Le baume guérisseur du pardon
    Notes de bas de page

    Le baume guérisseur du pardon

    « Le pardon est un merveilleux principe guérisseur. Nous n’avons pas besoin d’être deux fois victime. Nous pouvons pardonner. »

    Tout ce qui est de Dieu comprend l’amour, la lumière et la vérité. Cependant, nous, les êtres humains, vivons dans un monde déchu, parfois plein de ténèbres et de confusion. Il n’est pas surprenant que des fautes, des injustices et des péchés soient commis. Il en résulte qu’il n’est pas une âme vivante qui ne soit pas victime, à un moment ou à un autre, des actions insouciantes, de l’attitude blessante ou même du comportement pécheur de quelqu’un d’autre. C’est une chose que nous avons tous en commun.

    Heureusement, Dieu, dans son amour et sa miséricorde pour ses enfants, a préparé un moyen pour nous aider à naviguer sur ces expériences parfois turbulentes de la vie. Il a fourni une échappatoire pour toutes les personnes qui sont victimes des mauvaises actions des autres. Il nous a enseigné que nous pouvons pardonner ! Nous pouvons être victime une fois, mais nous n’avons pas à l’être deux fois en portant le poids de la haine, de l’amertume, de la souffrance, du ressentiment ou même de la vengeance. Nous pouvons pardonner et nous pouvons être libres !

    Il y a de nombreuses années, tandis que je réparais une clôture, une petite écharde de bois m’est entrée dans le doigt. J’ai fait une maigre tentative pour enlever l’écharde et j’ai cru y être parvenu, mais apparemment ce n’était pas le cas. Avec le temps, de la peau a poussé par-dessus l’écharde, formant une bosse sur mon doigt. C’était ennuyeux et parfois douloureux.

    Des années plus tard, j’ai finalement décidé d’y faire quelque chose. J’ai simplement appliqué un baume sur la bosse et l’ai couverte d’un bandage. J’ai répété ce procédé fréquemment. Vous ne pouvez imaginer ma surprise quand, un jour, en enlevant le bandage, j’ai découvert que l’écharde avait fait surface.

    Le baume avait adouci la peau et ouvert une sortie pour ce qui m’avait causé de la douleur pendant tant d’années. Une fois l’écharde partie, le doigt a rapidement guéri et, jusqu’à ce jour, il ne reste aucune trace de blessure.

    De manière similaire, un cœur qui ne pardonne pas entretient beaucoup de douleur inutile. Si nous appliquons le baume guérisseur de l’expiation du Sauveur, il adoucira notre cœur et nous aidera à changer. Il peut guérir l’âme blessée (voir Jacob 2:8).

    Je suis convaincu que la plupart d’entre nous veulent pardonner, mais trouvent cela très difficile à faire. Quand nous avons subi une injustice, nous pouvons être prompts à dire : « Cette personne a mal agi. Elle mérite un châtiment. Où est la justice ? » Nous pensons à tort que, si nous pardonnons, la justice ne sera pas satisfaite et les châtiments seront évités.

    Ce n’est tout simplement pas le cas. Dieu exercera un châtiment qui sera juste, car la miséricorde ne peut pas frustrer la justice (voir Alma 42:25). Avec amour, Dieu nous donne cette assurance, à vous et à moi : « Réservez-moi le jugement, car il m’appartient, et je rétribuerai. [Mais que] la paix soit avec vous » (D&A 82:23). Jacob, un prophète du Livre de Mormon a aussi promis que Dieu « vous consolera dans vos afflictions, et il plaidera votre cause et fera descendre la justice sur ceux qui cherchent votre destruction » (Jacob 3:1).

    En tant que victimes, si nous sommes fidèles, nous pouvons trouver un grand réconfort dans la connaissance que Dieu compensera chaque injustice que nous subissons. Joseph B. Wirthlin a enseigné : « Le Seigneur compense toutes les pertes des fidèles. […] Chaque larme d’aujourd’hui sera finalement rendue au centuple par des larmes de joie et de reconnaissance1. »

    Quand nous nous efforçons de pardonner aux autres, essayons aussi de nous souvenir que nous sommes tous en train de progresser spirituellement, mais que nous sommes tous à des niveaux différents. Il est facile d’observer les changements et la croissance du corps physique, mais il est difficile de voir la croissance de notre esprit.

    L’une des clés pour pardonner aux autres est d’essayer de les voir comme Dieu les voit. De temps en temps, Dieu peut écarter le voile et nous accorder le don de voir dans le cœur, l’âme et l’esprit d’une personne qui nous a offensé. Cet aperçu peut même nous amener à éprouver un amour irrésistible pour cette personne.

    Les Écritures nous enseignent que l’amour de Dieu pour ses enfants est parfait. Il connaît leur capacité de faire le bien, quel que soit leur passé. Il ne pouvait en aucune façon y avoir un ennemi plus agressif et plus acharné des disciples de Jésus-Christ que Saul de Tarse. Pourtant, une fois que Dieu lui a eu montré la lumière et la vérité, il a été le disciple du Seigneur le plus dévoué, le plus enthousiaste et le plus intrépide qui ait jamais existé. Saul est devenu l’apôtre Paul. Sa vie offre un merveilleux exemple du fait que Dieu voit les gens non seulement tels qu’ils sont actuellement, mais aussi tels qu’ils peuvent devenir. Il y a dans la vie de chacun d’entre nous des personnes à l’image de Saul qui ont un potentiel semblable à celui de Paul. Pouvez-vous imaginer le changement qui pourrait se produire dans notre famille, dans notre collectivité et dans le monde en général si nous nous efforcions tous de nous voir les uns les autres comme Dieu nous voit ?

    Trop souvent, nous regardons l’offenseur comme nous regarderions un iceberg : nous ne voyons que le sommet et non ce qu’il y a sous la surface. Nous ne savons pas tout ce qui se passe dans la vie d’une personne. Nous ne connaissons pas son passé ; nous ne connaissons pas ses difficultés ; nous ne connaissons pas les souffrances qu’elle supporte. Frères et sœurs, ne vous méprenez pas. Pardonner ne veut pas dire approuver. Nous ne justifions pas les mauvais traitements et ne permettons pas aux autres de nous maltraiter en raison de leurs difficultés, de leurs souffrances ou de leurs faiblesses. Mais nous pouvons acquérir une plus grande compréhension et une plus grande paix quand nous voyons avec une perspective plus large.

    Il est certain que les personnes qui ont moins de maturité spirituelle peuvent effectivement commettre de graves fautes, mais nul d’entre nous ne doit être défini seulement par les pires choses qu’il a faites. Dieu est le juge parfait. Il voit sous la surface. Il sait tout et voit tout (voir 2 Néphi 2:24). Il a dit : « Moi, le Seigneur, je pardonne à qui je veux pardonner, mais de vous il est requis de pardonner à tous les hommes » (D&A 64:10).

    Le Christ lui-même, lorsqu’il a été injustement accusé, puis attaqué sauvagement, battu et laissé à souffrir sur la croix, a dit à ce moment précis : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font » (Luc 23:34).

    Du fait de notre courte vue, il peut parfois nous être facile d’éprouver du ressentiment à l’égard des personnes qui n’agissent pas ou ne pensent pas comme nous. Nous pouvons avoir une attitude intolérante fondée sur des choses telles que le fait de supporter une équipe sportive adverse ou d’avoir des opinions politiques ou des croyances religieuses différentes.

    Russell M. Nelson a donné un sage conseil quand il a dit : « Les occasions d’écouter les gens de convictions religieuses ou politiques différentes peuvent favoriser la tolérance et être instructives2. »

    Le Livre de Mormon parle d’un moment où « ceux du peuple de l’Église commençaient à être enflés dans l’orgueil de leurs yeux, et […] commençaient à être dédaigneux les uns envers les autres, et […] commençaient à persécuter ceux qui ne croyaient pas selon leur bon plaisir » (Alma 4:8). Souvenons-nous tous que Dieu ne regarde pas la couleur du maillot ou le parti politique. En fait, comme Ammon l’a déclaré, « [Dieu] regarde d’en haut tous les enfants des hommes; et il connaît toutes les pensées et toutes les intentions du cœur » (Alma 18:32). Frères et sœurs, dans les compétitions de la vie, si nous gagnons, gagnons avec grâce. Si nous perdons, perdons avec grâce. Car, si nous vivons avec grâce les uns envers les autres, la grâce sera notre récompense au dernier jour.

    Tout comme nous sommes tous victimes des mauvaises actions des autres à un moment ou à un autre, nous sommes aussi parfois l’offenseur. Nous commettons tous des fautes et avons besoin de la grâce, de la miséricorde et du pardon. Nous devons nous souvenir que le pardon de nos péchés et de nos offenses est subordonné au pardon que nous accordons aux autres. Le Sauveur a dit :

    « Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ;

    « Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses » (Matthieu 6:14-15).

    De toutes les choses que le Sauveur aurait pu dire dans le Notre Père, qui est remarquablement court, il est intéressant qu’il ait choisi d’inclure : « Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés » (Matthieu 6:12 ; 3 Néphi 13:11).

    Le pardon est la raison même pour laquelle Dieu a envoyé son Fils, aussi réjouissons-nous de ce qu’il nous offre la guérison. L’expiation du Sauveur n’est pas seulement pour les personnes qui ont besoin de se repentir ; elle est aussi pour celles qui ont besoin de pardonner. Si vous avez du mal à pardonner à quelqu’un ou même à vous-même, demandez à Dieu de vous aider. Le pardon est un merveilleux principe guérisseur. Nous n’avons pas besoin d’être deux fois victime. Nous pouvons pardonner.

    Je témoigne de l’amour et de la patience constants de Dieu à l’égard de tous ses enfants et de son désir que nous nous aimions les uns les autres comme il nous aime (voir Jean 15:9, 12). Si nous le faisons, nous traverserons les ténèbres de ce monde pour entrer dans la gloire et la majesté de son royaume dans les cieux. Nous serons libres. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

    Notes

    1. Joseph B. Wirthlin, « Prends les choses comme elles viennent et aime-les », Le Liahona, novembre 2008, p. 28.

    2. Russell M. Nelson, « Écoute afin d’apprendre », L’Étoile, juillet 1991, p. 23.