2010
Béni par Mama Taamino
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Béni par Mama Taamino

Victor D. Cave, Magazines de l’Église

J’ai rencontré Taumatagi Taamino lorsque j’étais jeune missionnaire dans mon pays. Elle était veuve et âgée, légèrement courbée par les ans et un dur labeur, mais elle tendait toujours les bras pour nous dire bonjour, à mon collègue et moi, et nous embrasser sur les deux joues, comme c’est la coutume en Polynésie française.

Sœur Taamino était frêle, son pas était lent et mesuré, mais elle prenait toujours soin de tout le monde. Elle veillait même à ce que mon collègue missionnaire et moi ayons toujours des vêtements propres et repassés. Les enfants aimaient être avec elle parce qu’elle les accueillait bien et qu’elle écoutait ce qu’ils avaient à dire. Elle vivait simplement, dans une maison de deux pièces entourée de sable, de palmiers, de sa famille et de ses amis. Par respect, tout le monde l’appelait « Mama Taamino ».

Le président de la mission de Papeete, Tahiti, nous avait demandé, à mon collègue, Tchan Fat, et moi-même, de préparer un groupe de quatre-vingts saints des derniers jours à recevoir leur dotation et à être scellés avec leur famille dans le temple le plus proche, celui de Hamilton (Nouvelle-Zélande), à cinq heures d’avion d’où nous étions. Mama Taamino faisait le voyage au temple tous les ans depuis six ans et, cette année-là, elle allait encore y retourner. Je me demandais comment elle pouvait se permettre un voyage aussi cher, elle dont les moyens étaient si limités. J’ai découvert la réponse six ans plus tard.

En 1976, comme président du pieu de Papeete, je visitais régulièrement les unités du pieu. Un jour, vers midi, je me suis arrêté à l’église de Tipaerui. En ce temps-là, nous avions des gardiens rémunérés et c’est là que j’ai trouvé Mama Taamino, qui avait maintenant près de soixante-dix ans, travaillant comme gardienne afin d’entretenir sa nombreuse famille. Elle m’a salué avec son invitation habituelle « Viens, mange », mais j’ai répondu: « Mama Taamino, tu n’es plus jeune et tout ce que tu manges pour déjeuner, c’est un petit bout de pain, une minuscule boîte de sardines et une petite bouteille de jus de fruit ! Ne gagnes-tu pas assez pour t’acheter plus de nourriture ? »

Elle a répondu : « J’économise pour pouvoir retourner au temple. » Mon cœur s’est gonflé d’admiration pour cet exemple d’amour et de sacrifice. Mama Taamino est allée au temple de Nouvelle-Zélande presque quinze fois, tous les ans jusqu’à ce que le temple de Papeete soit consacré en octobre 1983. Lors de la consécration, elle rayonnait de joie.

En 1995, j’étais alors président de mission, j’ai revu Mama Taamino. Elle était retournée vivre sur l’atoll de Makemo, pas très loin de là où elle était née. Elle était octogénaire et ne pouvait plus marcher mais les rides de son visage exprimaient la paix, la patience et une profonde compréhension de la vie et de l’Évangile. Elle avait toujours un beau sourire et ses yeux exprimaient la charité pure.

Le lendemain matin, de bonne heure, je l’ai trouvée assise dans un des parterres de fleurs de l’église en train d’enlever les mauvaises herbes et de nettoyer. Un de ses fils l’avait emmenée jusque là. Quand elle avait terminé dans un endroit, elle se soulevait avec les mains et les bras pour aller à l’endroit suivant. C’était sa façon de continuer à servir le Seigneur.

En fin d’après-midi, pendant que je faisais passer des entretiens pour la recommandation à l’usage du temple, on a amené Mama Taamino à l’endroit où j’étais assis, à l’ombre d’un arbre près de l’église. Elle voulait avoir l’occasion de répondre à chacune des questions requises pour une recommandation.

« Président, je ne peux plus aller au temple, m’a-t-elle dit. Je me fais trop vieille et je suis malade mais je veux toujours avoir une recommendation valide sur moi. »

Je voyais à quel point elle aurait aimé retourner au temple et je savais que sa nostalgie était acceptable à Dieu. Peu de temps après, elle a quitté son tabernacle terrestre pour rejoindre les êtres qu’elle avait fidèlement servis dans la maison du Seigneur. Elle n’a rien emporté d’autre que sa foi, son témoignage, sa gentillesse, sa charité et sa disposition à servir.

Mama Taamino était une véritable pionnière polynésienne dont l’exemple a été une bénédiction pour beaucoup de ses frères et sœurs, moi compris.

À plus de quatre-vingts ans, sœur Taamino désherbait et nettoyait les parterres fleuris de l’église. C’était sa façon de continuer à servir le Seigneur.