Suivez la lumière

    Notes de bas de page

    Suivez la lumière


    Le Seigneur nous invite à sortir du danger et du froid du monde profane pour venir dans la chaleur de sa lumière.


    Vous est-il jamais arrivé de tâtonner dans le noir, de vous cogner un orteil et de dire: «Aïe, ça fait mal!»? Que se passerait-il si les lumières s’éteignaient dans ce bâtiment ce soir? Nous aurions une belle confusion! L’obscurité peut être dangereuse pour nous: physiquement et spirituellement! C’est une grande bénédiction que d’avoir de la lumière dans notre vie, une lumière qui nous aide à voir les choses telles qu’elles sont réellement; une lumière qui éclaire notre compréhension; une lumière que nous pouvons suivre en toute confiance. Je vais vous raconter une histoire qui illustre cela.


    C’était quelques jours avant Noël; nous étions jeunes mariés et nous revenions chez nous pour les fêtes. Nous avions quarante-deux heures de voiture à faire, mais cela ne nous décourageait pas parce que nous étions très heureux de pouvoir être de nouveau chez nous avec nos familles! Nous avions roulé toute la journée et une bonne partie de la nuit lorsque nous avons rencontré une terrible tempête de neige. Nous n’avions aucune visibilité et la couche de neige s’épaississait de minute en minute sur l’autoroute. Il faisait nuit noire; nous ne voyions pas où nous allions; l’épaisse couche de neige nous empêchait de voir les lignes sur la route. C’était effrayant! 


    Tout à coup, juste devant nous, nous avons vu un énorme semi-remorque qui avançait lentement mais régulièrement. Nous distinguions à peine ses feux arrières, mais cela nous a donné de l’espoir. Mon mari, qui conduisait, a fixé son regard sur les feux du camion, et nous l’avons suivi dans les traces qu’il laissait dans la neige qui s’épaississait. Notre angoisse a un peu diminué grâce à ce guide qui nous précédait, parce qu’il connaissait la route, qu’il était assis plus en hauteur que nous et qu’il voyait mieux; il avait aussi certainement un équipement radio en cas de besoin.


    Une prière aux lèvres et les mains crispées sur le volant, nous avons suivi cette lumière dans la tempête. Nous avons dépassé de nombreuses voitures qui étaient sorties de la route des deux côtés, puis nous nous sommes rendu compte que le camion ralentissait et sortait de l’autoroute. Dans un élan de foi, nous l’avons suivi et nous nous sommes bientôt retrouvés, à notre grand soulagement, en sécurité, dans un endroit de refuge. Nous étions vraiment reconnaissants! Nous étions impatients d’exprimer notre reconnaissance au conducteur du camion pour nous avoir aidés, nous avoir guidés.


    Nous sommes tous sur une route qui nous mène chez nous, mais nous ne rentrons pas pour Noël. Nous essayons de rentrer pour l’éternité. Nous voulons arriver sains et saufs auprès de notre Père céleste qui nous aime. Il veut que nous fassions la route en toute sécurité; c’est pourquoi il nous a envoyé une lumière pour nous guider, un Sauveur, le Seigneur Jésus-Christ, l’exemple parfait. Lui connaît le chemin. Il éclaire notre route dans l’obscurité de la nuit, dans les tempêtes, aux intersections et en plein jour. Il est toujours prêt à montrer le chemin du retour à la maison.


    Il nous dit: «Et je serai aussi votre lumière… je préparerai le chemin devant vous si vous gardez mes commandements… vous saurez que c’est par moi que vous êtes conduits» (1 Néphi 17:13).


    Une jeune fille a écrit à propos d’une route sur laquelle elle se trouvait: «Je regardais une vidéo avec des camarades. Je savais que c’était une cassette que je ne devais pas regarder. L’Esprit m’a poussée à partir. J’ai réussi à réagir, à me lever et à partir. J’ai ressenti si fortement l’Esprit! Je sais que c’était grâce au choix que j’avais fait» (lettre en possession du Bureau des Jeunes Filles). Elle a suivi la lumière vers la sécurité.


    Cette même lumière a montré à deux adolescentes le chemin à suivre par une journée effrayante de 1833. Des émeutiers en colère se répandaient dans les rues tranquilles d’Independence (Missouri), où vivaient Mary Elizabeth Rollins, 17 ans, et Caroline, sa sœur de 13 ans. Les émeutiers terrifiants détruisaient et brûlaient les maisons et semaient le trouble. Quelques-uns se sont introduits chez William Phelps où se trouvait la presse d’imprimerie. Il avait imprimé des révélations reçues par Joseph Smith, le prophète. Ils ont mis la presse en pièces et l’ont jetée dans la rue. Ils ont sorti les précieuses pages imprimées et les ont jetées en tas dans la cour pour les brûler.


    Mary Elizabeth et sa sœur, Caroline, étaient cachées derrière une clôture et regardaient en tremblant la destruction. Mary connaissait très bien le danger que représentaient les émeutiers en colère, mais malgré cela, elle a senti combien il était urgent de sauver ces précieuses pages. Les deux adolescentes se sont précipitées dans la rue, ont attrapé une brassée des pages d’Ecritures et se sont enfuies. Des émeutiers ont vu les sœurs courageuses et leur ont ordonné de s’arrêter en les poursuivant. Les jeunes filles ont couru vers un champs de maïs où elles se sont écroulées, à bout de souffle. Elles ont étalé les exemplaires des révélations entre les rangées de maïs et se sont couchées dessus. Les hommes les cherchaient avec acharnement entre les hauts pieds de maïs, s’approchant parfois tout près, mais ils n’ont pas pu les retrouver et ils ont fini par abandonner leurs recherches et sont repartis en ville finir leur destruction.


    La lumière du Seigneur a montré à ces jeunes filles ce qu’il fallait faire et où aller pour être en sécurité. La même lumière brille pour vous. Elle peut vous apporter la sécurité comme elle l’a fait pour ces adolescentes. Nous avons une sculpture de ces sœurs au bureau des Jeunes Filles pour nous rappeler le courage des jeunes filles de cette époque et d’aujourd’hui.


    Jane Allgood Bailey n’était pas près d’abandonner la lumière de sa nouvelle religion. Elle n’allait pas être vaincue par le froid, la faim et la maladie dans les plaines du Wyoming. D’autres femmes et elle se sont tenu la main pour traverser des rivières glacées. Elles ressortaient de l’eau, leurs vêtements gelés sur elles, mais elles continuaient. Sur la piste, son fils de dix-huit ans, Langley, est tombé malade et est devenu si faible qu’il a fallu le transporter sur la charrette à bras la plupart du chemin. Un matin, il s’est levé de son lit, sur la charrette, qui avait une toile gelée pour toute couverture, il est parti en avant et s’est allongé sous un buisson pour mourir, ayant le sentiment qu’il était un fardeau trop lourd pour les autres. Quand sa fidèle mère l’a trouvé, elle l’a secoué en disant: «Retourne à la charrette. Je t’aiderai, mais tu ne vas pas abandonner!» Et la famille a continué d’avancer avec ce qui restait du convoi de charrettes à bras Martin/Willey. En arrivant dans la vallée, Langley était toujours vivant! Il avait 18 ans et ne pesait que 28 kilos. Ce garçon de 18 ans est mon arrière grand-père. Je suis reconnaissante que sa vie ait été épargnée et que sa mère noble et courageuse, qui était une lumière pour sa famille, par sa force d’âme et sa vigueur, l’ait aidé à continuer malgré le peu de chance de survie. 


    Vous n’aurez probablement pas à pousser une charrette à bras dans la tempête sur les plaines ni à fuir des émeutiers, mais vous aurez peut-être à vous éloigner de certains amis, à refuser certaines modes et invitations qui vous feraient transiger sur vos principes de vertu. Et pour cela il faut du courage. Vous serez bientôt des sœurs de la Société de Secours et un jour des mères qui devront transmettre de la force et un témoignage aux générations futures. Maintenant, dans vos années de préparation, vous ne pouvez pas vous permettre de dire: «Je vais abandonner. Les principes de l’Eglise sont trop élevés. Il est trop difficile de respecter exactement les principes de pureté personnelle. Je suis trop faible.» Vous pouvez y arriver! Pour ne pas compromettre votre avenir, vous devez y arriver!


    Vous pouvez vivre dans le monde sans faire partie du monde. Le Seigneur nous invite à sortir du danger et du froid du monde profane pour venir dans la chaleur de sa lumière. Cela requiert de l’intégrité, de la force de caractère et de la foi, de la foi envers les vérités enseignées par le Seigneur Jésus-Christ, qui a dit: «Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie» (Jean 8:12).


    La lumière du Seigneur a aidé Shelly Ann Scoffield lorsqu’elle était jeune à affronter une épreuve effrayante, mais elle l’a affrontée avec beaucoup de foi et d’amour pour notre Père céleste. Un jour, Shelly est tombée malade. Elle a consulté un médecin qui a diagnostiqué une maladie grave. Shelley raconte: «J’avais peur. J’avais des grosseurs dans les poumons, et le médecin a commencé à parler de cancer, de chimiothérapie et de radiothérapie.» Mais elle ne s’est pas laissée accabler par ses craintes. Fidèle à ce qu’elle avait appris grâce au programme Mon progrès personnel, elle s’est mise au travail et a fait une longue liste d’objectifs à atteindre pendant le période où elle ne pouvait pas aller aux cours à cause de son traitement. Elle s’est occupée à accomplir de bonnes choses. Elle était consciente de ses bénédictions: un père qui détenait la prêtrise et qui lui avait donné des bénédictions, une famille merveilleuse, des amis supers et des médecins compétents. «Mais plus que tout», disait Shelly, «j’ai le témoignage que j’ai un Père céleste qui m’aime et qui m’aidera à surmonter cette épreuve.»


    Shelly a écrit ses pensées pour ses amies jeunes filles, et j’aimerais vous en lire un extrait:


    «Je veux que vous sachiez, les filles, que c’est maintenant qu’il faut vous approcher de notre Père céleste. Efforcez-vous de lui montrer que vous pouvez faire tout ce que vous avez promis de faire. Je m’y efforce. J’en apprends plus maintenant que jamais auparavant sur l’Evangile et je sais que notre Père céleste est avec moi. Lorsque je souffre ou que j’ai de la peine, lui aussi, et il nous demande simplement, à moi et à chacune de vous, lorsque nous nous trouvons dans ce cas, de nous mettre à genoux et de prier pour lui demander son aide, parce qu’il est prêt à nous aider. Il a tant d’amour pour vous! Je prie pour que tout au long de votre vie, de vos difficultés; elles vous apprennent à rester proches de lui et avoir la foi. Obtenez un témoignage et restez fidèles au bien.»


    Shelly Scoffield est décédée le 3 novembre 1998, forte dans sa foi.


    Mes jeunes sœurs bien-aimées, nous n’aurons pas toutes des expériences comme celle de Shelley, ou comme les autres dont je vous ai parlé ce soir, mais nous aurons toutes besoin de nous rapprocher du Seigneur dans notre voyage de la vie.


    Nous vous suggérons trois choses qui vous aideront à voir la lumière et à la suivre tout au long de votre vie. Premièrement, et c’est le plus important, priez. En parlant à votre Père céleste et en lui ouvrant votre cœur, vous vous rapprocherez de lui. Ensuite prenez du temps, arrêtez-vous et écoutez les sentiments de votre cœur. Cherchez à comprendre les murmures de l’Esprit. Si vous priez sincèrement, vous ressentirez le grand amour que vous porte notre Père céleste.


    Deuxièmement, étudiez les Ecritures. Les Ecritures nous enseignent les voies du Seigneur. Elles répondent aux questions sur la manière de vivre aujourd’hui. Elles apportent dans notre vie une lumière et un esprit que nous ne pouvons pas obtenir autrement. 


    Troisièmement, travaillez avec zèle à une bonne cause. Cela signifie: rendez service à votre famille et à vos amis. Soyez pratiquantes à l’Eglise et allez au séminaire. Développez des talents et des compétences. Montrez l’exemple. Soyez témoins de Dieu en tout temps, en toutes choses et en tous lieux. Si vous faites tout cela, la lumière brillera de plus en plus dans votre vie et elle se réfléchira dans votre aspect.


    La fenêtre du Bureau des Jeunes Filles donne sur le saint temple de Salt Lake City, et nous pouvons voir des jeunes mariées qui sortent du temple pour faire des photos. Ces charmantes jeunes mariées au temple sont toutes belles parce que leur visage est resplendissant et parce qu’il y a une lumière dans leurs yeux. Elle est due au fait qu’elles comprennent l’influence que le Sauveur a dans leur vie. Une jeune fille qui s’est préparée et qui est digne de faire et de respecter des alliances sacrées et de recevoir les ordonnances du temple, a quelque chose de très particulier.


    Tout comme nous avons suivi la lumière d’un camion dans la tempête par une nuit d’hiver, Shelly, Mary Elizabeth et Jane ont suivi le lumière du Seigneur, et vous le pouvez, vous aussi. Et quand viendront des moments où il vous faudra du courage, de la force et de la foi, rappelez-vous les paroles du cantique:


    Christ est ma lumière, en lui seul j’ai foi;


    Le jour et la nuit, il est près de moi 


    Je témoigne que le Seigneur est toujours présent pour vous aider. L’exemple de sa vie et de ses enseignements est un guide constant et sûr. Nous pouvons le suivre en toute confiance car il est notre Sauveur. Je l’aime. Je vous aime, et je rends témoignage de son amour pour vous. Au nom de Jésus-Christ. Amen. 9