2010-2019
Le lieu sacré du Rétablissement
Téléchargements
Cette page (mp3)
Notes de bas de page
Thème

Le lieu sacré du Rétablissement

« C’était la scène du Rétablissement, où la voix du Père allait se faire entendre lors d’une vision glorieuse après près de deux millénaires de silence. »

L’un de mes bons amis, qui était membre de l’Église, a essayé, pendant des années, de m’enseigner l’Évangile de l’éternité de la famille. Ce n’est qu’après avoir assisté aux visites guidées du temple de São Paulo, en octobre 1978, et être entré dans une salle de scellement, que la doctrine de l’éternité de la famille a pénétré mon cœur, et j’ai alors prié pendant des jours pour savoir si c’était la vraie Église.

Je n’étais pas croyant mais j’avais été élevé par des parents qui l’étaient et j’avais constaté ce qu’il y avait de bon dans d’autres religions. À ce stade de ma vie, je pensais que toutes les religions étaient acceptables aux yeux de Dieu.

Après ma visite du temple, j’ai prié et cherché à savoir, ayant foi et la confiance certaine que Dieu me répondrait, quelle était son Église sur terre.

Après un grand combat spirituel, j’ai finalement reçu une réponse claire. On m’a invité à me faire baptiser. Et je l’ai enfin été le soir du 31 octobre 1978, la veille de la consécration du temple de São Paulo.

J’ai pris conscience que le Seigneur me connaissait et se souciait de moi quand il a répondu à mes prières.

Le lendemain matin, ma femme et moi sommes allés à São Paulo pour assister à une session de consécration du temple.

Nous étions présents, mais je ne savais pas encore trop que penser de cette occasion exceptionnelle. Le lendemain, nous avons assisté à une conférence d’interrégion.

Nous débutions alors notre voyage dans l’Église, et nous sommes fait de bons amis qui nous ont accueillis lors de cette transition de vie.

Les cours pour les nouveaux membres dispensés chaque dimanche étaient excellents. Ils nous remplissaient de connaissance et nous étions impatients que le dimanche suivant arrive pour recevoir davantage de cette nourriture spirituelle.

Ma femme et moi étions impatients d’entrer dans le temple pour que notre famille soit scellée pour l’éternité. Cela s’est produit un an et sept jours après mon baptême, et cela a été un moment merveilleux. J’ai eu l’impression, à l’autel, que les éternités étaient divisées entre ce qui s’est produit avant et après le scellement.

Ayant résidé légalement sur la côte Est des États-Unis pendant quelques années, j’en connaissais les villes, qui étaient petites, pour la plupart.

Lorsque je lisais ou entendais parler des événements qui ont précédé la Première Vision, il était fait mention de foules de personnes, et cela n’avait pas de sens pour moi.

Des questions ont commencé à naître dans mon esprit. Pourquoi l’Église avait-elle été rétablie aux États-Unis et non au Brésil ou en Italie, le pays de mes ancêtres ?

Où se trouvaient les foules dont il était question, qui avaient été impliquées dans les mouvements de renouveau spirituel et dans la confusion des religions, et comment tout cela était-il arrivé dans un endroit si calme et si paisible ?

J’ai posé la question à beaucoup de gens, mais je n’ai obtenu aucune réponse. J’ai lu tout ce que je pouvais en portugais, puis en anglais, mais n’ai rien trouvé qui puisse apaiser mon cœur. J’ai continué à chercher.

En octobre 1984, j’ai assisté à une conférence générale alors que j’étais conseiller dans une présidence de pieu. Juste après, je me suis rendu à Palmyra, impatient de trouver une réponse.

Arrivé là, j’ai essayé de comprendre : « Pourquoi le Rétablissement avait-il dû se faire là, et comment un tel tumulte spirituel avait-il pu se produire ? D’où venaient toutes les personnes dont avait parlé Joseph dans son récit ? Pourquoi à cet endroit-là ?

À ce moment, la réponse qui me paraissait la plus raisonnable était que la constitution américaine garantissait la liberté.

Le matin, je me suis rendu à l’immeuble Grandin, où la première édition du Livre de Mormon a été imprimée. Puis je suis allé au Bosquet Sacré, où j’ai beaucoup prié.

Il n’y avait presque personne dans les rues de cette petite ville de Palmyra. Où se trouvaient les foules dont Joseph avait parlé ?

L’après-midi, j’ai alors décidé d’aller à la ferme de Peter Whitmer, où j’ai trouvé un homme à la fenêtre d’une maison de rondins. Il avait une lueur intense dans les yeux. Je l’ai salué puis ai commencé à lui poser ces mêmes questions.

Il m’a alors demandé : « Vous avez du temps ? » J’ai répondu que oui.

Il m’a expliqué que les lacs Érié et Ontario ainsi que la rivière Hudson, plus bas, se trouvaient dans cette région.

Au début des années 1800, on avait décidé de creuser un canal ouvert à la navigation, qui traverserait la région et s’étendrait sur près de cinq cents kilomètres pour rejoindre la rivière Hudson. Cela avait été une vaste entreprise pour l’époque car on n’avait pu compter que sur le travail humain et la force des animaux.

Palmyra était le centre d’une partie de ces travaux de construction. Les entrepreneurs avaient besoin de personnes compétentes, de techniciens, de leurs familles et de leurs amis. Beaucoup de gens avaient commencé à arriver en foule des villes voisines et de lieux plus éloignés, comme l’Irlande, pour travailler à ce canal.

Cela a été un moment très sacré et spirituel pour moi, parce que j’avais enfin trouvé les foules. Ces gens avaient apporté avec eux leurs coutumes et leurs croyances. Quand cet homme a mentionné leurs croyances, mon esprit s’est éclairé et Dieu a ouvert mes yeux spirituels.

À cet instant, j’ai compris comment, par sa main et dans son immense sagesse, Dieu, notre Père, avait préparé un endroit pour y conduire, selon son dessein, le jeune Joseph Smith et le placer au milieu de la confusion religieuse, car c’était là, dans la colline Cumorah, qu’étaient cachées les plaques du Livre de Mormon.

C’était la scène du Rétablissement, où la voix du Père allait se faire entendre lors d’une vision glorieuse après près de deux millénaires de silence, et, s’adressant au jeune Joseph Smith parti prier dans le Bosquet Sacré, allait prononcer ces mots : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. Écoute-le1 ! »

Là, le jeune homme avait vu deux personnages, dont l’éclat et la gloire défiaient toute description. Oui, Dieu s’était révélé de nouveau à l’homme. Les ténèbres qui recouvraient la terre ont alors commencé à se dissiper.

Les prophéties du Rétablissement ont commencé à s’accomplir : « Je vis un autre ange qui volait par le milieu du ciel, ayant un Évangile éternel, pour l’annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple2. »

En quelques brèves années, Joseph a été mené jusqu’aux annales contenant les prophéties, les alliances et les ordonnances laissées par des prophètes anciens : notre cher Livre de Mormon.

L’Église de Jésus-Christ n’aurait pas pu être rétablie sans l’Évangile éternel, révélé dans le Livre de Mormon, autre testament de Jésus-Christ, le Fils de Dieu lui-même, l’Agneau qui prend sur lui les péchés du monde.

Le Christ a dit à son peuple à Jérusalem :

« J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie3.

« Je suis le bon berger. Je connais mes brebis et, elles me connaissent4. »

Je ne me rappelle pas avoir dit au revoir en quittant la ferme des Whitmer. Je ne me souviens que de mes larmes me coulant sans retenue sur le visage. Le soleil se couchait sur un ciel magnifique.

Je ressentais une joie immense dans mon cœur et mon âme était apaisée. J’étais rempli de gratitude.

Maintenant, je comprenais clairement pourquoi. Une fois de plus, le Seigneur m’avait accordé la connaissance et la lumière.

Pendant le voyage du retour, les Écritures ont continué à se déverser dans mon esprit : les promesses faites à Abraham, le père des nations, qu’en sa postérité, toutes les familles de la terre seraient bénies5.

Et, pour cela, des temples seraient érigés afin que le pouvoir divin soit conféré à nouveau à l’homme sur terre pour que les familles puissent être unies, non seulement pour le temps mais pour toute l’éternité.

« Il arrivera, dans la suite des temps, que la montagne de la maison de l’Éternel sera fondée sur le sommet des montagnes, qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, et que toutes les nations y afflueront6. »

Si vous qui m’entendez, avez des questions dans le cœur, n’abandonnez pas !

Je vous exhorte à suivre l’exemple de Joseph Smith, le prophète, qui lut dans Jacques 1:5 : « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche. »

Ce qui est arrivé à Cumorah était une partie importante du Rétablissement, car c’est là que Joseph Smith a reçu les plaques qui contenaient le Livre de Mormon. Ce livre nous aide à nous rapprocher du Christ plus qu’aucun autre livre sur terre7.

Je rends témoignage que le Seigneur a suscité des prophètes, voyants et révélateurs pour diriger son royaume en ces derniers jours, et que, selon son plan éternel, les familles sont destinées à vivre ensemble à jamais. Il se soucie de ses enfants. Il répond à nos prières.

Du fait de son amour immense, Jésus-Christ a expié nos péchés. Il est le Sauveur du monde. J’en témoigne au nom de Jésus-Christ. Amen.