Le Liahona
Jane se réjouissait pendant le voyage

Femmes des débuts du Rétablissement

Jane se réjouissait pendant le voyage

Sommes-nous déterminés, comme Jane Manning James, à aller jusqu’au bout de notre voyage avec foi ?

Illustration Toni Oka

Jane Manning James était fatiguée de marcher mais elle refusait de s’arrêter.

Son fils aîné, Sylvester, était suffisamment grand pour marcher à côté du chariot. Mais elle devait encore porter son bébé, Silas, né pendant le voyage. C’était en 1847 et la famille James allait bientôt faire partie des premiers pionniers à arriver dans la vallée du Grand Lac Salé.

Ce n’était pas le premier grand voyage que Jane faisait.

Quatre ans plus tôt, sa famille avait quitté sa maison, dans une ville de l’Est, pour rejoindre les saints à Nauvoo, près de la frontière de l’Ouest. Le trajet aurait dû ne prendre que quelques jours par voie fluviale. Mais, parce que beaucoup de Noirs étaient esclaves à cette époque aux États-Unis, la famille James devait montrer souvent ses papiers pour prouver qu’elle était affranchie. Et certains endroits avaient des lois strictes pour empêcher les personnes de couleur de les traverser, notamment en faisant payer le passage jusqu’à cinq cents dollars par personne.

C’est peut-être à cause de cette redevance scandaleuse, ou d’autres préjugés, que l’équipage du bateau a refusé d’emmener Jane et les membres de sa famille plus loin. Ne se laissant pas décourager, les James ont abandonné une grande partie de leurs affaires et ont continué à pied avec seulement ce qu’ils pouvaient porter.

La famille de Jane a parcouru à pied près de mille trois cents kilomètres par des journées humides et des nuits noires. Une fois, ils se sont frayé un chemin à travers une forêt, dormant à la belle étoile. Quand ils se sont réveillés, leurs vêtements étaient blancs de givre.

Dans ses mémoires, Jane a rapporté : « Nous avons marché jusqu’à ce que nos chaussures soient usées et que nous ayons les pieds meurtris, crevassés et sanguinolents. […] Nous avons demandé à Dieu le Père éternel de les guérir et nos prières ont été exaucées. Nos pieds ont guéri1. »

Pendant ce voyage terriblement difficile, avec ses parents et ses frères et sœurs, Jane chantait des cantiques louant Dieu. Finalement, après trois mois de marche, ils sont arrivés à Nauvoo. Quelques années plus tard, quand des saints fidèles sont partis pour traverser les plaines, Jane était parmi les premiers pionniers à faire le trajet.

Note

  1. « The Autobiography of Jane Manning James », history.ChurchofJesusChrist.org/article/jane-manning-james-life-sketch.