Le Liahona
Comment pouvons-nous ressembler à Edward Partridge ?

Viens et suis-moi

Comment pouvons-nous ressembler à Edward Partridge ?

Doctrine et Alliances 41-44

19 – 25 avril

Edward Partridge a été le premier évêque de l’Église rétablie de Jésus-Christ. Du fait de son témoignage ferme, il était disposé à sacrifier tout ce qu’il avait et à affronter épreuve après épreuve parce qu’il savait que l’Église était vraie.

Comment était-il ?

Le Seigneur a dit d’Edward Partridge : « Son cœur est pur devant moi, car il est semblable au Nathanaël d’autrefois, dans lequel il n’y avait point de fraude » (Doctrine et Alliances 41:11). Cela signifie qu’Edward n’avait aucun désir de tromper ou d’escroquer les autres ; ses intentions étaient pures. Pourquoi est-ce une qualité qu’il est important que les dirigeants de l’Église possèdent ?

Quels sacrifices a-t-il faits ?

Quand Edward est devenu membre de l’Église, la famille de son père l’a rejeté. En qualité d’évêque, il s’occupait des propriétés des saints qu’ils avaient consacrées. Il a également sacrifié ses propres biens (voir Doctrine et Alliances 41:9), et sa famille et lui ont connu une pauvreté extrême. Il a également été enduit de goudron et de plumes, persécuté et emprisonné en raison de sa foi. Certains dirigeants se sont éloignés de l’Église mais il est resté fidèle. Il a servi le Seigneur de toutes ses forces jusqu’à sa mort, à l’âge de quarante-six ans ( voir Doctrine et Alliances 124:19 ).

« Étant donné que j’ai rompu mes attachements avec les biens de ce monde, les vanités et jeux de l’époque et des sens, que j’ai délibérément aimé et servi Dieu de tout mon cœur, et que j’ai été guidé par son Esprit Saint, mon esprit a connu, pour ainsi dire, une expansion continuelle, recevant les choses de Dieu, jusqu’à ce que des gloires indescriptibles se présentent devant moi1. »

Discussion

Pourquoi Edward Partridge a-t-il été capable de supporter autant de difficultés ? Comment son exemple nous aide-t-il quand nous servons le Seigneur ?

Note

  1. Edward Partridge, lettre à des amis et voisins de Painesville, Messenger and Advocate, janvier 1835, p. 61.