cœur. Ils vont essayer sincèrement de s’approcher du Seigneur pendant cette conférence. Ils m’ont tous les deux écrit (leurs lettres sont arrivées à mon bureau la même semaine) pour implorer le même genre d’aide.

    Ils sont tous les deux des convertis à l’Église et ont reçu précédemment un témoignage clair de l’amour de Dieu le Père et de son Fils, Jésus-Christ, le Sauveur du monde. Ils savent que Joseph Smith, le prophète, a organisé l’Église par révélation directe venant de Dieu et que les clés de la sainte prêtrise ont été rétablies. Chacun a eu le témoignage que les clés sont en place dans l’Église aujourd’hui. Ils m’en ont solennellement rendu témoignage par écrit.

    Cependant, chacun se lamente de moins éprouver d’amour pour le Seigneur et de moins sentir que le Seigneur l’aime. Ils veulent tous les deux, de tout leur cœur, que je les aide à retrouver la joie et le sentiment d’être aimés qui étaient les leurs lorsqu’ils sont entrés dans le royaume de Dieu. Ils ont tous deux exprimé leur crainte que, s’ils ne retrouvent pas pleinement ces sentiments d’amour pour le Sauveur et pour son Église, les épreuves qu’ils traverseront finissent par avoir raison de leur foi.

    Ils ne sont pas les seuls à avoir cette inquiétude, et leur épreuve n’est pas nouvelle. Pendant son ministère terrestre, le Sauveur nous a donné la parabole de la semence et du semeur. La semence était la parole de Dieu. Le semeur était le Seigneur. La survie de la semence et sa croissance dépendaient de l’état du sol. Vous vous souvenez de ses paroles :

    « Un semeur sortit pour semer. Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin : les oiseaux vinrent, et la mangèrent.

    « Une autre partie tomba dans les endroits pierreux, où elle n’avait pas beaucoup de terre : elle leva aussitôt, parce qu’elle ne trouva pas un sol profond ;

    « mais, quand le soleil parut, elle fut brûlée et sécha, faute de racines.

    « Une autre partie tomba parmi les épines : les épines montèrent, et l’étouffèrent.

    « Une autre partie tomba dans la bonne terre : elle donna du fruit, un grain cent, un autre soixante, un autre trente.

    « Que celui qui a des oreilles pour entendre entende » (Matthieu 13:4-9).

    Je répète, la semence est la parole de Dieu. Le sol est le cœur de la personne qui reçoit la semence.

    Nous ressemblons tous beaucoup aux merveilleuses personnes qui m’ont écrit pour que je les aide et les rassure. À un certain moment, des semences, c’est à dire la parole de Dieu, ont été plantées dans notre cœur. Pour certains, c’était dans l’enfance quand leurs parents les ont invités à se faire baptiser et confirmer par des personnes ayant l’autorité. D’autres parmi nous ont été instruits par des serviteurs appelés de Dieu. Chacun a senti que la semence était bonne, l’a même sentie gonfler dans son cœur, et a éprouvé de la joie lorsque son esprit et son cœur ont semblé s’épanouir.

    La foi de chacun d’entre nous a été éprouvée par le retard dans l’obtention de bénédictions auxquelles il aspirait, par des attaques malveillantes de gens qui voulaient la détruire, par des tentations à pécher, et par des intérêts égoïstes qui ont sapé ses efforts pour cultiver et adoucir les profondeurs spirituelles de son cœur.

    Les personnes qui sont attristées par la perte de la joie qu’ils ont connue sont bénies. Certaines ne voient pas que leur foi se flétrit. Satan est malin. Il dit aux personnes qu’il souhaite rendre misérables que la joie qu’ils ont ressentie un jour était une illusion enfantine.

    Je nous dis à tous aujourd’hui qu’au cours des prochains jours, nous allons avoir une occasion précieuse de choisir de laisser notre cœur s’adoucir et de recevoir et de nourrir la semence. La semence est la parole de Dieu, et elle va être déversée sur nous tous qui écoutons, regardons et lisons cette conférence. La musique, les discours et les témoignages ont été préparés par des serviteurs de Dieu qui ont cherché diligemment à être guidés par le Saint-Esprit dans leur préparation. Au fur et à mesure que la date de la conférence approchait, ils ont prié plus longuement et plus humblement.

    Ils ont prié pour avoir le pouvoir de vous inciter à faire les choix qui produiront dans votre cœur un sol plus fertile qui permette à la bonne parole de Dieu de pousser et d’être fructueuse. Si vous écoutez avec l’Esprit, votre cœur sera adouci, votre foi affermie et votre capacité d’aimer le Seigneur accrue.

    Votre décision de prier d’un cœur pleinement résolu transformera votre expérience pendant les sessions de conférence et dans les jours et les mois à venir.

    Beaucoup d’entre vous ont déjà commencé. Au début de cette session, vous avez fait plus qu’écouter la prière ; vous avez ajouté votre foi à la demande d’avoir la bénédiction que le Saint-Esprit soit déversé sur nous. En ajoutant votre requête silencieuse au nom de Jésus-Christ, vous vous êtes rapprochés de lui. C’est sa conférence. Seul le Saint-Esprit peut apporter les bénédictions que le Seigneur désire nous accorder. Dans son amour pour nous, il a promis que nous pouvons sentir que :

    « Tout ce qu’ils diront sous l’inspiration du Saint-Esprit sera Écriture, sera la volonté du Seigneur, sera l’avis du Seigneur, sera la parole du Seigneur, sera la voix du Seigneur et le pouvoir de Dieu pour le salut.

    « Voici, telle est la promesse que le Seigneur vous fait, ô mes serviteurs.

    « C’est pourquoi, prenez courage et ne craignez pas, car moi, le Seigneur, je suis avec vous et je me tiendrai à vos côtés ; et vous rendrez témoignage de moi, Jésus-Christ ; vous rendrez témoignage que je suis le Fils du Dieu vivant, que j’étais, que je suis et que je vais venir » (D&A 68:4-6).

    Chaque fois qu’un serviteur de Dieu s’approche de la chaire, vous pouvez prier et ajouter votre foi en l’accomplissement de la promesse du Seigneur rapportée dans Doctrine et Alliances section 50 :

    « En vérité, je vous le dis, celui qui est ordonné par moi et envoyé prêcher la parole de vérité par le Consolateur, selon l’Esprit de vérité, prêche-t-il par l’Esprit de vérité ou d’une autre façon ?

    « Si c’est d’une autre façon, ce n’est pas de Dieu.

    « Et de plus, celui qui reçoit la parole de vérité, la reçoit-il par l’Esprit de vérité ou d’une autre façon ?

    « Si c’est d’une autre façon, ce n’est pas de Dieu.

    « Comment se fait-il donc que vous ne puissiez comprendre et savoir que celui qui reçoit la parole par l’Esprit de vérité la reçoit telle qu’elle est prêchée par l’Esprit de vérité ?

    « C’est pourquoi, celui qui prêche et celui qui reçoit se comprennent, et tous deux sont édifiés et se réjouissent ensemble » (D&A 50:17-22).

    Vous pouvez prier au moment où le chœur s’apprête à chanter. Le directeur de chœur, les organistes et les membres du chœur ont prié et ont répété avec une prière dans le cœur et avec la foi que la musique et les paroles adouciront les cœurs et magnifieront leur puissance afin d’édifier la foi des autres. Ils vont se produire pour le Seigneur, comme s’ils étaient devant lui, et ils sauront que notre Père céleste les entend aussi certainement qu’il entend leurs prières personnelles. Ils ont travaillé ensemble avec amour pour que la promesse que le Sauveur a faite à Emma Smith se réalise : « Car mon âme met ses délices dans le chant du cœur ; oui, le chant des justes est une prière pour moi, et il sera exaucé par une bénédiction sur leur tête » (D&A 25:12).

    Si, en plus d’écouter, vous priez également pendant qu’ils chantent, votre prière et la leur seront exaucées par une bénédiction sur votre tête ainsi que sur la leur. Vous aurez la bénédiction de sentir l’amour et l’approbation du Sauveur. Tous ceux qui se joignent à ces louanges sentiront grandir leur amour pour lui.

    Vous pouvez décider de prier au moment où un orateur semble sur le point de terminer son discours. Lui-même sera en train de prier intérieurement le Père afin que le Saint-Esprit lui donne les paroles de témoignage qui édifieront le cœur et accroîtront l’espérance et la détermination des auditeurs de toujours se souvenir du Sauveur et de respecter les commandements qu’il nous a donnés.

    Le témoignage ne sera pas une récitation du message. Ce sera l’affirmation d’une vérité que l’Esprit peut porter dans le cœur des personnes qui prient pour obtenir de l’aide, de l’inspiration de Dieu et recevoir l’amour pur du Christ.

    Un témoignage véritable sera accordé aux orateurs. Les paroles peuvent être concises, mais elles seront portées dans le cœur de l’auditeur humble qui est venu à la conférence avide de la bonne parole de Dieu.

    Je sais par expérience ce que la foi de bonnes personnes peut accomplir pour susciter des paroles de l’Esprit à la fin d’un discours. Plus d’une fois, quelqu’un m’a dit après mon témoignage : « Comment saviez-vous ce que j’avais tant besoin d’entendre ? » J’ai appris à ne pas m’étonner lorsque je ne me souviens pas d’avoir prononcé les mots. J’ai prononcé les paroles de témoignage, mais le Seigneur était là, me les donnant au moment même. La promesse que le Seigneur nous donnera des mots au moment même où nous en avons besoin s’applique particulièrement au témoignage (voir D&A 24:6). Écoutez attentivement ceux qui seront rendus au cours de cette conférence ; vous vous sentirez plus proches du Seigneur.

    Vous pouvez percevoir que j’arrive au moment où je vais conclure le message que j’ai essayé de transmettre par un témoignage de vérité. Vos prières vont m’aider à recevoir des paroles de témoignage qui peuvent aider quelqu’un qui désire ardemment une réponse à ses questions.

    Je vous donne mon témoignage sûr que notre Père céleste, le grand Élohim, aime et connaît chacun de nous. Sous sa direction, son Fils, Jéhovah, a été le Créateur. Je témoigne que Jésus de Nazareth est né Fils de Dieu. Il a guéri les malades, rendu la vue aux aveugles et ressuscité les morts. Il a payé le prix de tous les péchés de chaque enfant de notre Père céleste né dans la condition mortelle. Il a rompu les liens de la mort pour tous en se levant du tombeau ce premier dimanche de Pâques. Il vit aujourd’hui, Dieu, ressuscité et glorieux.

    Cette Église est la seule vraie, et il est la pierre principale de l’angle. Thomas S. Monson est son prophète pour le monde entier. Les prophètes et les apôtres que vous entendrez au cours de cette conférence parlent au nom du Seigneur. Ils sont ses serviteurs, ayant l’autorité d’agir en son nom. Il marche devant ses serviteurs dans le monde. Je le sais. Et j’en témoigne en son nom, au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.