L’œuvre va de l’avant

    Notes de bas de page

    L’œuvre va de l’avant


    L’Eglise continue d’aller de l’avant pour accomplir la mission et la destinée qui lui sont assignées.


    Bienvenue à la conférence!Mes frères et sœurs, nous vous souhaitons à nouveau la bienvenue à la conférence générale. Autrefois, les six mois qui séparaient les conférences semblaient longs. A présent, ils semblent passer très rapidement. Nous nous rassemblons à nouveau comme une grande famille de plus de dix millions de membres, pour écouter et apprendre de ceux qui ont été appelés à diriger, pour renouveler notre foi et renforcer notre résolution de mieux vivre, et pour nous associer dans la convivialité.


    Nous sommes un peuple heureux et béni, qui œuvre pour édifier l’Evangile et le royaume de Dieu sur terre. Sans distinction de race ou de nationalité, que nous soyons pauvres ou riches, jeunes ou moins jeunes, nous nous assemblons pour témoigner ensemble du Seigneur au nom duquel nous adorons Dieu. 


    Je suis heureux d’annoncer que l’Eglise va bien. L’œuvre continue d’aller de l’avant; je ne vais en mentionner que trois ou quatre exemples.


    Nous avons maintenant environ soixante mille missionnaires. En juillet, il y aura 333 missions. Nous nous efforçons d’obéir au commandement de Dieu qui a déclaré: «Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.» (Matthieu 28:19).


    De plus, il y a 137 629 bénévoles et missionnaires engagés dans des activités autres que le prosélytisme. Ce sont, pour la plupart, des personnes d’âge mûr, qui donnent de leur temps et de leurs talents, sans recevoir de rémunération d’aucune sorte, mais avec beaucoup d’amour pour l’œuvre du royaume. Leur contribution totale est équivalente à celle de 15 174 employés à plein temps pour un salaire de 531 millions de dollars. Quelle remarquable contribution!


    L’œuvre généalogique progresse de plus en plus rapidement. Partout, il y a un immense intérêt pour les ancêtres. Dans quelques années, ces choses mèneront à l’accomplissement de la raison suprême de cette œuvre. Le cœur des enfants se tourne vers leurs pères, pour que les desseins du Seigneur s’accomplissent.


    Nous construisons des temples à un rythme plus rapide qu’on n’aurait pu l’imaginer auparavant, afin de mener cette œuvre à terme. Depuis octobre dernier, nous avons consacré un temple à Anchorage (Alaska); un à Colonia Juarez (Mexique) et un à Madrid (Espagne). Nous avons l’intention d’en consacrer quatorze autres avant la fin de l’année. 


    C’est une énorme entreprise, qui rencontre de nombreux problèmes mais, quelles que soient les difficultés, les choses avancent et je sais que nous atteindrons notre objectif. 


    Nous construisons des églises en grand nombre pour pourvoir aux besoins de nos membres. Il existe un vieux proverbe qui dit «même un vent mauvais souffle de bonnes choses». Les problèmes économiques qui ont affligé l’Asie et d’autres endroits du monde ont entraîné une baisse des prix de l’immobilier, nous permettant ainsi d’acheter des terrains à moindre coût. 


    Dans de nombreuses régions où l’Eglise est établie, le taux d’assistance à la réunion de Sainte-Cène a augmenté, ainsi que le taux de membres pratiquants. 


    Je n’ai mentionné ces exemples que pour montrer que l’œuvre progresse avec vigueur dans le monde entier. 


    Nous parlons souvent de grands chiffres, par exemple le nombre total de membres de l’Eglise. Cependant, nous ne devons jamais oublier que nous sommes tous des personnes distinctes, avec nos besoins, nos problèmes, nos espoirs, nos rêves, notre foi et nos convictions propres. Certains sont forts, d’autres sont faibles, mais nous faisons tous des efforts. Nous avons des problèmes à régler; ils sont graves et difficiles. Nous avons besoin les uns des autres, pour nous édifier et nous fortifier mutuellement. Nous ne devons jamais oublier que nous devons secourir les faibles, fortifier les mains languissantes et affermir les genoux qui chancellent (voir D&A 81:5). 


    Nous ne devons jamais oublier que nous vivons dans un monde de grande diversité. Les habitants de la terre sont tous des enfants de notre Père, et ils sont de nombreuses religions différentes. Nous devons cultiver la tolérance, l’appréciation et le respect des autres. Nous avons des différences de doctrine. Elles ne doivent pas entraîner d’animosité ni aucune forme de sentiment de supériorité. 


    En ce moment, nous sommes profondément touchés par le sort des gens du Kosovo qui subissent des brutalités. Il nous est difficile de comprendre comment des gens qui se disent chrétiens peuvent se comporter de manière aussi barbare envers des gens d’une autre foi. Je suis reconnaissant que nous ayons expédié d’urgence de l’aide humanitaire aux victimes de ces atrocités.


    Je suis heureux de déclarer que l’Eglise est mieux reconnue et mieux comprise. La plupart du temps, les médias ont été gentils envers nous. Ils ont été honnêtes envers nous. Il y a bien sûr des exceptions que nous regrettons. Ceux qui exploitent le sensationnel continuent de diffuser les vieux clichés du passé. Mais les images télévisées disparaissent presque immédiatement avec l’énorme quantité d’informations transmises. On oublie rapidement le journal de la veille. En attendant, l’Eglise continue d’aller de l’avant pour accomplir la mission et la destinée qui lui sont assignées. 


    Nous œuvrerons patiemment ensemble, nous souvenant toujours de la grande mission que nous a confiée celui qui est notre chef et à qui l’Eglise appartient.


    Je vous invite maintenant à écouter les frères et sœurs. Tous ceux qui prennent la parole ressentent la responsabilité que cela implique. Ils ont beaucoup prié et ont fait de nombreux d’efforts pour préparer leur message. Puisse notre foi être fortifiée par les grands principes élémentaires de notre doctrine et de notre pratique de membres de cette grande Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. C’est là la prière que je fais humblement. Au nom de Jésus-Christ. Amen. 9