2010
Spencer W. Kimball (1895-1985)
Notes de bas de page

Hide Footnotes

Thème

Grandes figures du passé

Spencer W. Kimball (1895-1985)

Élevé à la campagne, en Arizona, Spencer W. Kimball a appris à travailler dur quand il était jeune. Petit-fils de l’apôtre Heber C. Kimball (1801-1868) et fils de président de pieu, Spencer a aussi acquis un fort témoignage et un dévouement profond à l’Évangile.

Quand il était jeune, il avait souvent pour tâche de monter sur le chariot de foin pour tasser celui-ci au fur et à mesure que ses frères aînés le lui lançaient avec leurs fourches. C’était un travail qui donnait chaud, faisait beaucoup de poussière et irritait la peau, mais il l’a fait ; mais un jour, il a arrêté quand la cloche de l’église a sonné le début de la Primaire, qui, à cette époque, avait lieu pendant la semaine. Il avait un pourcentage de présence de cent pour cent et il n’était pas question pour lui de s’absenter. Ses frères ne voyaient pas les choses comme lui et ils ont commencé à lancer le foin sur le chariot en redoublant de vitesse. Quand ils se sont rendu compte que le foin s’empilait, Spencer était à mi-chemin de la Primaire.

Par la suite, Spencer W. Kimball a été missionnaire, évêque et président de pieu avant d’être appelé apôtre en 1943. Son énergie au travail était légendaire, malgré plusieurs maladies graves, dont une crise cardiaque et un cancer de la gorge. Il a exhorté les membres de l’Église à allonger la foulée et sa devise personnelle était simplement « Agis ». En raison de ses problèmes de santé, certains ont pensé que la présidence de Spencer W. Kimball serait courte. Mais il a dirigé l’Église pendant douze ans, durant lesquels le nombre des temples en fonctionnement a doublé, celui des missionnaires a augmenté de cinquante pour cent et la prêtrise a été accordée à tous les frères de l’Église qui en sont dignes.

Son dévouement indéfectible à l’Évangile et l’énergie qu’il mettait à travailler ont conduit Spencer W. Kimball de ses humbles débuts à la campagne en Arizona aux instances dirigeantes de l’Église. Sa présidence de l’Église a été marquée par une augmentation importante de la construction des temples et de l’œuvre missionnaire. À gauche : avec sa femme, Camilla (1894-1987).