Préparons notre famille à aller au temple

    Notes de bas de page
    Theme

    Préparons notre famille à aller au temple


    Notre plus grande responsabilité est de préparer notre famille pour le temple. Les parents en ont la première responsabilité, mais les grands-parents, les oncles, les tantes, et même les frères et les sœurs, peuvent tous instruire la famille.


    Mes chers frères et sœurs, je crois que je suis heureuse d’être ici aujourd’hui.


    Mon appel dans la présidence des Jeunes Filles me donne de nombreuses occasions agréables. Il y a un mois, une tâche de formation m’a amenée à Guayalquil, en Equateur. Je suis arrivée à l’hôtel après la tombée de la nuit. Le lendemain matin, j’ai ouvert les rideaux et, de l’autre côté de la vallée, sur les collines de Santa Ana, se dressait majestueusement un édifice de granit. Il était d’une beauté frappante, mais ce n’est que lorsque j’ai vu l’ange Moroni qui le coiffait, que j’ai compris, les larmes aux yeux, qu’il s’agissait d’un temple, symbole des bénédictions merveilleuses qui seront accordées aux membres de l’Eglise de cette partie du monde.


    «Entre tous les édifices, les temples sont uniques… ce sont des lieux d’alliances et de promesses. À leurs autels, nous nous agenouillons devant Dieu, notre Créateur, et nous recevons la promesse d’obtenir ses bénédictions éternelles» (Gordon B. Hinckley, Teachings of Gordon B. Hinckley, 1997, pp. 632-633). Ou que nous allions, nous avons trouvé des temples en construction, des temples qui édifieront les saints de Dieu et qui changeront l’aspect des pays, que ce soit en Amérique du Sud ou dans le monde entier.


    Cela ne fait-il qu’un an que notre prophète bien-aimé a annoncé la construction de trente-deux temples supplémentaires? Le président Hinckley a déclaré: «De toute l’histoire du monde, cette époque est la plus importante pour la construction des temples» (Teachings, p. 629).


    Notre plus jeune fils, Spencer, qui est maintenant en mission en Mongolie, nous a écrit que son président de mission parlait aux missionnaires et aux membres de leur devoir d’édifier l’Eglise dans ce pays. «Lorsque le président Cox a donné la parole aux membres pour qu’ils posent des questions, la première a été: ‹Quand la Mongolie va-t-elle avoir un temple?› Ces personnes», a dit Spencer, «aspirent à ce que l’Evangile joue un rôle plus important dans leur vie. Ils n’ont même pas le Livre de Mormon et ils veulent un temple.»


    Pourquoi tant d’intérêt pour les temples? En bref, l’objectif des temples «est de racheter tous les hommes qui obéissent aux lois et aux commandements de Dieu… L’Evangile dans toute sa plénitude fut révélé à Adam… Les saints de toutes les époques ont eu des temples, d’une forme ou d’une autre» (David B. Haight, «Le culte personnel au temple», L’Etoile, juillet 1993, p. 28).


    Joseph Smith a dit: «La plus plus grande responsabilité que Dieu nous ait confiée ici-bas est de rechercher nos morts» (History of the Church, 6:313). Si cela est vrai, notre plus grande responsabilité à nous, parents et membres de la famille étendue, est de préparer notre famille pour le temple. Les parents en ont la première responsabilité, mais les grands-parents, les oncles, les tantes, et même les frères et les sœurs, peuvent tous instruire la famille.


    Lorsque mon mari et moi nous sommes mariés au temple, nous avons compris qu’il était important de ne jamais parler du temple en dehors de ce bâtiment, non parce que les cérémonies en étaient secrètes, mais parce qu’elles étaient sacrées. Boyd K. Packer a dit qu’elles sont tenues confidentielles de peur qu’elles ne soient données à des personnes qui ne sont pas prêtes à les recevoir (voir Le temple sacré, Boyd K. Packer, p. 2). Mais dans un cadre familial, il y a beaucoup de principes qui, si nous faisons preuve de discernement et de bon sens, peuvent préparer nos enfants à aller au temple.


    Par exemple:


    • La nature sacrée des vêtements du temple. Dans le temple, tout le monde est habillé de blanc. Le blanc est le symbole de la pureté.


    • Le temple est l’école du seigneur. Le président Hinckley a déclaré: «le temple devient l’endroit où sont enseignées les choses agréables et sacrées de Dieu» (Teachings, p. 635).


    • Que signifie être digne d’aller au temple? Enseignons à nos enfants que le fait de recevoir sa dotation et de porter les vêtements sacrés n’exigeront pas d’eux qu’ils changent complètement de vêtements ou de style de vie s’ils comprennent et appliquent les principes de dignité concernant le temple dès leur prime jeunesse. Une jeune fille qui porte des jupes longues jusqu’aux genoux ne devra pas racheter de nouveaux vêtements après avoir reçu sa dotation du temple. Un jeune homme qui attend de se rendre au temple respectera les principes de moralité de l’Eglise dans son comportement social.


    • Comprendre le langage de l’Evangile. Que signifient vraiment les mots dotation, ordonnances, scellements, et clés? On raconte qu’un petit garçon a entendu ses parents parler des scellements du temple. Il a demandé: «Est-ce que vous allez construire les murs, la semaine prochaine?» (En anglais: scellements se dit «sealings», plafonds, «ceilings», et sont donc homonymes; N.d.T.)


    Où pouvons-nous instruire nos enfants? La soirée familiale est le cadre officiel mais il y a beaucoup d’autres occasions de parler de nos sentiments spirituels concernant le temple. L’un de mes moments favoris était lorsque mes enfants étaient couchés, le soir. De temps en temps, je m’allongeais sur leur lit et je leur parlais de choses spirituelles. Là, dans la paix et la tranquillité, l’Esprit peut témoigner avec douceur à leur esprit et à leur cœur que ce qu’on leur dit est vrai.


    Nous pouvons supposer que Joseph et Marie ont instruit leurs enfants à propos du temple. Comme frère Perry l’a rappelé, lorsque le Sauveur avait douze ans, ses parents l’ont emmené à la fête de la Pâque à Jérusalem. Lorsque Jésus est resté en arrière, on ne l’a pas trouvé dans des endroits de jeux pour un garçon de son âge. Ses parents l’ont trouvé dans le temple. Lorsque Marie le bordait dans son lit, elle lui témoignait peut-être de ces vérités sacrées et précieuses.


    Mon premier souvenir du temple remonte à mon enfance. Je savais que le temple devait être un endroit merveilleux parce que mes parents s’y rendaient régulièrement et en revenaient toujours ensemble et de très bonne humeur. Je comprenais la nature sacrée des vêtements du temple à la manière dont ma mère en parlait avec amour et respect.


    Howard W. Hunter a déclaré: «Faisons part à nos enfants des impressions spirituelles que nous avons du temple. Et enseignons-leur plus diligemment et avec moins de crainte ce que nous avons le droit de leur dire sur la raison d’être de la maison du Seigneur… Chez vous, placez une photo d’un temple de manière à ce que vos enfants la voient» («Un peuple motivé par le temple», L’Etoile, février 1995, p. 6). J’ai remarqué que dans toutes les maisons où j’allais en Afrique, il y avait une belle photo de temple accrochée simplement au mur.


    Une compréhension nouvelle peut nous être accordée quand nous préparons nos enfants à aller au temple. Voici plusieurs choses que j’ai apprises:


    1. Le fait d’aller au temple donne de l’équilibre à notre vie. Lorsque nous rentrons chez nous, nous avons un sentiment de plus grand bien-être: l’influence de l’Esprit peut nous protéger des contrariétés du monde. Écoutez la promesse du président Hinckley: «Si on accomplissait davantage l’œuvre du temple dans l’Eglise, il y aurait moins d’orgueil, moins de… querelles et moins de… critique des autres. Toute l’Eglise acquerrait plus de ­spiritualité, plus d’amour pour le prochain, et plus d’obéissance aux commandements de Dieu» (Teachings, page 622).


    2. L’atmosphère spirituelle du temple réduit notre goût des choses du monde. Lorsque nous nous y rendons fréquemment, nous n’avons plus tellement besoin de porter des vêtements à la dernière mode, et nous sommes moins facilement attirés par les distractions du monde. 


    3. Le temple est un lieu de révélation. Il y a de nombreuses années, en entrant dans le temple, j’ai eu le sentiment d’entendre les mots suivants: «Apprends à parler en public.» Je me suis dit: «Quand aurai-je besoin de savoir parler en public?» Pendant plusieurs mois, j’ai essayé sans grand succès d’obéir avec enthousiasme au murmure que j’avais entendu. J’ai même emprunté une bande enregistrée à la bibliothèque locale. Un orateur public y reconnaissait que son but était de faire un discours un jour dans le Tabernacle mormon. J’ai alors pensé: «Je ne ferai jamais de discours dans le Tabernacle!»


      John A. Widtsoe a dit: «Aux moments les plus inattendus, dans le temple et en dehors du temple, [nous] parviendra par la révélation la solution des problèmes qui contrarient [notre] vie… c’est l’endroit où l’on peut s’attendre à recevoir des révélations» (John A. Widtsoe, «Temple Worship», Utah Genealogical and Historical Magazine, avril 1921, pp. 63-64).


    4. L’une des plus grandes leçons que j’ai apprises, c’est que Satan essaie de nous empêcher de nous rendre au temple. Au cours d’une discussion avec des amis, un jour, ils m’ont dit que chaque fois qu’ils allaient au temple, ils ne le disaient à personne. Ils se contentaient de sauter dans leur voiture et d’y aller, parce que, sinon, ils étaient sûrs que quelque chose arriverait et les en empêcherait.


      Je me rappelle avoir lu une mise en garde du président du temple de Logan: «Satan et ceux qui le suivent murmureront à l’oreille des gens pour les persuader de ne pas se rendre au temple» («Genealogical Department, Church News, 12 décembre 1936, p. 8). «L’œuvre du temple rencontre une telle résistance parce qu’elle est la source d’une immense force spirituelle pour les saints des derniers jours» (Boyd K. Packer, «The Holy Temple», Ensign, février 1995, p. 36).


    5. On ressent l’influence de l’esprit d’Elie parmi les gens. Lorsque nous travaillons avec des jeunes de l’Eglise, nous constatons qu’ils sont attirés vers leur temple.


      Au Nicaragua, en Amérique centrale, un groupe de 49 jeunes filles et leur dirigeantes ont emporté 2 000 noms au temple de Guatemala. Il a fallu un an à chaque jeune fille pour épargner suffisamment d’argent pour s’y rendre. Ces jeunes filles fidèles on fait un voyage de presque deux jours en car, ont traversé trois frontières et ont passé de deux à trois jours au temple avant de retourner chez elles.


      Dans une autre paroisse, des jeunes ont retrouvé le nom de 10 000 ancêtres en tournant leur cœur vers leur famille. Lorsqu’il y a un temple, nous voyons des jeunes accomplir des baptêmes pour les morts, parfois s’y rendant individuellement chaque semaine.


    6. Dans le temple, l’Esprit du Seigneur nous apporte le réconfort et la paix, surtout pendant les moments de désespoir. Récemment, j’ai rencontré une femme de 35 ans au temple. Pendant que nous discutions, je lui ai demandé si son mari était avec elle. Les yeux pleins de tendresse, elle m’a appris qu’il était mort d’une tumeur au cerveau, trois mois auparavant. Elle trouvait son soutien au temple; l’esprit qui y règne lui donnait du réconfort et de la paix, et peut-être son mari était-il présent.


    Chacun d’entre nous se demande peut-être: «A quelle fréquence devrais-je aller au temple?» Nos dirigeants ne nous diront jamais à quel rythme nous devons y aller, parce que c’est différent pour chaque personne. Beaucoup de femmes d’âges différents qui habitent à proximité d’un temple essaient d’y aller une fois par semaine. Lorsque l’une de mes amies travaillait à plein temps, elle passait un jour par mois au temple, en assistant à plusieurs sessions. Ces femmes sont obéissantes, mais elles comprennent aussi la force de la prêtrise qui entre dans leur vie.


    Pour de jeunes parents, la fréquence d’assistance au temple peut-être d’une fois par mois. Le président Packer a dit: «Vous comprendrez peut-être… que nous essayons de faire de la généalogie une activité familiale… Les couples qui ont de petits-enfants ne doivent pas se sentir mal à l’aise ni coupables… s’ils n’ont ni le temps ni l’argent pour aller souvent au temple qui est éloigné. La mère peut apporter sa contribution en notant les événements importants, en rassemblant les photographies, les anecdotes… dans la mesure où son emploi du temps chargé le lui permet» (Boyd K. Packer, «A Plea to Stake Presidents,» 1er avril 1988).


    Ma propre mère n’a pas fait d’album de souvenirs, mais elle m’a inspiré de l’amour pour mon patrimoine. Elle m’a raconté d’innombrables histoires sur mes ancêtres et m’a appris à les aimer.


    Le président Packer poursuit: «Le père et la mère peuvent parler d’ordonnances et d’alliances. Par le ton de leur voix, ils peuvent souligner le mot temple chaque fois qu’ils le prononcent… Un jour viendra où leurs obligations familiales seront moins prenantes et leur revenu un peu supérieur. Les membres pourront et devront alors se consacrer davantage à cette œuvre sacrée du temple» («A Plea to Stake Presidents»).


    Frère Packer ajoute: «Jeunes mères et jeunes pères, nous vous exhortons à enseigner à vos fils et à vos filles l’importance des alliances du temple. Enseignez-leur que le fait de porter le sous-vêtement du temple est un privilège sacré… c’est la manifestation extérieure d’un engagement intérieur de suivre le Sauveur Jésus-Christ» (lettre de la Première Présidence du 5 novembre 1996).


    Mes frères et sœurs, nous qui sommes serviteurs du Dieu vivant, nous irons de l’avant dans cette œuvre sacrée du temple. Puissions-nous instruire nos enfants de manière à ce que, s’ils se préparent spirituellement à aller au temple, ils puissent se tenir en présence du Seigneur. Au nom de Jésus-Christ. Amen. 9