2011
J’ai enfin écouté
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

J’ai enfin écouté

« C’est une amie de longue date et nous ne sortons pas ensemble », me suis-je dit. Alors pourquoi le Saint-Esprit ne cessait-il pas de m’avertir que je ne devais pas être là ?

À l’université, j’ai reçu la bénédiction d’obtenir un stage difficile dans une ville, loin de chez moi. Une amie de longue date vivait près de chez moi et, bien que nous ne partagions pas la même religion, nos différences ne nous avaient pas empêchés d’être des amis occasionnels.

Lorsque j’ai rencontré Madeline (nom changé), nous travaillions tous les deux avec une autre jeune fille qui était un excellent exemple de sainte des derniers jours. Je me souviens que le Saint-Esprit me faisait remarquer les différences subtiles entre les deux jeunes filles, m’expliquant comment même de petits choix peuvent déterminer le cours de la vie future. En fait, je me suis rappelé ces impressions spirituelles pendant des années.

Nous retrouvant après plusieurs années, Madeline et moi avons planifié de passer du temps ensemble. À mesure que la soirée approchait, je me suis surpris à être nerveux. J’ai pris le train pour me rendre dans sa ville et comme je m’en approchais, une voix dans mon esprit et mon cœur m’a dit : « Tu es censé ne sortir qu’avec des personnes aux principes élevés. »

J’ai pensé : « Ce n’est pas une sortie en couple. Je sors seulement avec une vieille amie. » L’Esprit m’a répété l’avertissement, insistant jusqu’à ce que je prenne conscience que c’était bien une sortie en couple et j’ai commencé à me demander quels étaient les principes et le style de vie actuels de mon amie. J’ai raisonné : « Elle sait que je suis membre de l’Église. Elle connaît bien mes principes et il n’y aura pas de problème. »

Cependant, j’ai quand même commencé à me demander si les « différences subtiles » que j’avais notées auparavant avaient fait en sorte que nos chemins aient divergé plus que je ne le pensais. Alors, j’ai suivi les murmures de l’Esprit et j’ai téléphoné à mon amie pour annuler le rendez-vous. J’avais très peur de la vexer. Comment pouvais-je expliquer des impressions spirituelles à une amie qui ne comprend pas la mission du Saint-Esprit ?

Je lui ai expliqué que l’une des activités que nous avions planifiées me mettait mal à l’aise et j’espérais que cela me donnerait une raison acceptable d’annuler notre soirée. Elle a été déçue et a proposé que nous changions nos plans. J’ai été soulagé et j’ai accepté sa proposition en pensant : « Peut-être l’activité était-elle la raison pour laquelle l’Esprit me mettait en garde. » Mais mon anxiété ne diminuait pas.

Ce soir-là, nous nous sommes bien amusés, mais, de temps en temps, l’Esprit me rappelait que l’avertissement précédent était important. Au début, rien n’a semblé inquiétant, mais à mesure que la soirée avançait, il est devenu de plus en plus clair que, bien que nous venions de milieux semblables, nous avions évolué dans des directions complètement différentes. Nos principes n’étaient pas les mêmes, même dans les petites choses. Quand elle a commandé du vin, j’ai expliqué que je préférais ne pas payer d’alcool. Elle a respecté ma volonté et l’a payé elle-même.

Mon anxiété spirituelle a continué à augmenter à mesure que la soirée avançait. À la fin du dîner, j’étais au bord de ma chaise, prêt à partir, parce que je savais que le dernier train du soir partait bientôt et que j’habitais trop loin pour prendre un taxi. Sentant mon inquiétude, mon amie m’a dit que je pouvais dormir chez elle. À présent, l’Esprit ne me laissait pas en paix, me confirmant ce que je savais déjà : il n’était pas question de rester.

En la raccompagnant chez elle, je me suis efforcé d’avoir l’air calme. « Es-tu certain de ne pas vouloir rester ? », a-t-elle demandé. J’en étais certain. Elle n’était pas effrontée ni choquante, mais l’Esprit me parlait discrètement avec plus de clarté que le bruit du tonnerre. Je ne pouvais pas manquer mon train !

J’ai attendu qu’elle rentre chez elle, puis j’ai couru aussi vite que je le pouvais pour arriver à la gare à l’heure. Je n’ai pu m’empêcher de penser à Joseph d’Égypte quand il a fui la tentation (voir Genèse 39:7-12).

En repensant à ce qui s’est passé ce soir-là, je ressens à la fois de la crainte et de la gratitude : de la crainte pour ce qui aurait pu arriver et de la gratitude pour la compagnie du Saint-Esprit. L’Esprit a parlé et, bien que j’eusse dû le faire plus tôt, je suis heureux d’avoir fini par écouter.

Il est évident que ma perception de la situation, ce soir-là, n’était assurément pas aussi claire que celle du Seigneur. Comme Ésaïe l’a écrit :

« Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes voies ne sont pas vos voies, dit l’Éternel.

« Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées » (Ésaïe 55:8-9).

Certains choix qui se présentent à nous dans la vie sont rapidement faits puis oubliés. Certains autres s’accompagnent de leçons que nous avons intérêt à ne jamais oublier. Comme je suis reconnaissant de savoir que, lorsque nous écoutons les chuchotements du Saint-Esprit et lorsque nous le faisons immédiatement, nous pouvons rester plus facilement sur le chemin que Jésus-Christ nous demande de suivre !

Illustration Jeff Ward