La joie de suivre le grand plan du bonheur
    Notes de bas de page
    Theme

    La joie de suivre le grand plan du bonheur

    En tant que mari et femme, vous pouvez être guidés dans la vie si vous obéissez aux enseignements du Sauveur, et vous qualifiez pour le don du Saint-Esprit.

    Les Ecritures rapportent: «Et moi, Dieu, je créai l’homme… je les créai homme et femme1.» Cela a été fait spirituellement dans votre préexistence, lorsque vous viviez en présence de votre Père céleste. Vous étiez homme, ou femme avant de venir sur terre. Vous avez choisi d’avoir cette expérience terrestre dans le cadre de son plan pour vous. Les prophètes l’appellent «le plan de la miséricorde2»; «le grand plan éternel de délivrance3»; «le plan de salut4»; et, oui, «le grand plan du bonheur5». Ce plan vous été enseigné avant que vous ne veniez ici-bas. Vous vous êtes réjouis là-bas de la possibilité d’y prendre part.

    L’obéissance au plan est exigée pour connaître un bonheur complet dans cette vie et pour continuer à être heureux au-delà du voile. Le libre arbitre de choisir personnellement est essentiel au plan de bonheur de Dieu. L’honneur sacré de la procréation doit s’exercer dans les liens du mariage légal. C’est également indispensable. Le mariage entre l’homme et la femme est essentiel à son plan éternel. La famille est ordonnée de Dieu6. En qualité de mari et de femme, vous avez la responsabilité d’avoir des enfants et de les élever et les former aux plans spirituel, émotionnel et physique7.

    Satan aussi a un plan. C’est un plan rusé, mauvais et subtil de destruction8. Il a pour objectif de rendre captifs les enfants de notre Père céleste et, par tous les moyens possibles, de faire échouer le grand plan du bonheur.

    Notre Père céleste a doté ses fils et ses filles de caractéristiques uniques spécialement adaptées à leurs responsabilités distinctes dans leur accomplissement du plan. Suivre son plan signifie que vous fassiez ce qu’il attend de vous en tant que fils ou filles, que maris ou que femmes. Les rôles sont différents, mais entièrement en harmonie. Dans le plan du Seigneur, il faut deux personnes, un homme et une femme, pour former un tout. En réalité, le mari et la femme ne sont pas deux moitiés identiques, mais une combinaison admirable de capacités et de caractéristiques complémentaires définies par Dieu.

    Le mariage permet à ces caractéristiques différentes de s’allier et de s’unir pour bénir le mari et la femme, leurs enfants et leurs petits-enfants. Pour parvenir au plus grand bonheur et au plus grand accomplissement dans la vie, le mari et la femme sont nécessaires. Leurs efforts s’imbriquent. Chacun a des caractéristiques personnelles qui correspondent idéalement au rôle que le Seigneur a défini pour le bonheur de l’homme ou de la femme. Quand elles sont utilisées comme le Seigneur le veut, ces capacités permettent au couple marié d’être un par la pensée, l’action et dans la joie, d’affronter les difficultés ensemble et de les surmonter ensemble, de faire preuve de plus d’amour et de compréhension, et par les ordonnances du temple, d’être unis comme un seul tout, pour l’éternité. C’est là le plan.

    Vous pouvez apprendre à être des parents plus efficaces en étudiant la vie d’Adam et d’Eve. Adam était Michel, un être admirable et glorieux, qui a contribué à la création de la terre. Eve était son égale, une associée complète dont la contribution a été immense. Après qu’ils ont pris du fruit, le Seigneur s’est adressé à eux. Leur réponse révèle certaines caractéristiques distinctes de l’homme et de la femme. Le Seigneur a dit à Adam: «As-tu mangé de l’arbre dont je t’avais commandé de ne pas manger… 9? Et Adam a eu la réponse qui caractérise un homme qui veut que l’on pense qu’il est aussi proche que possible de son bon droit. Il a répondu: «La femme que tu m’as donnée et à qui tu avais commandé qu’elle reste avec moi m’a donné du fruit de l’arbre et j’ai mangé10.» Le Seigneur dit alors a Eve: «Qu’as-tu fait là11?» La réponse d’Eve est caractéristique d’une femme, très simple et franche: «Le serpent m’a séduite, et j’ai mangé12

    Plus tard, «Adam bénit Dieu… et commença à prophétiser concernant toutes les familles de la terre disant: Béni soit le nom de Dieu, car à cause de ma transgression mes yeux sont ouverts, et j’aurai de la joie dans cette vie, et je verrai de nouveau Dieu dans la chair13.» Adam pensait à ses responsabilités. Il essayait de se conformer à ce que le Seigneur voulait qu’il fasse. Eve a dit: «Si nous n’avions pas transgressé, nous n’aurions jamais eu de postérité et nous n’aurions jamais connu le bien du mal, la joie de notre rédemption et la vie éternelle que Dieu donne à tous ceux qui obéissent14.» La réponse d’Eve était caractéristique d’une femme. Elle incluait tout le monde et voulait être sûre qu’on tenait compte de tout le monde. Une réponse n’était pas plus correcte que l’autre. Les deux perspectives étaient le résultat des caractéristiques inhérentes à l’homme et à la femme. Le Seigneur veut que nous utilisions ces différences pour accomplir son plan du bonheur, pour progresser et pour nous développer personnellement. En discutant ensemble, Adam et Eve sont parvenus à une compréhension plus large et plus correcte de la vérité.

    Ils ont fait des efforts en commun15. Ils ont obéi au commandement d’avoir des enfants16. Adam et Eve connaissaient le plan du bonheur et le suivaient, même si parfois il entraînait des désagréments et des difficultés pour eux.

    Il leur a été commandé: «Tu te repentiras, et tu invoqueras dorénavant Dieu au nom du Fils17.» Ils l’ont fait. En outre, ils ont enseigné le plan du bonheur à leurs enfants18. Ils ont travaillé ensemble pour surmonter les difficultés19 et ils n’ont pas cessé «d’invoquer Dieu20».

    Comme Adam et Eve étaient obéissants, le Saint-Esprit les a dirigés. En tant que mari et femme, vous pouvez être guidés dans la vie si vous obéissez aux enseignements du Sauveur et vous qualifiez pour le don du Saint-Esprit.

    Méfiez-vous des procédés rusés qu’emploie Satan pour vous détourner du plan de Dieu21 et du véritable bonheur. L’une des méthodes les plus efficaces de Satan consiste à dévaloriser les rôles d’épouse et de mère au foyer. Ceci constitue une attaque contre l’essence même du plan de Dieu qui est de développer l’amour entre le mari et la femme, et d’élever des enfants dans une atmosphère de compréhension, de paix, d’appréciation mutuelle et de soutien. Une grande part de la violence qui est fréquente dans le monde contemporain trouve ses racines dans l’affaiblissement du foyer. Les plans gouvernementaux et sociaux ne le corrigeront pas efficacement, et les meilleurs efforts des écoles et des Eglises ne pourront pas compenser tout à fait l’absence de l’attention compatissante d’une mère et d’une épouse au foyer.

    Ce matin, le président Hinckley a parlé de l’importance de la mère au foyer. Etudiez son message. En qualité de mère dirigée par le Seigneur, vous forgez la personnalité de vos enfants avec les vérités que vous enseignez par des directives attentives et un exemple de dignité. Vous inculquez les qualités de l’honnêteté, de la foi en Dieu, du sens du devoir, du respect d’autrui, de la gentillesse, de la confiance en soi, du désir de participer, d’apprendre et de donner, dans l’esprit et le cœur confiants de vos enfants. Aucune garderie d’enfants ne peut le faire. C’est votre droit et votre honneur sacrés.

    Bien sûr, en tant que femme, vous pouvez vous en tirer très bien dans la vie professionnelle, mais est-ce là la meilleure utilisation de vos talents divins et de votre féminité? Maris, n’encouragez pas votre femme à aller travailler à l’extérieur pour vous aider dans votre responsabilité divine de subvenir aux besoins de votre famille, si vous pouvez l’éviter. Comme les prophètes l’on conseillé, dans la mesure du possible avec l’aide du Seigneur, efforcez-vous ensemble en tant que parents de garder la mère au foyer22. La présence de la mère au foyer affermira la confiance en soi de vos enfants et diminuera les risques de problèmes émotionnels. En outre, si vous enseignez par la parole et par l’exemple, ces enfants arriveront à comprendre leur identité et ce qu’ils peuvent obtenir en tant qu’enfants de notre Père céleste.

    Je sais que j’ai parlé de l’idéal et que vous êtes peut-être perturbés parce que votre vie n’entre pas dans ce moule. Je vous promets qu’en obéissant et en persévérant dans la foi au Seigneur Jésus-Christ, et par votre compréhension du plan complet du bonheur, même si des parties importantes de ce plan n’ont pas vu leur accomplissement dans votre vie actuellement, vous en bénéficierez au temps marqué par le Seigneur. Je vous promets également que vous pouvez progresser beaucoup et être très heureux dès maintenant. En qualité de filles ou de fils de Dieu, appliquez les parties du plan que vous pouvez, du mieux que vous le pouvez.

    Votre désir d’être une épouse et une mère peut ne pas être complètement satisfait ici, mais il le sera au temps choisi par le Seigneur si vous faites preuve de foi et d’obéissance pour le mériter23. Ne vous laissez pas détourner du plan de notre Dieu24 vers les voies du monde où les qualités maternelles sont dénigrées, la féminité est dégradée et le rôle divin d’épouse et de mère est sujet de moquerie. Laissez le monde suivre ses voies. Vous, suivez le plan du Seigneur pour recevoir la plus grande mesure de vérité, d’accomplissement éternel et la plénitude du bonheur. Les bénédictions pour lesquelles vous vous qualifiez et que vous ne recevez pas vous seront accordées dans cette vie ou dans l’au-delà25.

    J’ai souvent des entretiens avec des dirigeants de prêtrise solides. Quand ces hommes parlent de leur femme, c’est avec une profonde tendresse et avec une reconnaissance évidente. Ils ont souvent les larmes aux yeux. Ils disent: «Elle est plus spirituelle, plus pure et plus engagée que moi. Elle me motive pour devenir quelqu’un de mieux. C’est elle qui me rend fort dans la vie.» et «Je ne pourrais pas réussir sans elle.» Vous les femmes, ne jugez pas de votre valeur, de votre utilité et de l’amour qu’on vous porte d’après notre manque de capacité de vous exprimer nos vrais sentiments. Votre qualité divine d’abnégation sans compter vous pousse à sous-estimer votre vraie valeur.

    Je remercie humblement notre Père céleste de vous, ses filles, qui étiez disposées à venir ici-bas dans des situations très précaires. La plupart des hommes ne pourraient pas faire face aux incertitudes qu’il vous est demandé de supporter. Dans notre société, l’usage requiert que vous attendiez qu’on vous demande en mariage. Vous êtes censées suivre votre mari là où son emploi ou un poste l’appelle. Votre cadre de vie et votre voisinage dépendent de sa capacité plus ou moins grande de pourvoir aux besoins matériels. Vous mettez votre vie entre les mains du Seigneur chaque fois que vous donner le jour à un enfant. L’homme ne fait pas ces sacrifices. Votre bénédiction d’élever les enfants et de s’occuper de son mari est souvent mêlée de tâches routinières. Néanmoins, vous vous acquittez de tout cela d’un cœur disposé parce que vous êtes une femme. Vous n’avez généralement pas conscience de ce qu’il y a de remarquable et de compétent en vous, de l’appréciation et de l’amour que l’on a pour vous, du besoin désespéré que l’on a de vous, car la plupart des hommes ne le disent pas aussi complètement ni aussi souvent qu’il le faut.

    Comment pouvez-vous tirer le plus grand bonheur et les plus grandes bénédictions de cette expérience terrestre?

    • Apprenez les principes de base du grand plan du bonheur en étudiant les Ecritures, en méditant leur contenu et en priant pour les comprendre. Etudiez et utilisez attentivement la Délaration de la Première Présidence et des Douze sur la famille26. Elle est inspirée du Seigneur.

    • Ecoutez la voix des prophètes actuels et passés. Leurs déclarations sont inspirées. Vous pouvez obtenir une confirmation intime de ces conseils en priant à leur sujet dans la mesure où ils s’appliquent à votre situation personnelle. Demandez au Seigneur de vous confirmer vos choix et acceptez-en la responsabilité.

    • Obéissez aux voix intérieures que sont les murmures du Saint-Esprit. Ces sentiments sont le produit de vos pensées et de vos actes justes, et de votre détermination à chercher à connaître la volonté du Seigneur et à l’appliquer.

    • Quand c’est nécessaire, demandez à vos parents et à des dirigeants de la prêtrise de vous conseiller et de vous guider.

    Un mère remarquable a écrit: «Comment les pionnières ont-elles réagi aux épreuves de leur époque. Elles écoutaient la voix de leur prophète et le suivaient parce qu’elles savaient qu’il exprimait la volonté du Seigneur. Elles faisaient face aux difficultés et récoltaient de grandes bénédictions en raison de leur foi et de leur obéissance. Leurs premières priorités n’étaient pas la sécurité, un bel intérieur ni une vie facile… Il n’y avait pas de sacrifice trop grand à faire pour leur mari et leurs enfants chéris27

    Je ne sais évidemment pas ce que ressent une femme, mais je sais ce que c’est qu’en aimer une de tout mon cœur et de toute mon âme. Je remercie toujours le Seigneur des bénédictions infinies que reçoivent nos enfants et que je reçois en si grande abondance grâce à la vie qu’a menée l’une de ses filles de valeur. Je vous souhaite le bonheur que nous avons connu ensemble. Plus vous respecterez fidèlement le plan qu’il a prévu pour vous ici-bas, plus vous serez heureux, plus vous vous accomplirez, plus vous progresserez et plus vous vous qualifierez pour recevoir les récompenses qu’il a promises en contrepartie de votre obéissance. J’en témoigne, car le Seigneur est vivant et il vous aime. Au nom de Jésus-Christ. Amen.