Le Liahona
Le contraste frappant entre le Sauveur et l’adversaire
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Le contraste frappant entre le Sauveur et l’adversaire

L’examen des différences entre Jésus-Christ et Satan nous aide à apprécier d’autant plus la mission et l’amour du Sauveur.

Je ne manquerai de rien, tableau de Yongsung Kim

Réfléchissez à l’immense don que notre Sauveur a fait à tous les enfants de Dieu lorsqu’il a volontairement proposé d’accomplir le plan du Père. Lors du conseil qui a eu lieu dans la préexistence, quand notre Père céleste a demandé : « Qui enverrai-je », le Sauveur a répondu humblement : « Me voici, envoie-moi » (Abraham 3:27) et a déclaré ensuite : « Père, que ta volonté soit faite, et que la gloire t’appartienne à jamais » (Moïse 4:2).

C’est en raison de son amour pour nous que Jésus-Christ s’est proposé pour être notre Sauveur1. Par contre, la réponse de Satan au plan du Père était égoïste. Il a affirmé qu’il « [rachèterait] toute l’humanité » (voir Moïse 4:1) mais il « ne s’est pas proposé pour être notre Sauveur. Il ne souhaitait pas souffrir ou mourir pour qui que ce soit. Il n’allait pas verser son sang. Il voulait la gloire, l’honneur et la puissance de Dieu sans en payer le prix. […] Lucifer aurait été souverain et personne d’autre n’aurait pu progresser2 ».

Dans un contraste éclatant, tout ce que le Christ fait et fera est motivé par son amour parfait pour nous (voir 2 Néphi 26:24) et son désir d’honorer notre Père céleste (voir Jean 8:28-29). « Jésus-Christ était rempli d’un amour insondable quand il a subi pour nous des douleurs, des cruautés et des injustices incompréhensibles. Par amour pour nous, il s’est élevé au-dessus de barrières autrement insurmontables […] afin que, nous aussi, nous nous élevions au-dessus de la douleur, de la cruauté et de l’injustice de ce monde et aidions, pardonnions et bénissions3. » C’est là une pensée qui nous touche et nous inspire. Est-il étonnant que nous chantions « Oh, que c’est merveilleux que son amour pour moi l’ait fait mourir pour moi4 ! » ?

Les Écritures contiennent d’innombrables comparaisons entre la personnalité de Jésus-Christ et celle de l’adversaire. Leur étude nous aide à mieux comprendre l’étendue de l’amour parfait de notre Sauveur.

Le Christ parmi la foule, tableau de Judith Mehr

Satan

Jésus-Christ

« Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera » (1 Pierre 5:8), il « parcourt la terre et s’y promène, cherchant à détruire l’âme des hommes » (Doctrine et Alliances 10:27).

« Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. […] Et je donne ma vie pour mes brebis. […] Je donne ma vie, afin de la reprendre. Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même » (Jean 10:11, 15 , 17-18).

« Il se rebella contre moi, disant : Donne-moi ton honneur, qui est mon pouvoir ; et il détourna également de moi le tiers des armées du ciel à cause de leur libre arbitre » (Doctrine et Alliances 29:36).

« Je ne fais rien de moi-même, mais […] je parle selon ce que le Père m’a enseigné. […] Je fais toujours ce qui lui est agréable. […] J’honore mon Père. […] Je ne cherche point ma gloire » (Jean 8:28-29, 49-50).

Il « répandit les œuvres de ténèbres et d’abominations sur toute la surface du pays, jusqu’à entraîner le peuple dans une destruction complète et dans un enfer éternel » (Hélaman 6:28).

« Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie » (Jean 8:12).

Il a cherché « à détruire le libre arbitre de l’homme » (Moïse 4:3) et « cherche à rendre tous les hommes malheureux comme lui » (2 Néphi 2:27).

« Je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance » (Jean 10:10), et « pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés » (Luc 4:18).

Il « ne soutiendra pas ses enfants au dernier jour (Alma 30:60), il « les flatte et […] les conduit jusqu’au moment où il entraîne leur âme en enfer » (Doctrine et Alliances 10:26), « jusqu’à ce qu’il les saisisse de ses chaînes affreuses » (2 Néphi 28:22).

« Je suis au milieu de vous et je suis votre avocat auprès du Père » (Doctrine et Alliances 29:5), « oui, Jésus-Christ, votre avocat, qui connaît la faiblesse de l’homme et qui sait comment secourir ceux qui sont tentés » (Doctrine et Alliances 62:1).

« Il excite le cœur des hommes à se quereller avec colère » (3 Néphi 11:29) et « il les excite à l’iniquité contre ce qui est bon » (Doctrine et Alliances 10:20).

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point » (Jean 14:27).

Il « a aveuglé » les incrédules (2 Corinthiens 4:4), « [pensant] étouffer [votre] témoignage » (Doctrine et Alliances 10:33) et il est venu « enlever aux enfants des hommes la lumière et la vérité » (Doctrine et Alliances 93:39).

« Si tu le demandes, tu recevras révélation sur révélation, connaissance sur connaissance, afin que tu connaisses les mystères et les choses paisibles, ce qui apporte la joie, ce qui apporte la vie éternelle. […] C’est pourquoi, que celui qui manque de sagesse me la demande, et je la lui donnerai libéralement et sans faire de reproche » (Doctrine et Alliances 42:61, 68).

Puissions-nous inlassablement « contempler la grâce durable [du Sauveur], [sa] charité infinie » et chérir la vérité que, grâce à lui, « le don de la vie nous est donné pour toute l’éternité5. »