2011
La formation sur le Manuel d’instructions met l’accent sur l’œuvre du salut
Téléchargements
Tout le livre (PDF)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

La formation sur le Manuel d’instructions met l’accent sur l’œuvre du salut

Au cours d’une formation mondiale des dirigeants tenue en février 2011, des membres de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres ont enseigné aux participants comment mieux se servir des nouveaux manuels d’instructions. La réunion était un suivi de la formation mondiale des dirigeants de novembre 2010 au cours de laquelle les manuels ont été présentés.

Les orateurs ont expliqué comment se servir des manuels de manière plus inspirée, l’importance de comprendre le fondement doctrinal des nouveaux manuels, la façon d’appliquer les principes d’adaption des programmes de l’Église, les possibilités d’appliquer les changements indiqués dans les manuels pour mener l’œuvre du salut, et le rôle des femmes dans les conseils.

Ont participé à l’émission Henry B. Eyring, premier conseiller dans la Première Présidence, Russell M. Nelson, Dallin H. Oaks, Richard G. Scott, Robert D. Hales, Jeffrey R. Holland, David A. Bednar, Quentin L. Cook, D. Todd Christofferson et Neil L. Andersen, du Collège des douze apôtres, Craig C. Christensen; Bruce D. Porter et W. Craig Zwick, des soixante-dix, ainsi que les présidentes et présidents généraux des auxiliaires.

Utilisation plus inspirée des Manuels d’instructions

Qualifiant la réunion de « deuxième possibilité d’apprendre comment mieux utiliser les manuels », le Président Eyring a recommandé aux dirigeants d’accroître leur capacité de recevoir la révélation.

Il a déclaré : « Ce n’est que par l’Esprit que vous saurez comment appliquer ce que vous lirez dans le manuel…Il peut vous sembler peu pratique d’attendre ou même d’espérer recevoir le flot de révélation dont vous avez besoin dans votre service quotidien. Elle ne se manifestera pas sans foi ni sans grands efforts, mais c’est possible. »

Il a promis aux dirigeants que, s’ils font des efforts et prient pour « comprendre et suivre les paroles de vie » qui leur sont données, le Seigneur les aidera à servir et à diriger au-delà de leurs propres capacités.

Fondement doctrinal des Manuels d’instructions

Frère Oaks a déclaré : « Le Manuel est doctrinal et il est plus court que le précédent parce que, sur de nombreux sujets, il s’abstient d’énoncer des règles ou de donner des directives. Au lieu de cela, il énonce des principes que les dirigeants inspirés peuvent appliquer en fonction de leur situation locale. »

Les frères Bednar et Christofferson ont mis les dirigeants en garde contre la tentation de sauter les premiers chapitres du Manuel 2 pour passer aux règles données dans les chapitres suivants. Les premiers chapitres posent un fondement doctrinal qui permet de comprendre et d’appliquer les principes et les règles qui suivent.

Frère Bednar a dit que le fait que les manuels sont « fondés sur des principes et comportent moins d’applications clairement définies exige beaucoup plus d’efforts et de rigueur de notre part à tous. »

Principes d’adaptation

Frère Nelson a déclaré : « Sur les questions de doctrine, les alliances et les règles établies par la Première Présidence et les Douze, nous ne dévions pas du manuel. Une certaine adaptation est permise pour certaines autres activités pour répondre aux situations locales. »

Selon frère Porter, le chapître 17, « Uniformité et adaptation » a été inclus pour aider les dirigeants locaux à suivre l’Esprit et à déterminer quand il convient d’adapter certains programmes. Ce chapitre explique qu’on ne peut pas changer et indique cinq conditions sous lesquelles on peut faire des adaptations : situation familiale, transport et communication limités, petits collèges ou classes, nombre insuffisant de dirigeants et conditions de sécurité.

« Les adaptations appropriées n’affaiblissent par l’Église, elles la fortifient », a dit frère Porter dans un discours lu par W. Craig Zwick, des soixante-dix. En procédant à des adaptations inspirées, les dirigeants locaux ne doivent pas avoir le sentiment qu’ils se contentent de moins que l’idéal. Frère Porter a ajouté : « Chaque unité de l’Église a accès à la doctrine, aux ordonnances, au pouvoir de la prêtrise et aux dons de l’Esprit nécessaires au salut et à l’exaltation des enfants de Dieu. »

L’œuvre du salut

Les changements apportés dans tout le Manuel 2 sont destinés à promouvoir l’œuvre du salut. Le président Eyring a dit : « Le Manuel deviendra un trésor pour vous si vous l’employez pour vous aider à amener les gens à choisir la voie de la vie éternelle. C’est son but. »

Le chapitre 5 regroupe sous le titre « L’œuvre du salut dans la paroisse et dans le pieu », un certain nombre de sujets qui étaient auparavant traités séparément : l’œuvre missionnaire, le maintien des convertis dans l’Église, la remotivation, l’œuvre du temple et de l’histoire familiale, et l’enseignement de l’Évangile.

Frère Bednar a déclaré : « Paul a dit que dans cette dispensation, qui est celle de la plénitude des temps, toutes choses seraient réunies en Christ (voir Éphésiens 1:10). « Il s’agit d’une seule et même œuvre. »

Il a ajouté, par exemple, que ce que certains considéraient auparavant comme des missions de l’Église séparées sont « la même œuvre dans des sphères différentes ». L’œuvre missionnaire consiste à proclamer l’Évangile et à inviter les gens à recevoir les ordonnances sacrées et à contracter des alliances. Le perfectionnement des saints, qui comporte le maintien dans l’Église, la remotivation et l’enseignement consiste à inviter les gens à honorer les ordonnances et les alliances. La rédemption des morts par l’histoire familiale et l’œuvre du temple donne la possibilité aux défunts de recevoir les ordonnances et de contracter des alliances.

Frère Holland a dit qu’en général les changements apportés au manuel permettent de comprendre que les dirigeants de collège et d’auxiliaires ne siègent pas au conseil de paroisse simplement pour réfléchir aux membres de leur collège et de leur auxiliaire, mais qu’ils ont ensemble la responsabilité commune du bien-être spirituel de tous les membres.

Frère Cook a aidé à mieux voir comment certains changements de règles intervenus dans Manuel 2 contribuent à l’œuvre du salut.

Il a souligné qu’il est important que les évêques et les conseils de paroisse répondent aux besoins d’entraide maintenant qu’il n’y a plus de réunion de comité d’entraide. Il a expliqué le rôle accru des dirigeants de la Prêtrise de Melchisédek de donner des conseils aux membres de leur collège. Il a également explicité les changements qui permettent aux pères pas totalement dignes d’aller au temple de participer aux ordonnances et aux bénédictions de membres de leur famille dans certaines circonstances.

Frère Bednar a dit : « Nous n’avons pas pour objet d’appliquer des programmes ou de diriger une organisation. C’est nécessaire, mais ce n’est pas suffisant. Notre objet, c’est l’œuvre du salut. Et quand on commence à penser aux ordonnances et aux alliances, alors les dirigeants de la prêtrise feraient bien de poser la question : ‘quelle est la prochaine ordonnance nécessaire dans la vie de cette personne ou de cette famille, et comment pouvons-nous aider à cette préparation ?’ »

Les femmes dans les conseils

Frère Scott a dit craindre qu’à certains endroits les dirigeants ratent des occasions de faire participer les femmes à leurs conseils. Il a dit : « Quand on peut encourager les [femmes] à s’exprimer librement dans les réunions de conseil de paroisse, leurs idées sont souvent utiles et inspirantes. »

Il ajouté que les dirigeants peuvent encourager les sœurs à participer en les appelant par leur nom et en les remerciant de leurs idées et de leurs recommandations.

Il a poursuivi : « Une bénédiction supplémentaire que reçoit le foyer des dirigeants de la prêtrise qui suivent ces directives est que ces hommes peuvent avoir plus d’estime pour le rôle sacré de leur femme dans leur foyer. »

Il a enseigné qu’il est important de rechercher l’unanimité parmi les membres du conseil. Quand ce sentiment est présent, le dirigeant peut le reconnaître et demander un vote. Dans les cas où il n’y a pas unanimité, les dirigeants peuvent demander son point de vue à chaque membre du conseil, remercier pour les avis donnés, prendre une décision et demander aux membres du conseil de tous la soutenir. Frère Scott a souligné l’importance de la confidentialité à propos de ce qui est abordé au conseil de paroisse.

Résultats attendus

Frère Nelson a conclu la formation en exprimant trois espoirs : Que la simplification permettra que le temps et les moyens des membres soient utilisés plus efficacement, que le pouvoir de la prêtrise grandira en chaque détenteur de la prêtrise de manière à ce que chaque personne et chaque famille de l’Église en bénéficie, et que chaque membre aura plus de dévouement et se sentira plus disciple.

Dans l’œuvre du salut, les dirigeants de la prêtrise doivent penser aux prochaines ordonnances dont a besoin une personne et à la manière de l’aider à s’y préparer.

Photo craig dimond, © IRI

Les dirigeants de l’Église ont dit qu’hommes et femmes doivent pouvoir exprimer également et librement leurs idées dans les réunions de dirigeants.

PHOTO CRAIG DIMOND