Les conseils de famille
    Notes de bas de page

    Les conseils de famille

    « Quand les parents sont préparés et que les enfants écoutent et participent à la discussion, le conseil de famille fonctionne vraiment ! »

    Mes frères et sœurs, le paradoxe du rôle de parents est que nous avons tendance à devenir bons une fois que nos enfants sont grands. Cet après-midi, je vais vous dire ce que je regrette de ne pas avoir mieux compris quand Barbara et moi avons commencé à élever nos enfants.

    Au cours de mon ministère apostolique, j’ai fréquemment souligné le pouvoir et l’importance des conseils de l’Église, notamment des conseils de mission, de pieu, de paroisse et d’auxiliaires.

    Je crois qu’ils sont la façon la plus efficace d’obtenir des résultats réels. De plus, je sais que les conseils sont la manière de faire du Seigneur et qu’il a créé toutes choses dans l’univers au moyen d’un conseil céleste, comme l’indiquent les saintes Écritures1.

    Cependant, je n’ai jusqu’ici jamais parlé en conférence générale du conseil le plus essentiel et le plus fondamental, et peut-être le plus important, de tous les conseils : le conseil de famille.

    Les conseils de famille ont toujours été nécessaires. En fait, ils sont éternels. Nous appartenions à un conseil de famille dans l’existence prémortelle, quand nous vivions avec nos parents célestes, nous leurs enfants d’esprit.

    S’il est dirigé avec amour et selon les vertus chrétiennes, un conseil de famille fera rempart à la technologie moderne qui nous empêche de passer du temps de qualité ensemble et qui a aussi tendance à introduire le mal dans notre foyer.

    Cependant, n’oubliez pas que les conseils de famille sont différents de la soirée familiale du lundi. Les soirées familiales portent principalement sur l’enseignement de l’Évangile et sur les activités en famille. Les conseils de famille, eux, peuvent avoir lieu n’importe quel jour de la semaine et sont essentiellement une réunion dans laquelle les parents écoutent : ils s’écoutent mutuellement et écoutent leurs enfants.

    Je crois qu’il existe au moins quatre types de conseils de famille :

    Premièrement, le conseil de famille général qui comprend toute la famille.

    Deuxièmement, le conseil exécutif de famille qui se compose du père et de la mère.

    Troisièmement, le conseil de famille restreint qui comprend les parents et un enfant.

    Quatrièmement, le conseil de famille en tête-à-tête qui comprend un parent et un enfant.

    Dans chacun de ces conseils de famille, les appareils électroniques doivent être éteints afin que tous les participants puissent se regarder et s’écouter mutuellement. Pendant les conseils de famille, et à d’autres moments appropriés, vous pourriez avoir un panier réservé à ces appareils afin que, lorsque vous vous réunissez, chacun, y compris la mère et le père, puisse y déposer son téléphone, sa tablette, son lecteur MP3. À partir de ce moment, ils peuvent tenir conseil ensemble sans que quelqu’un soit tenté de répondre à un poke Facebook, un SMS, des alertes Instagram, Snapchat ou des courriels.

    Je vais vous parler brièvement de la façon dont chacun de ces types de conseil de famille fonctionne.

    Premièrement, le conseil général de famille est composé de tous les membres de la famille.

    La brochure de l’Église intitulée Our Family (« Notre famille », N.d.T.) stipule que : « Les membres de ce conseil peuvent se réunir dans le but de discuter des problèmes familiaux, de résoudre des questions financières, de faire des projets, de se soutenir et de se fortifier mutuellement, et de prier les uns pour les autres et pour la cellule familiale2. »

    Ce conseil doit se réunir à des dates fixées à l’avance et est normalement plus formel que n’importe quel autre type de conseil de famille.

    Il doit commencer par une prière ou être simplement la suite naturelle de conversations qui ont déjà commencé dans un autre cadre. Notez qu’un conseil de famille peut ne pas toujours avoir un début ou une fin formelle.

    Quand les parents sont préparés et que les enfants écoutent et participent à la discussion, le conseil de famille fonctionne vraiment !

    Quelle que soit notre situation familiale, il est important que nous comprenions celle de chaque membre de la famille. Nous avons un ADN commun mais certaines situations et circonstances peuvent entraîner de grandes différences entre les uns et les autres, et peuvent nécessiter la collaboration compatissante du conseil de famille.

    Par exemple, il se peut que toutes les discussions et manifestations d’amour du monde n’arrivent pas à résoudre le problème médical ou émotionnel que peuvent avoir un ou plusieurs membres de la famille. Dans ces moments-là, le conseil de famille devient un lieu d’unité, de loyauté et de soutien aimant pendant qu’on demande de l’aide extérieure pour rechercher des solutions.

    Les frères et sœurs, notamment les plus âgés, peuvent être des guides très influents pour les jeunes enfants si, lors du conseil de famille, les parents sollicitent leur aide et leur soutien dans les moments difficiles et contraignants.

    À cet égard, la famille ressemble beaucoup à une paroisse. Quand l’évêque implique les membres du conseil de paroisse, il peut résoudre des problèmes et accomplir beaucoup de bonnes choses qu’il n’aurait pas pu faire sans leur aide. De même, face aux problèmes et à l’adversité, les parents doivent impliquer tous les membres de la famille. Ainsi, le pouvoir du conseil de famille est mis en œuvre. Quand les membres du conseil sentent qu’ils font partie de la décision, ils deviennent des soutiens et il est possible d’obtenir des résultats positifs.

    Les conseils de famille ne sont pas tous composés de deux parents et d’enfants. Votre conseil de famille peut être très différent de ce qu’était le nôtre quand nous élevions nos sept enfants. Aujourd’hui, il n’y a dans notre conseil de famille que Barbara et moi, sauf lorsque nous tenons un conseil étendu auquel participent nos enfants adultes, leurs conjoints et parfois nos petits-enfants et arrière-petits-enfants.

    Les personnes célibataires, et même les étudiants qui vivent loin de chez eux, peuvent suivre le modèle divin des conseils en se réunissant avec leurs amis et colocataires.

    Imaginez à quel point l’atmosphère d’un appartement pourrait changer si les colocataires se réunissaient régulièrement pour prier, écouter, discuter et planifier ensemble.

    Chacun peut adapter la forme d’un conseil de famille afin de profiter de ce modèle divin établi par notre Père céleste aimant.

    Comme je l’ai indiqué précédemment, il peut être utile de temps en temps de tenir un conseil de famille étendu. Celui-ci peut être composé des grands-parents et des enfants adultes qui ne vivent plus à la maison. Même si les grands-parents ou les enfants adultes vivent loin, ils peuvent participer aux conseils de famille par téléphone, Skype ou FaceTime.

    Vous pourriez songer à tenir un conseil général de famille le dimanche, qui est le premier jour de la semaine ; les familles peuvent y évoquer la semaine écoulée et planifier celle à venir. C’est peut être exactement ce dont votre famille a besoin pour faire du sabbat une expérience délectable.

    Le deuxième type de conseil de famille est le conseil exécutif de famille qui ne concerne que les parents. Pendant ce moment qu’ils passent ensemble, les parents peuvent analyser les besoins physiques, émotionnels et spirituels, ainsi que la progression de chacun de leurs enfants.

    C’est aussi un bon moment pour que les conjoints parlent de leur relation. Quand Harold B. Lee a accompli notre scellement, il nous a enseigné un principe que tous les couples, je crois, trouveront utile : « Ne vous couchez jamais sans vous être agenouillés ensemble, vous tenant la main, pour prier. Ces prières invitent notre Père céleste à nous conseiller par le pouvoir de l’Esprit. »

    Le troisième type de conseil de famille est le conseil de famille restreint. Ici, les parents passent du temps avec un seul enfant dans un cadre formel ou informel. C’est l’occasion de discuter des décisions à prendre à l’avance par exemple concernant ce que l’enfant fera ou ne fera pas plus tard. Une fois les décisions prises, on peut les noter pour s’y référer ultérieurement si nécessaire. Si votre fils ou votre fille voit en vous un soutien indéfectible, cette réunion de conseil peut permettre de fixer des buts et des objectifs pour l’avenir. C’est aussi un moment où écouter attentivement les soucis et les problèmes qu’un enfant peut avoir, par exemple le manque de confiance, les insultes, le harcèlement ou la peur.

    Le quatrième type de conseil de famille est le conseil de famille en tête-à-tête impliquant un parent et un enfant. Ce type de conseil de famille est généralement spontané. Par exemple, le parent et l’enfant peuvent profiter d’une occasion informelle comme un voyage un voiture ou des travaux dans la maison. Une sortie d’un enfant avec son père ou sa mère peut être un moment de choix pour établir des liens spirituels et émotionnels. Prévoyez-les à l’avance afin que les enfants puissent anticiper et attendre avec impatience ce moment spécial où ils seront seuls avec leur mère ou leur père.

    Frères et sœurs, il fut un temps où les murs de notre maison fournissaient toutes les défenses dont nous avions besoin contre les intrusions et les influences extérieures. Nous verrouillions les portes, fermions les fenêtres et le portail, et nous nous sentions en sécurité, à l’abri et protégés dans notre petit refuge contre le monde du dehors.

    Ces temps sont dorénavant révolus. Les murs, les portes, les barrières et les portails physiques de nos foyers ne peuvent empêcher l’invasion invisible de l’Internet, du Wi-Fi et des réseaux de téléphonie mobile. Ils peuvent pénétrer dans nos foyers par de simples clics et touches de clavier.

    Heureusement, le Seigneur a fourni un moyen pour contrer le déferlement de technologie négative qui peut nous empêcher de passer du temps de qualité ensemble. Il l’a fait en nous donnant le système des conseils pour fortifier, protéger, sauvegarder et nourrir nos relations les plus précieuses.

    Les enfants ont désespérément besoin de parents disposés à les écouter, et le conseil de famille peut être l’occasion pour les membres de la famille d’apprendre à se comprendre et à s’aimer les uns les autres.

    Alma a enseigné : « Consulte le Seigneur dans toutes tes actions, et il te dirigera dans le bien3. » Nos relations mutuelles s’amélioreront si nous invitons le Seigneur par la prière à participer à notre conseil de famille. Avec l’aide de notre Père céleste et de notre Sauveur, nous pouvons devenir plus patients, plus attentionnés, plus serviables, plus indulgents et plus compréhensifs si nous prions pour cela. Avec leur aide, nous pouvons faire de notre foyer un coin du ciel ici-bas.

    Un conseil de famille qui suit le modèle des conseils célestes, qui est rempli d’amour chrétien et qui est guidé par l’Esprit du Seigneur nous aidera à protéger notre famille des distractions qui peuvent nous voler notre temps précieux ensemble, et nous protégera des maux du monde.

    Associé à la prière, le conseil de famille invitera le Sauveur à y être présent, comme il l’a lui-même promis : « Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux4. » Inviter l’Esprit du Seigneur à faire partie de nos conseils de famille apporte des bénédictions indescriptibles.

    Pour finir, souvenez-vous que la tenue régulière d’un conseil de famille nous aidera à détecter de bonne heure les problèmes familiaux et à les tuer dans l’œuf ; ils donneront à chaque membre de la famille le sentiment de sa valeur et de son importance et, par-dessus tout, ils nous aideront à avoir plus de réussite et de bonheur dans nos relations précieuses au sein de notre foyer. Puisse notre Père céleste bénir nos familles lorsque nous tenons conseil, c’est là mon humble prière au nom du Seigneur, Jésus-Christ. Amen.

    Notes

    1. Voir Abraham 4:26 ; 5:2-3.

    2. Our Family: A Practical Guide for Building a Gospel-Centered Home (Notre famille : Guide pratique pour édifier un foyer basé sur l’Évangile, N.d.T), p. 6.

    3. Alma 37:37.

    4. Matthieu 18:20.